Ouvrir le menu principal

Diocèse de Saint-Flour

Diocèse de Saint-Flour
(la) Dioecesis Sancti Flori
Image illustrative de l’article Diocèse de Saint-Flour
La cathédrale Saint-Pierre de Saint-Flour
Pays France
Église catholique
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse
Création 1317
Province ecclésiastique Clermont
Siège Saint-Flour, France
Diocèses suffragants aucun
Conférence des évêques Conférence des évêques de France
Titulaire actuel Mgr Bruno Grua
Langue(s) liturgique(s) français
Calendrier grégorien
Paroisses 20
Prêtres 56
Religieux 12
Religieuses 39
Territoire Cantal
Superficie 5 726 km2
Population totale 164 000
Population catholique 143 000
Pourcentage de catholiques 87 2 %
Site web http://www.diocese15.fr/
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse de Saint-Flour (en latin : Dioecesis Sancti Flori) est un diocèse de l'Église catholique en France. Érigé en 1317, c'est un des deux diocèses historiques d'Auvergne. Il correspond aujourd'hui au territoire du département du Cantal et fait partie de la province ecclésiastique de Clermont.

HistoireModifier

Le diocèse de Saint-Flour a été érigé par le roi en 1317 par démembrement de l'ancien diocèse d'Auvergne, ce qui a été confirmé par le pape Jean XXII par la bulle Salvator noster. À l'époque Aubert Aycelin de Montaigu en était le titulaire. Il regroupait les paroisses qui se trouvaient dans l'aire des abbayes d'Aurillac, de Saint-Flour et du chapitre de Brioude. Le nouveau diocèse regroupa ainsi les archiprêtrés d'Aurillac, de Blesle, de Brioude, de Langeac et de Saint-Flour[1].

Le diocèse ressemblait, de façon assez éloignée, à l'actuel département du Cantal puisqu'il ne comprenait pas le Mauriacois, l'Artense et le Cézalier mais comprenait le Brivadois, le Nord de la Margeride ainsi qu'un bourg du Quercy : Lamativie. Le village de Landeyrat en faisait partie mais Allanche, dans l’archiprêtré d'Ardes, en était exclu. Le diocèse était suffragant de l'archidiocèse de Bourges.

C'est en 1653 qu'a été institué le séminaire diocésain, qui a été fermé en 1959.

À la suite de la Révolution française, le diocèse de Saint-Flour devint seul évêché dans cette région. En effet, en tant que citadelle du rite tridentin, le Puy-en-Velay était tellement proche de Rome que l'État fit supprimer celui du Puy et son diocèse était attaché à celui de Saint-Flour, jusqu'à ce que le pape Léon XII ainsi que le roi Louis XVIII rétablissent l'évêque du Puy le 27 avril 1823[2].

Des années 1830 à 1950, le diocèse a été le berceau de nombreux missionnaires fondateurs outre-mer de nouvelles chrétientés. Parmi les figures marquantes du diocèse, outre saint Flour (fondateur du diocèse) ou saint Géraud, l'on peut distinguer saint Jacques Berthieu (1838-1896), martyr à Madagascar, l'abbé François Filiol[3] (1764-1793)[4], martyr de la Révolution guillotiné à Mauriac[5], ou encore la bienheureuse Catherine Jarrige (1754-1836)[6].

Depuis le 8 décembre 2002, le diocèse fait partie de la province ecclésiastique de Clermont. Actuellement, le diocèse correspond exactement aux limites administratives du département du Cantal.

 
Limites (en vert) de l'ancien diocèse de Saint-Flour superposées au département du Cantal

PersonnalitéModifier

Évêques de Saint-FlourModifier

Article détaillé : Liste des évêques de Saint-Flour.

StatistiquesModifier

  • En 1949, le diocèse comprenait 190.888 baptisés pour une population de 190.888 habitants (100%), servis par 392 prêtres (332 diocésains et 60 réguliers), 60 religieux et 580 religieuses dans 317 paroisses.
  • En 1970, le diocèse comprenait 167.000 baptisés pour une population de 168.814 habitants (98,9%), servis par 264 prêtres (261 diocésains et 3 réguliers), 10 religieux et 495 religieuses dans 258 paroisses.
  • En 1999, le diocèse comprenait 149.000 baptisés pour une population de 158.722 habitants (93,9%), servis par 152 prêtres (145 diocésains et 7 réguliers), 4 diacres permanents, 7 religieux et 190 religieuses dans 302 paroisses.
  • En 2004, le diocèse comprenait 145.000 baptisés pour une population de 150.778 habitants (96,2%), servis par 130 prêtres (120 diocésains et 10 réguliers), 5 diacres permanents, 14 religieux et 165 religieuses dans 263 paroisses.
  • En 2017, le diocèse comprenait 143.000 baptisés pour une population de 164.000 habitants (87,2%), servis par 56 prêtres (50 diocésains et 6 réguliers), 10 diacres permanents, 12 religieux et 39 religieuses dans 20 paroisses[7].

Dans ce département rural à la population en baisse et aux églises de village fermées, frappé par la crise économique, il y a eu deux décrochages pour le diocèse de Saint-Flour : dans les années 1970 avec la crise du clergé et de nombreux départs, ainsi que le début du tarissement total des vocations féminines, et à partir du début du XXIe siècle une chute plus brutale et rapide avec la conséquence de la baisse des baptêmes. Les paroisses sont regroupées désormais en 20 entités.

Voir aussiModifier