Diminution

procédé d'ornementation en musique

En musique occidentale, la diminution désigne trois procédés : le premier utilisé dans la notation mensuraliste aux XVe et XVIe siècles, raccourcissant le chant, puis en analogie dans l'écriture polyphonique et enfin, une façon d'orner une mélodie.

Notation mensuralisteModifier

La notation mensuraliste permet d'indiquer le raccourcissant du chant selon des proportions dites diminuantes : « proportio dupla » ou simplement « dupla » indique le rapport 2/1, « proportio tripla » ou simplement « tripla » indique le rapport 3/1 ; le « quadrupla » étant le rapport 4/1, etc.

Le procédé est employé pour la partie de ténor dès le XIVe siècle par Philippe de Vitry et Guillaume de Machaut[1].

Le procédé inverse étant l'augmentation.

Procédé contrapuntiqueModifier

Le procédé de diminution, couramment rencontré dans la composition des fugues, est une figure typique de l'imitation en contrepoint rigoureux. Il consiste à représenter un thème, un motif dans des valeurs rythmiques diminuées par rapport à leurs durées initiales. Une blanche devant une noire dans la représentation. Il s’apparente au procédé de la strette[1].

Les partitions musicales sont temporairement désactivées.

OrnementationModifier

Il s'agit, lors de la reprise d'une pièce vocale ou instrumentale, de l'ajout souvent improvisé[1], d'une ou plusieurs notes dans l'intervalle de deux notes de la mélodie originale, permettant aux musiciens de donner un caractère brillant et enjoué à l'exécution de la phrase. Cette pratique était courante au XVIe siècle[2] et très employé au siècle suivant.

RedécouverteModifier

La pratique non écrite de la musique a longtemps été abordée par les historiens comme un phénomène périphérique d'importance moindre, prise en considération uniquement lorsque l'étude de la musique polyphonique y mène indubitablement. C'est le cas par exemple de la musique polyphonique liturgique, d'une telle pratique, plus tardive, dans le faux-bourdon, ou encore de certaines formes de la musique instrumentale des XVIIe et XVIIIe siècles, telles que la toccata et la fantaisie, liées assurément à la pratique de l'improvisation[3].

En 1979 est paru Italienische Diminutionen, le premier recueil réunissant dans un unique volume l'ensemble des pièces avec plus d'une diminution de 1533 à 1638. Il s'agit d'un travail mené avec la Schola Cantorum de Bâle dont Richard Erig a présenté une première compilation et évaluation du contenu dans deux articles publiés en 1971 et 1972, dans le cadre de son diplôme sur les instruments à vent historiques (flûte à bec et hautbois/chalemie). La suite de son étude a été financée par le département de recherche de l'école. Vernika Gutmann a elle préparé le travail de Erig pour l'impression, ainsi que les commentaires concernant les instruments à cordes et les sources[4].

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b et c Marc Honegger, « Intrada », dans Dictionnaire de la musique : technique, formes, instruments, Éditions Bordas, coll. « Science de la Musique », , 1109 p., Tome I & II (ISBN 2-04-005140-6, OCLC 3033496), p. 299.
  2. « ORNEMENT, musique », sur universalis.fr (consulté le 9 février 2016)
  3. Erig et Gutmann 1979, p. 8
  4. Erig et Gutmann 1979, p. 7

BibliographieModifier

OuvragesModifier

  • William Dongois (dir.), Semplice ou passeggiato : Diminution et ornementation dans l'exécution de la musique de Palestrina et du stile antico, Droz - Haute école de musique de Genève, , 336 p. (ISBN 978-2-600-01868-5)
  • (en + de) Richard Erig et Veronika Gutmann, Italienische Diminutionen, Amadeus, , 23 x 30 cm (ISBN 3-905049-00-7 et 978-3-905049-00-8, ASIN 3905049007)
  • Howard Mayer Brown (trad. Jacques Gouelou), L'ornementation dans la musique du XVIe siècle, Presses Universitaires de Lyon, , 112 p. (ISBN 978-2-7297-0387-5)

ArticlesModifier

Article contextuelModifier