Didius Julianus

empereur romain en 193

Didius Julianus
Empereur romain
Image illustrative de l’article Didius Julianus
Sesterce de Didius Julianus.
Règne
-
(2 mois et 4 jours)
Période 2e année des quatre empereurs
Précédé par Pertinax
Usurpé par Pescennius Niger
Septime Sévère
Suivi de Septime Sévère
Biographie
Nom de naissance Marcus Didius Severus Julianus
Naissance [1]
Mediolanum (Italie)
Décès (à 60 ans) - Rome
Père Quintus Petronius Didius Severus
Mère Aemilia Clara
Épouse Manlia Scantilla
Descendance Didia Clara
Empereur romain

Didius Julianus (Imperator Caesar Marcus Didius Severus Julianus Augustus) (-) est un empereur romain qui régna du 28 mars au .

Enfance et jeunesseModifier

La date de naissance de Julianus est variable selon les sources : selon Dion Cassius ou selon l'Histoire Auguste[2]. Il était le fils de Quintus Petronius Didius Severus et d'Aemilia Clara[3]. Quintus, le père, était issu d'une famille importante de Mediolanum (Milan), les Petronii. Aemilia, la mère, avait quant à elle des origines nord-africaines par son père, originaire de la cité d'Hadrumetum[4]. Deux autres fils naquirent de cette union : Didius Proculus et Didius Nummius Albinus, frères de Julianus[3].

Il fut élevé par Domitia Lucilla Minor, mère de Marc Aurèle[5], et tous deux contribuèrent à l'ascension du jeune Didius. A une date indéterminée, il épousa Manlia Scantilla, qui lui donna une unique fille, Didia Clara, née peut-être vers 175[6],[7].

Carrière sénatorialeModifier

Grâce à la recommandation de Domitia Lucilla, Julianus put obtenir le vigintivirat[8], première étape de son cursus honorum[9]. Il obtint par la suite les postes de questeur[8] (un an avant l'âge légal) et d'édile[10] avant d'être nommé, aux alentours de 162, préteur[10],[11]. Il obtint ensuite le commandement de la Legio XXII Primigenia, stationnée à Mogontiacum (Mainz) en Germanie supérieure[11],[12]. En 171, il devint préfet de la Gaule Belgique, poste qu'il occupa durant cinq années[11],[13]. Son action pour la défense de la province, menacée par une attaque des Chauques[13], lui aurait valu d'être récompensé par le consulat en 175, aux côtés de Pertinax[14],[15]. Julianus se distingua ensuite dans une campagne contre les Chattes[16], avant d'être chargé vers 176 du gouvernement de la Dalmatie[17], puis de la Germanie inférieure de 180 à 185[11],[18].

La carrière de Julianus se trouva toutefois ralentie sous le règne de Commode, qui le nomma ainsi praefectus alimentorum, chargé d'organiser l'aide alimentaire destiné aux enfants des citoyens italiens les plus pauvres (les alimenta, créées par Trajan)[19]. Cette "rétrogradation" pourrait s'expliquer par l'implication de Didius Julianus dans un complot contre Commode, auquel participa notamment un de ses proches, P. Salvius Julianus[20]. Il fut ensuite nommé gouverneur de la province de Bithynie[21], l'éloignant ainsi de Rome, avant d'obtenir, en 189-190, le poste de proconsul d'Afrique, où il succéda à Pertinax[15],[22].

Une prise du pouvoir contestée et courteModifier

Lorsque l'empereur Pertinax fut assassiné par la garde prétorienne, Didius Julianus, poussé par ses proches, revendique le trône. Il se rendit au camp des prétoriens, mais se heurta au beau-père de Pertinax, Titus Flavius Claudius Sulpicianus, qui revendiquait aussi l'empire. Les prétoriens poussèrent alors chacun des deux prétendants à enchérir sur leurs futurs bienfaits. Julianus l'emporta en promettant à chaque soldat de la garde 25 000 sesterces. Cet épisode fut par la suite considéré comme particulièrement honteux, l'empire paraissant avoir été mis aux enchères par ses soldats. Le Sénat, menacé par les militaires, le nomma empereur, et son épouse et sa fille reçurent le titre d'« Augusta »[23].

Rapidement Julianus se révéla très impopulaire, et la foule le conspuait lorsqu'il se présentait au cirque. Trois généraux (Pescennius Niger en Syrie, Clodius Albinus en Bretagne et Septime Sévère en Pannonie) entrèrent rapidement en rébellion : ils refusaient de reconnaître l'autorité de Julianus et se déclarèrent chacun empereur[24]. Septime Sévère, dont les troupes étaient les plus proches de Rome, fut déclaré ennemi public[25]. Julianus tenta par tous les moyens de contrecarrer son avancée : il envoya un sénateur pour convaincre les soldats de Septime d'abandonner leur général, nomma un nouveau gouverneur de Pannonie Supérieure et chargea même un centurion d'assassiner Septime[26]. Toutefois, toutes ces tentatives échouèrent et Julianus ne put empêcher son ennemi de s'emparer du port et de la flotte de Ravenne.[27] Septime refusa également la proposition de Julianus de partager l'empire[28] et poursuivit sa route, se ralliant différentes cités d'Italie[29] tout en s'assurant, qu'à Rome, les assassins de Pertinax se trouvaient sous bonne garde[30]. Abandonné de tous, en dehors d'un de ses préfets et de son gendre Cornelius Repentinus[31], Julianus se vit retirer son titre au bénéfice de Septime Sévère, déclaré empereur par le Sénat le . Le 2 juin 193, le Sénat condamna Julianus à mort et ce dernier fut assassiné par un soldat, dans le palais impérial[32].

Si sa mémoire fut condamnée (damnatio memoriae)[33] et son patrimoine saisi, son corps fut rendu à sa femme Manlia Scantilla et à sa fille Didia Clara par Septime Sévère, pour être inhumé dans le tombeau de son bisaïeul (le juriste Salvius Julianus), au cinquante mille de la Via Labicana[34].

MonnaiesModifier

 
Dupondius à la déesse Fortuna.

Les monnaies frappées à Rome durant le bref règne de Didius Julianus montrent son portrait. Les messages politiques sont assez ordinaires. Julianus s'y proclame le maître du monde (rector orbis). Ce thème se retrouve dans la figure de la déesse Fortuna (dupondius) qui dirige le globe terrestre d'une rame-gouvernail dans la main droite et la corne d'abondance dans la gauche. Cette figure signifie aussi que l'arrivée au pouvoir de Julianus est le résultat de la volonté divine tout en étant un gage de prospérité pour tout l'empire. Son épouse, Manlia Scantilla, et sa fille, Didia Clara, furent associées sur ses monnaies à la déesse Junon, reine et à l'allégresse du temps présent, que son règne devait apporter. Il célébra aussi la concorde des armées (concordia militum), mais cela ne suffit pas à lui rallier les légions provinciales.

Noms successifsModifier

  • 133 ou 137, né Marcus Didius Severus Julianus.
  • Mars 193, accède à l'Empire : Imperator Cæsar Marcus Didius Severus Julianus Augustus.
  • Juin 193, titulature à sa mort : Imperator Cæsar Marcus Didius Severus Julianus Augustus, Tribuniciæ Potestatis I, Imperator I, Consul I, Pater Patriæ.

BibliographieModifier

Sources :

Études modernes :

  • André Chastagnol, Histoire Auguste. Les empereurs romains des IIe et IIIe siècles, Paris, 1993.
  • Michel Christol, L'Empire romain du IIIe siècle, Paris, 1997.
  • W. Dhaeze & H. Thoen, « Le camp romain de Maldegem (Flandre orientale, Belgique) », dans Acts of the XIVth UISPP Congress, University of Liège, Belgium, 2-8 September 2001, Section 13 : The Roman Age, BAR IS 1312, p004, p. 19-27.
  • J.B. Leaning, « Didius Julianus and his Biographer », Latomus, 1989, 48, p. 548-565.
  • Steve Pasek, Coniuratio ad principem occidendum faciendumque, Der erfolgreiche Staatsstreich gegen Commodus und die Regentschaft des Helvius Pertinax (192/193 n. Chr.), Beiträge zur Geschichte, AVM, München, 2013, (ISBN 978-3-86924-405-1).
  • Steve Pasek, Imperator Cæsar Didius Iulianus Augustus. Seine Regentschaft und die Usurpationen der Provinzstatthalter (193 n. Chr.), Beiträge zur Geschichte, AVM, München, 2013, (ISBN 978-3-86924-515-7).
  • Christian Settipani, Continuité gentilice et Continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines à l'époque impériale, Linacre College, Oxford University, coll. « Prosopographica & Genealogica », , 597 p. (ISBN 1-900934-02-7)

Notes et référencesModifier

  1. Dion Cassius, Histoire romaine.
  2. Dion Cassius, LXXIV, 17, 5 ; Histoire Auguste, Didius Julianus, 8-9.
  3. a et b Histoire Auguste, Didius Julianus, I, 2.
  4. (en) J. B. Leaning, « Didius Julianus and his Biographer », Latomus,‎ 48, juillet-septembre 1989, p. 553.
  5. Histoire Auguste, Didius Julianus, I, 3.
  6. Histoire Auguste, Didius Julianus, III, 4.
  7. (de) Dietmar Kienast, Werner Eck, Matthäus Heil, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, , p. 148.
  8. a et b Histoire Auguste, Didius Julianus, I, 4.
  9. L'inscription CIL,VI, 1401 = ILS, 412 résume l'intégralité de la carrière de Didius Julianus (en dehors de son poste de vigintivir). Aujourd'hui disparue, cette inscription fut "élevée dans le parc de sa maison à Rome par ses administrés de Biscia Lucana, satisfaits de son service". Voir ainsi André Chastagnol, Histoire Auguste, Paris, 1994, p. 282-283
  10. a et b Histoire Auguste, Didius Julianus, I, 5.
  11. a b c et d (de) Dietmar Kienast, Werner Eck, Matthäus Heil, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, , p. 147.
  12. Histoire Auguste, Didius Julianus, I, 6.
  13. a et b Histoire Auguste, Didius Julianus, I, 7.
  14. Histoire Auguste, Didius Julianus, I, 8 et II, 3 ; Pertinax, XIV, 5.
  15. a et b (de) Dietmar Kienast, Werner Eck, Matthäus Heil, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, , p. 145 et 147.
  16. Histoire Auguste, Didius Julianus, I, 8.
  17. Histoire Auguste, Didius Julianus, I, 9.
  18. Histoire Auguste, Didius Julianus, II, 1.
  19. Histoire Auguste, Didius Julianus, 2.1. Pour l'instauration de cette institution sous Trajan, voir Pline, Panégyrique, 26-28
  20. Histoire Auguste, Didius Julianus, II, 1. Voir également André Chastagnol, Histoire Auguste, Paris, 1994, p. 282-283.
  21. Histoire Auguste, Didius Julianus, II, 2
  22. Histoire Auguste, Didius Julianus, II, 3 ; Pertinax, IV, 1 et XIV, 5.
  23. Histoire Auguste, Didius Julianus, III, 3-4 et IV, 5.
  24. Dion Cassius, LXXIV, 14, 3-4 ; Histoire Auguste, Didius Julianus, V, 1-2.
  25. Histoire Auguste, Didius Julianus, V, 3 ; Septimius Severus, V, 5.
  26. Histoire Auguste, Didius Julianus, V, 4-8.
  27. Dion Cassius, LXXIV, 16, 5 ; Histoire Auguste, Didius Julianus, VI, 3.
  28. Dion Cassius, LXXIV, 17, 2 ; Histoire Auguste, Didius Julianus, VI, 9 et Septimius Severus, V, 7 ; Hérodien, II, 12, 3.
  29. Hérodien, II, 11, 6.
  30. Dion Cassius, LXXIV, 17, 3.
  31. Histoire Auguste, Didius Julianus, VIII, 6.
  32. Dion Cassius, LXXIV, 17, 4-5 ; Histoire Auguste, Didius Julianus, VIII, 7-8 ; Hérodien, II, 12, 6. Dion Cassius rapporte que ses dernières paroles auraient été les suivantes : « Mais qu'ai-je donc fait ? Qui ai-je volé ? Qui ai-je assassiné ? ».
  33. (de) Dietmar Kienast, Werner Eck, Matthäus Heil, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, , p. 147.
  34. Histoire Auguste, Didius Julianus, VIII, 10.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :