Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aaron.

Didier Aaron, né le à Paris (1er arrondissement) et mort le , est un résistant, antiquaire et galeriste français.

BiographieModifier

Fils d'un banquier et d'une antiquaire proche de Marie Laurencin et d'Henri Bergson, Didier Aaron fréquente le lycée Janson-de-Sailly et est par la suite licencié en droit, en histoire de l'art et ès lettres[1],[2].

Résistant dans le maquis du Vercors, il est décoré de la Croix de guerre 1939-1945 et de la Médaille de la Résistance[2].

Il crée son entreprise au sortir de la guerre, Didier Aaron et Cie et s'établit rue du Faubourg-Saint-Honoré. Spécialiste du mobilier français du XVIIIe siècle, il s'associe à des décorateurs, dont Jacques Grange, et développe sa société en créant des succursales à Londres, New-York et Los Angeles[3] et en investissant en Asie[4]. Professionnel reconnu, il est expert près les Douanes françaises, membre du Comité Colbert, du groupe Antiquaires à Paris et du Syndicat national des antiquaires[1]. Il a également présidé l'association des Amis du Musée Nissim-de-Camondo[4]. En 1991, il laisse son entreprise à son fils, Hervé Aaron, qui devient ensuite le président du Syndicat national des Antiquaires[3].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier