Ouvrir le menu principal
Diaspora maghrébine

Populations significatives par région
Drapeau de la France France 4 631 000 (2011)[1](Michèle Tribalat)
8 000 000-9 000 000[2]
Drapeau de l'Italie Italie 1 250 000
Drapeau de l'Espagne Espagne 1 000 000
Drapeau d’Israël Israël 650 000
Drapeau de la Belgique Belgique 600 000
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 600 000
Drapeau du Canada Canada 425 000
Drapeau de l'Angleterre Angleterre 330 000
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 300 000
Drapeau des États-Unis États-Unis 280 000
Drapeau de la Libye Libye 130 000
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 80 000
Drapeau de la Suède Suède 50 000
Drapeau de la Suisse Suisse 40 000
Drapeau de la Norvège Norvège 30 000
Drapeau du Danemark Danemark 26 000
Drapeau de l'Égypte Égypte 26 000
Drapeau du Qatar Qatar 25 000
Drapeau de l'Autriche Autriche 7 330
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 7 000
Drapeau du Portugal Portugal 4 000
Autres
Régions d’origine Maghreb
Langues Arabe maghrébin, Berbère avec toutes leurs variantes
Français (France, Belgique, Canada, Suisse, Afrique subsaharienne...)
Espagnol (Espagne, Venezuela, Colombie, Argentine, Chili, Mexique...)
Italien (Italie, Suisse)
Portugais (Portugal, Brésil)
Hébreu (Israël)
Néerlandais (Belgique, Pays-Bas)
Anglais (Royaume-Uni, États-Unis, Canada)
Religions Islam (grande majorité)
minorités chrétiennes (Espagne, Portugal, Amérique latine) et juives

La diaspora maghrébine est constituée par les personnes vivant à l'extérieur du Maghreb, qui y sont nées ou, selon les définitions, dont un ascendant y est né. Elle est la conséquence directe du fort taux d'émigration qu'a connu le Maghreb depuis la décolonisation ayant eu lieu entre 1956 pour la Tunisie et le Maroc, et 1962 pour l'Algérie. Depuis ces événements l’immigration maghrébine explosait réellement.

DémographieModifier

FranceModifier

L’immigration maghrébine en France est une immigration ancienne, mais c’est dans les années 1950 que l’immigration maghrébine explose réellement. Dans les années 1960 et 1970, la conjoncture économique favorable qu'a connue la France a favorisé l'immigration, en particulier en provenance du Maghreb. En conséquence, les personnes d'origine maghrébine représentent 8,7 % de la population française des moins de 60 ans en 2011[1],[3] et 16 % des enfants nés en 2006-2008 ont au moins un grand-parent maghrébin[4].

Estimations fondées sur les données de l'InseeModifier

En 2015, Michèle Tribalat, dans une nouvelle estimation des populations d'origine étrangère en 2011[1], estime à au moins 4,6 millions le nombre de personnes d'origine maghrébine sur trois générations en 2011 selon la répartition suivante[5] :

Pays d'origine

(milliers)

Immigrés

(tous âges confondus)

1re génération née en France

(tous âges confondus)

2e génération née en France

(moins de 60 ans uniquement)

Total
Algérie 737 1 170 563 2 470
Maroc 679 698 130 1 507
Tunisie 246 280 129 655
Total Maghreb 1 662 2 148 821 4 631

Note : pour la 2e génération née en France, seules les personnes âgées de moins de 60 ans sont prises en compte.

Par ailleurs, selon cette même étude de Michèle Tribalat, les personnes d'origine maghrébine sur trois générations représentent 8,7 % de la population française des moins de 60 ans en 2011[1].

En 2018, l'Insee indique qu' il y avait en France 1,9 millions immigrés du Maghreb [6] ainsi que 2,4 millions de descendants directs nés en France d'au moins un parent maghrébin soit 4,3 millions au total[7] auquels s'ajoutent les petits-enfants d'immigrés maghrébins estimés à 821 000 en 2011 par Michèle Tribalat[8] soit au total 5,1 millions de personnes d'origine maghrébine sur trois générations.

Pays d'origine

(milliers)

Immigrés (Insee 2018)

(tous âges confondus)

1re génération née en France (Insee 2018)

(tous âges confondus)

2e génération née en France (Tribalat 2011)

(moins de 60 ans uniquement)

Total
Algérie 842 1 151 563 2 556
Maroc 775 922 130 1 827
Tunisie 287 342 129 758
Total Maghreb 1 904 2 415 821 5 140

Sources: Insee pour les immigrés et la 1re génération née en France (2018). M.Tribalat pour la 2e génération née en France (2011).

Autres estimationsModifier

Pour l'historien Pierre Vermeren, spécialiste du Maghreb, selon des estimations hautes, en France on « compterait 4 à 5 millions d'Algériens et descendants, autour de 3 millions de Marocains, 1 million de Tunisiens »[9]. En extrapolant à partir des chiffres de l'INSEE de 2008, il estime à « 2,5 millions sur quatre générations » les résidents en France nés au Maroc ou descendants de personnes nées au Maroc[10].

Dans une étude réalisée à partir des données du recensement de 1999, ainsi que d'une enquête complémentaire nommée Étude de l’histoire familiale (EHF), la démographe de l'INED Michèle Tribalat estime en 2004 à près de 3 millions le nombre de personnes nées au Maghreb ou en descendant sur trois générations en 1999[11].

De son côté, l'Institut Montaigne, plateforme de réflexion, de propositions et d'expérimentations consacrée aux politiques publiques en France, estime, dans un de ses rapports ayant pour objectif la promotion du concept de discrimination positive et publié en 2004, qu'à partir des données du recensement de 1999 il y aurait en France entre 5 et 6 millions d'habitants d'origine maghrébine sur quatre générations, dont 3,5 millions auraient la nationalité française[12].

Selon Hakim El Karoui qui a dirigé le rapport de l’Institut Montaigne sur la politique arabe de la France (août 2017), six millions de personnes, immigrés de première, deuxième ou troisième génération, ont un lien direct avec le Maghreb[13].

D'après l'Aida, l'Association internationale de la diaspora algérienne à l’étranger, créée à Londres en 2012, les Algériens ou personnes d'origine algérienne vivant en France en 2012 serait au nombre de 5 millions[14]. Le nombre de Tunisiens résidant en France serait évalué à un peu plus de 600 000 personnes par l'Office des Tunisiens à l'étranger[15].

Selon les statistiques 2013 issues de l'Office de la migration internationale des Nations unies, 840 000 Algériens ont quitté l'Algérie sous Bouteflika contre 110 000 dans la décennie 90[16].

Pour Hugues Lagrange, « la communauté maghrébine […] présente sur le sol français depuis trois, voire quatre générations […] représente un groupe de près de six millions de personnes » en 2015[17].

NatalitéModifier

9,2 % des enfants nés en 2013 en France métropolitaine, soit 71 660 sur 779 883, ont un père né au Maghreb, avec la plus forte proportion dans les départements du Vaucluse (21,3 %), de Seine-Saint-Denis (21,1 %), de la Corse (18,4 %), de l'Hérault (17,2 %), des Alpes-Maritimes (15,7 %). Au niveau des régions, c'est en Corse que l'on trouve la plus forte proportion avec 18,4 % devant les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur (15,0 %), Languedoc-Roussillon (14,3 %), Île-de-France (13,7 %) et Rhône-Alpes (10,1 %)[18].

Sur trois générations, 16 % des nouveau-nés en France métropolitaine entre 2006 et 2008, soit environ 125 à 130 000 nouveau-nés chaque année, ont au moins un grand-parent maghrébin, avec des variations importantes par région. La moitié sont d'ascendance mixte[19].

Aspects sociaux-culturels et économiquesModifier

Selon une étude du Secrétariat général de l'immigration, parmi les 780 000 « très diplômés » (masters, grandes écoles et doctorat) en France en 2012, qui ne sont pas de nationalité française, on trouve des nationaux de l'Algérie et du Maroc avec 66 000 diplômés chacun et de Tunisie avec 26 000 diplômés. Intercalés entre ces trois pays on trouve des nationaux du Royaume-Uni (40 000) et de l'Allemagne (30 000)[20].

Selon une étude menée en 2008 par l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSE) et le cabinet CJDIM, citée par le magazine Le Maghreb, le quotidien de l'économie, plus de 13 000 entrepreneurs d'« origine maghrébine » sont installés à Paris (6 000 Algériens, 4 900 Marocains, 3 115 Tunisiens) sur un total de 130 322, soit 10 % des entrepreneurs d’Île-de-France. Ils représenteraient 5,9 % de l'ensemble des chefs d'entreprise en France. Le secteur principal des investisseurs maghrébins serait essentiellement le commerce de gros et de détails (30,04 %). La diaspora algérienne est plutôt orientée vers l'hôtellerie et la restauration, la diaspora marocaine vers l'immobilier et la diaspora tunisienne vers le commerce et la construction[21].

Selon le Conseil de l'Ordre des médecins en France, 8,5 % des 276 354 médecins inscrits au tableau de l'Ordre au sont nés dans un pays du Maghreb[22].

Selon Will Higbee, maître de conférence en Français à Exeter, parmi les vingt acteurs français ayant totalisé le plus grand nombre d'entrées en France au cours des années 2000, cinq seraient des « Maghrébins-français » : Kad Merad, Dany Boon, Samy Naceri, Zinedine Soualem et Gad Elmaleh. Un peu plus loin figurent Jamel Debbouze et Roschdy Zem[23].

Pour Hugues Lagrange, les jeunes issus de l’immigration maghrébine, s’ils souffrent plus du chômage, « ne sont pas, dans leur grande majorité, moins bien insérés dans la société française que les jeunes issus des milieux populaires autochtones. Beaucoup des descendants ont aujourd’hui acquis des positions à la fois dans le monde économique, le monde associatif, la sphère administrative et, dans une moindre mesure, des responsabilités électives au niveau local »[17].

EuropeModifier

Selon l'historien Pierre Vermeren, il y a environ 15 millions de personnes d'origine maghrebine en Europe de l'Ouest en 2016[24].

En dehors de la France, Bruxelles, Anvers et Amsterdam sont les villes principales qui abritent des communes avec des populations à majorité maghrébine, comme à Molenbeek-Saint-Jean[25], Borgerhout ou encore Amsterdam-West[26],[27].

BelgiqueModifier

Articles détaillés : Marocains en Belgique et Rifains.
Diaspora maghrébine en Belgique
Pays de naissance Nombre estimé
  Maroc 608 337[28]
  Tunisie 24 810
  Algérie 9 944[29]

Selon l'estimation de l'association Aida, en 2011, les personnes nées au Maghreb et leurs descendants seraient de 150 735 soit 7,6 % de la population belge venant du Maroc, 50 000 venant d'Algérie[30]et 24 810 venant de Tunisie pour l'année 2012[31]. Ils constitueraient 4,5 % de la population belge[32]. Selon un article du journal belge Lalibre et l'Université catholique de Louvain, on compterait jusqu'à 600 000 Marocains en Belgique en 2016[33],[34]. Une écrasante majorité de la diaspora maghrébine est composé de la communauté marocaine qui domine les communautés étrangères dans les villes de Bruxelles et d'Anvers. Quant aux Algériens, la majorité est originaire de l'immigration algérienne en France.

Pays-BasModifier

Diaspora maghrébine aux Pays-Bas
Pays de naissance Nombre estimé
  Maroc 423 900
  Tunisie 9 928
  Algérie 8 338[35]

Selon le Bureau central de la statistique, les Marocains seraient pas plus de 500 000 aux Pays-Bas[36]. Minoritaires, les Tunisiens suivent avec 9 928 et les Algériens 8 338 d'après le Raad voor Maatschappelijke Ontwikkeling (RMO)[37]. Comme en Belgique, la majorité des Tunisiens et Algériens installés aux Pays-Bas sont essentiellement issus de l'immigration algérienne et tunisienne en France.

Articles détaillés : Diaspora marocaine aux Pays-Bas et Rifains.
 
Proportion de Marocains aux Pays-Bas par communes et quartiers. Le rouge vif désigne le maximum, 24 %. (Bureau central de la statistique, 2007)

Aux Pays-Bas et en Flandre (Belgique), les Marocains sont surnommés de Mocro's.

Le grand nombre de Marocains aux Pays-Bas s'explique avec l'histoire des Marocains aux Pays-Bas qui remonte jusqu'aux années 40'. Les Marocains étaient peu nombreux durant la première vague d'immigration aux Pays-Bas, entre la moitié des années 1940 et la moitié des années 1960, constituée essentiellement d'individus en provenance des anciennes colonies néerlandaises. La première génération d'allochtones marocains est constituée d'individus venus en provenance du nord du Maroc et notamment de Tétouan, Tanger, Al Hoceïma, Nador et les campagnes qui autourent les montagnes du Rif. Ils arrivent aux Pays-Bas dans les années 1960 et 1970 pour répondre aux appels de main-d’œuvre, et de leur famille, dans le cadre de la politique du regroupement familial. Le recrutement de travailleurs marocains s'est poursuivi jusqu'en 1973. À cette date, 22000 Marocains vivaient dans le pays. Malgré le fait que les migrants marocains n'étaient qu'invités à travailler aux Pays-Bas avant de retourner chez eux, leur nombre n'a pas diminué. Aussi, en 1980, on compte dans le pays 72 000 allochtones marocains ; 168 000 en 1990 ; et 335 127 en 2008[38]. Outre la politique du regroupement familial, le taux de natalité élevé des immigrés marocains a contribué au doublement de leur nombre entre 1990 et 2008. Ainsi, en 2008, 47 % des Marocains vivant aux Pays-Bas sont nés aux Pays-Bas. Aujourd'hui, les villes essentiellement peuplés de Maghrébins sont Amsterdam, Rotterdam, Utrecht, La Haye et Eindhoven.

SuisseModifier

L'Office fédéral des Migrations publie une étude sur les flux en provenance du Maroc, de la Tunisie et de l'Algérie[39].

En dehors de l'EuropeModifier

Montréal est connue pour être la ville à plus forte concentration maghrébine en Amérique du Nord et aussi pour avoir un quartier entièrement réservé aux Maghrébins nommé « Little Maghreb »[40], mais selon la statistique et la source de l'article Maghrébins, ils seraient probablement 420 000 au Canada. En Asie, le pays avec le plus de maghrébins sur son sol est Israël, on dénombre environ 1 000 000 de personnes d'origine maghrébine. À l'origine, les deux principales destinations des maghrébins sont la France et le Canada. Mais suite à des traités signés avec d'autres pays (notamment avec la Belgique et les Pays-Bas), la France et le Canada ne seront plus leur seules destinations. Néanmoins, la France reste le pays à plus forte communauté maghrébine dans le monde et le Canada abrite toujours une population maghrébine non négligeable[réf. nécessaire].

Difficultés de recueil des données statistiquesModifier

En raison du nombre de personnes en situation irrégulière, les statistiques officielles ne semblent pas refléter les données réelles des flux migratoires, comme en témoignent plusieurs sources[41],[42].

RéférencesModifier

  1. a b c et d Michèle Tribalat, « Une estimation des populations d’origine étrangère en France en 2011 », Espace populations sociétés, 2015/1-2, en ligne
  2. Pierre Vermeren, «Face à l’islam de France, du déni à la paralysie», L’Express, 03/06/2014 Les estimations hautes décrivent une France qui compte de 4 à 5 millions d’algériens et descendants, 3 millions de marocains, 1 million de tunisiens, 2 millions d’Africains du Sahel, 800 000 turcs.
  3. Immigrés et descendants d’immigrés en France, édition 2012, télécharger le PDF.
  4. Les immigrés, les descendants d'immigrés et leurs enfants, Pascale Breuil-Genier, Catherine Borrel, Bertrand Lhommeau, Insee 2011, p. 36.
  5. Tableau 2 pour les immigrés et la 1re génération née en France et tableau 5 pour la 2e génération née en France
  6. Répartition des immigrés par groupe de pays de naissance en 2018, INSEE, 25 juin 2019
  7. Origine géographique des descendants d’immigrés Données annuelles 2018, INSEE, 19 juillet 2019
  8. Une estimation des populations d’origine étrangère en France en 2011, M.Tribalat, 2015
  9. Pierre Vermeren, «Face à l'islam de France, du déni à la paralysie», L'Express, 03/06/2014
  10. Pierre Vermeren, «France-Maroc : je t’aime, moi non plus», Orient XXI, 22 janvier 2015
  11. Michèle Tribalat, « Une estimation des populations d'origine étrangère en France en 1999 », Population, vol. Vol. 59,‎ , p. 51-81 (ISSN 0032-4663, lire en ligne, consulté le 6 septembre 2015)
  12. «Il y a aujourd’hui en France quatre générations d’Arabo-maghrébins...On peut estimer aujourd’hui à quelque 5 à 6 millions, au minimum, le nombre de personnes installées en France originaires du Maghreb, avec environ 1,5 million d’immigrés (non naturalisés) et 3,5 millions de citoyens français dont environ 500 000 Harkis et leurs enfants. Par ailleurs, environ 400 000 enfants seraient nés d’un couple mixte dont un des parents est maghrébin. », Les oubliés de l'égalité des chances, Institut Montaigne, 2004.
  13. Hakim El Karoui : « Il faut assumer les lignes de démarcation avec l’islamisme », Jeune Afrique, 19 février 2018
  14. La diaspora Algérienne, Près de 5 millions d’Algérien établis en France, Site de l'AIDA, 2012
  15. Communauté tunisienne à l'étranger (Office des Tunisiens à l'étranger)
  16. « 840 000 Algériens ont quitté le pays sous Bouteflika contre 110 000 dans la décennie 90 », sur Al Huffington Post (consulté le 9 avril 2017)
  17. a et b Hughes Lagrange, Osons voir les tares morales d’une minorité désocialisée, Le Monde, 14 janvier 2015
  18. Enfants nés vivants suivant le pays de naissance du père par département et région de domicile de la mère, Insee 2013
  19. Les immigrés, les descendants d'immigrés et leurs enfants, Pascale Breuil-Genier, Catherine Borrel, Bertrand Lhommeau, Insee 2011
  20. Le Maghreb en tête des « très diplômés » immigrés en France, Le Monde, 19 mars 2012
  21. 13 000 entrepreneurs maghrébins installés à Paris, Le Maghreb, 21 janvier 2008
  22. 19,6 % des médecins sont nés à l'étranger et parmi eux 43,6% sont nés au « Petit Maghreb » ; ce qui fait référence à l’Algérie (25 %), au Maroc (11,5 %) et à la Tunisie (7,1 %), «Les flux migratoires et trajectoires des médecins», CNOM, 2014.
  23. Will Higbee, Post-beur Cinema: North African Emigre and Maghrebi-French Filmmaking in France since 2000, Edinburgh University Press, 2013, p. 39, voir en ligne sur Google Books.
  24. Au cœur des réseaux djihadistes européens, le passé douloureux du Rif marocain, Le Monde, 23 mars 2016
  25. http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/11/16/31001-20151116ARTFIG00292-comment-la-belgique-est-elle-devenue-le-sanctuaire-du-desastre.php
  26. https://wnl.tv/2018/04/14/veel-minder-overlast-van-marokkaanse-hangjongeren-dan-20-jaar-geleden/
  27. https://www.parool.nl/amsterdam/marokkaanse-amsterdammers-vieren-feest-om-wk-deelname~a4535976/
  28. http://www.lameuse.be/30728/article/2017-01-10/le-maroc-interdit-la-vente-de-la-burqa-pourquoi
  29. https://www.nieuwsblad.be/cnt/dmf20150922_01880481
  30. http://aida-association.org/diaspora/index.php
  31. http://www.ote.nat.tn/fileadmin/user_upload/doc/Repartition_de_la_communaute_tunisienne_a_l_etranger__2012.pdf
  32. (nl) Beste wensen, inbegrepen aan de 2.738.486 inwoners van vreemde afkomst in België op 01/01/2012, npdata.be,
  33. http://www.lalibre.be/actu/belgique/renvoyons-au-maroc-nos-prisonniers-et-delinquants-marocains-51b8b42fe4b0de6db9b9594b
  34. Frédéric Moray, «90 secondes pour comprendre pourquoi beaucoup de Marocains sont venus s’installer en Belgique dès 1964» sur RTL.
  35. http://statline.cbs.nl/StatWeb/publication/?DM=SLNL&PA=37325&D1=0&D2=a&D3=0&D4=0&D5=a&D6=l&HDR=G2,G3&STB=G1,G5,T,G4&VW=T
  36. https://npofocus.nl/artikel/7771/heeft-nederland-een-marokkanenprobleem-
  37. http://www.tubantia.nl/algemeen/binnenland/multicultikaart
  38. http://www.nidi.nl/shared/content/output/reports/nidi-report-67.pdf
  39. « https://www.sem.admin.ch/dam/data/sem/publiservice/publikationen/diaspora/diasporastudie-maghreb-f.pdf »
  40. « Montréal en six quartiers, du Maghreb à l'Italie », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2017)
  41. « Diaspora algérienne: la guerre des chiffres », JOL Press,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2017)
  42. « Belgique et Algérie vont examiner les questions de visa et d'immigration », DH.be,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2017)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Yamina Benguigui, Mémoires d'immigrés : L'Héritage maghrébin, Albin Michel, 1997
  • Pascal Blanchard, Éric Deroo, Driss El-Yazami, Pierre Fournié et Gilles Manceron, Le Paris arabe : Deux siècles de présence des Orientaux et des Maghrébins, 1830-2003, La Découverte, 2003
  • Yvan Gastaut, Driss El Yazami et Naïma Yahi (dir.), Générations : Un siècle d'histoire culturelle des Maghrébins en France, Paris, Gallimard, catalogue d’exposition, 2009
  • Mohand Khellil, «La diaspora maghrébine» in Marie Angels Rouque (dir.), Les Cultures du Maghreb, L'Harmattan, 1996, p. 171-187
  • Mohand Khellil (dir.), Maghrébins de France : De 1960 à nos jours, la naissance d'une communauté, Privat, 2004
  • Sara Skandrani, Les Mille Voix de Shahrazade : Construction identitaire des adolescentes d'origine maghrébine en France, Pensée sauvage, 2011
  • Évelyne Perrin, Jeunes maghrébins de France : La Place refusée, L'Harmattan, 2008
  • Frédérique Sicard, Enfants issus de l'immigration maghrébine : Grandir en France, L'Harmattan, 2011

Articles connexesModifier