Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec diphonie.

On nomme diaphonie, du grec διά, dia, en divisant et ϕωνή, phônê, son (parfois « bruit » ou « crosstalk » en anglais) l'interférence d'un premier signal avec un second. On trouve des traces du premier signal dans le signal du second, souvent à cause de phénomènes d'induction électromagnétique.

Afin de minimiser la diaphonie, on utilise par exemple des paires torsadées dans les câbles servant aux transmissions de données dans les réseaux téléphoniques et informatiques.

EffetsModifier

La diaphonie est un défaut inhérent aux platines vinyle, car les 2 signaux qui composent la stéréophonie sont gravés sur les 2 pentes du sillon et que la lecture est mécanique. De fait un signal fort d'un coté impacte forcément la pointe lectrice et se répercute légèrement sur le signal de l'autre voie. On la trouvait également sur les magnétophones analogiques, car la magnétisation d'une piste pouvait influencer l'autre quand les 2 pistes étaient très proche (mini-k7). En numérique ce problème n'existe pas, hors défaut de conception extrême.

On parle de diaphonie dans le cas de multiples canaux de communication ou de données, là où l'un interfère sur l'autre (ou les autres), gênant ainsi l'écoute sur les autres canaux.

Le phénomène se rencontrait parfois à l'époque du téléphone analogique, cette diaphonie - ou plutôt ce mélange - donna naissance à un classique de la littérature policière : Raccrochez, c'est une erreur (Sorry, wrong number) d'Ullman et Fletcher.

AtténuationModifier

En stéréophonie, la matrice de diaphonie d'un canal sur l'autre est à diagonale dominante. Elle est donc inversible : on peut appliquer une matrice inverse au signal, réduisant ainsi fortement ladite diaphonie. Ce procédé a été nommé un peu abusivement stéréo élargie (il aurait été plus honnête de parler de stéréo non réduite); il s'est largement répandu dans les années 1980, tant son résultat était tangible. Autrefois le système était à mise en route manuelle, la commande de coupure a disparu aujourd'hui.

ModulationModifier

De très anciens amplificateurs stéréo possédaient au contraire, afin d'adapter l'écoute au local (éviter les effets de son dissocié dans une petite pièce), un interrupteur permettant d'introduire un peu de diaphonie dans les canaux. Le bouton se nommait : Perspective stéréo.

Ces effets (aujourd'hui numériques) sont proposés dans nombre de home studios actuels, comme avec le logiciel Cubase.

Types (télécommunication)Modifier

Dans le domaine de la télécommunication, on peut distinguer différents types de diaphonie suivant leur source et leur mesure.

Principalement, sont distinguées :

Interférences entre paires au sein d'un même câbleModifier

Entre deux pairesModifier

  • Diaphonie locale ou paradiaphonie (NEXT : Near End CrossTalk)

mesurée à l'extrémité proche, relativement à l’entité émettrice, de la ligne perturbée

  • Diaphonie distante ou télédiaphonie (FEXT : Far End CrossTalk)

mesurée à l'extrémité éloignée, relativement à l’entité émettrice, de la ligne perturbée, et moins problématique que la précédente du fait de l’atténuation

Toutes les pairesModifier

  • Diaphonie locale totale (PSNEXT (en) : Power-sum near-end cross talk)

mesure de l’effet cumulé d’une diaphonie locale provenant de toutes les paires d’un câble

  • Diaphonie distante totale (PSFEXT : Power-sum far-end cross talk)

mesure de l’effet cumulé d’une diaphonie distante provenant de toutes les paires d’un câble

Interférences entre câblesModifier

  • la Diaphonie exogène (AXT : Alien CrossTalk)

interférences causées par un (ou plusieurs) câble(s) installé(s) à proximité du câble perturbé

Voir aussiModifier