Destruction des habitats

Les 5 grandes causes de régression de la biodiversité selon l'ONU et la Convention mondiale sur la biodiversité[1].
Les flèches à double sens évoquent les relations d'exacerbations qui peuvent exister entre chacune de ses causes et les autres.
Déforestation au Guatemala.

La notion de destruction des habitats ou perte des habitats englobe tout phénomène par lequel des habitats nécessaires à la vie d'espèces, disparaissent ou se détériorent rapidement. La perte des habitats ou leur dégradation (notamment leur fragmentation) peuvent être causées par des perturbations naturelles (incendies, inondations, maladies, séismes, activité volcanique) ou des perturbations anthropiques[2].

Destruction des habitats et biodiversitéModifier

Les principales causes évoquées à l'origine de l'érosion de la biodiversité sont les modifications des habitats par l'homme (perte et dégradation des habitats dues à la déforestation, l'agriculture intensive, les routes, l'urbanisation, les exploitations minières et pétrolières…), la surexploitation de la biodiversité (surchasse, braconnage, surpêche), la pollution (des eaux, des sols, de l'air), les ravages par des espèces envahissantes, et le changement climatique[3]. La cause n°1 est la perte d'habitats par destruction directe[4]

La destruction des habitats naturels entraîne l'extinction d'espèces et le déclin de populations d'amphibiens, d'oiseaux, d'insectes (en), de reptiles, de poissons, de mammifères. Les populations de vertébrés ont été réduites de 60 % depuis 1970, selon le rapport 2018 de la World Wildlife Fund (WWF)[5]. La cause n°1 est la perte d'habitats naturels par destruction directe[4].

Notes et référencesModifier

  1. Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (2010) 3e édition des Perspectives mondiales de la diversité biologique. Montréal, 94 pages.
  2. (en) Harriet Brundle, Habitat Destruction, Greenhaven Publishing LLC, , p. 8-9.
  3. (en) Gerardo Ceballos, Paul R. Ehrlich & Rodolfo Dirzo, « Biological annihilation via the ongoing sixth mass extinction signaled by vertebrate population losses and declines », PNAS, vol. 114, no 30,‎ , p. 6089-6096 (DOI 10.1073/pnas.1704949114).
  4. a et b Groupe EcoInfo, Impacts écologiques des technologies de l'information et de la communication, EDP Sciences, , p. 74.
  5. « La disparition des animaux pourrait remettre en cause nos modes de vie », sur lemonde.fr, .

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) R. B. Primack, Essentials of Conservation Biology, Sinauer Associates, , p. 177-188
  • (en) Harriet Brundle, Habitat Destruction, Greenhaven Publishing LLC, , 32 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier