Ouvrir le menu principal

Le design collaboratif[1] est une pratique du design qui implique les usagers dans le processus créatif[2].

Sommaire

ExplicationModifier

Le design collaboratif valorise le partage de connaissances[3] et stimule la transversalité professionnelle[4].

En général, les chefs de projets s’entourent de plusieurs champs de compétences afin d’enrichir leur proposition (urbanistes et graphistes, designers produits et architectes, etc.).

Les utilisateurs sont quant à eux sollicités pour leur expertise de terrain ou d’un domaine en particulier à la genèse d’un projet. Ils sont invités ponctuellement via des séminaires, des ateliers participatifs ou du consulting par questionnaire[5].

Ils peuvent également être impliqués dans le développement du projet pour leur donner la possibilité se l’approprier. Ils sont alors complètement intégrés au processus de création grâce à des workshops collaboratifs ou de l’accompagnement de projet. Cela permet de les rendre attentifs aux transformations qui les entourent et de les rendre actifs dans leur quotidien[6].

ExemplesModifier

Tiers-lieuxModifier

De nombreux lieux de fabrication ouverts se sont développés selon cette dynamique de partage.

Nommés fablabs, ils proposent au public l’apprentissage et l’utilisation de logiciels open-source, d’outils numériques et de machines de façonnage (fraiseuse numérique, découpe laser, imprimante 3D et autres outils de fabrication). Cette accessibilité leur permet de faire émerger des idées et de s’intégrer davantage dans l’innovation et la création.

Artilect[7] à Toulouse propose par exemple de nombreux ateliers d’initiations au numérique, couplé avec un fablab accessible au tout public. Ils organisent de nombreux événements afin de promouvoir cette activité.

CollectifsModifier

Plusieurs designers et collectifs de tout domaine, partout en France, ont choisi de travailler et faire valoir leurs compétences via des collaborations de ce type.

Design graphiqueModifier

À Marseille, le collectif Jaune Sardine[8] a pour but de rendre accessible le graphisme par la médiation[9] et la collaboration en concevant des ateliers participatifs sur mesure.

Ils réalisent des outils graphiques adaptés (pochoirs, tampons, stickers) pour permettre aux usagers de s’approprier un univers graphique, de comprendre le message qu’il véhicule et les étapes de construction de celui-ci.

Ils déclinent cette démarche sur tous types de supports issus de la communication (affiche, logotype, édition, fresque, signalétique, numérique), collaborent avec de nombreux corps de métier (urbaniste, vidéaste, architecte-paysagiste, designer d’espace, menuisier, médiateur culturel, etc.) et travaillent pour diverses structures (de la culture à l’enseignement, en passant par de monde de l’entreprise).

À Strasbourg, Terrains Vagues[10] explore la pratique plastique et graphique en concevant des ateliers ludiques. Ils collaborent avec des scénographes pour réaliser des installations muséales et urbaines adaptées, avec tout type de public.

À Nantes, Marseille ou Ivry-sur-Seine, Super Terrain[11], Formes Vives[12] et le collectif Ne rougissez-pas[13] ! développent également leur pratique visuelle via à un engagement citoyen et une approche didactique, dans l’espace.

UrbanismeModifier

Des designers cherchent à enrichir les espaces urbains et ruraux, grâce à des collaborations actives avec les habitants.

À Bordeaux, le collectif Le Bruit du Frigo[14] mène des ateliers pédagogiques autour de la relation entre territoire, art et habitants. Ils conçoivent à plusieurs des structures en bois vouées à être personnalisées et pensées avec les principaux acteurs.

Ils suivent les pas de Patrick Bouchain, scénographe français, qui s’est consacré à la mise en place de dispositifs participatifs originaux pour des musées et des expositions. Sa démarche se traduit par des résidences successives au coeur des projets et à la mise en place de lieux de partage ouverts au public.

Initiative citoyenneModifier

Les habitants sont intégrés dans différents projets et phases d’échanges de manière à trouver des solutions collectives aux problématiques citoyennes.

Le projet Civic City,[15] créé par le designer graphique Ruedi Baur, allie design, architecture, sociologie, urbanisme et citoyenneté. Il regroupe ces divers acteurs autour de la conceptualisation et l’imagination d’un projet pluridisciplinaire sur le thème de la ville et ses enjeux.

MuséesModifier

Plusieurs musées cherchent à offrir à leur public une expérience de visite plus interactive. Ils développent des installations ludiques en lien avec les programmations culturelles afin de stimuler les visiteurs. Cela encourage une médiation autour du contexte et des besoins évoqués par l’art et l’innovation. La Gaîté Lyrique à Paris, créé des ateliers et workshops pour enfants dans le domaine du design et du numérique, pour les sensibiliser à ces pratiques.

Notes et référencesModifier