Ouvrir le menu principal
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.

Rivalité entre
Wydad et Raja
Rencontre entre le Wydad et le Rajale 10 avril 2011
Rencontre entre le Wydad et le Raja
le 10 avril 2011
Généralités
Sport Football
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Villes ou région Casablanca
Rivalité Derby de Casablanca
Statistiques
RCANulsWACTotal
Botola 1366030126
Coupe du Trône62513

Total426235139
Légende : RCA / WAC : Raja Casablanca / Wydad Casablanca
Situation actuelle
Botola 1 Wydad de Casablanca
Raja de Casablanca

Le derby de Casablanca (en arabe : الدربي البيضاوي) se réfère à l'antagonisme entre les deux clubs de football principaux du Maroc, tous les deux basés à Casablanca : le Raja CA et le Wydad AC. Cette rencontre se déroule traditionnellement au Stade Mohammed V et devant près de 80 000 supporters. C'est l'un des plus grands derbys du monde.

Depuis le lancement du championnat marocain, le Raja et le Wydad n'ont jamais été relégués et se sont toujours affrontés deux fois par saison en championnat et parfois en coupe.

Le derby casablancais bénéficie d'une grande couverture médiatique internationale, les chaines de télévision couvrant cette rencontre enregistrent des records d'audience. Cet évènement constitue un sujet de débat pendant plusieurs journées avant et après le match entre les supporters des deux clubs, que ce soit dans la rue, les écoles ou encore les lieux de travail.

Ce derby a un retentissement très important dans le championnat marocain, cela est en partie dû au fait que les deux clubs se disputent souvent le titre, et aussi aux spectacles qu'offrent le public et les ultras des deux rivaux, (tifos, chants, banderoles…).

La ville de Casablanca connait un ralentissement les jours de derby, de nombreuses échoppes et autres commerces ferment durant la journée du match.

Sommaire

Nature de la rivalitéModifier

 
Les deux maillots mythiques du Derby de Casablanca.

Considérés comme les deux clubs les plus populaires au Maroc, le Raja et le Wydad sont, depuis l’avènement du championnat marocain, en rivalité pour la suprématie du football casablancais et marocain.

Aujourd'hui la rivalité est au plus haut, on peut même dire que la ville de Casablanca et même tout le Maroc sont coupés en deux. Des débats ont également lieu avant, pendant et après les derbys entre des "pro-Wydadis" et des "pro-Rajaouies". Chacun des deux camps cherche des arguments, des histoires ou des thèses lui permettant de prouver sa supériorité. Les Wydadis parlent de leurs records en nombre de championnats obtenus, de leur ancienneté et des 20 titres de Botola (En 2013 , La Fédération Royale Marocaine de Football a accepté la demande de Wydad d'ajouter les 5 titres obtenus pendant l'ère coloniale au Maroc, et accordés par la Ligue du Maroc de Football Association , au palmarès de l'équipe et ainsi d'augmenter le nombre de ces titres de 12 (à l'époque) à 17. Le Wydad est la seule équipe marocaine à qui la FRMF a accordée les titres de l'ère coloniale.) tandis que les Rajaouis répliquent en citant les nombreux titres internationaux remportés, les statistiques du Derby qui affirment la suprématie du Raja en termes de victoires et des buts, la large défaite du Wydad face au Raja par 5 buts à 1 et la participation à la finale de la Coupe du monde des clubs face au Bayern Munich en 2013.

Pour comprendre cette rivalité, il faut remonter jusqu'à l'ère coloniale, où le Maroc cherchait toujours à obtenir son indépendance : ces deux clubs ont été fondés à l'époque du protectorat français du Maroc.

Le Wydad de Casablanca est fondé le 8 mai 1937 par Mohamed Benjelloun Touimi et d'autres. l'équipe de foot, quant à elle, est fondée en 1939. Le Wydad est à l'époque le seul club à avoir une équipe composée en majorité de joueurs marocains à obtenir la ligue du Maroc de football. De plus, il réussit même l'exploit de remporter quatre titres de la ligue du Maroc de football d'affilée[1]. Au retour d'un voyage en 1952, le Père Jégo, principal dirigeant du club, se retrouve poussé vers la sortie par la direction des Rouges et Blancs[2], c'est à partir de cet instant qu'il cherchera par tous les moyens à se venger et en 1955, il rejoint le Raja.

Quant au Raja CA, sa fondation remonte au 20 mars 1949, grâce à la résistance marocaine et aux chefs des syndicats marocains. Les autorités françaises interdisaient la présidence du club à un marocain, mais comme Ben Abadji Hejji était un musulman né en Algérie et possédant la nationalité française, les autorités françaises furent obligées d’accepter le fait accompli[3]. La rivalité avec le Wydad de Casablanca ne débute qu'à l'arrivée d'Affani Mohamed Ben Lahcen alias « Père Jégo ». Alors qu'il a inculqué au Wydad de Casablanca et à ses joueurs un style européen dit à l'anglaise fait de rigueur et d'efficacité, le Père Jégo change de méthode avec le Raja. Il prend pour modèle le football sud-américain, qu'il a découvert lors de ses récents voyages, un football résolument tourné vers le spectacle, faisant la part belle aux qualités techniques, plutôt qu'athlétiques ou tactiques. Il affirme d'ailleurs que « les capacités physiologiques des Marocains se rapprochent davantage de celles des Sud-Américains que des Européens. Il est donc plus logique de s'en inspirer »[4].

Bien que le Raja CA soit plus jeune que son rival, il devient rapidement l'un des clubs les plus titrés du Royaume, quoique le Wydad le dépasse en termes de palmarès. C'est cette montée en puissance du Raja qui a véritablement enflammé leur rivalité. En effet à partir des années 1990, et notamment durant la période allant de 1996 à 2001, le Raja décroche six titres de championnat consécutifs, deux ligues des Champions d'Afrique, une coupe du Trône, une Supercoupe d'Afrique, une coupe afro-asiatique et participe pour l'occasion à la première coupe du monde des clubs au Brésil, cette période marque l'âge d'or du Raja.

La première saison du Championnat du Maroc de football après l'indépendance du Maroc a vu le premier derby entre les deux équipes, match qui a connu la victoire du Raja par un but à zéro, but marqué par El Aachir Mohamed, dit El Ouejdi, sur un tir lointain[2]. Le Wydad aura finalement sa revanche lors du second match les opposant ou les rouge remportent ce match sur un score de 3-0.

HistoireModifier

Le football casablancais et marocain avant l'indépendanceModifier

Le football commence à se développer au Maroc au début du XXe siècle. L'arrivée du sport dans la ville de Casablanca coïncide avec l'arrivée des Français qui font découvrir aux Marocains les différents sports joués en France et en Europe. À partir 1913, ce sont les soldats français qui mettent sur pied les premiers clubs de football au Maroc. Parmi-eux, plusieurs clubs casablancais voient le jour tels que le Club athlétique marocain, l'Union sportive marocaine, le Racing Club Marocain et l'Union sportive athlétique. L'Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) s'installe alors au Maghreb et met en place des comités régionaux qui organisent chacun leur championnat. Au Maroc, c'est la Fédération marocaine des sports athlétiques (FMSA) qui s'occupe de la gestion du football dans le pays[5]. Le premier championnat marocain est organisé durant la saison 1915-1916 et voit le score du CA Marocain. L'US Marocaine va rafler quatre autres titres dans cette compétition démontrant la supériorité casablancaise sur le football marocain.

Après sept saisons sous l'égide de la FMSA, comité régional de l'USFSA, la Ligue du Maroc de Football Association (LMFA) est institué le à Casablanca, lors d'une Assemblée générale constitutive[5], et reconnue par la FFFA le [6]. Désormais sous l'égide de la LMFA, le championnat marocain voit à nouveau une domination des clubs casablancais qui raflent 8 titres sur les 17 éditions avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Entre-temps, si les clubs colons intègrent plusieurs musulmans dans leurs effectifs, le sentiment d'appartenance à une nation se fait de plus en plus ressentir par les Marocains qui vont utiliser le football pour leurs revendications politiques. Les premiers clubs dits musulmans vont ainsi voir le jour. Le Maghreb football de Rabat créé en 1930 et l'Union sportive de Rabat-Salé en 1932 font partie des premiers clubs musulmans au Maroc malgré la difficulté de créer un club pour les indigènes.

 
Le Wydad Athletic Club durant la saison 1947-1948.

Le Wydad Athletic Club est donc fondé dans un contexte marqué par la recrudescence du nationalisme marocain. La création du Wydad est tout d'abord destiné au water-polo. En effet, entre 1935 et 1936, le port de Casablanca était entouré de plusieurs piscines dont l'accès demandait l’appartenance à un club. Ces clubs étaient gérés par des colons. Si les indigènes pouvaient adhérer initialement à ces clubs, devant leur nombre grandissant, les colons européens décident alors de les renvoyer de ces clubs. Vient alors l'idée de créer un club pour les Marocains musulmans de la ville. Le Wydad est donc créé le par des nationalistes mais la section football du club ne voit le jour qu'en 1939, grâce à Mohamed Ben Lahcen Affani, dit Père Jégo. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale coïncide avec les débuts du Wydad. La LMFA décide de suspendre le championnat pour le remplacer par la Coupe de la Guerre. Se déroulant en deux phases, une phase de groupe où chaque ligue organise son championnat, et une phase éliminatoire où les meilleures équipes de chaque ligue s'affrontent. Le Wydad dispute le premier match de son histoire en septembre 1939. Son adversaire n'est autre que l'ogre de la ville, l'US Marocaine. Le match est perdu 2 buts à 1 par le Wydad, qui atteint la finale de cette coupe mais se fait à nouveau battre l'US Marocaine, club colon. Le Wydad va rapidement devenir l'une des meilleurs équipes du Maroc en empilant les titres tant au niveau national que régional. Sous la houlette de Père Jégo, les Rouges du Wydad remportent cinq championnats du Maroc (LMFA), trois Championnat d'Afrique du Nord et une Coupe d'Afrique du Nord. Le club devient un symbole et un exemple de résistance et reste le club marocain le plus performant du Maghreb de cette époque. Les victoires lors des derbys face à l'US Marocaine par exemple étaient perçues comme des victoires des Marocains contre « l'occupant français ».

 
Père Jégo décoré par le roi Mohammed V.

Le Raja Club Athletic voit le jour dans le mythique quartier de Derb Sultan. Fondé par des syndicalistes marocains musulmans en 20 Mars 1949, le club évolue alors dans les divisions inférieurs de la LMFA, mais après l'indépendance, il fut officiellement le premier club à atteindre la première division de la nouvelle édition du Championnat du Maroc de football créé par la Fédération royale marocaine en 1956.

Naissance d'une rivalitéModifier

 
L'équipe du Raja de la saison 1956-57 en compagnie du Père Jégo lors du premier derby casablancais, match remporté par le Raja sous le score de (1-0) au Stade Philippe.

Les premières années du championnat marquent le début de la rivalité. Malgré toute l’expérience du Wydad, les premiers derbys furent très serrés avec plusieurs matchs nuls.

La première rencontre a eu lieu dans le cadre de la première saison du championnat du Maroc de football après l'indépendance se termine par une victoire du Raja sur un score de 1-0. Ce match, qui fut très serré, se joua au stade Marcel Cerdan[7]. Le Wydad eut sa revanche lors du second match les opposant dans le cadre du championnat marocain qui se termina par une victoire du Wydad sur un score de 3-0.

Sur les neuf matchs qui eurent lieu entre 1956 et 1960, quatre sont gagnés par le Raja et trois par le Wydad, tandis que deux rencontres se soldent par un score nul. Le Raja marque 8 buts, et le Wydad marque 9 buts pour un total de 17 buts. Les neufs matchs les opposant eurent lieu en championnat : aucune confrontation n'eut lieu en Coupe du Trône de football, compétition qu'aucune des deux parties ne remporta.

Au derby jouer, le Raja a gagné quatre matches et le Wydad trois. Mais en termes de titres remportés c'est le Wydad qui est en avance puisqu'il remporte son premier titre de championnat tandis que le Raja n'en remporte aucun, même si ce dernier était en premier place de le championnat de la saison 1959-1960[Note 1].

Années 1960 : domination du WydadModifier

Le premier derby de la décennie eut lieu dans le cadre du championnat national, il s'agissait du 10e opposant le Raja et le Wydad. Après 90 minutes de jeu, il se termina sur le score de 0-0. Lors de cette décennie, les deux rivaux casablancais se sont affrontés plus de trois fois en coupe du Trône. Il s'agit des 17e, 18e et 20e. Le 17e derby est une demi-finale qui se termine sur un score nul. Peu après, la FRMF décide de faire rejouer tous les matchs nuls de cette coupe du Trône, ce qui donna lieu au 18e derby. Ce dernier voit le Wydad s'imposer sur le score de 1-0[8]. Un an plus tard, les deux clubs se retrouvent pour les quarts de finale de la coupe du Trône de football, et le Raja élimine le Wydad par deux buts à un[9].

Lors de cette décennie, le Raja et le Wydad s'affrontent vingt-deux fois dont trois fois en coupe du Trône. Les plus gros scores de la décennie sont inscrits par le Raja et le Wydad lors des 27e et 30e derbies qui se terminent pour le 27e sur le score de 3-1, et pour le 30e sur le score de 2-0.

Sur les vingt-deux matchs disputés entre 1961 et 1970, six furent gagnés par le "Wydad", 4 par le "Raja", et 12 matchs nuls eurent également lieu. Le WAC marque 14 buts, tandis que le RCA marque douze buts sur un total de 26. La plupart de ces matchs eurent lieu dans le cadre du championnat du Maroc.

Au bilan, en termes de matchs gagnés, le Wydad est victorieux et remporte six matchs tandis que le Raja en gagne quatre. En termes de titre remporté c'est encore le Wydad qui est victorieux puisqu'il remporte deux titres en championnat et un titre de la coupe du trône, tandis que le Raja ne remportent aucun titre.

Années 1970 : Les premiers titres du RajaModifier

Entre 1971 et 1980, les deux rivaux casablancais se sont affrontés vingt-deux fois, six rencontres ont été remportées par le Raja et seulement trois par le Wydad dont un match forfait ; après que l'équipe du Raja ait refusé de continuer à jouer les 10 dernières minutes de la rencontre à la suite d'un penalty sifflé par l'arbitre en faveur du wydad et une carton rouge contre le gardian Rajaoui. Les treize matchs restants se sont tous terminés sur un score d'égalité. En outre, le premier derby de cette décennie s'est terminé sur un score nul et la victoire la plus large est au bénéfice du Raja qui gagne le 52e derby sur le score de 2-0.

Cette décennie donne ainsi au Raja l'occasion de remporter ses premiers titres depuis sa création en 1949, tandis que le Wydad avait gagné trois titres de championnat et une coupe du Trône.

Au bilan, en termes de matchs gagnés, le Raja est victorieux. Il remporte six matchs et marque 17 buts tandis que le Wydad en remporte seulement trois et marque 14 buts. Mais en termes de titres remportés c'est le Wydad qui est victorieux puisqu'il remporte 3 titres de championnat et 2 titres de coupe du Trône tandis que le Raja remporte seulement 2 titres de coupe du Trône.

Années 1980 : Domination du RajaModifier

Entre 1981 et 1990, les deux rivaux casablancais s'affrontent au total de vingt-et-une fois, le Raja gagne sept fois tandis que le Wydad en remporte six.

Le premier derby de la décennie est le 54e, et le Raja bat le Wydad lors d'un match se terminant sur le score de 2-1. Le plus gros écart de score était 2 buts et a été obtenu trois fois dont deux fois pour le Raja, lors des 59e et 61e derbies se terminant respectivement sur le score de 3-1 et de 2-0 pour le Raja tandis que pour le Wydad, ce fut lors du 70e derby, se terminant sur le score de 3 buts à 1.

Le match le plus mémorable et serré de cette décennie fut le 72e, dans le cadre des seizièmes de finale de la coupe du Trône, le Raja et le Wydad s'affrontent pour la qualification en huitième de finale. Finalement, c'est le Raja qui remporte ce match sur le score de 3-2[10], les Verts remportent également le match suivant face au FUS de Rabat sur le score de 1-0; mais lors des quarts de finale, le Raja a perdu face au FAR de Rabat sur le score de 4-0[11].

Au bilan, en termes de matchs gagnés, le Raja est victorieux puisqu'il remporte sept matchs et marque 22 buts alors que le Wydad n'en gagne que six et a marqué 20 buts. En termes de titres remportés, c'est le Wydad qui est victorieux par 5 titres : deux titres de championnat, deux coupes du Trône, et une ligue des champions arabe tandis que le Raja remporte 3 titres : un championnat, une coupe du Trône et une ligue des champions de la CAF. Le titre le plus important est remporté par le Raja grâce à son titre de ligue des champions de la CAF remporté en 1989.

Années 1990 : Hégémonie Wydadie puis RajaouieModifier

Les années 1990 sont synonymes d'âge d'or pour le Raja : entre 1991 et 2000, il remporte cinq championnats, une coupe du Trône, deux ligues des champions, une supercoupe de la CAF, une coupe Afro-Asiatique ; il participe aussi à la toute première édition de la coupe du monde des clubs de la FIFA. Tandis que pour le Wydad, l'équipe a remporté deux championnat, trois coupe du Trône, une ligue des champions de la CAF, une coupe Afro-Asiatique et une Supercoupe Arabe.

Au cours de cette décennie, le Raja et le Wydad s'affrontent vingt-quatre fois, dont quatre fois en coupe du Trône. Le premier derby de la décennie a lieu en 1991, 75e derby, dans le cadre du championnat national, ce match s'est terminé sur le score de 1-0 en faveur du Raja. Le plus gros score de la décennie et de l'histoire est inscrit par le Raja lors du 87e derby qui se termine sur le score de 5-1.

Au bilan, en termes de matches gagnés le Raja est victorieux et remporte sept matchs tandis que le Wydad en gagne cinq. Le Raja a marqué 28 buts alors que le Wydad n'a marqué que 21. En termes de titres remportés, c'est le Raja qui est victorieux par 10 titres: cinq titres de championnat, une coupes du Trône, deux ligues des champions, une supercoupe de la CAF et une coupe Afro-Asiatique, tandis que le Wydad a gangné 8 : deux championnat, trois coupe du Trône, une ligue des champions de la CAF, une coupe Afro-Asiatique et une Supercoupe Arabe.

Années 2000 : Bilan serréModifier

 
Derby du

Les années 2001 à 2010 ont commencé par une hégémonie Rajaouie sur le football marocain, le club étant champion d'Afrique en titre et ayant remporté plusieurs titres consécutifs en championnat. Toutefois, les derbys, fidèles à leur réputations, n'ont pas vu une domination du Raja, l'équipe forte de l'époque, mais étaient très serrés avec des victoires pour chaque camps, et surtout nombre de matchs nuls.

Durant cette décennie, le Raja et le Wydad s'affrontent vingt-trois fois dont trois fois en coupe du Trône. Le plus gros écart de score de la décennie est inscrit par le Raja lors du 104e derby qui se termina sur le score de 3-0[12].

Le premier derby de la décennie (il s'agit du 99e) a lieu le , dans le cadre du championnat national et se termine par une victoire sur le terrain du Wydad sur le score de 3-0. Toutefois, c'est le Raja qui remporte le match sur tapis vert sur le score de 1-0[12].

Sur les vingt-trois matchs qui eurent lieu entre 2001 et 2010, dix sont gagnés par le Raja, huit par le Wydad en comptant la victoire par pénalty du 105e derby, et cinq matchs nuls sont à décompter. Lors de ces matches, le Raja at le Wydad ont marqué chaqu'un vignt but, pour un total de quarante buts. La plupart de ces matchs eurent lieu dans le cadre du championnat du Maroc[12].

En termes de titres, le Raja est encore victorieux puisqu'il remporte trois titres de championnat, deux coupes du Trône, une coupe de la CAF et une ligue des champions arabes tandis que le Wydad ne remporte que deux titres de championnat, une coupe du Trône et une coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe de football.

Depuis 2011 : L’ère professionnelleModifier

 
Premier derby de la décennie

Au Maroc les années 2011-2012 voient arriver la professionnalisation. Au cours de l'été 2011 en effet, la fédération royale marocaine de football annonça que le championnat du Maroc de football devenait professionnel[13].

La saison 2010-2011 du championnat du Maroc est remportée par le Raja qui participe donc à la ligue des champions de la CAF. Cette saison est aussi marquée par le tout premier derby de la décennie qui a lieu le et se solde par un match nul devant plus de 60 000 spectateurs[14].

Le premier derby de l’ère du professionnalisme a lieu le et se termine sur un score d'égalité[15].

Sur les 18 matchs qui ont eu lieu depuis 2011, Le Raja et le Wydad ont gagné quatre matches. le Raja a marqué 20 buts et le Wydad 16. le plus grand écart et en faveur du Raja avec 3-0 lors de 133e derby qui a eu lieu au Stade Ibn Batouta à tanger le .

En termes de titres remportés, le Raja a remporté sept titres tandis que le Wydad a remporté six : Une coupe de la confédération africaine , une Supercoupe de la CAF, 2 titres de championnat, 2 coupes du Trône et une Coupe nord-africaine des clubs champions pour le Raja, et 3 titres de championnat, une ligue des champions de la CAF et une Supercoupe de la CAF pour le Wydad. Les deux équipes ont participé dans la coupe du monde des clubs. En 2013, le Raja est devenu le premier club arabe à jouer la finale de la coupe du monde des clubs après sa victoire contre Auckland City Football Club 2-1, contre F.C Monterrey 2-1 en quart de finale et contre Atlético Mineiro 3-1 en demi-finale, le Raja a perdu le finale contre FC Bayern Munich 0-2. De l'autre coté et en 2017, la participation de Wydad n'été pas aussi réussi puisqu'il été éliminé dés le premier tour face C.F. Pachuca 0-1, et a perdu le match du classement face au Urawa Red Diamonds par 2-3.

Style de jeuModifier

 
Deux joueurs des clubs rivaux

Les deux clubs pratiquent deux styles de jeu très différents l'un de l'autre.

D'une part, le Wydad s'est longtemps fait connaitre comme un club ayant un jeu « pragmatique » et dit « à l'anglaise »[2], basé sur un avant-centre de pointe (Chrif, Mjidou, Hassan Nader, Youssef Fertout, Achraf Bencharkietc.) et sur des latéraux chargés de centrer dans la surface comme Badr El Kaddouri, Abdelilah Saber, ou Lahcen Abrami.

D'autre part, le Raja a toujours été célèbre pour son jeu dit « à la brésilienne »[2], avec une touche de balle et un jeu certes moins pragmatique que son rival Wydadi, mais plus spectaculaire, d'où le surnom « Raja LafRaja » (Raja du spectacle en arabe) ce qui a permis l'émergence de plusieurs meneurs de jeu au sein des Verts, comme Abdelmajid Dolmy, Moustapha Moustawdaa, Réda Ryahi, ou Omar Nejjary, mais cela n'a pas empêché le club d'avoir certains attaquants célèbres, tels Salaheddine Bassir, Hicham Aboucherouane ou encore Soufiane Alloudi[16].

Ce contraste marquant dans le jeu explique en partie le fait que les Rajaouis n'ont remporté leur premier titre en championnat qu'en 1988, soit 32 ans après la création du championnat marocain, alors qu'à cette date le Wydad avait déjà huit titres à son actif.

Néanmoins, à partir du milieu des années 1990, les styles de jeu des deux équipes se sont fortement rapprochés ; par ailleurs la tendance s'est inversée et on a assisté à une hégémonie du Raja sur le football marocain avec plusieurs coups d'éclats sur la scène africaine, ce club remportant, entre 1996 et 2001 six titres de GNF 1, deux ligues des champions d'Afrique, une coupe du Trône, une Supercoupe d'Afrique et participant par l'occasion à la première coupe du monde des clubs au Brésil.

Confrontations sportivesModifier

Matchs mémorablesModifier

Ces deux clubs historiques du football marocain, considérés comme les meilleurs, n'ont jamais été relégués en seconde division, et se sont donc toujours affrontés deux fois en championnat. Ils se sont même affrontés à plusieurs occasions en coupe du Trône de football entre les seizièmes de finale et les demi-finales.

Les matchs ci-dessous font partie des plus importants ayant marqué l'histoire du Derby.

En se référant aux matchs, on observe que le Raja est en avance par le nombre de victoires, le nombre de buts marqués et le plus grand score (5-1) pour la Raja, bien qu'à l’époque ce fût le Wydad qui avait la meilleure équipe. C'est le Raja aussi qui a gagné le premier derby au championnat. Le Raja remporte d'autres matchs très importants tandis que le Wydad, pour sa part, remporte le deuxième derby sur un gros score (3-0).

1er derby - 1956 - Raja Club Athletic - Wydad Athletic Club (1-0) - Botola

Ce match eut lieu dans le cadre du tout premier championnat du Maroc après l'indépendance du Maroc; à cette époque, le Wydad dominait le football marocain, en ayant notamment remporté cinq titre de championnats dont la dernière édition de la Ligue du Maroc de football. Pour le Père Jégo, ce match était l'occasion de se venger des instances dirigeantes du Wydad.

Le match a eu lieu en 1956 lors de la première journée du championnat, dans le Stade Marcel Cerdan qui, quelques mois plus tard, prit le nom de Stade d'Honneur. Bien que le Raja de Casablanca ait largement moins d'expérience que le Wydad de Casablanca, il réussit à remporter le tout premier derby sur le score de 1-0[7].

2e derby - 1957 - Wydad Athletic Club - Raja Club Athletic (3-0) - Botola

On rappellera que le premier derby en Botola avait été remporté par le Raja sur le Wydad, au stade Marcel Cerdan. Durant la phase aller de la toute première saison du championnat du Maroc de football, le Wydad de Casablanca qui a bien bénéficié de sa fusion avec l'USM, domine le championnat, en termes de points, de victoires, de buts marqués et de buts encaissés puisque le Wydad est réputé pour avoir une très bonne défense.

Le deuxième derby de Casablanca a lieu dans le cadre de la phase retour du Championnat du Maroc de football 1956-1957, ce match s'est joué au Stade d'honneur, nouveau nom du stade Marcel Cerdan. Le match est pour le Wydad l'occasion de se venger d'une défaite humiliante face au Raja de Casablanca, même avec un écart d'un seul but.

Le match s'est joué en 1957 et finalement, le Wydad de Casablanca réussit à battre son nouveau rival. La rencontre s'est terminé par une victoire du Wydad sur le score de trois buts à zéro.

87e derby - 18 février 1996 - Raja Club Athletic - Wydad Athletic Club (5-1) - Coupe du trône
 
Équipe du Raja en 1996

Dans le cadre des quarts de finale de la coupe du Trône déroulant en Ramadan, le Raja et le Wydad s'affrontent après une défaite des rouges un mois plus tôt (en Chaabane) en championnat sur le score de 3-0. Lors de ce 87e derby, le septième qui met aux prises les deux équipes en coupe du Trône, le Raja entame le match sur les chapeaux de roue puisque Jamal Sellami d'un tir dans les 18 mètres ouvre le score, Mustapha Khalif marque les deux buts suivants, le premier lors d'un pénalty et le second d'un croisé : 3-0 à la mi temps. Dans la seconde mi-temps Nadir marque un doublé permettant au Raja de Casablanca de mener 5-0 avant que Loumari ne sauve l'honneur en inscrivant l'unique but de son équipe[réf. nécessaire].

104e derby - - Wydad Athletic Club - Raja Club Athletic (0-3) - Championnat du Maroc

Le 104e derby eut lieu dans le cadre de la 27e journée du Championnat du Maroc de football, jouée le au Stade Mohamed V. Le derby précédant fut remporté par le Raja lors de la même saison sur le score de 1-0 grâce à un but du burkinabé Mohamed Ali Diallo[12]. Ce match fut l'un des plus importants puisqu’il fut joué lors des dernières journées et opposa deux des premiers du championnat. Le match fut finalement remporté par le Raja Club Athletic sur le score de trois buts à zéro grâce à un doublé de Mustapha Bidoudane et un but de Hamid Nater[12]. Après ce match qui opposa les deux rivaux casablancais, deux autres journées sont disputées mais aucun des deux clubs ne fut sacré champion puisque c'est le Hassania d'Agadir qui remporta le championnat avec pour dauphin le Raja de Casablanca. Le Wydad fut troisième avec le même nombre de points que le Raja, mais pas la même différence de buts.

111e derby - - Raja Club Athletic - Wydad Athletic Club (1-1) - Championnat du Maroc

Se tenant lors de la 25e journée du championnat du Maroc de football, le 112e derby de Casablanca a lieu le au stade Mohamed V. Lors de la précédente journée, le Raja de Casablanca avait fait match nul face au Difaâ d'El Jadida alors que le Wydad avait remporté son match face au Sahraouies de la jeunesse Sportive El Massira. Après ces matchs les deux rivaux casablancais étaient respectivement premier pour le Wydad et second pour le Raja[17].

Le match s'est donc déroulé le , dans un stade très plein. Le match est très serré, le score est de 0-0 à la fin de la première mi-temps et, lors de la seconde mi-temps, le Raja réussit à marquer grâce à un pénalty d'Abdellatif Jrindou. Le Raja tient le score alors que la fin du match approche mais à la dernière minute Hicham Louissi arrache le match nul par un tir magique qui prendra le nom de Tsunami et offre aux siens le 11e titre de champion du Maroc et le premier sacre depuis treize ans[7].

118e derby - - Wydad Athletic Club - Raja Club Athletic (0-0) - Championnat du Maroc
 
Joueurs du Raja et du Wydad durant cette rencontre

Le 118e derby de Casablanca compte pour la 11e journée de la saison 2007-2008 du championnat du Maroc, ce match a lieu comme tous les derbys au Stade Mohamed V. Avant le match, le Wydad de Casablanca était classé sixième avec 14 points tandis que le Raja était quatrième avec 18 points, à trois points seulement du premier. Une victoire du Wydad aurait permis aux Rouges de prendre la place du Moghreb de Tétouan, celui-ci était devant les Rouges. Le Raja, pour sa part, aurait pu prendre la place des trois premiers[18].

Selon des sources, plus de 200 agents de sécurité privés veillent au bon déroulement de cette rencontre, sans compter les forces de l'ordre, et une dizaine de policiers en civil présents dans les gradins afin de repérer d’éventuels fauteurs de troubles. C'est le premier derby ayant lieu à Casablanca depuis deux ans, les confrontations se déroulant précédemment à Rabat à la suite des sanctions infligées aux équipes après des incidents qui avaient émaillé leur rencontre de quart de finale de la Coupe du Trône[19].

Les entraineurs des deux clubs sont l'ancien gardien international marocain Badou Zaki pour le Wydad, et le Portugais José Romão pour le Raja. Ce match s'est joué le et s'avéra finalement très décevant puisqu'aucun des deux clubs ne réussit à marquer malgré plusieurs occasions des deux côtés[7].

Ce derby est l'un des plus mémorables, non par le jeu mais par son ambiance, car depuis deux années, les derbies joués à Rabat n'attiraient qu'une faible affluence tandis que pour ce 118e derby, plus de 80 000 supporters assistaient au match[7].

132e derby - - Raja Club Athletic - Wydad Athletic Club (3-0) - Championnat du Maroc

Les Wydadis n'ont pas pu célébré l'anniversaire de leur équipe (8 mai) cette année puisque le Raja de Casablanca s’est adjugé le 132e derby, disputé à Tanger, de la 27e journée de la Botola Pro et s’est imposé avec un score écrasant de 3-0.

Les Verts et Blancs ont ouvert la marque à la 20e minute par Ossagouna avant que Abdelilah Hafidi ne double la mise juste avant la pause. les hommes de Rachid Taoussi ont porté le coup de massue sur la tête des Rouges et Blancs dans le temps aditionnel de cette rencontre disputée au grand stade de Tanger sur un coup-franc de Issam Erraki. Un succès qui permet au Raja de prendre la deuxième place du classement avec 44 points alors que le WAC reste leader avec 47 points.

Liste des confrontationsModifier

Les équipes du Raja de Casablanca et du Wydad de Casablanca, sont d'anciennes équipes du football marocain, crée bien avant l'indépendance du Maroc. Elles ont toutes deux jouée dans le championnat colonial, appelée Ligue du Maroc de football mais n'ont jamais pu avoir l’occasion de s'affronter car durant cette époque le Wydad de Casablanca était dans une division appelé division d'honneur qui était la première division dans la hiérarchie de cette ligue. Le Raja de Casablanca n'a jamais pu atteindre cette division et donc de ce fait les deux équipes ne se sont jamais affrontés lors de l’époque colonial.

Après l'indépendance du Maroc, la fédération royale marocaine de football a fait directement jouer une coupe appelé coupe de l'indépendance dans le but de fêter l'indépendance du Maroc, et classifier les clubs marocains pour commencer le championnat national. Ce tournoi fut remporté par le Wydad de Casablanca .

Ici sont exposés uniquement, les rencontres officielles. Tous ces matchs sont donnés dans l'ordre chronologique des rencontres[20],[21].

StatistiqueModifier

Statistique des confrontationsModifier

Le tableau suivant dresse le bilan des confrontations officielles entre les deux clubs marocains. Dans les rencontres à élimination directe, les victoires par tirs au but sont prises en compte.

Confrontations RCA - WAC en compétition officielle[22]
Compétition Total des matchs Victoires du Raja Matchs nuls Victoires du
Wydad
Buts pour
Raja
Buts pour
Wydad
Championnat du Maroc 126 36 60 30 108 101
Coupe du Trône 13 6 2 5 19 15
Total 139 42 62 35 127 116

Comparaison des titresModifier

En se référant au tableau, on voit que le Wydad est bien plus titré que le Raja sur le plan national, tandis que le Raja est plus titré à l'international, mais le Wydad fut créée en 1939 tandis que le Raja n'a été créé qu'en 1949 et est donc dix ans plus jeune[23]. Le Wydad est le club ayant le plus grand palmarès au Maroc[24],[25]. Le Raja lui est le 2e club marocain le plus titré après le Wydad.

Comparaison des titres[26],[27]
Équipe Championnat Championnat (avant l'’indépendance) Coupe de Trône Ligue des champions Coupe de la confédération Supercoupe de la CAF Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe Coupe afro-asiatique Coupe de l'UAFA Supercoupe Arabe Coupe nord-africaine des clubs champions
Raja de Casablanca 11 0 8 3 2 2 0 1 1 0 1
Wydad de Casablanca 15 5 9 2 0 1 1 1 1 1 0
Total 26 5 17 5 2 3 1 2 2 1 1

Plus gros victoires (3+ buts)Modifier

5 Raja 5–1 Wydad 1996 Coupe du Trône
3 Wydad 3–0 Raja 1957 Botola
Wydad 1–3 Raja 1968 Botola
Wydad 2–3 Raja 1977 Botola
Raja 3-1 Wydad 1983 Botola
Wydad 3–1 Raja 1989 Botola
Wydad 2–3 Raja 1990 Coupe du Trône
Wydad 0–3 Raja 1996 Botola
Wydad 3–0 Raja[Note 3] 6 April 2001 Botola
Wydad 0–3 Raja 15 June 2003 Botola
Wydad 1–3 Raja 6 November 2012 Coupe du Trône
Raja 3–0 Wydad 8 May 2016 Botola

Série d'invincibilitéModifier

Le plus grand nombre de victoires consécutives a été établi par les deux clubs avec trois succès lors des confrontations 52 (GNF1 79/80 retour) , 53 (GNF1 80/81 aller) et 54 (GNF1 80/81 retour) pour le Raja et 100 (coupe du thrône 01/02), 101 (GNF1 01/02 aller) et 102 (GNF1 01/02 retour) pour le Wydad. Dans le GNF1, le Raja à le plus grand nombre de victoires consécutives par 4 victoires (GNF1 02/03 aller et retour et GNF1 03/04 aller et retour) Les deux clubs ont de multiples fois enchainé les matchs nuls. En termes de série d'invincibilité, le Raja a réalisé une performance de onze matchs sans défaites entre 1973 et 1978, la meilleure série pour le Wydad étant de huit matchs entre 1968 et 1972.

Série d'invincibilité
Club Du Au Série
Raja 1973
Raja 1-0 Wydad
1978
Wydad 1-1 Raja
11 matchs (3V - 8N)
Wydad 1968
Raja 1-1 Wydad
1972
Wydad 1-1 Raja
8 matchs (2V - 6N)
Raja 1982
Raja 0-0 Wydad
1985
Raja 1-1 Wydad
7 matchs (3V - 4N)
Raja
Raja 1-1 Wydad

Wydad 0-1 Raja
7 matchs (2V - 5N)
Wydad 1996
Wydad 2-2 Raja

Raja 0-0 Wydad
7 matchs (1V - 6N)
Raja 1965
Raja 0-0 Wydad
1968
Raja 1-1 Wydad
7 matchs (1V - 6N)

D'un club à l'autreModifier

En tant que joueurModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Un grand nombre de joueur quittèrent l'un des deux clubs pour rejoindre l'autre mais ils ne sont pas tous connus. L'un des plus célèbres se nomme Mustapha Choukri, et fut l'un des meilleurs joueurs de l'histoire des deux rivaux ainsi que du football marocain.

Du Wydad au RajaModifier

Plusieurs joueurs quittèrent dans l'histoire du football le Wydad pour rejoindre le Raja, dont deux gardiens de football que sont Khalil Azmi qui est né le à Casablanca et Tarik El Jarmouni, né le à Mohammédia.

D'autre joueur très connus quittèrent le Wydad pour le Raja, dont Abdelhak Ait Laarif, né le à Casablanca. Il commence sa carrière de footballeur en 2000 au côté du Wydad pendant plus de cinq années avant de signer pour le Club sportif sfaxien pour un contrat de six mois. Et ce n'est qu'à partir de 2009 qu'il revient dans son « club fétiche », avant de le quitter en 2011 pour le Raja de Casablanca.

Du Raja au WydadModifier

Le joueur le plus connus et considérés comme l'un des meilleurs fut sans aucun doutes Mustapha Choukri. Celui-ci joua d'abord pour le Raja de 1965 à 1972 avant de rejoindre le Wydad en 1972 jusqu'en 1979. Plusieurs autres joueurs jouèrent pour le Raja puis pour le Wydad, les plus récents sont Mustapha Bidoudane né le après son retour de Tunisie, Said Fattah né le , Hicham El Amrani né le , Mouhcine Iajour et qui a retourné au Raja en été 2012 et Omar Najdi, né le après son retour de l'Égypte.

En tant qu'entraîneurModifier

Plusieurs personnalités ont dans l'histoire rejoint les deux clubs en tant qu’entraîneur. Le premier et le plus important fut le Père Jégo tandis qu'actuellement le dernier entraîneur ayant rejoint au moins les deux clubs en tant qu’entraîneur est Faouzi Benzarti. Le seul entraîneur ayant quitté un des deux clubs pour rejoindre l'autre deux fois est sans conteste l'argentins Oscar Fulloné.

Du Wydad au RajaModifier

 
José Romão en tant qu'entraîneur du Raja de Casablanca.

Le tout premier entraîneur ayant quitté le Wydad pour le Raja est le Père Jégo celui-ci fut le tout premier entraîneur du Wydad de Casablanca et le créateur de la section football du Wydad en 1939 avec Mohamed Benjelloun Touimi. Les causes de son départ sont à ce jour plus ou moins inconnues. Selon son petit fils Othmane, « En étant le principal mécène, il gérait le club de football comme sa propriété privée, y imposant sa propre vision. Les dirigeants du WAC en ont eu assez de faire de la figuration et ont fini par le pousser vers la porte ». C'est en 1952 que le Père Jégo alias Affani Mohamed Ben Lahcen quittera le Wydad et ne rejoindra le Raja de Casablanca qu'en 1955 où il passera ses dernières années avant sa retraite[4].

Lors des années 2000, José Romão été un des entraîneurs qui ont dirigé le Wydad puis le Raja. Il occupe ce poste au sein de Wydad durant la saison 2005-2006, club avec lequel il fut sacré Champion du Maroc de football et fut élu également meilleur entraîneur de l'année. Après cette année, celui-ci rejoint les Qataris d'Al Arabi lors de la saison 2007-2008[28], puis en 2008, il rejoint le Raja de Casablanca pour un contrat de 2 ans avec lequel il remporte le Championnat du Maroc de football 2008-2009, et il revient au Raja en 2015 pour quelque mois.

Du Raja au WydadModifier

Oscar Fulloné est l'un des rares entraîneurs ayant rejoint deux fois le Raja puis le Wydad. En effet, Oscar Fulloné a lors de la saison 1999-2000, rejoint le Raja de Casablanca puis deux ans plus tard il rejoint le Wydad de Casablanca pour une saison. Mais après la saison passée avec le Wydad et deux autres, il rejoint le Raja pour une saison puis signe avec le Wydad pour seulement quatre mois[29]. En tout, en comptant tous les titres remportés par Oscar Fulloné lors des saisons passées avec le Raja et le Wydad, on voit bien dans son palmarès qu'il a remporté six titres avec le Raja, 2 Championnat, une Ligue des Champions de la CAF, une Coupe afro-asiatique des clubs de football, une Supercoupe d'Afrique et une Ligue des Champions arabes. Parcontre, il a eu seulement deux titres avec le Wydad, une Coupe du Trône du Maroc saison 2000/2001, qui est à present la dernière fois le Wydad a gagné ce titre, et une Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupes en 2002.

Autour de la rivalitéModifier

Stade et affluencesModifier

Article détaillé : Stade Mohammed-V.

Les deux clubs ont la particularité d'évoluer à domicile dans le même stade.

Le stade Mohammed-V est inauguré le , sous le nom de stade Marcel-Cerdan, d'une capacité d'alors 30 000 places. Il accueille sous ce nom le premier derby casablancais. Quelques mois plus tard, il prend le nom de stade d'Honneur[7].

Vers la fin des années 1970, dans le but de préparer les jeux méditerranéens de 1983 à Casablanca, le stade est fermé pour une grande rénovation marquée par l'augmentation de sa capacité, l'installation de panneaux électroniques et la construction d'une salle couverte omnisports et de la piscine couverte autour du stade. Il rouvre en 1983 sous le nom de stade Mohammed V et a une capacité de 80 000[30] à 90 000 places.

En 2000, dans le but de la candidature du Maroc à l'organisation de la Coupe du monde, le stade connait une nouvelle rénovation, des sièges de couleurs verte et rouge sont installés sur les tribunes latérales limitant sa capacité à 67 000 places assises sans compter les virages Sud (Magana) et Nord (Frimija) qui ne disposent d'aucun siège. Depuis cette rénovation, le stade qui disposait d'une capacité de 80 000 se voit limité à 60 000 places[31] ce qui a pu entraîner une baisse de l’affluence des derbies.

SupportersModifier

 
Deux tifos lors du derby retour de 2010

Le Raja est le club national le plus supporté par les marocains à l'intérieur comme à l'exterieur de la region du Grand Casablanca, suivi du Wydad. Si les fans des deux clubs se retrouvent partout dans la ville, On considère souvent que les supporters Rajaouis proviennent en majorité du quartier populaire de Derb Sultan et l'Fida ainsi que d'autres quartiers périphériques, de ce fait le club est très soutenu par les tranches populaires de la ville[32].

À l'opposé, le « fief » des supporters Wydadis est l'ancienne Médina (M'dina Qdima) et Bourgogne[32].

Une rivalité féroce est à noter entre les supporters du WAC et du RCA. Les matchs du derby casablancais donnent généralement lieu à des journées exceptionnelles dans la ville, le stade principal (stade Mohamed V) se trouvant au centre-ville de Casablanca. Cette rivalité engendre parfois des provocations entre supporters, qui entraînent des actes de violence et de hooliganisme entre les supporters des deux clubs[7].

Les supporters des deux clubs sont très connus grâce à leurs ultras dont les plus importants sont les Green Boys et l'Ultra Eagles pour le Raja et les Winners pour le Wydad. Les ultras des deux clubs sont réputés pour leur organisation, lors des matchs les plus importants et surtout lors des derbies, ils créent de grands tifos et rédigent beaucoup de chants. D'ailleurs, le derby casablancais est souvent classé comme faisant partie des meilleurs au monde non par son jeu mais par son ambiance qu’offre les ultras[33].

IncidentsModifier

Comme dans la plupart des derbys du monde, des incidents ont lieu avant, pendant et surtout après le match entre supporters de clubs ennemis. Ces actes sont surtout des bagarres entre supporters, des jets de pierres, des invasions de la pelouse, de gros dégâts matériels, … Ces faits provoquent beaucoup de blessés et parfois même des morts[7].

Le , lors du 100e derby dans le cadre des demi-finales de la coupe du Trône de football, Youssef Belkhouja, joueur du Wydad et ancien défenseur international, meurt sur la pelouse du stade Mohammed V, en plein derby, d’une crise cardiaque[7].

Le , lors de la rencontre opposant les verts et les rouges, Hamza Eddali, supporter du Wydad et âgé de 17 ans, meurt lors du derby casablancais. Hamza Eddali est actuellement la dernière personne ayant perdu la vie lors du derby de Casablanca[7].

Le , après la victoire du Raja face au Wydad sur le score d'un buts à zéro, plusieurs actes de hooliganisme ont lieu comme des bagarres entre supporters du Wydad et du Raja ce qui causa beaucoup de blessées, de dégâts matériels, et plus d'une centaine de personnes furent arrêtées par les forces de sécurité[34]. Parmi les nombreux incidents enregistrés, un taxi a été attaqué parce qu'un supporter portant les couleurs de son équipe s'y était embarqué[35].

Le derby 112 qui a eu lieu le , a connu une quasi-absence des rouges et cela à la suite du boycott des supporteurs wydadis des matchs du WAC à la suite de la mort d'un supporteur lors du match contre l'équipe des FAR.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Lors du championnat du Maroc de la saison 1959-1960, après que la saison fut terminée, la FRMF décida de faire jouer un tournoi triangle bien que le Raja ait la meilleure différence, celui-ci refusa de jouer ce tournoi en signe de protestation mais ce tournoi fut joué et le KAC de Kénitra remporte le championnat en battant les FAR de Rabat sur le score de trois buts à un.
  2. Le WAC a perdu le match sur tapis vert à la suite de la participation d'Abdelhak Ait Laarif
  3. Le WAC a perdu le match sur tapis vert à la suite de la participation d'Abdelhak Ait Laarif

RéférencesModifier

  1. « Histoire du Wydad », wydad.com (consulté le 13 janvier 2012)
  2. a b c et d « Rapport Fifa », fifa.com (consulté le 18 janvier 2010)
  3. « Histoire du Raja », dimadimaraja.com (consulté le 26 décembre 2011)
  4. a et b Mehdi Sekkouri Alaoui, « Portrait de Père Jégo », telquel-online.com (consulté le 13 janvier 2012)
  5. a et b « Ligue Marocaine - Deuxième Assemblé générale constitutive du 30 décembre 1922, à Casablanca », Football et sports, vol. 5-3, no 173,‎ , p. 2209
  6. « F.F.F.A. - Bureau du lundi 23 avril 1923 », Football et sports, vol. 5-6, no 187,‎ , p. 2277
  7. a b c d e f g h i et j Mehdi Sekkouri Alaoui, « RAJA-WYDAD. Week-end de feu à Casablanca », telquel-online.com (consulté le 5 novembre 2011)
  8. « Résultats de la coupe du Trône 1963-1964 », goalzz.com (consulté le 14 février 2012)
  9. « Résultats de la coupe du Trône 1964-1965 », goalzz.com (consulté le 14 février 2012)
  10. « Parcours et résultats du Wydad en coupe du Trône de 1987 à 1996 », wydad.com (consulté le 14 février 2012)
  11. « Résultats de la Coupe du Trône 1989-1990 », goalzz.com (consulté le 14 février 2012)
  12. a b c d et e « Liste de matchs opposant le Wydad de Casablanca au Raja de Casablanca », goalzz.com (consulté le 14 février 2012)
  13. « FRMF: LA PRO-ÉLITE 1 LE 19 AOÛT », sport-maroc.com, (consulté le 15 décembre 2011)
  14. Noufel Cherkaoui, « Détail du derby du 10 avril 2011 », magharebia.com, (consulté le 23 décembre 2011)
  15. « Le Derby de Casablanca fait match nul », fifa.com, (consulté le 24 janvier 2012)
  16. « Raja Club Athletic », fifa.com (consulté le 14 janvier 2012)
  17. « Championnat du Maroc - GNF 1 - 24e journée - 2005/2006 », sur les-sports.info (consulté le 14 février 2012)
  18. « Championnat du Maroc - GNF 1 - 10e journée - 2008/2009 », sur les-sports.info (consulté le 14 décembre 2011)
  19. « Derby WAC-RAJA : 200 agents de sécurité privés mobilisés en plus des forces de l’ordre » (consulté le 14 décembre 2011)
  20. « Derby Casablanca : Tous les résultats », sur derby-casablanca.com (consulté le 27 mars 2013)
  21. « Derby Casablanca: Les résultats », sur wydad-raja.com (consulté le 27 mars 2013)
  22. « Casablanca derby WAC vs. RCA statistics » (consulté le 20 avril 2018)
  23. « Raja - Wydad Casablanca », linternaute.com (consulté le 26 décembre 2011)
  24. Mehdi Sekkouri Alaoui, « FAR de Rabat », telquel-online.com (consulté le 28 décembre 2011)
  25. « Palmarès du championnat du Maroc depuis son indépendance », francefootball.fr (consulté le 12 janvier 2012)
  26. « Wydad Casablanca », derby-casablanca.com (consulté le 27 mars 2013)
  27. « Raja Casablanca », derby-casablanca.com (consulté le 27 mars 2013)
  28. « Jose Romao prendra les commandes du Raja », bladi.net, (consulté le 29 décembre 2011)
  29. « Fiche technique d'Oscar Fullone », footballdatabase.eu (consulté le 14 février 2012)
  30. « Fiche du stade Mohamed V », goalzz.com (consulté le 11 septembre 2011)
  31. « Derby Raja-WAC - 46.000 billets sont mis en vente », lematin.ma (consulté le 6 septembre 2011)
  32. a et b Dominique Auzias, page 58
  33. « Classement des meilleurs derby du monde », footballderbies.com (consulté le 26 décembre 2011)
  34. « Incidents à Casablanca », biladi.ma, (consulté le 13 décembre 2011)
  35. « Le public est de retour, le hooliganisme aussi », maghress.com, (consulté le 13 décembre 2011)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Dominique Auzias, Le Petit Futé Casablanca, Collectif, 2011, 222 pages, (ISBN 2746936291)  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier