Parti des Suisses nationalistes

parti politique d'extrême droite suisse
(Redirigé depuis Der Zeitgeist)

Parti des Suisses nationalistes
(de) Partei National Orientierter Schweizer
Image illustrative de l’article Parti des Suisses nationalistes
Logotype officiel.
Présentation
Président Florian Gerber
Fondation 2000
Idéologie Nationalisme
Site web www.pnos.ch
Représentation
Conseillers nationaux[1]
0 / 200
Conseillers aux États[2]
0 / 46
Législatifs cantonaux[3]
0 / 2 609
Exécutifs cantonaux[4]
0 / 154
Législatifs communaux
0 / 5 403
Exécutifs communaux[5]
0 / 1 146

Le Parti des Suisses nationalistes (en allemand : Partei National Orientierter Schweizer, abrégé en PNOS) est un parti politique suisse d'extrême droite.

Il ne doit pas être confondu avec le Parti nationaliste suisse, un autre parti politique suisse également situé à l'extrême droite. Alors que le PNS est actif en Suisse romande, le PNOS est actif dans en Suisse alémanique. Si les deux partis sont proches, ils sont toutefois indépendants l'un de l'autre[6].

HistoireModifier

Le parti a été en créé en 2000 par Jonas Gysin et Sacha Kunz. Sascha Kunz fut le président du parti jusqu'à la fin de l'été 2003. La direction a été reprise pendant deux ans par Jonas Gysin, qui quitte le parti en 2005[7],

En octobre 2004, un représentant du parti a été élu au conseil municipal de Langenthal et en avril 2005 au conseil municipal de Günsberg. Depuis lors, le parti a participé à diverses élections, dont la dernière en octobre 2019 aux élections nationales et au Conseil des États, mais sans succès [8].

Le PNOS a cependant été condamné par le tribunal de district d'Aarau pour avoir, lors des élections fédérales de 2003, utilisée en Argovie une affiche contre le Nouvel ordre mondial et la franc-maçonnerie, où étaient représentés des communistes et des Juifs capitalistes balayés par une croix suisse, avec la mention « Nous faisons le ménage ».

Le PNOS n'a jamais eu de sièges dans les parlements cantonaux, ni aux Chambres fédérales.

À l'heure actuelle, le PNOS ne détient aucun mandat électif (exécutif ou législatif), que ce soit aux niveaux communal, cantonal ou fédéral. En 2010, le PNOS organise une manifestation en soutien à l'initiative pour l'interdiction de la construction de nouveaux minarets. Lors de l'action, Dominic Lüthard se met en scène. Un grand balai à la main, il expulse des minarets en papier disposés sur un grand drapeau suisse. Lüthard sera poursuivi en justice et, en 2012, condamné pour cette action, sous le chef de « discrimination raciale »[9].

En 2017, le PNOS absorbe, suite à l'adhésion de son président, le DPS (Parti pour la Démocratie Directe)[10].

Le 24 novembre 2018, le PNOS organise une manifestation autorisée (malgré l'opposition de tous les partis politiques à l'exception de l'UDC), contre le « Pacte des migrations », en plein centre de Bâle. Prennent la parole, outre Dominic Lüthard, Tobias Steiger, Éric Weber et Karl Richter, représentant de la Bürgerinitiative Ausländerstopp (« Initiative citoyenne Stop aux étrangers ») de Munich et membre du NPD[11],[12]. La manifestation réunit une centaine de personnes, dont des membres de la Kameradschaft Heimattreu et du mouvement identitaire de Suisse romande Résistance helvétique[13]. Une contre-manifestation, organisée par des groupes d'extrême-gauche, rassemble près de 400 personnes. Des affrontements opposeront les contre-manifestants et la police, et donneront lieu à deux blessés[14],[15].

Le 20 octobre 2019, lors du 9e Congrès du PNOS, Dominic Lüthard, annonce que, après avoir assumé pendant sept ans la fonction de président du parti, il se retire. Florian Gerber, jusque-là vice-président, lui succède en tant que président. Yannic Nuoffer devient vice-président et porte-parole, et Tamara Klingler prend la fonction de secrétaire[16].

Les célébrations du GrütliModifier

En 2004, le parti organise une célébration de la Fête nationale suisse sur la plaine du Grütli, indépendamment de la fête officielle. Plus de 600 personnes participent à cette célébration non officielle. Les comptes rendus dans la presse, ainsi que les critiques faites à la police locale, à qui il est reproché de n'être pas intervenue en conséquence, font connaître le PNOS dans tout le pays[17].

Le 1er août 2005, le PNOS appelle cette fois à participer à la Fête nationale officielle. 700 sympathisants se joindront donc à une foule de 2 000 personnes. Le discours du président de la Confédération Samuel Schmid (UDC), faisant l'éloge de la politique suisse d'intégration des immigrés, est copieusement hué. Le Conseiller fédéral sera contraint de quitter les lieux à peine son discours terminé. Après avoir quitté à leur tour la plaine du Grütli, les 700 sympathisants du PNOS défileront dans la petite ville de Brunnen[18].

Par crainte que des incidents tels que ceux de 2005 ne se renouvellent, d'importantes mesures policières sont prises à l'occasion du 1er août 2006. Un système de cartes d'accès au site est mis en place[19]. La petite ville de Brunnen sera maintenue toute la journée en état de siège. La police interdira l'accès du secteur à toute personne suspectée d'"extrémisme de droite". 147 personnes seront expulsées manu militari du canton et 40 personnes, dont Philippe Brennenstuhl[20], seront arrêtées[21].

En 2007, le PNOS organise une nouvelle célébration de la Fête nationale sur le Grütli le 5 août, rassemblant 300 personnes[22]. En 2008, 300 personnes répondront à son appel[23]. Le 2 août 2009, une nouvelle célébration sur le Grütli rassemble cette fois 180 personnes. Les discours seront prononcés par Dani Herger, Philippe Brennenstuhl et Philippe Eglin[24]. Par la suite, le PNOS tente de réitérer ses "exploits" de 2004 et de 2005, sans y parvenir, rassemblant encore 200 personnes en 2012[25], puis seulement une cinquantaine de participants en 2014 et en 2016[26].

Liens européens et internationauxModifier

En novembre 2017, le PNOS invite à son Parteitag (Congrès annuel) à Bellach (SO) l'ancien diplomate et professeur de science politique Tomislav Sunic. Il s'y exprime au sujet du développement de la Droite alternative américaine, de l'élection de Donald Trump et de la notion d'identité. En outre, participeront aussi à ce congrès William Daniel Johnson, de l'American Freedom Party, Tobias Steiger, responsable de la section suisse de Pegida, ainsi que Lutz Urbanczyk, de l'AfD. Des membres du mouvement suisse romand Résistance Helvétique y participent également[27]. Dans la soirée, le Congrès sera attaqué par des extrémistes de gauche, qui dégraderont plusieurs véhicules, ainsi que la façade du restaurant hébergeant le congrès[28].

Les liens avec l'Alt-Right américaine semblent se développer par la suite. En juin 2018, plusieurs membres de la direction du PNOS seront invités à Dickson (États-Unis/Tennessee) à un congrès international de la "Droite dissidente", organisé par l'American Freedom Party[29],[30].

En 2018, le Parteitag annuel, organisé sous le nom de «Europa Nostra II», aura lieu cette fois à Melchnau (BE), après avoir été annoncé à Oensingen (SO). Parmi ses orateurs, le PNOS accueille l'Américain Richard Spencer, l'Autrichien Markus Ripfl (un exclu du FPÖ) et le Hongrois Pàl Peter Walter (responsable du petit parti nationaliste «Mi Hazànk» qui regrouperait des déçus du Jobbik)[31],[32]. Richard Spencer, sous le coup d'une interdiction d'entrée sur le territoire, participera en réalité au congrès par vidéo interposée[33].

Ligne politiqueModifier

Il se définit comme le parti du nationalisme moderne et le gardien des valeurs culturelles traditionnelles suisses. Il militerait pour une séparation claire de la politique et de l'économie. Le parti affirme donner des réponses à toutes les questions importantes actuelles en visant une réorganisation globale de l'État, l'établissement d'un véritable État du peuple dans lequel le peuple suisse pourrait vivre et prospérer, libéré de la mondialisation, d'une exploitation capitaliste, d'un envahissement par des allogènes, de la destruction du modèle familial et de l'environnement, etc.

Structures et implantationModifier

Organisation et sectionsModifier

Le parti est dirigé par une Landesleitung (Direction nationale du parti), composée du président (Dominic Lüthard), du vice-président (Flo Gerber) et de trois autres membres[34]. En octobre 2019, Florian Gerber succède à Dominic Lüthard en tant que président. Yannic Nuoffer devient le nouveau vice-président et porte-parole, et Tamara Klingler prend la fonction de secrétaire[16].

Le PNOS organise une fois par année une Generalversammlung (Assemblée générale) et une ou deux fois par an un Parteitag (Congrès).

En 2015, le PNOS annonce la constitution d'un service d'ordre, le Ahnensturm[35].

Le membres du PNOS sont organisés en sections cantonales. Selon le site web du parti, il existerait des sections dans les cantons d'Argovie, d'Appenzell, Bâle, Berne, Glaris, des Grisons, Schaffhouse, Soleure, Saint-Gall, Thurgovie, Zurich. Il existe en outre une section « Suisse centrale »[36].

La Police fédérale estime le nombre d'adhérents du parti à environ 300.

PublicationsModifier

Le PNOS publie une revue, Harus, environ 4 fois par an[37]. La première livraison de 2017 est marquée par l'adoption d'une nouvelle formule graphique[38].

Structure féminine : le KNAModifier

En 2007, une structure féminine avait été créée au sein du PNOS, le Kampfbund Nationaler Aktivistinnen[39] (Front de de lutte des militantes nationales). Sa responsable était Denise Friederich (qui semble avoir quitté le parti depuis). Le KNA se donnait pour mission de défendre la vision de la femme en tant que mère de famille, et s'opposait radicalement aux conceptions féministes, associées au capitalisme libéral[40]. Le KNA réclamait l'instauration d'un salaire versé à la femme au foyer qui élève ses enfants[41]. Cette structure ne semble plus être en activité[42].

Suisse romandeModifier

Le PNOS en tant que tel n'existe qu'en Suisse alémanique. Il est lié au Parti Nationaliste Suisse, dirigé par Philippe Brennenstuhl, actif en Suisse romande, mais les deux structures sont indépendantes l'une de l'autre[43]. Depuis 2016, le PNOS semble par ailleurs avoir des contacts bien plus réguliers avec le mouvement romand Résistance helvétique qu'avec le PNS[44],[13].

Notes et référencesModifier

  1. Répartition des mandats par parti Elections au Conseil national de 1971 à 2011, Office fédéral de la statistique, consulté le 10.12.2016
  2. Répartition des mandats par parti 1971 à 2011, Office fédéral de la statistique, consulté le 10.12.2016
  3. Répartition des mandats, Office fédéral de la statistique, consulté le 10.12.2016
  4. Exécutifs cantonaux, Office fédéral de la statistique, consulté le 10.12.2016
  5. Statistiques des villes suisses - Chapitre politique, Union des villes suisses, consulté le 13.04.2017
  6. « Parti nationaliste suisse » (consulté le 6 juillet 2018).
  7. (de)« PNOS-Chef Jonas Gysin tritt zurück », Neue Zürcher Zeitung, 22 août 2005.
  8. (de) « Wahlen 2019 – ein grüner Tsunami erfasst die Schweiz », sur pnos.ch, (consulté le 21 octobre 2019).
  9. (de) « Weggewischte Minarette: Pnos-Chef rechtfertigt Aktion », Der Bund,‎ (lire en ligne).
  10. (de) « Fusionierung des patriotischen Lagers der Schweiz - Schweizer Rechtsradikale verbünden sich », Blick,‎ (lire en ligne).
  11. (de) « PNOS-Kundgebung gegen den Migrationspakt – wie diese wirklich ablief ».
  12. (de) Mirjam Kohler, « Das sind die Redner der Pnos-Demonstration vom 24. November in Basel », Basel Zeitung,‎ (lire en ligne).
  13. a et b (de) « Nazis: Blockieren oder ignorieren? », sur basta-bs.ch (consulté le 16 mai 2019).
  14. (de) « Zusammenstösse zwischen Polizei und Linksextremen an Pnos-Gegendemo – zwei Verletzte », BZ-online,‎ (lire en ligne).
  15. (de) « Demonstration gegen Pnos-Kundgebung in Basel: Polizei muss Gummischrot einsetzen », Neue Zürcher Zeitung,‎ (lire en ligne).
  16. a et b (de) « 9. ordentliche Generalversammlung der PNOS », PNOS,‎ (lire en ligne).
  17. « «Wilhelm Tell» als Bundesfeier auf dem Rütli », NZZ,‎ (lire en ligne).
  18. S. W. I. swissinfo.ch et a branch of the Swiss Broadcasting Corporation, « Les néo-nazis ébranlent la fête du Grütli », sur SWI swissinfo.ch (consulté le 31 mai 2019).
  19. S. W. I. swissinfo.ch et a branch of the Swiss Broadcasting Corporation, « Pas de ticket pour les extrémistes au Grütli », sur SWI swissinfo.ch (consulté le 31 mai 2019).
  20. http://www.partinationalistesuisse.ch/pdf/Rutliheft_2006_DER_VERRAT_LA_TRAHISON.pdf
  21. « Le Grütli retrouve le calme », sur www.arcinfo.ch (consulté le 31 mai 2019).
  22. « Rechtsextreme holen Rütli-Bundesfeier nach », NZZ,‎ (lire en ligne).
  23. (it) « 1° agosto: 300 estremisti di destra sul Grütli », sur Ticinonline, (consulté le 31 mai 2019).
  24. (de) « Rückblick 2009: Sind die fetten Jahre vorbei? – Antifa » (consulté le 31 mai 2019).
  25. « Rütli: 200 Personen folgen dem Ruf der PNOS auf das Rütli », sur Blick, (consulté le 31 mai 2019).
  26. (de) www 20minuten ch, 20 Minuten, 20 Min www.20min.ch, « Rechtsextreme feierten Schweiz auf dem Rütli ab », sur 20 Minuten (consulté le 31 mai 2019).
  27. « Hans Stutz - Meldungen zu Rechtsextremismus ».
  28. (de) « Linksautonome wollen Pnos-Parteitreffen angreifen – Polizei verhindert das und wird trotzdem kritisiert », sur Solothurner Zeitung (consulté le 21 novembre 2019).
  29. « PNOS feiert mit Ku-Klux-Klan », Blick.ch,‎ (lire en ligne).
  30. « Visionary Nationalist Conference Unites Right, Triggers Left », American Voice,‎ (lire en ligne).
  31. « Feinde der Demokratie: Herzlich willkommen in der Schweiz », sur www.infosperber.ch (consulté le 16 mai 2019).
  32. « Barrikade », sur barrikade.info (consulté le 16 mai 2019).
  33. Kathrin Holzer, « Pnos-Parteitag fand bei kurdischem Wirt statt », Berner Zeitung,‎ (lire en ligne).
  34. « Landesleitung ».
  35. (de) www 20minuten ch, 20 Minuten, 20 Min www.20min.ch, « Rechte Pnos gründet eigenen «Sturmtrupp» », sur 20 Minuten (consulté le 31 mai 2019).
  36. « Sektionen ».
  37. PNOS, « PNOS - Konsequent, Sozial, National ! », sur www.pnos.ch (consulté le 29 juillet 2018).
  38. Harus, 2017, 1. Quartal
  39. </ « KNA.ch »(</ Archive</ Wikiwix</ Archive.is</ GoogleQue faire ?).
  40. « Le féminisme fait croire aux femmes que l'émancipation passe par le travail, 02-08-2007 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  41. (de) « Das Ziel ist die Fortpflanzung », sur 20 Minutes (Suisse),
  42. « Site du PNOS ».
  43. « PNOS Sektionen ».
  44. David Genillard, « Surveillée, la «droite radicale» se réunit à Aigle », VQH,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le 16 mai 2019).

Liens externesModifier