Ouvrir le menu principal

Denise Mützenberg

poétesse, écrivaine, enseignante et éditrice suisse
Denise Mützenberg
Denise Mutzenberg.png
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Denise Mützenberg, née à Yverdon-les-Bains le 3 septembre 1942, est une poétesse, écrivaine, enseignante et éditrice suisse vivant au Grand-Saconnex[1].

BiographieModifier

Son père est le rédacteur du journal socialiste Coude à coude et sa sœur jumelle, la poétesse Claire Krähenbühl. Denise Mützenberg dessine et écrit dès son plus jeune âge. De 1958 à 1961, elle fréquente l'école normale de Lausanne où elle côtoie le poète Jean-Pierre Schlunegger puis elle devient institutrice à Lignerolle. En 1964, elle épouse Gabriel Mützenberg, historien et journaliste culturel à Genève et spécialiste des littératures rétho-romanes[2]. Durant une vingtaine d'années, elle dirige avec lui la revue Certitudes. En 1992, elle crée Samizdat (mot qui signifie auto-édition en russe), une maison d'édition consacrée à la poésie, avec un accent mis sur des publications bilingues.

Bien qu'elle reçoive une cinquantaine de manuscrits par an, elle n'en édite qu'une petite dizaine annuellement. Julien Burri, Silvia Härri, Sibylle Monney, Giorgio Orelli et Sylvain Thévoz font ainsi partie des poètes et poétesses publiés[3].

Denise Mützenberg écrit de la poésie, À la lisière des bois (1978), Feu d'ortie (1983), et des nouvelles, Tous les nuages brûlent (1975), La mort sous le noyer (1989). Pour son livre Le Piège du miroir ou le livre des jumelles (2002), Denise Mützenberg a travaillé en collaboration avec Claire Krähenbühl sur les thème des jumelles : ensemble elles ont créé un livre écrit en miroir, un miroir éclaté, composé de fragments alternés qui se répondent, se contredisent, se repoussent et s'attirent comme des aimants[4][citation nécessaire].

En 2005, paraît aux Éditions de l'Aire Comme chant sur braise, poèmes 1977-1992, puis en 2012, Pour Gabriel, aux éditions Le Cadratin. L'ouvrage est sélectionné pour l'attribution du Prix Lettres Frontières 2013-2014[5]. Il est suivi en 2015 de Arué, une anthologie bilingue de la poésie valladra, le dialecte romanche parlé dans la Basse-Engadine et le Val Müstair, aux Grisons[6].

Denise Mützenberg est membre de l'association Autrices et Auteurs de Suisse (AdS).

ŒuvresModifier

  • 2015 Aruè, poesia Valladra, Poésie romanche de Basse-Engadine et du Val Müstair, Éditions Samizdat[6]
  • 2012 Pour Gabriel. Vevey, Le Cadratin.
  • 2005 Comme chant sur braise : poèmes 1977-1992. Vevey, Éditions de l'Aire.
  • 2003 Fugato,avec Claire Krähenbühl. Recueil à trois voix avec le poète lusitanien Luiz-Manuel, dans une édition trilingue (traduction portugaise et italienne). Genève, Samizdat.
  • 2003 Poèmes du seuil, avec Gabriel Mützenberg et Denyse Sergy. Genève, Samizdat.
  • 2002 Le Piège du miroir ou Le livre des jumelles,avec Claire Krähenbühl. Vevey, L'Aire.
  • 1992 Dschember Schamblin, recueil bilingue, romanche / français. Genève, Samizdat.
  • 1989 La mort sous le noyer. Nouvelles. Genève, Eliane Vernay.
  • 1983 Feu d’ortie. Poèmes. Genève, Eliane Vernay.
  • 1978 A la lisière des voix. Poèmes. Genève, Eliane Vernay.
  • 1975 Tous les nuages brûlent. Nouvelles. Vevey, Éditions de l'Aire.

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. Anne Pitteloud, « Denise Mutzenberg, en quête de lien », Le courrier,‎ (lire en ligne)
  2. Julien Burri, « Poésie: Les beautés rauques du romanche », L'Hebdo,‎ (lire en ligne)
  3. Marianne Grosjean, « Petits et fiers de l’être, c'est la devise des petits éditeurs romands », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  4. « Mützenberg, Denise », sur http://www.literapedia-bern.ch (consulté le 21 juin 2016)
  5. « 20e Sélection (2013-2014) », sur http://www.lettresfrontiere.net/ (consulté le 20 juin 2016)
  6. a et b Isabelle Rüf, « Denise Mützenberg montre l'âpre beauté de la poésie vallader », Le Temps,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier