Delly Sesanga

homme politique congolais (RDC)

Delly Sesanga
Fonctions
Député national
En fonction depuis le
(13 ans, 11 mois et 8 jours)
Élection 30 juillet 2006
Réélection 28 novembre 2011
30 décembre 2018
Circonscription Luiza (Kasaï central)
Président du parti politique Envol
En fonction depuis le
(8 ans, 11 mois et 29 jours)
Ministre du Plan

(6 mois et 16 jours)
Président Joseph Kabila
Vice-président Jean-Pierre Bemba
Azarias Ruberwa
Arthur Z'ahidi Ngoma
Abdoulaye Yerodia Ndombasi
Gouvernement Gouvernement de transition
Coalition Union nationale
Prédécesseur Alexis Thambwe Mwamba
Successeur Olivier Kamitatu Etsu
Biographie
Nom de naissance Delly Sesanga Hipungu Dja Kaseng Kapitu
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Kolwezi (Lualaba)
Nationalité congolaise
Parti politique Envol

Delly Sesanga Hipungu Dja Kaseng Kapitu, né le à Kolwezi, est un homme politique congolais.

BiographieModifier

Fils du sénateur Patrice-Aimé Sesanga[1], avocat de profession, mandataire et député national[2], Delly Sessanga est le Président national du parti politique « L'ENVOL de la RD Congo[3] ». Il est membre du comité des sages du Rassemblement de l'opposition dont Étienne Tshisekedi fut le président.

Jeunesse et étudesModifier

De 1982 à 1988, il a poursuivi ses humanités littéraires entre l'Institut Bandayi (ex-collège Saint-Louis dans le Kananga) et l'Athénée de Kalina (Kinshasa).

Dès 1990, il poursuit ses études supérieures en France.

En 2000, il obtient une maîtrise en droit des affaires et en sciences politiques. Il est également diplômé de l'École de Barreau de Paris en décembre 2002 (Certificat d'aptitude à la profession d'avocat).

En plus, il est diplômé d'études comptables et financières. Delly Sesanga est titulaire d'une maîtrise en sciences politiques; il a été admissible en 1998 à l'oral du cycle international de l'ENA à Paris.

Carrière politiqueModifier

Delly Sesanga milite durant une année (1988 à 1989) au sein de mouvements associatifs de jeunes à Kinshasa dont l'ANJ (Association de la Nouvelle Jeunesse). Il s'agit là d'un mouvement philosophique et culturel qui s'inspirait de « Paris de philosophe ».

Dans la foulée, il intègre dès sa création en 1994 le mouvement « Les Forces du futur » dirigé par Arthur Z'ahidi Ngoma dont il assume les fonctions de secrétaire général jusqu’en 1999.

En août 1998, il est membre cofondateur du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD). La crise en RDC le conduit à participer au dialogue devant mettre fin à la deuxième guerre du Congo. Le 10 juillet 1999, il signe comme l'ensemble des participants les accords de Lusaka.

Mais, 1999 est également l'année de la division au sein de son mouvement politique. Le RCD est divisé, Delly Sesanga fait partie des frondeurs et choisi de suivre Ernest Wamba dia Wamba et s'établit à Kisangani.

Mais l'aventure avec le RCD n'apporte pas les espoirs souhaitées par Delly Sesanga. Il quitte le mouvement et retourne à Paris. Un retour dans l'hexagone qui est de courte durée puis que, de mars 2003 à mars 2006, il est directeur de cabinet du président du MLC et vice-président de la République chargé de l’ECOFIN, Jean-Pierre Bemba[4].

De mars 2006 à octobre 2006, il succède à Alexis Thambwe Mwamba comme ministre du Plan de la République démocratique du Congo, poste qu’il quitte après avoir été élu député national sur la liste MLC dans la circonscription de Luiza au Kasaï occidental avec le plus grand score de deux Kasaï (occidental et oriental) soit 45 600 voix.

En novembre 2007, il crée au sein du MLC le Courant des réformateurs radicaux (CRR) avec l’objectif d’engendrer une démocratie interne au sein du parti.

De 2007 à 2010, il assume d’une part les fonctions de Président de la commission Politique, Administrative et Judiciaire (PAJ) de l’Assemblée nationale, et d’autre part, celles de président de l’élaboration des principales réformes institutionnelles de la IIIe République.

Il crée en 2010, ENVOL (Ensemble des volontaires pour le redressement de la RDC).

Tout comme en 2006, il est réélu en 2011 pour un second mandat de député national. Il soutient la candidature d'Étienne Tshisekedi lors de l'élection présidentielle de 2011[4].

En 2016, il est coordonnateur de la plate-forme AR (Alternance pour la république), un regroupement de seize partis qui soutient la candidature de l'ex-gouverneur du Katanga Moïse Katumbi pour l'élection présidentielle prévue en 2016[5]. L'élection est repoussée et se déroule finalement en 2018 et Katumbi est empêché de se présenter. Pour cette élection, Sesanga soutient alors la candidature de Félix Tshisekedi[6].

En août 2019, Sesanga dépose un projet de révision de la constitution rédigé par deux élus de son parti : Jean-Marc Mambindi et Simon Mulamba[6].

Carrière professionnelleModifier

Il a commencé sa carrière comme conseiller juridique des sociétés des services à Lyon avant d'exercer à partir de 1994 comme consultant à l'UNESCO auprès des Divisions des PMA (Pays les Moins Avancés) et la Division des droits de l'homme et paix. Il a travaillé essentiellement sur le programme d'aide publique au développement aux pays les moins avancés dans le cadre de la Déclaration de Paris de 1990 ainsi que sur le programme de la culture de la paix.

Il entre dans le privé en 1996, où il exerce comme superviseur du service clients chez TPS (télévision par satellite). De mai 2000 à octobre 2002, il rentre comme cadre à la direction financière d'ALCATEL-CIT, où il est chargé de la gestion du changement et la sécurité du système d'information comptable sur SAP. Depuis mai 2005, il est avocat au Barreau de Kinshasa Gombe et membre de la Société des avocats et mandataires en mines.

Carrière d'enseignantModifier

Depuis 2004, il est professeur chargé de cours « Opérations, banque et bourses » à la Faculté des Sciences économiques et de l'administration des Affaires de l'université protestante du Congo. Dans ce même contexte, il est l’auteur de plusieurs travaux scientifiques (quelques publications ou travaux de recherche).

PublicationsModifier

  •  Delly Sesanga, Une ambition pour le Zaïre, Éd. Cercle FIASA, Lyon, 1996.
  •  Delly Sesanga, La voie du changement[7] : un pari de la raison pour le RD Congo, l’Harmattan, Paris, mars 2011

Notes et référencesModifier

  1. Grand Kasai, « Le sénateur Sesanga : " On m'accuse parce que j'ai un fils qui est dans l'opposition " », Grand Kasai,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2017)
  2. « SESANGA HIPUNGU DJA KASENG KAPITU Delly | RDC – Assemblée Nationale », sur www.assemblee-nationale.cd (consulté le 7 janvier 2017)
  3. « Invité Afrique - Delly Sesanga, député du MLC, animateur du mouvement d'action civique, "Envol" et auteur du livre "La voie du changement" », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2017)
  4. a et b Trésor Kibangula, « Vidéo – Delly Sesanga : « L’opposition en RD Congo a tort de sous-estimer Kabila » », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  5. « Présidentielle en RD Congo : une nouvelle coalition de l’opposition fait bloc derrière Moïse Katumbi », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  6. a et b Romain Gras, « RDC – Delly Sesanga : « Nous souhaitons corriger les faiblesses de la Constitution, pas en détricoter les textes » », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  7. « LA VOIE DU CHANGEMENT - Un pari de la raison pour la RD Congo, Delly Sesanga Hipungu - livre, ebook, epub », sur www.editions-harmattan.fr (consulté le 7 janvier 2017)