David Janszoon Padbrué

compositeur néerlandais
David Janszoon Padbrue

Naissance vers 1553
Haarlem
Drapeau des Pays-Bas des Habsbourg Pays-Bas des Habsbourg
Décès inhumé le
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Activité principale compositeur, chanteur, luthiste, musicien et marchand de lin
Style école franco-flamande
Lieux d'activité Haarlem - Amsterdam
Flag of the Low Countries.svg Pays-Bas espagnols
Madrid
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies

Œuvres principales

  • Psalm-geclanck (1601)

David Janszoon Padbrue, né à Haarlem vers 1553 et inhumé le , est un compositeur, chanteur et joueur de luth néerlandais.

BiographieModifier

David était issu d'une famille de musiciens. Il avait un frère, Thyman Janszoon (vers 1555-1627), employé par la ville comme musicien, comme le fut aussi le fils de celui-ci et neveu de David, le compositeur Cornelis Thymanszoon Padbrué. Le père de David, Jan Janszoon Padbrué (vers 1520-1582), désigné comme « Jenning de Sangher » (« Jenning le chanteur ») dans des documents historiques, était un contre-ténor de l'église Saint-Bavon de Haarlem. Dans cette même église, Padbrué était corael ou enfant de chœur. De 1562 à 1570, il fut attaché à la Capilla Flamenca, la chapelle royale de Madrid. Le roi Philippe II d'Espagne, qui appréciait énormément ses services, le récompensa sans doute en lui attribuant plusieurs prébendes à Delft, à La Haye et à Haarlem[1].

Padbrué commença à étudier la littérature à l'université de Leyde en 1580. Plus tard, on le voit mentionné comme luthiste (luytslager) ; dans son acte de mariage, dressé en 1587, il est appelé maître de musique et luthier. Quelques mois plus tard, il s'établit à Amsterdam comme marchand de lin (vlascoper)[1].

Un recueil de pièces de luth rassemblées par l'étudiant Thysius de Leyde contient une dizaine d'arrangements de chansons d'un certain M. David, attribués par Noske à David Padbrué ; quoique charmantes, ces compositions sont peu orthodoxes et assez dilettantesques[1].

En 1601, Padbrué publia le Psalm-geclanck, une harmonisation polyphonique de l'ensemble des 150 psaumes du psautier de Dathenus, écrite dans le style du motet pour un ensemble vocal de quatre à huit voix. Comme l'Église réformée de la République n'autorisait pas l'exécution polyphonique des psaumes à l'époque, cette mise en musique du psautier calviniste néerlandais était destinée à être jouée en famille. De cet ouvrage, rien ne subsiste à l'exception d'un livre incomplet de la partie de ténor[2].

RessourcesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c ANDRIESSEN. p. 869.
  2. RASCH. [En ligne].

Sources et bibliographieModifier