David Hahn

le "boy-scout radioactif" qui tenta de construire un réacteur surgénérateur dans le hangar de son jardin
David Hahn
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 39 ans)
Shelby (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Macomb Community College (en)
Chippewa Valley High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Inventeur, mariner, physicienVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Distinction

David Hahn, né le à Royal Oak (Michigan) et mort le à Shelby Charter Township (Michigan)[1], est un Américain passionné de rayonnement nucléaire. En 1994, alors âgé de 17 ans et scout membre des Boy Scouts of America, il essaie de construire un surgénérateur nucléaire dans le hangar de son jardin de la banlieue de Détroit.

Bien que son réacteur n'a jamais atteint la masse critique, David Hahn a attiré l'attention de la police locale quand, au détour de la fouille de son véhicule, celle-ci a trouvé des matériaux douteux qu'il a présenté comme radioactifs. Dix mois plus tard, la maison de sa mère et ses alentours ont été nettoyés par l'Environmental Protection Agency dans le cadre du plan Superfund. David Hahn a obtenu le rang de Eagle Scout (le plus haut rang scout aux États-Unis) peu après le démantèlement de son laboratoire amateur[2].

Bien qu'il n'ait originellement pas reçu beaucoup d'attention médiatique, il devient plus largement connu après un article publié en 1998 dans la revue Harper's Magazine par le journaliste Ken Silverstein (en), intitulé « Le boy-scout radioactif »[3]. Silverstein lui consacre aussi un livre, The Radioactive Boy Scout en 2004[2].

Il est très probable que David Hahn a reçu des doses significatives de radiations au cours de ses expérimentations dans son hangar. Adulte, il sert dans l'US Navy et à l'United States Marine Corps. Il est plus tard soigné pour des problèmes mentaux, mais son décès à l'âge de 39 ans est lié à sa consommation excessive d'alcool.

Création du réacteurModifier

Jeune homme, David Hahn est passionné par la chimie. Il passe des années à s'exercer à la chimie dans le sous-sol de sa maison (ce qui cause de temps à autre de petites explosions) et essaie de récolter des échantillons de tous les éléments du tableau périodique, y compris ceux radioactifs. Il remporte plus tard un badge du mérite (prix gagné par les jeunes membres du Boy Scouts of America) sur l'énergie atomique et se lance dans la création d'un surgénérateur nucléaire.

Il amasse des matériaux radioactifs récupérés dans des produits commerciaux civils, parfois volés, tels que l'américium provenant des détecteurs de fumée, le thorium des manchons de lanternes à gaz, le radium de peintures phosphorescentes des (anciennes) horloges, et le tritium contenu dans certains viseurs pour arme à feu. Son réacteur se constitue d'un grand creuset en plomb, et il dépense même 1 000 $ en batteries pour en extraire le lithium de celles-ci, afin de purifier les cendres de thorium avec un bec Bunsen.

Hahn se présente comme un scientifique adulte, ou comme un professeur de lycée pour gagner la confiance de plusieurs professionnels avec qui il échange des lettres — avec succès, malgré des fautes d'orthographe et des erreurs évidentes. Il espère à terme pouvoir enrichir ses échantillons de thorium et d'uranium[4].

Bien que très loin de la masse critique, son réacteur nucléaire artisanal finit par émettre des niveaux de radioactivité dangereux (autour de mille fois le rayonnement de fond normal). Alarmé, il commence à démanteler ses expériences, mais une rencontre fortuite avec la police amène à la découverte de ses activités, et déclenche une urgence radiologique fédérale (« Federal Radiological Emergency Response »), impliquant le FBI et la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis.

Le , l'agence de protection de l'environnement américaine (EPA) déclare la propriété familiale des Hahn couverte par le Superfund, une loi fédérale américaine visant à nettoyer les sites souillés par des déchets dangereux. Le hangar de Hahn est démantelé et son contenu enterré en tant que déchets radioactifs de bas niveau, dans l'Utah. Mais sa mère, craignant de perdre sa maison si l'étendue des radiations devait être connue, avait déjà commencé à récupérer la majorité des matériaux radioactifs collectés par son fils et les jeta parmi les déchets conventionnels.

Hahn refusa toute évaluation médicale de son exposition aux radiations.

CarrièreModifier

David Hahn entre en dépression après le scandale, un problème exacerbé par sa rupture avec sa petite amie, ainsi que le suicide de sa mère en 1996[2]. Bien qu'il réussisse ses études au lycée, il n'a pas de plan pour la suite. Son père et sa belle-mère l'encouragent d'abord à aller à l'université. Il débute une formation de métallurgiste, mais sèche fréquemment les cours[2].

On l'encourage ensuite à entrer dans l'armée. Il s'engage alors dans la Navy, et est affecté sur le porte-avion nucléaire USS Enterprise en tant que matelot. Après une mission de quatre ans, il obtient le rang de Spécialiste des communications intérieures[2].

David Hahn avait espéré obtenir une carrière de spécialiste nucléaire. Les scientifiques de l'Agence de protection de l'environnement pensent que son espérance de vie a peut-être été largement réduite, du fait de son exposition aux radiations, particulièrement en considération son temps passé dans son petit hangar, peu aéré, avec des mesures de précaution minimales. Toutefois, Hahn ignorera leur recommandation de se faire examiner à la centrale nucléaire Enrico Fermi.

Après la Navy, il s'engage dans le Corps des Marines et est mobilisé au Japon. Après quelques années, il est démobilisé pour raisons médicales.

Vol de détecteurs de fuméeModifier

Le , David Hahn est accusé du vol à Clinton, dans la banlieue de Détroit, des détecteurs de fumée du hall de son immeuble, a priori dans le but d'en extraire de l'américium[5],[6],[7].

Sur sa photographie d'identité judiciaire, son visage est couvert de lésions, que les enquêteurs ont attribué à son irradiation[8].

Lors de son audience à une cour de circuit, Hahn plaide coupable de l'accusation de tentative de vol. D'après les archives en ligne de la cour, les procureurs recommandent que sa condamnation se limite à son temps passé en détention provisoire, et à une hospitalisation de force. Il est condamné à 90 jours de prison, une peine différée de six mois le temps qu'il reçoive des soins médicaux à l'unité psychiatrique de la prison du comté de Macomb[9].

MortModifier

David Hahn meurt à l'âge de 39 ans. Il vit alors dans le canton de Shelby dans le Michigan[1],[10]. Depuis, son père a confirmé que sa mort a été due à une intoxication alcoolique[11].

Dans la culture populaireModifier

Médiatisation initialeModifier

À l'époque, l'incident reçut une maigre couverture médiatique, mais ceci changea après la parution d'un article de Ken Silverstein (en) dans le Harper's Magazine en 1998[3]. En 2004, Silverstein développa son récit de l'histoire dans un livre, The Radioactive Boy Scout. En 2016, il est fait mention d'un film basé sur le livre[12].

PersonnesModifier

En 1999, Justin Kasper et Fred Niell, étudiants en physique à l'Université de Chicago dans le cadre d'une chasse au trésor qui requerrait notamment « un surgénérateur construit dans un hangar » ont réussi à construire un réacteur nucléaire similaire, qui a produit des traces de plutonium.

Les expérimentations de Hahn ont fait des émules, particulièrement dans le cas de Taylor Wilson qui, à l'âge de 14 ans, est devenu la plus jeune personne à faire de la fusion nucléaire.

En , le youtubeur français AstronoGeek lui consacre une vidéo sur sa chaîne, intitulé « David Hahn, l'ado qui a fabriqué un réacteur nucléaire chez lui »[13].

TélévisionModifier

En 2003, un documentaire télévisé, The Nuclear Boyscout, est diffusé au Royaume-Uni sur Channel 4. Dans celui-ci, Hahn démontre certaines de ses méthodes devant l'objectif.

Dans l'épisode « Page Turner » de la série télévisée Les Experts : Manhattan, le personnage de Lawrence Wagner est inspiré de celui de David Hahn.

Dans l'épisode « Le réacteur nucléaire » de la série télévisée Young Sheldon, le personnage de Sheldon tente de fabriquer un réacteur nucléaire en extrayant de l'américium d'une centaine de détecteurs de fumée.

Dans l'épisode « L'Ennemi d'Homer » de la série d'animation Les Simpson, le personnage de Martin Prince fabrique un réacteur nucléaire fonctionnel.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « David Charles Hahn », sur tributes.com, .
  2. a b c d et e (en) Ken Silverstein, The radioactive boy scout : the true story of a boy and his backyard nuclear reactor, Random House, (ISBN 0-375-50351-X, 9780375503511 et 1415574774, OCLC 52386153, lire en ligne).
  3. a et b (en) « The Radioactive Boy Scout », sur harpers.org, .
  4. Kean, Sam., The disappearing spoon : and other true tales of madness, love, and the history of the world from the periodic table of the elements, Little, Brown and Co, , 400 p. (ISBN 978-0-316-05164-4, 0316051640 et 9780316051637, OCLC 456551224, lire en ligne)
  5. (en) « The Weird Story Of The Swedish Man Who Tried To Build A Nuclear Reactor In His Kitchen », sur businessinsider.com, (consulté le )
  6. (en) « Man dubbed 'Radioactive Boy Scout' pleads guilty » [archive du ], sur web.archive.org, (consulté le )
  7. (en) « Man dubbed 'Radioactive Boy Scout' pleads guilty », sur freep.newspapers.com, (consulté le )
  8. (en) « 'Radioactive Boy Scout' Charged in Smoke Detector Theft », sur foxnews.com, (consulté le )
  9. (en) « 'Radioactive Boy Scout' Sentenced to 90 Days for Stealing Smoke Detectors », sur foxnews.com, (consulté le )
  10. (en) « David Hahn Obituary - Shelby Township, Michigan », sur legacy.com, (consulté le )
  11. (en) « Man who tried to build a homemade nuclear reactor didn’t die of radiation poisoning », sur arstechnica.com, (consulté le )
  12. (en) « ‘Radioactive Boy Scout’ Movie About Real Teen Nuke Builder in the Works (Exclusive) », sur thewrap.com, (consulté le )
  13. « David Hahn, l'ado qui a fabriqué un réacteur nucléaire chez lui » (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles de presse
  • (en) Ken Silverstein, « The Radioactive Boy Scout: When a teenager attempts to build a breeder reactor », Harper's Magazine,‎ .
  • (en) Albert Ghiorso, « Pitfalls of self-guided science : Book review of "The Radioactive Boy Scout: The Frightening True Story of a Whiz Kid and His Homemade Nuclear Reactor" », Chemical and Engineering News,‎ , p. 36-37 (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Autres personnes avec des cas similaires :

  • Richard Handl, un Suédois, connu pour ses tentatives de créer un réacteur nucléaire dans son appartement.
  • Taylor Wilson, un physicien nucléaire américain qui devient, à l'âge de 14 ans, la plus jeune personne à construire un mini-réacteur à fusion nucléaire.

Liens externesModifier