David Blunkett

politicien britannique

Le très honorable
Baron Blunkett
Illustration.
David Blunkett en 2017.
Fonctions
Secrétaire d'État au Travail et aux Retraites

(5 mois et 27 jours)
Premier ministre Tony Blair
Gouvernement Blair III
Prédécesseur Alan Johnson
Successeur John Hutton
Secrétaire d'État à l'Intérieur

(3 ans, 6 mois et 7 jours)
Premier ministre Tony Blair
Gouvernement Blair II
Prédécesseur Jack Straw
Successeur Charles Clarke
Secrétaire d'État à l'Éducation et à l'Emploi

(4 ans, 1 mois et 6 jours)
Premier ministre Tony Blair
Gouvernement Blair I
Prédécesseur Gillian Shephard
Successeur Estelle Morris
Député britannique

(27 ans, 9 mois et 19 jours)
Élection 11 juin 1987
Réélection 9 avril 1992
1er mai 1997
7 juin 2001
5 mai 2005
6 mai 2010
Circonscription Sheffield Brightside (1987-2010)
Sheffield Brightside and Hillsborough (2010-2015)
Législature 50e, 51e, 52e, 53e, 54e 55e
Prédécesseur Joan Maynard
Successeur Harry Harpham
Biographie
Nom de naissance David Blunkett
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Sheffield (Angleterre, Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique Parti conservateur
Diplômé de Université de Sheffield
Profession Diariste

David Blunkett, baron Blunkett, né le 6 juin 1947 à Sheffield, est un homme politique britannique.

Il fut secrétaire d'État au Travail et aux Retraites, du au , date à laquelle il remet sa démission pour avoir violé le code très strict sur les emplois d'anciens ministres.

BiographieModifier

Le , il a été contraint de quitter le poste de ministre de l'Intérieur qu'il occupait depuis le après la révélation d'une liaison amoureuse avec une femme mariée, l'éditrice américaine du magazine Spectator, Kimberly Quinn, avec qui il a reconnu avoir eu un fils[1]. Cette relation avait fait de lui la cible de critiques, notamment dans une pièce de théâtre et même une émission de télévision.

Il fut secrétaire d'État à l'Éducation et à l'Emploi du au .

En 2001, après les émeutes interethniques entre Blancs et musulmans à Bradford, Burnley et Oldham, il déclare qu'il y a un impératif linguistique et la nécessité d'un minimum d'intégration culturelle, mettant ainsi fin à la politique multiculturaliste britannique[2].

Il est aveugle de naissance[3].

Notes et référencesModifier

  1. « David Blunkett démissionne », sur L'Obs (consulté le 5 février 2019)
  2. Didier Lassalle, interviewé par Antoine Flandrin, « Du multiculturalisme à l'intégration », cahier « Idées » du Monde n°22537, samedi 17 juin 2017, page 6.
  3. Jeanne Beutter, « Ces handicapés qui occupent des postes clés », sur Le Parisien,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :