Ouvrir le menu principal
DCMP Imana
Logo du DCMP Imana
Généralités
Nom complet Daring Club Motema Pembe/Imana
Surnoms Les Immaculés (Imanas), Les Toupamaros
Noms précédents Daring Faucon (1936 -1949)
CS Imana (1949 -1985)
Fondation
Statut professionnel SAOS Société anonyme à objet sportif
Couleurs Vert, Blanc et Rouge
Stade Stade des Martyrs
(80 000 places)
Siège Kinshasa
Championnat actuel Linafoot
Président Drapeau : République démocratique du Congo Tshimanga Tshipanda Vidiye
Entraîneur Drapeau : Congo-Brazzaville Isaac N'Gata
Drapeau : République démocratique du Congo Munongo Fish
Drapeau : République démocratique du Congo Path Lokose
Site web imana-dcmp.com

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

DCMP Imana - Le Daring Club Motema Pembe Imana est un club omnisports basé à Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC). Créé en 1936 sous l'appellation de Daring Faucon, par le révérend père Raphaël de la Kethulle de Ryhove qui était un missionnaire de la congrégation des Scheutistes. Il recruta la plupart de ses joueurs parmi les élèves du collège Sainte-Anne à Kinshasa (actuel Collège Elikya). Le DCMP a été rebaptisé CS Imana en 1949 avant de revêtir le nom de Daring Club Motéma Pembé Imana (DCMP Imana) en 1985.

Sa section football évolue aujourd'hui en première division de la Ligue Nationale de Football de la RDC appelée communément Linafoot D1. Le DCMP Imana est un club congolais de football de l’Epfkin basé à Kinshasa.

Sommaire

HistoireModifier

CréationModifier

En 1936, DCMP était fondé sous l'appellation de Daring Faucon par le révérend père Raphaël de la Kethulle de Ryhove, propriétaire du stade Tata Raphaël. Ce dernier décida qu'il fallait monter un club de football afin que les élèves de la section des évolués du collège Sainte Anne restent occuper dans le cadre des activités sportives.

Daring -Faucon est une émanation du Président Kinkela (1963) qui emmena l'équipe pour la première fois en Belgique. D'où, l'appellation Daring Foncobel par les Moscovites après les crises dénommées « Daringuite » par certains journalistes sportifs, raconte Donat Liwoke, un cadre et matière crise du DCMP.

Le 22 février 1936, le club est baptisé sous l'appellation de Daring, nom du quartier où résidait le père Raphaël de la Kethulle en Belgique.

Bolikango, Adema Aligwa, Francois Ngombé Baseko dit « Me Taureau », Joseph Mpeti et consorts étaient aux côtés du père Raphaël de la Kethyle.

Tombé malade, le père Raphaël de la Kethulle allait confier la gestion de l'équipe à Albert Tamba et Pongo Charles.

De commun accord, Albert Tamba désigné fondateur. Pongo Charles, François Ngombé (Me Taureau) et bien d'autres personnes sont des cofondateurs de l'équipe.

Pongo Charles allait succéder plus tard à Tamba Albert. À la mort de ce dernier, les sept cofondateurs ont hissé François Ngombé dit Maître Taureau comme fondateur.

Le révérend père Raphaël de la Kethulle de Ryhove a porté le DCMP Imana sur les fonts baptismaux en 1936, sur le terrain de recréation de l’école Sainte-Anne et du collège Saint-Joseph.

Les dirigeants se succèderent ainsi que les succès. Papa Mbilo, Papa Tamba, Papa Mukonkole. La plupart de ces cofondateurs du club ont tiré leur révérence. Papa Ngombe Boseka, plus connu sous le sobriquet de Maître Taureau qui était resté l’un des rescapés de cette génération, est décédé lundi 16 mai 2016 à minuit à l’âge de 94 ans[1].

Les années 1950: CS ImanaModifier

L’ossature de base de Daring des années 1950 est constituée majoritairement des joueurs originaires du Lac Léopold II. Lorsque la première sélection congolaise se rend en Belgique en 1958, Daring y fut représenté par Ngelebeya, Max Mayunga Rick Coppens, Ebumba Piola alias Tarzan, Androkwa, Ntela Henri, Maître Taureau, Holden roberto, Maertens,Kibiasi Vignal, Bonga Bonga alias Gonano, Miranda, Julien Kialunda, Nganga Dafirma, Muissa Camus, Roger Kalambayi Sukisa, Léopold Tshisuaka, Elifa, Muwawa Pélé, Damena Damar, Mondonga alias Mombito, Gaby Nsayi, Albert Mpase, Kimasi, Texeira Molangi ya Pembe, Jules Balondo, Osango, Odjudjua.

La majorité de ces huit sélectionnés est originaire du Lac Léopold II. Le Daring des années 1950, Imana « Matiti mabe » affublé à l’équipe Daring à cette époque proviendrait du formidable trio : Balondo, Androkwa et Odjudjua, tous originaire du Lac Léopold II ou Mayi Ndombe.

Un trio dont les envolées mystifiaient les adversaires grâce à un éventuel fétiche du Lac dénommé « Imana, Matiti Mabe, Nkisi Mabe » repris à travers la chanson « Banga Daring, banga Imana ».

1963: le premier sacre nationalModifier

En dépit de son succès, Daring ne réalisa son premier sacre qu’en 1963. L’équipe participe à la troisième édition de la coupe du Congo de l'histoire. Ngunza Chang Laï, Nganga Dafirma et consort donne le titre à Daring deux ans après sa création en 1961.

Ce titre fera de Daring le premier club congolais qui joua la compétition africaine des clubs mais malheureusement éliminé par Oryx de Douala.

La compétition se joue normalement, le Daring a plutôt des prétentions revues vers le haut.

Sous la présidence de Bilaf, le Daring s'offre l'opportunité de rêver grand. Bilaf, le nouvel homme fort du Daring procède au recrutement de haute facture mais toujours inefficace. Il va encore recruter Soukus Makelele, Raoul Kidumu, Adelar Mayanga... Le problème du Daring de l'époque c'était plutôt l'impossibilité d'avoir une équipe malgré la présence de très bons joueurs.

Daring s’imposeModifier

En 1968, Daring va acquérir un joueur exceptionnel qui viendra conjurer le mauvais sort des Imaniens. Ce joueur divin vient de l'équipe de Racing de Matete; il s'appelle Kakoko alias DIEU de ballon.

Daring va se restructurer autour de lui avec Montonga dans les buts, Likimba, Miolo, Muwawa, Mulongo en défense, Makelele et Anita dans l'entre jeu, Amalfi, Kidumu, Kassongo (ou Kabamba) et lui-même Kakoko à l'attaque, IMANA va écraser tout sur son passage et sortira d'ailleurs champion de cette année 1968.

En 1969, le prodigieux Kakoko va tenter de briser le mariage qui liait son club aux Monstres, mais en vain : « Je me rappelle encore ses larmes dans tous les journaux parus le lundi 6 octobre 1969 ».

Alors que Daring menait par 2-0 Dragons reviendra au score et marquera un troisième but par le capitaine Kabeya et c'est le but égalisateur de Pelé Lembe annulé par l'arbitre qui va mettre le feu aux poudres; Kakoko n'ayant pas réussi à ramener les siens à la raison va regretter en pleurs toute la soirée ce match interrompu.

Ce n'était que partie remise car en ce début de l'année 70 exactement le 20 janvier, Kakoko va enfin réaliser son rêve, il va réussir à lui tout seul (3buts) de battre Dragons par 4-2 et casser le mythe qui liait Daring à Dragons; c'est au cours de cette rencontre que le public kinois va découvrir Fifi Nzuzi, l'homme aux mille et une feintes.

La suprématieModifier

En 1971, tous les meilleurs joueurs du pays se sont retrouvés sans consentement dans VITA club. Ils vont dicter la loi à tous les clubs du pays en dehors de son éternel rival Imana bien sûr, car à cette époque tous les joueurs de Vclub étaient des Léopards même les réservistes mais courbaient parfois l'échine devant Kakoko, kidumu et Mbungu Tex, leur bête noire de l'époque.

Suprématie qui prendra fin en 1972, année de la deuxième visite du roi Pelé à Kinshasa.

Tambue Leya(Mr. ABC) qui remplace Elonga Manu à la direction technique et un trio des dirigeants jeunes composé de TAMBA,DULA et TOKUAULU va venir avec un genre nouveau de management du club vert et blanc aidé en cela par leur copain Muwawa.Ils vont monter au sein du club 2 équipes qui s'équivalent qu'ils vont baptiser Botafogo pour l'un et AJAX pour l'autre.

Vu que Dondo était mort en avril 1971 et Montonga en baisse de forme, il fallait se contenter de Bokomo jungle aidé par Kongolo(Nkoy) et Tunda(diables rouges) dans les buts, en défense il y avait Akuda à droite, Kakoma à gauche, Muwawa comme stopper et Kuba Médaillon comme libéro; au milieu du terrain il y avait Mana et Babayila; en attaque on avait Kakoko à gauche, Tex en pointe, Kidumu en meneur et Lokondo à droite.

Cette équipe complétée par quelques joueurs comme Pupa, Mayenda,Longange... a remporté les championnats de 1972 et 1973 et la coupe du Zaîre de 1974. Cette équipe était la première à avoir marqué plus de 100 buts au cours d'un seul championnat et surtout au cours de cette même année 1972 Kakoko (34 buts) venait de battre le record de 33 buts détenu par Assaka Ils ont battu Mazembe à Kinshasa 5-2 avant de les dominer aux jeux zaîrois à Lubumbashi 3-2.

Pendant qu’Imana domine sur le plan National V.CLUB cartonne sur l'échiquier continental.

Daring accède pour la première fois depuis sa création en demi -finale mais se fait éliminer par Union de Douala (3-1, 1-0 à Kinshasa) suite à un conflit interne au sein de la présidence du club entre Mayifwila et Ado Makolo.

Les années 80: la longue marcheModifier

Une autre traversée du désert éloigne Imana des sacres nationaux jusqu'à... un après-midi de 1984. Daring remporte la 3e édition du Challange Papa Kalala devant son éternel rival V.Club. 1-0 en final retour après avoir perdu 1-2 au match aller. Daring béneficie de la règle du "but marqué à l'extérieur".

- L'année suivante en 1985, Daring conserve son titre face au F.C Kalamu qu'il bat en finale par 2-0.

- En 1987, Daring retrouve un vieux client en Coupe du Zaire. Mazembe est copieusement battu en finale par 4-0 après avoir été dominé à Lubumbashi, sur son terrain au match aller par 0-1.

- En 1989, Mazembe est encore écarté en finale de la Coupe du Zaire à la faveur de la règle du but marqué à l'extérieur. 0-0 à Kin et 2-2 à Lubumbashi.

Durant ces années, le Daring ne fera pas. Ainsi le seul événement est le changement du club qui devient Daring club motema pembe en remplacement du CS Imana en 1985 afin d'éviter à la sanction de la CAF suite aux jets des projectiles dont s'étaient rendus coupables ses supporters, au moment où leur équipe était éliminé devant Dragons de Louémé.

1994 - 2009 : la gloire imanienneModifier

En 1994, avec la majorité des joueurs venus d'Union Bilombé, le Daring remporta son premier sacre continental et s’enchaînèrent  onze années où le Daring domina sur le football congolais.

DCMP est sacré 5 fois Champion de la Linafoot, 4 fois champion du Congo et une fois champion de la coupe de la Fecofa.

Ce palmarès exceptionnel fait l'apanage d'une grande équipe qui pratiquait un football de feu, avec d'excellents joueurs.

Comme on le voit, ces périodes ont fait parler du Daring. Son style devient une marque de fabrique et de nombreux joueurs de talent jouèrent sous ses couleurs, notamment : Matudidi, Rigo Bwayi, Mbiyavanga, Monka, Ngoma, Ngongo Patrick, Mpia Luata, Luyingu, Nzala Mbila, Mukando, Pitshou Kongo, Mbala Biscotte, Monzua, Kidoda, Katalay, Bokese, Manzangala, Ekutshu, Mayala, Pinzi, Tondo, Bomaniayi...

2014: La criseModifier

La crise qui a élu domicile au sein du team vert et blanc en 2014 n'était qu'un effet rétroactif des crises à répétition.

Sous la présidence d'Antoine Musangania, vers la fin de son mandat, il s'était créé une division au sein de l'équipe. Certaines personnes étaient mêmes traitées des renards.

Jonas Mukamba, l'actuel fondateur du club, s'est résolu à l'époque à accueillir chez lui, les leaders de diverses tendances formées autour des structures devant régler le club et le processus de direction des animateurs de l'équipe.

Il a été surpris de voir un groupe des dirigeants convoquer une assemblée générale élective à Bibwa, au cours de laquelle Max Mayaka et Vidiye Tshimanga ont été désignés à la tête de l'équipe.

Ce comité de Bibwa avait comme mission première de transformer le club en société anonyme à objet sportif endéans six mois.

Bloqué par les dispositions pratiques, par une crise interne, peu après l'élection, les deux dirigeants se livrent à un combat de légitimité.

Le camp du DCMP, originel et traditionnel, s'aligne derrière le comité de Vidiye Tshimanga et qui se réclame de la lignée de la co-fondation sous le pouvoir moral de Maître Taureau.

L'aile protestante qui ne jure que sous le label de C.S.Imana et s'aligne derrière l'évêque Pascal Mukuna.

Pascal Mukuna, le chef de file du camp CS Imana, évoque l'hypothèse de la mauvaise gestion de l'équipe et le refus par le camp Tshimanga de muer l'équipe en société. Il déclare que « chaque club dispose d'anciens joueurs et d'anciens dirigeants. Mais au DCMP, les anciens dirigeants ne veulent pas quitter les choses ».

Et après chaque carrière ou mandat, il faut aller au repos ou servir l'équipe autrement. Malheureusement constate-t-il en ces termes: au sein du DCMP, côté dirigeants, « certains ne veulent pas disparaître. Ils veulent s'accaparer de l'équipe et le prendre en otage. Un groupe de dirigeants constitue un obstacle et empêche plusieurs bons samaritains de venir investir ».

Un vent nouveauModifier

En 2015, un nouvel ordre s’est établi au sein du club avec l’arrivée du député Aubin Minaku, un imanien d’enfance qui voulait voir ce club retrouver sa place d’antan dans un championnat national désormais dominé par le TP Mazembe et le rival Vita Club.

En juillet 2015, le DCMP Imana est sous le statut de société anonyme à objet sportif. Le club est alors co-présidé par le tandem Gentiny Ngobila et Henri Legarda. La nouvelle direction se fixe comme objectif de retrouver la Ligue des Champions d'Afrique pour 2017 et de structurer le club à la manière des plus grands clubs européens.

Afin d'établir les stratégies de développement et de diriger le club, Antoine Sellès est nommé directeur général.

Les dirigeants engagèrent l'entraineur français Daniel Bréard afin de professionnaliser la gestion d'un groupe professionnel en mettant l'accent sur une approche tactique rigoureuse et sur le développement technique et physique des joueurs. En janvier 2016, en l'absence de Mwinyi Zahera et de quatre titulaires, partis au Championnat d'Afrique des nations de football 2016 avec la RD Congo, Daniel Bréard qualifia le DCMP Imana pour les play-off Linafoot 2016.

Sous son inspiration et avec l’accord de principaux organes du club, des comités de direction ont été successivement élus (2015, 2017 et 2019) avec l'ancien député national et actuel gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila remplacé par l'homme d'affaires d'origine libanaise Hassan Abdallah et l'actuel président Vidiye Tshimanga Tshipanda que les imaniens ont surnommé Moïse pour son implication totale à la crise de 2014.

Différentes appellationsModifier

  • 1936 : fondation du club sous le nom de Daring Faucon
  • 1949 : le club est rebaptisé CS Imana
  • 1985 : le club est renommé DC Motema Pembe
  • 2015 : le club retrouve son nom historique DCMP Imana

Identité visuelleModifier

vert blanc et rouge

Modifier

  Évolution du logo

PalmarèsModifier

Titres et trophéesModifier

Historiquement le Daring Club Motema Pembe est l'équipe la plus victorieuse en RDC, ayant remportés 26 compétitions nationales.

Compétitions OfficiellesModifier

Compétitions nationales Compétitions internationales


Organisation du clubModifier

DirectionModifier

  • Président de Coordination

  Tshimanga Tshipanda Vidye

  • Président Section Football

  Ayi Idambituo

  • Directeur Sportif

  Michel Kigoma

Staff techniqueModifier

  • Entraineur Principal

  Isaac N'GATA

  • Entraineur (Assistant 1)

  Munongo Fish

  • Entraineur (Assistant 2)

  Path Lokose

  • Entraineur des gardiens

  Mpangi Merikani

Anciens joueursModifier

Notes et référencesModifier

  1. « RDC : décès de François Ngombe «Me Taureau», co-fondateur du DCMP », sur Radio Okapi, (consulté le 3 août 2016)
  2. « Mambwene Mana », sur footballdatabase.eu (consulté le 16 février 2016)

AnnexesModifier