Danube (métro de Paris)

gare ferroviaire française

Danube
L'unique quai ouvert aux voyageurs.
L'unique quai ouvert aux voyageurs.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 19e
Coordonnées
géographiques
48° 52′ 55″ nord, 2° 23′ 39″ est
Géolocalisation sur la carte : 19e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 19e arrondissement de Paris)
Danube
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Danube
Caractéristiques
Voies 1
Quais 1
Zone 1
Transit annuel 266 623 (2020)
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 23-10
Ligne(s) (M)(7bis)
Correspondances
Bus (BUS)RATP75
(7bis)

Danube est une station de la ligne 7 bis du métro de Paris, située dans le 19e arrondissement de Paris.

SituationModifier

La station est établie au sud-est de la place Rhin-et-Danube, sous la rue David-d'Angers. Orientée selon un axe nord-ouest/sud-est, elle s'intercale entre les stations Pré-Saint-Gervais (terminus oriental « commercial » de la ligne) et Botzaris (station de bifurcation), au nord de la boucle terminale.

HistoireModifier

 
L'entrée de la station, place Rhin-et-Danube.

La station est ouverte le avec la mise en service de branche Louis Blanc - Pré-Saint-Gervais de la ligne 7.

Il était prévu dans les projets initiaux qu'elle en constitue le terminus, lequel fut déplacé à Place des Fêtes avant que ne soit finalement décidé la réalisation d'une boucle à sens unique desservant successivement ces deux points, entre lesquels s'intercale la station Pré-Saint-Gervais qui joue le rôle de terminus « commercial » de cette antenne.

Elle doit sa dénomination à son implantation sous la place du Danube, rebaptisée place Rhin-et-Danube en 1951 en souvenir de la 1re armée française qui s'illustra, entre 1943 et 1945, à la campagne d'Italie, au débarquement de Provence, puis combattit sur le Rhin et le Danube lors de la Seconde Guerre mondiale. Ces événements sont également commémorés à la station Boulogne - Pont de Saint-Cloud sur la ligne 10, en sous-titre.

Le , la station est cédée à la ligne 7 bis, laquelle résulte de la séparation de la branche du Pré-Saint-Gervais, isolée du restant de la ligne 7 sous la forme d'une ligne autonome depuis lors.

Dans le cadre du programme « Renouveau du métro » de la RATP, les couloirs de la station et l'éclairage du quai en service ont été rénovés le 18 décembre 2007[1].

En 2019, 547 896 voyageurs sont entrés à cette station ce qui la place à la 297e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[2],[3].

En 2020, avec la crise du Covid-19, 266 623 voyageurs sont entrés dans cette station, ce qui la place à la 297e position sur 304 des stations de métro pour sa fréquentation[4],[5].

Services aux voyageursModifier

AccèsModifier

La station dispose d'un unique accès intitulé « Place Rhin-et-Danube », débouchant à l'est de cette place à l'angle formé par la rue Francis-Ponge et la rue David-d'Angers. Constitué d'un escalier fixe, il est orné d'une balustrade et d'un candélabre de type Dervaux.

QuaisModifier

 
Maquette des renforts sous la station souterraine Danube, établie au travers d'anciennes carrières de gypse. La station n'est pas établie en viaduc souterrain, comme pourrait le laisser penser la maquette.

Danube est une station de configuration particulière : elle comporte deux demi-stations parallèles comprenant chacune une voie à quai latéral sous une voûte elliptique. Elles communiquent par des passages perpendiculaires, lesquels sont toutefois murés ou fermés par des grilles selon les cas. Seul le quai sud est desservi par les trains circulant uniquement en direction de Louis Blanc, puisque la ligne 7 bis passe ici en boucle ; le second quai, au nord, est bordé par une voie de garage.

Cette station présente la particularité d'être construite sur des fondations sous forme de piliers à travers des remblais instables, disposés en trois files de puits de 2,50 mètres de diamètre et espacés de six mètres, qui descendent à plus de trente mètres pour prendre appui sur un sol stable. Le niveau du rail se situe à 33,49 mètres au-dessus du sol ferme. Ces fondations ont été nécessaires en raison de l'inconsistance du terrain (anciennes carrières remblayées)[6].

La décoration du quai ouvert au public est du style utilisé pour la majorité des stations du métro : le bandeau d'éclairage est blanc et arrondi dans le style « Gaudin » du renouveau du métro des années 2000, et les carreaux en céramique blancs biseautés recouvrent les piédroits, la voûte et les tympans. Les cadres publicitaires sont métalliques et le nom de la station est inscrit en police de caractères Parisine sur plaques émaillées. Les sièges sont de style « Motte » de couleur mauve.

IntermodalitéModifier

La station est desservie par la ligne 75 du réseau de bus RATP.

CuriositésModifier

La butte Beauregard, également nommée quartier de la Mouzaïa ou d'Amérique, est un groupe de villas au milieu de petites rues piétonnes[7].. Non loin de la bouche de métro, au 46, rue du Général-Brunet se trouve le hameau du Danube, voie privée en forme de Y composée de 28 pavillons.

Notes et référencesModifier

  1. « SYMBIOZ - Le Renouveau du Métro », sur www.symbioz.net (consulté le ).
  2. « Trafic annuel entrant (2019) », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  3. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2019.
  4. « Trafic annuel entrant 2020 », sur data.ratp.fr, (consulté le )
  5. Le nombre de 304 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre. Cette dernière est en effet considérée comme une station de métro (et deux points d'arrêts) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 305 stations et non 304 en 2020.
  6. Clive Lamming, Métro insolite, Parigramme, 2001, 173 p. (ISBN 978-2840967262), p. 101.
  7. Gunther Ludwig, « Paris, La Butte Beauregard, un village dans la ville », sur axelibre.org via web.archive.org (consulté le ) ; ce document est une archive.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier