Ouvrir le menu principal

Danjoutin

commune française du département du Territoire de Belfort

Danjoutin
Danjoutin
La ville de Danjoutin.
Blason de Danjoutin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Canton Bavilliers
Intercommunalité Grand Belfort
Maire
Mandat
Daniel Feurtey (EÉLV)
2014-2020
Code postal 90400
Code commune 90032
Démographie
Gentilé Danjoutinois
Population
municipale
3 719 hab. (2016 en augmentation de 6,99 % par rapport à 2011)
Densité 658 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 58″ nord, 6° 51′ 52″ est
Altitude Min. 342 m
Max. 427 m
Superficie 5,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte administrative du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Danjoutin

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Danjoutin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Danjoutin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Danjoutin
Liens
Site web mairiedanjoutin.fr

Danjoutin est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Danjoutinois.

GéographieModifier

La commune est située au sud de la ville de Belfort sur la RN 437.

Communes limitrophesModifier

  Belfort Pérouse  
Bavilliers N Vézelois
O    Danjoutin    E
S
Andelnans

ToponymieModifier

  • Prope Dampnum Justinum (1317), Danjustin (1342), Danso (1576), Dampjustin (1680).

HéraldiqueModifier

Les armes peuvent se blasonner ainsi : « d'or aux deux loups d'azur passant l'un sur l'autre. »

HistoireModifier

Le village de Danjoutin semble s'être développé au croisement de deux voies romaines dont l'une remontait vers le nord sur la rive gauche de la Savoureuse en venant de Trévenans et l'autre venait de Banvillars en traversant Bavilliers. Des vestiges de cette époque ont été découverts au XIXe siècle suggérant l'existence en cet endroit d'une villa.

Le nom du village viendrait du latin Dominus Justinus ou domus Justini mais on ne le rencontre dans les archives qu'à partir du XIIe siècle. À cette époque Damjustin était le chef-lieu de la mairie de l'Assise-sur-l'Eau (rattachée alors à la prévôté de Belfort) qui comprenait également Andelnans, le hameau de Leupe qui fait maintenant partie de Sévenans, Moval, Trétudans et Dorans. Lors du partage de la succession de Renaud de Bourgogne, en 1347, ces domaines revinrent à Adélaïde, marquise de Bade, fille de Renaud et de la comtesse Jeanne de Montbéliard.

 
L'église.

Comme une grande partie de la région, Danjoutin dépend du comté de Ferrette et de la Maison d'Autriche. Après avoir été dévasté par les Écorcheurs en 1441, le village fut détruit par les Suédois en 1633 pendant la guerre de Trente Ans. En 1648, la région de Belfort devint possession du comte de La Suze, mais sa participation malheureuse à la Fronde fit qu'en 1654, Louis XIV donna la terre de Belfort à son ministre Mazarin.

Pendant la guerre franco-allemande, les 7 et , le village fut le théâtre de violents combats entre troupes françaises et prussiennes. Danjoutin est témoin d'un des événements majeurs du conflit. Le 3 novembre, l'armée prussienne encercle la région belfortaine et resserre son étau progressivement. Situé au pied de la colline des Perches fortifié par les hommes du colonel Denfert-Rochereau, le village devient un enjeu majeur car sa prise permettra aux Prussiens d'attaquer le fort qui le domine. Durant plus d'un mois, la localité se trouve en première ligne avec une partie de sa population.

Danjoutin commença à se développer au cours du XIXe siècle, passant de 400 habitants en 1803 à 694 en 1872 grâce à l'établissement de l'industrie textile mais le boom se produit avec l'arrivée de nombreux Alsaciens après 1872 et l'installation de la câblerie de la société Stein qui fournit les câbles des ascenseurs de la Tour Eiffel.

La commune a été décorée, le 11 novembre 1948, de la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile d'argent[1].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1956 Gabriel Dubail    
1956 mars 1983 Marcel Cheval MRP puis CD Directeur d'entreprise
Conseiller général du canton de Danjoutin (1967 → 1973)
mars 1983 mars 2001 Prosper Gehendez    
mars 2001 En cours Daniel Feurtey Les Verts puis EÉLV Conseiller pédagogique
Conseiller général du canton de Danjoutin (2011 → 2015)

Politique de développement durableModifier

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[2].

Budget et fiscalité 2015Modifier

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[3] :

  • total des produits de fonctionnement : 2 966 000 , soit 801  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 2 895 000 , soit 782  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 550 000 , soit 148  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 771 000 , soit 208  par habitant.
  • endettement : 2 053 000 , soit 554  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 10,04 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,71 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 37,50 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2016, la commune comptait 3 719 habitants[Note 1], en augmentation de 6,99 % par rapport à 2011 (Territoire de Belfort : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
361406426462555489568676671
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7217126546941 1991 3981 6901 7261 963
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3122 5412 7412 7313 0813 1663 0712 2252 811
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3 3173 5203 6953 4513 1033 3833 5583 4863 707
2016 - - - - - - - -
3 719--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Il y a trois écoles primaires (2 écoles publiques et 1 école privée sous contrat) ainsi que le Collège Mozart (collège public géré par le conseil général).

TransportModifier

La ville est desservie par :

  • les routes départementales D47, D47C, D19 et D23 ;
  • l'autoroute A36 ;
  • la ligne 3 du réseau d'autobus Optymo, qui donne accès à toutes les autres lignes du même réseau puisqu'elle traverse tous ses pôles d'échanges (Gare, Liberté Follereau/Madrid, Gare TGV, Multiplexe et Clemenceau) ;
  • la halte de Danjoutin, implantée sur la ligne de Belfort à Delle. Cela permet d'accéder aux TGV (en effectuant une correspondance en gare de Belfort - Montbéliard TGV), mais aussi au réseau ferroviaire suisse (en changeant de train à la gare TGV précitée ou bien à Delle, selon les horaires) ;
  • la grande piste cyclable du Territoire de Belfort.

SantéModifier

L’hôpital Nord Franche-Comté situé près de Danjoutin à Trevenans est accessible par :

• Ligne 3 du Réseau d’Autobus Optymo depuis l’arrêt « Jacquot » (en référence à l’ancien maire, le docteur Eugène Jacquot) jusqu’à l’arrêt « Hôpital NFC ». Temps du trajet : environ 15 minutes

• Route Nationale en direction de Meroux en passant par le col du Bosmont pour y accéder très rapidement. Temps du trajet : Pas plus de 8 minutes

• Route Départementale via Andelnans, Dorans et Botans dn direction de Trevenans. Temps du trajet : 15 minutes

• Train TER en direction de Delle depuis la gare de Danjoutin, s’arrêter à la gare de Belfort-Montbéliard TGV (Meroux) et marcher jusqu’à l’hôpital. Temps du trajet : 10 minutes

ÉconomieModifier

Patrimoine industriel de la commune :

  • Tissage et filature de coton Bornèque, puis de la Société des Filatures et Tissages de Danjoutin[8].
  • Usine de blanchiment et de teinturerie J. Schmitt, puis Guth et Cie, puis Teinturerie Alsacienne, puis usine de produits chimiques Beauseigneur[9].
  • Tréfilerie, puis usine de construction mécanique Stein[10].

Lieux et monumentsModifier

 
Église Saint-Just.
 
Fontaine saint Tiburce
 
Mairie de Danjoutin
  • Le fort des Basses Perches[11].
  • Monuments commémoratifs[12].
  • L'église Saint-Just[13] est construite vers 1771 puis agrandie au XXe siècle. Elle est victime d'un incendie détruisant l'orgue[14],[15] et une partie du clocher en juin 2011[16]. On y célèbre sous les deux formes du rite romain : ordinaire et extraordinaire[17].
  • La fontaine Saint-Tiburce.
  • Les monuments commémoratifs :
    • Le buste Émile-Louis Heck,
    • La place du Souvenir,
  • Le monument aux morts[18].
  • La mairie.
  • Le circuit de découverte du patrimoine naturel[19].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Le docteur Eugêne Jacquot
  • Paul Éluard
  • Marc Antoine Lavie, ancien député du Territoire de Belfort originaire de la commune

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  2. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Danjoutin, consultée le 26 octobre 2017
  3. Les comptes de la commune
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « tissage et filature de coton Bornèque, puis de la Société des Filatures et Tissages de Danjoutin », notice no IA90000035, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « usine de blanchiment et de teinturerie J. Schmitt, puis Guth et Cie, puis Teinturerie Alsacienne, puis usine de produits chimiques Beauseigneur », notice no IA90000037, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « tréfilerie, puis usine de construction mécanique Stein », notice no IA90000036, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Cavités souterraines : ouvrages militaires
  12. Monument aux Morts, Monument commémoratif 1870-1871, mairie, Monument commémoratif 1870-1871, cimetière, Carré de corps restitués aux familles
  13. L'église Saint-Just
  14. Orgue de style baroque d’Allemagne centrale
  15. Inventaire de l'orgue de l'église Saint Just de Danjoutin, Orgue Jacquot Lavergne (1937) - Jean-Marc Cicherro (2003)
  16. « Danjoutin (90) : incendie de l'église - France 3 Franche-Comté », sur France 3 Franche-Comté (consulté le 19 décembre 2015)
  17. Paroisse Saint Antoine le Grand
  18. Monument aux Morts, Monument commémoratif 1870-1871 devant la mairie, Monument commémoratif 1870-1871 au cimetière, Carré de corps restitués aux familles
  19. L’histoire des forêts communales
  20. Le professeur Émile-Louis Heck