Désinvestissement des énergies fossiles

Le désinvestissement des énergies fossiles est l'élimination des placements (actions, obligations et fonds d'investissement) des entreprises impliquées dans l'extraction de combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz), dans le but de réduire le réchauffement climatique en s'attaquant à ses causes[2],[3],[4].

Début 2021, 1 300 institutions ont désinvesti 14 560 milliards de dollars de l'industrie des énergies fossiles[1].
Manifestation pour le climat et le désinvestissement des énergies fossiles (Berlin, 2015).
Étudiants réclamant que leur université désinvestisse des énergies fossiles (États-Unis, 2013).

L'organisation non gouvernementale environnementale 350.org a annoncé, en décembre 2015, que 500 institutions dans le monde, représentant 3 200 milliards d’euros d’actifs, ont décidé de désinvestir des énergies fossiles (principalement des fondations philanthropiques, collectivités publiques, fonds de pension et universités)[3]. En 2020, 1 200 institutions ont désinvesti 14 000 milliards de dollars[5].

Une coalition de 40 institutions catholiques à travers le monde a décidé de désinvestir du charbon, du pétrole et du gaz en octobre 2017[6].

En plus des raisons éthiques et légales, le désinvestissement des énergies fossiles peut aussi être motivé par des raisons économiques.

CampagnesModifier

Une des premières campagnes a pris place en 2008 à Philadelphie, lorsque des étudiants ont demandé à leur université de ne plus placer d'argent dans l’industrie des énergies fossiles (en s'inspirant de campagnes des années 1980 contre l'apartheid)[7].

En novembre 2017, l'ONG les amis de la terre publiait une étude pointant du doigt les insuffisances des politiques de désinvestissement charbon mises en place par les banques et les assurances, expliquant comment, par la faute d'engagements incomplets ou mal ciblés, leurs investissements continuaient à alimenter, par centaine de millions d'euros, le secteur du charbon[8],[9].

FranceModifier

En novembre 2015, avant la Conférence de Paris sur le climat, Thomas Piketty (auteur du Capital au XXIe siècle) et Tim Jackson (Prospérité sans croissance) publient dans Le Monde un appel intitulé « Cessons d’investir dans les énergies fossiles ! »[10].

Annonces d'investisseurs institutionnelsModifier

Certains investisseurs institutionnels ont pris des engagements en matière de désinvestissement fossile, visant surtout le charbon et selon des modalités variables. Ces politiques adoptées par la place financière de Paris sont notées dans le Coal Policy Tool de l'ONG française Reclaim Finance[11].

BanquesModifier

Société générale annonce en 2015 l'intention de ne plus financer les mines de charbon, ni les centrales à charbon, mais seulement pour les pays à hauts revenus[12], cesse en 2018 de financer la production de pétrole issu de sables bitumineux, annonce en juillet 2020 arrêter de travailler avec « les entreprises réalisant plus de 25 % de leur chiffre d'affaires dans le secteur du charbon thermique et qui n'ont pas de stratégie crédible de sortie du charbon », ainsi que « les entreprises qui développent de nouveaux projets de mines, centrales ou infrastructures liées au charbon thermique » à l'horizon 2030 pour l'OCDE et 2040 pour le reste du monde[13], puis en 2020 s'engage à réduire de 10 % d'ici 2025 son exposition globale au secteur de l'extraction du pétrole et du gaz, qui représentait 6,1 % de ses expositions aux entreprises fin 2019 ; en conséquence, elle annonce cesser tout financement de nouveaux projets d'extraction onshore aux États-Unis[14].

Crédit Mutuel Alliance Fédérale (CMAF) présente en février 2020 la stratégie de sortie du charbon la plus ambitieuse jamais adoptée par une banque française : d'ici à 2030, l'exposition au charbon de ses portefeuilles de financement et d'investissement sera réduite à zéro[13].

BNP Paribas annonce en juillet 2020 l'extension de sa sortie du charbon à l'ensemble de la chaîne de valeur, alors qu'auparavant sa politique se limitait à l'exclusion des entreprises impliquées dans la production d'électricité à partir de charbon, s'autorisant à continuer à financer l'extraction minière ainsi que les infrastructures de transports[13].

JPMorgan ne prête plus depuis 2016 d'argent pour financer la construction de nouvelles mines de charbon[15].

National Australia Bank annonce en 2017 ne plus prêter d'argent pour les projets miniers concernant le charbon thermique[16].

ING décide en 2017 de ne plus participer au capital de compagnies électriques dont le portfolio comprend plus de 5 % de charbon[17].

Natixis ne finance plus d'investissement dans les mines de charbon ni dans les centrales utilisant ce combustible[18].

Deutsche Bank a décidé en février 2017 de ne plus financer de nouveaux projets liés au charbon (mines et centrales) et de se retirer graduellement des investissements existants[19].

Un rapport publié en 2021 par 6 ONG internationales dont Reclaim Finance et basé sur les données de l’agence Bloomberg estime qu'entre 2016 et 2020, les banques françaises, en premier lieu BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole, ont accru de 19 % par an en moyenne leurs financements au pétrole, au gaz et au charbon. BNP Paribas se défend en précisant que fin 2020, « le soutien financier direct aux entreprises du secteur pétrole et gaz ne représente que 1,9 % du portefeuille de prêts de BNP Paribas ». Les 60 premières banques mondiales ont investi dans les énergies fossiles 3 800 milliards $ pendant cette période. Le recul du charbon s'est accompagné d'une augmentation du financement du pétrole et du gaz, y compris le pétrole et le gaz de schiste[20].

En , la banque postale annonce qu'elle cessera de financer l'ensemble de la chaine de production des énergies fossiles d'ici à 2030 et compte même cesser d'ici 2040 de « soutenir les entreprises activement impliquées dans le lobbying en faveur du pétrole ou du gaz, ou celles ralentissant ou bloquant les efforts pour sortir de ces secteurs ». En 2021, l'investissement de la banque postale dans les énergies fossiles est d'environs 1,2 milliards d'euros (500 millions pour le charbon et 700 millions pour le gaz et le pétrole)[21].

Compagnies d'assurancesModifier

Allianz a décidé en 2015 de ne plus investir dans le capital d'entreprises tirant plus de 30 % de leur revenu de l'extraction charbonnière, ou de compagnies d'électricité dont plus de 30 % de la production est à base de charbon[22].

Axa a annoncé fin 2017 ne plus investir dans les sociétés développant des projets charbonniers (mines et centrales), revendre progressivement ses investissements existant, et ne plus non plus assurer ces entreprises[23].

Lloyd's of London a annoncé une décision similaire en 2017[24]

La Macif, qui exclut de son portefeuille les détenteurs de mines de charbon depuis mi-2016, a annoncé en juillet 2018 qu'elle va exclure de ses investissements les entreprises développant de nouvelles centrales à charbon[25].

AG2R La Mondiale a annoncé en juillet 2018 son entrée dans la politique de désinvestissement carbone en excluant de son portefeuille toutes les entreprises qui génèrent plus de 30 % de leur mix électrique à partir de charbon ou qui prévoient d’augmenter leurs capacités charbon de plus de 1 %[26].

Generali a annoncé en février 2018 une stratégie de désinvestissement charbon dans le cadre de sa stratégie climat[27]

Fonds de pensionModifier

Les fonds de pension de New York devraient solder tous leurs investissements dans les entreprises productrices d'énergie fossile d'ici 2023[28].

L'Ircantec en septembre 2016 a décidé de ne plus investir dans les producteurs d'électricité dont plus de 30 % de la production provient du charbon, les entreprises minières dont le charbon dépasse 1 % de leur part de marché et dans les 2 secteurs toutes les entreprises dont le CA est lié à plus de 20 % au charbon[29].

Fonds souverainsModifier

Le Fonds souverain norvégien a renoncé à toute participation dans des dizaines de sociétés dont l'activité est à plus de 30 % dans le charbon[30],[31].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Divestment Commitments [engagements de désinvestissement], 350.org (page consultée le 28 mai 2021).
  2. (en) Adam Vaughan, « Fossil fuel divestment: a brief history », The Guardian, mercredi 8 octobre 2014 (page consultée le 15 mai 2016).
  3. a et b Angela Bolis, « Climat : le désinvestissement dans les énergies fossiles rallie 500 institutions à sa cause », Le Monde, 2 décembre 2015 (page consultée le 15 mai 2016).
  4. Susana Jourdan et Jacques Mirenowicz,« Devenons tous Artisans de la transition ! Nouveau départ pour La revue durable », La revue durable, numéro 57, pages 8 à 13 (page visitée le 15 mai 2016).
  5. (en) Divestment Commitments [Engagements de désinvestissement], 350.org (page consultée le 2 octobre 2020).
  6. Les institutions catholiques accélèrent leur désinvestissement des énergies fossiles, sur le site de Novethic
  7. Pascaline Minet, « L'arme du désinvestissement contre le réchauffement », Le Temps, 4 novembre 2015 (page consultée le 15 mai 2016).
  8. Lucie Pinson, « Nouveau rapport : le charbon prend de l’assurance », sur amisdelaterre.org, (consulté le )
  9. « Rapport le charbon prend de l'assurance », sur amisdelaterre.org, (consulté le )
  10. Thomas Piketty et Tim Jackson, « Thomas Piketty et Tim Jackson : « Cessons d’investir dans les énergies fossiles ! » », Le Monde, 13 novembre 2015 (page consultée le 16 août 2016).
  11. Anne Cheyvialle, « Finance verte: les bons et les mauvais élèves sur la sortie du charbon », Le Figaro, (consulté le ).
  12. « COP21 : Société Générale tourne le dos au charbon », sur lesechos.fr (consulté le )
  13. a b et c Les banques françaises dans la jungle de la finance verte, Les Échos, 21 juillet 2020.
  14. Société Générale ouvre la porte à une sortie progressive du pétrole et du gaz, Les Échos, 28 octobre 2020.
  15. « JPMorgan to stop direct financing of new coal mines », sur Financial Times, (consulté le )
  16. Gabrielle Jackson, « National Australia Bank stops all lending for new thermal coal projects », sur The Guardian, (consulté le )
  17. Reuters Editorial, « ING to stop funding utilities which rely too much on coal », sur U.S. (consulté le )
  18. Zone Bourse, « Natixis : cesse le financement des industries du charbon dans le monde entier » (consulté le )
  19. « Deutsche Bank pulls out of coal projects to meet Paris climate pledge », sur The Guardian, (consulté le )
  20. Coralie Schaub, « Climat : les banques françaises championnes européennes du financement des énergies fossiles en 2020 », sur Libération (consulté le )
  21. Reporterre, « Décision « sans précédent » : la Banque postale lâche les énergies fossiles », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le )
  22. « Allianz to cut investments in companies using coal in favour of renewable energy », sur The Guardian, (consulté le )
  23. « Charbon : Axa frappe un gros coup », sur La Tribune (consulté le )
  24. Bethan Moorcraft, « Lloyd’s Corporation joins coal-heavy investment boycott », sur Insurance Business (consulté le )
  25. Aurélie Abadie, « Finance verte : la Macif renforce ses engagements », sur Argus de l'assurance, (consulté le )
  26. Concepcion Alvarez, « AG2R la mondiale et Macif excluent le charbon de leurs investissements », sur Novethic, (consulté le )
  27. « RSE : Generali annonce sa stratégie climat, comprenant un désinvestissement dans le charbon de 2 milliards d’euros », sur Generali, (consulté le )
  28. Oliver Milman, « New York City plans to divest $5bn from fossil fuels and sue oil companies », sur The Guardian, (consulté le )
  29. « Désinvestissement des valeurs «charbon» », sur Ircantec, (consulté le )
  30. « Le fonds norvégien exclut 15 entreprises présentes dans le charbon », sur Boursorama (consulté le )
  31. (en-US) « Divestment Commitments », sur Fossil Free: Divestment (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier