Désert du Thal

Désert du Thal

صحراےَ تھل

Image illustrative de l’article Désert du Thal
Route dans le désert après une tempête de sable en juin 2016
Localisation
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Superficie 20 000 km2
Coordonnées 31° 18′ nord, 71° 24′ est
Altitude
Maximale 162 m
Température
Maximale 49 °C
Minimale 3 °C
Divers
Précipitations 254 mm/an
Géolocalisation sur la carte : Asie
(Voir situation sur carte : Asie)
localisation
Géolocalisation sur la carte : Pakistan
(Voir situation sur carte : Pakistan)
localisation

Le désert du Thal (en ourdou : صحراےَ تھل) est un des cinq déserts du Pakistan[1]. Situé entre les fleuves Indus et Jhelum sur une surface de 118 km de long et 43 km de large. De ce fait, il est aussi appelé Thal doāb[2]. Le désert est proche du plateau Pothohar qui se trouve au nord[3].

Sa position administrative le situe dans la province du Pendjab, dans les districts de Bhakkar, Khushab, Mianwali, Jhang, Layyah et Muzaffargarh[3]. Au nord du désert se trouvent les villes d'Islamabad et de Rawalpindi[4].

CaractéristiquesModifier

Le désert du Thal est essentiellement formé de dunes de sable allant de 6 à 10 mètres de hauteur[5]. La forte intensité des vents[6] favorise une érosion des sols et le déplacement du désert[5]. Le désert forme le plus grand dōab du Pendjab et un des plus larges du pays avec le Sindh Sagar doab[7].

Au nord du désert se trouve le salt range, région géologique de grande importance[8].

Relevé météorologique du désert Thal
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 12,2 14,7 19,9 26 30,9 34,2 32,7 31,9 30,2 25,3 19,1 13,6 24,23


ÉcorégionModifier

 
Tamarix aphylla dans le désert du Thal en 2010.

Alors que le désert constitue un espace hostile en étant une des zones les plus chaudes du Pakistan avec des vents pouvant aller jusqu'à 90 km/h[5], la vie est présente en grande quantité.

FauneModifier

Les animaux domestiques sont les moutons ou encore les dromadaires. La faune sauvage est constituée de renards, chacals, Outarde houbara ou encore des biches. Cependant avec la raréfaction des espèces végétales et la chasse abusive, la vie animale est fragilisée[9],[10].

FloreModifier

Les arbres dans la région sont le Khagal, Shareen, Acacia, Beri (Ziziphus Jajoba) tarir. Plusieurs espèces de plantes de la famille des dicotylédone et des Pteridophyta. Cependant, selon plusieurs chercheurs de l'Université agricole aride de Pir Mehr Ali Shah et l'Université de Californie à Davis l'extension des activités agraires menace les plantes d'origine[11].

Population et activités humainesModifier

PopulationModifier

Plusieurs tribus vivent dans le désert nommées Tiwana, Sial, Mammak, Bhachar, Baghoor, Rahdari, Jhammat, Cheenna (Jutt), Gahi, Aheer, et Lashari. La langue parlée est le saraiki (mais aussi le pendjabi)[10].

À côté des pasteurs autochtones, des pasteurs baloutches venus de l'ouest y viennent de façon saisonnière pour exploiter les résidus agricoles de la vallée de l'Indus, ainsi que d'autres groupes de pasteurs du Nord venus de l'Himalaya[12].

AgricultureModifier

Le désert du Thal est une des zones touchées par une dégradation constante des constructions humaines (agriculture ou encore habitats) et de la flore[13]. Pour lutter contre le phénomène de désertification, la zone entre dans un projet de la convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification et du programme des Nations unies pour l'environnement en 1994[13].

Les problématiques de l'avancement du désert sont multiples dans un pays où 26 % du PIB, 45 % de la main-d'œuvre active et 85 % des exportations se situent dans le domaine agricole[14]. Le but est donc de recouvrer des terres exploitables pour répondre tant à la pauvreté de la région mais aussi à l'accroissement de la population qui nécessite une plus grande part de ressources naturelles. En 1997, 200 kilomètres carrés de terres sont de nouveau arables, le processus de reforestation s'est fait en particulier avec des Tamarix aphylla[15].

En 2016, l'entreprise chinoise Elion Resources Group, dans le cadre du corridor économique sino-pakistanais et de la nouvelle route de la soie, cinq déserts - dont le désert du Thal - sont choisis pour des investissements visant à la création d'oasis et de nouvelles zones agricoles. La délégation pakistanaise souhaite avoir les mêmes résultats que le désert Kubuqi[16].

HydrologieModifier

Avant la partition du Raj britannique, le Thal était une vaste plaine désertique ; sa politique de développement commence en 1949 sous l'Autorité de développement du Thal[5], dépendant aujourd'hui de l'Autorité pour le développement hydraulique et électrique.

La zone du Thal doab est marquée par plusieurs projets et infrastructures hydrauliques permettant une activité agricole. Depuis l'ère coloniale, la zone du doab est le sujet de plusieurs attentions. En 1935, le comité Anderson rédige un rapport sur un canal d'irrigation qui sera suivi en 1941 par la commission de l'Indus. En 2003, l'idée d'un canal pour le Thal est lancée[17].

Actuellement, il y a plus de 56 puits pouvant avoir accès aux ressources souterraines[18]. Aussi, certains canaux traversent le doab d'un fleuve à l'autre[19]. Le projet du grand canal du Thal initié en 2008 est un exemple des investissements du gouvernement pakistanais en la matière avec pour objectif l'irrigation de 8 000 km2[20].

TourismeModifier

ChasseModifier

Depuis les années 1980, le désert du Thal est un terrain de chasse pour certains princes de la péninsule arabique[21],[22].

CourseModifier

Depuis 2016, le gouvernement pakistanais organise un rallye dans le but de stimuler la région touchée par des difficultés économiques. L'objectif est de faire connaître la région et y développer le tourisme[23]. Une seconde édition a eu lieu en 2017[24].

Notes et référencesModifier

  1. « Its Beautiful – Its Pakistan », sur www.tourism.gov.pk (consulté le )
  2. « Thal Desert (Thaldesert) Carte (Plan), Photos et la meteo - (Pakistan): désert - Latitude:31.5 and Longitude:71.6667 », sur fr.getamap.net (consulté le )
  3. a et b (en-US) « The Thal desert », Inspiring Pakistan,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Carte géographique et touristique du Pakistan, Islamabad. Géographie du Pakistan », sur www.canalmonde.fr (consulté le )
  5. a b c et d (en) « Shelterbelts/Woodlots in Thal Desert, Pakistan », Sustainable Land Management Programme,‎ (lire en ligne)
  6. « earth :: une carte mondiale des conditions de vent, météorologiques et océaniques », sur earth.nullschool.net (consulté le )
  7. (en) « Sindh Sagar Doab | region, Pakistan », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en) Shahid Jamil SAMEENI, The Salt Range : Pakistan's unique field museum of geology and paleontology (lire en ligne), chapitre 6
  9. (en) « Thal Desert : A Research Study on Understanding Desert Ecology and Livehood Patterns - 2013 », Heinrich Böll Stiftung Pakistan,‎ , p. 27 (lire en ligne)
  10. a et b (en) « Thal Desert : A Research Study on Understanding Desert Ecology and Livehood Patterns - 2013 », Heinrich Böll Stiftung Pakistan,‎
  11. Humaira Shaheen, Rahmatullah Qureshi, Abida Akram et M Gulfraz, « A preliminaryfloristic checklist of Thal desert Punjab, Pakistan », Pakistan Journal of Botany, vol. 46,‎ , p. 13–18 (lire en ligne, consulté le )
  12. Enquêtes à basse altitude, Centre international pour l'élevage en Afrique (CIPEA), 1979, p. 16 [1]
  13. a et b (en) G. Ali Heshmati et Victor R. Squires, Combating Desertification in Asia, Africa and the Middle East : Proven practices, Dordrecht, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-94-007-6652-5, lire en ligne), p. 231
  14. (en) G. Ali Heshmati et Victor R. Squires, Combating Desertification in Asia, Africa and the Middle East : Proven practices, Dordrecht, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-94-007-6652-5, lire en ligne), p. 232
  15. « United Nations Earth Summit+5 Success Stories - Desert Reclamation using Shelterbelts », sur www.un.org (consulté le )
  16. (en-GB) « With CPEC, hopes high for investment in 5 deserts », sur www.pakistantoday.com.pk (consulté le )
  17. (en) Matthias Paukert, « Bridging troubled waters: Water sharing and the challenge of hydro-solidarity in Pakistan », Dissertation submitted to the Faculty of Economics and Social Sciences of the University of Heidelberg in partial fulfilment of the requirements of the degree of Doctor rerum politicarum.,‎
  18. (en) D. Khan, Mona A. Hagras et Naveed Iqbal, « Groundwater Quality Evaluation in Thal Doab of Indus Basin of Pakistan », International Journal Of Modern Engineering Research,‎
  19. (en) « Tiempo Climate Cyberlibrary Indus Basin Water Resources »
  20. (en) « GREATER THAL CANAL PHASE-II, CHUABARA BRABCH CALL FOR EXPRESSION OF INTEREST / (SHORT LISTING) »
  21. « Qatari princes reach tent city set up in Mahni - Pakistan - Dunya News », dunyanews.tv,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. (en-US) Subuk Hasnain, « To keep rich Arab nations happy, Pakistan is letting them kill houbara bustards for sport », Scroll.in,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. (en-US) Malik Tahseen Raza, « First jeep rally held in Thal desert », DAWN.COM,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. (en-US) « 2nd Thal Desert Jeep Rally 18-19 Nov 2017 », Paki Mag,‎ (lire en ligne, consulté le )