Ouvrir le menu principal

Déporté résistant

résistants à l'Occupation durant la Seconde Guerre mondiale qui, en raison de leurs actes, ont été déportés ou emprisonnés hors du territoire français ou dans des territoires français mais exclusivement administrés par l'ennemi

Le terme de déporté résistant se rapporte aux résistants à l'occupation durant la Seconde Guerre mondiale qui, en raison de leurs actes, ont été déportés ou emprisonnés hors du territoire français ou dans des territoires français mais exclusivement administrés par l'ennemi.

Sommaire

HistoireModifier

Le nombre de Français déportés pour faits de résistance reste débattu, tout comme le nombre total de déportés non juifs. En 1960, les délégations françaises et allemandes qui se penchent sur les réparations de la Seconde Guerre mondiale donnent les chiffres suivants :

  • 83 000 déportés selon la délégation française,
  • 95 000 déportés selon la délégation allemande, dont 30 % pour faits de résistance.

Les travaux de l’Institut d'histoire du temps présent et du Ministère des Anciens combattants retiennent un chiffre de 66 000 déportés non raciaux, dont 42 000 pour faits de résistance. Seuls 23 000 d'entre eux auraient survécu à l'internement ou à la déportation[1].

Définition officielleModifier

En 1948, le gouvernement français crée le statut définitif des déportés et internés résistants par la loi no 48-1251 du 6 août 1948[2]. Le dispositif est complété par l’article 19 de la loi n°86-76 du 17 janvier 1986. L’article 272 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre[3] fixe les conditions dans lesquelles est attribué le titre de déporté résistant :

« Le titre de déporté résistant est attribué à toute personne qui, pour acte qualifié de résistance à l'ennemi, a été ;

1° Soit transférée par l'ennemi hors du territoire national, puis incarcérée ou internée dans une prison ou un camp de concentration ;

2° Soit incarcérée ou internée par l'ennemi dans les camps et prisons du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle ;

3° Soit incarcérée ou internée par l'ennemi dans tous autres territoires exclusivement administrés par lui, notamment en Indochine, et sous réserve que ladite incarcération ou ledit internement réponde aux conditions qui sont fixées aux articles R. 286 à R. 297 ;

4° Soit emmenée par l'ennemi dans un convoi de déportés, vers une prison ou un camp de concentration visés aux 1°, 2° et 3° du présent article, puis, au cours de ce trajet, est décédée ou s'est évadée. »

MémoireModifier

En novembre 2005, le Centre européen du résistant déporté s'ouvre sur le site de l'ancien camp de concentration de Natzwiller-Struthof, en Alsace, célébrant le soixantième anniversaire de la libération du camp.

MédailleModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Démarches administratives de Demande d'attribution du titre de déporté ou interné résistant

Formulaire - Cerfa n°10873*02 - Mis à jour le 15 septembre 2014 -
Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
À adresser au service départemental de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (Onac-VG) dont dépend la commune du domicile du demandeur.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier