Ouvrir le menu principal

Département d'Orléansville

ancien département français en Algérie (1957-1962)
Localisation du département d'Orléansville, créé par la réforme de 1956

Le département d'Orléansville fut un département français d'Algérie entre 1957 et 1962.

Considérée depuis le 4 mars 1848 comme partie intégrante du territoire français, l'Algérie fut organisée administrativement de la même manière que la métropole. C'est ainsi que pendant une centaine d'années, la ville de Chlef, alors connue sous le nom d'Orléansville fut une sous-préfecture du département d'Alger, et ce jusqu'au 28 juin 1956. À cette date le département fut divisé en quatre parties, afin de répondre à l'accroissement important de la population algérienne au cours des années écoulées.

L'ancien département d'Alger fut dissous le 20 mai 1957 et ses quatre parties furent transformées en départements de plein droit. Le département d'Orléansville fut donc créé à cette date, et couvrait une superficie de 12 257 km² sur laquelle résidaient 633 630 habitants et possédait cinq sous-préfectures, Cherchell, Duperré, Miliana, Ténès et Teniet-el-Haad.

Le département d'Orléansville fut maintenu après l'indépendance de l'Algérie, et devint la Wilaya de Chlef

Sommaire

Fondation d'OrléansvilleModifier

Le , deux forces armées se réunissent à Snab ou El Esnam pour assurer la présence française dans la région. L'une dite de Mostaganem sous les ordres de M.le général gentil d'Oran. La seconde, dirigée par le Maréchal Bugeand, venait d'Alger. El Esnam était un point stratégique et intermédiaire à peu près à égale distance de Milianah et de Mostaganem ; les endroits les plus importants à l'intérieur étaient les montagnes de l'Ouarensénis, la vallée du Tygraout et le pont de Ténès. Elle s'appellera Orléansville du nom de Fredinand, duc d'Orléans et fils du roi du France, tué dans un accident de voiture sur la route de Paris à Neuilly le . Le décret du créé la commune de plein exercice. À cette époque, la vallée du Chélif était presque entièrement inculte et inhabitée. Aussi loin que s'étendait la vue, on n'y voyait aucune demeure, aucun village. C'est ce qui a fait écrire aucolonel de Saint-Amaud que c'était un grand désert. Elle ne s'est développé que lentement son climat étant des plus chauds de l'Algérie en été où il atteint des maximes de 52ºc à l'ombre. En 1964, la ville prend le nom arabe de El Asnam. Le tremblement de terre du qui détruit la ville à 80% incite les autorités à changer le nom de la ville, pour écarter la malédiction liée aux ruines, et elle prend alors le nom de Chlef[1].

Liste des préfetsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Robert PONTIER, Souvenirs de l'Algérie ou notice sur Orléansville, Imprimerie de archevêché, , p1 à p3
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (février 2018). Découvrez comment la « wikifier ».

orleansville par R-Y Debia

Voir aussiModifier