Démographie de l'Arménie

Démographie de l’Arménie
Pyramide des âges de l'Arménie en 2005
Pyramide des âges de l'Arménie en 2005
Dynamique
Population 3 038 217 hab.
(2018)[1]
Évolution de la population −0,25 % (2018)[2],[3]
Indice de fécondité 1,64 enfant par [4]
(2018)[5]
Taux de natalité 12,6  (2018)[6],[7]
Taux de mortalité 9,5  (2018)[8],[9]
Taux de mortalité infantile 12,3  (2018)[10]
Âges
Espérance de vie à la naissance 75,1 ans (2018)[11]
Hommes : 71,8 ans
Femmes : 78,7 ans
Âge médian 35,6 ans (2018)[12]
Hommes : 33,9 ans
Femmes : 37,4 ans
Structure par âge 0-14 ans : 18,86 %
15-64 ans : 69,45 %
65 ans et plus : 11,7 %
Sex-ratio (2018)
Population totale 94 /100
À la naissance 111 /100
Par tranche d'âge 0-14 ans : 113 /100
15-24 ans : 109 /100
25-54 ans : 95 /100
55-64 ans : 85 /100
65 ans et + : 67 /100
Flux migratoires (2018)
Taux de migration −5,6 
Composition linguistique (2001)
Arménien 97,7 %
Yezidi(kurmandji) 1,0 %
Russe 0,9 %
Autres 0,4 %
Composition ethnique (2001)
Arméniens 97,9 %
Yezidis (Kurdes) 1,3 %
Russes 0,5 %
Autres 0,3 %
Composition religieuse
Église apostolique arménienne 94,7 %
Autres chrétiens %
Yézidisme 1,3 %

La démographie de l'Arménie est l'ensemble des données et études concernant la population de l'Arménie.

Démographie post-soviétiqueModifier

Un rapport[réf. nécessaire] de la Banque mondiale sur la situation démographique des anciennes républiques d’URSS en vient notamment à la conclusion que l’Arménie devrait compter 200 000 habitants de moins à l’horizon 2025. L’Arménie est logée à la même enseigne que les autres républiques de l’ex-URSS, toutes confrontées à de graves problèmes démographiques qui, à moyen terme, devraient entraîner une diminution et un vieillissement de leurs populations. Entre 2000 et 2025, les républiques de l’ex-URSS enregistreront un très net déficit démographique selon ce rapport de la Banque mondiale : la Russie devrait perdre 17,3 millions d’habitants (12 % de la population), l’Ukraine 11,8 millions (24 %), la Biélorussie 1,4 million (14 %), la Géorgie 0,8 million (17 %), la Lituanie 0,4 million (11 %), la Lettonie et la Moldavie, 0,3 million chacune (13,7 %) comme le Kazakhstan (2 %), l’Estonie 0,1 million (9 %). La tendance est inversée en revanche pour les républiques musulmanes de l’ex-URSS, enregistrant une croissance démographique considérable jusqu’à l’horizon 2025, à l’exception on l’a vu du Kazakhstan, dont près de la moitié des habitants sont russes : la population de l’Ouzbékistan devrait ainsi augmenter de 9,3 millions d’habitants, celle du Tadjikistan de 2,6 millions, du Turkménistan de 1,6 million, de l’Azerbaïdjan de 1,5 million et du Kirghizstan de 1,3 million. Les experts de la Banque mondiale estiment que l’espace ex-soviétique est la seule région du monde dont la population connaît un tel vieillissement qui, avec les mauvaises conditions de vie et les failles des réformes économiques, sociales et politiques, menacent gravement les économies locales et les structures étatiques. Le rapport précise que la population en diminution constante des régions étudiées sera également en proie au vieillissement, un habitant sur cinq ayant 65 ans et plus à l’horizon 2025.

Dans un autre rapport, le Fonds des Nations unies pour la démographie (UNFPA) a fait savoir le [réf. nécessaire] que l’augmentation du nombre des avortements et l’extension des maladies sexuellement transmissibles en Arménie avaient encouragé le bureau arménien de l’agence onusienne à commander la réalisation d’un rapport sur le déclin démographique dans le pays. L’étude vise à déterminer les projets de planning familial, ainsi que les besoins croissants en matière d’éducation, singulièrement parmi les jeunes en Arménie. Selon le rapport, la moitié des femmes en Arménie préfèrent avorter plutôt que donner naissance à un enfant, et 5 % des avortements pratiqués seraient justifiés par le refus de donner naissance à une fille. Le recours fréquent aux avortements est directement lié en Arménie au rejet des moyens de contraception. Les recherches les plus récentes indiquent que les indices des naissances et des avortements sont de 52 % et 48 %, une réalité que ne traduisent guère les chiffres du ministère arménien de la santé. Une disparité qui s’explique par le fait que les avortements ne sont pas correctement enregistrés, les professionnels de la santé répugnant à faire état de ce type de prestations. Le recours fréquent aux avortements porte par ailleurs le risque de favoriser des problèmes de stérilité et certaines maladies, ainsi que des difficultés à accoucher. Si le rapport estime qu’une femme aura recours en moyenne à deux ou trois avortements au cours de sa vie, il signale aussi que le taux de mortalité lors des accouchements a considérablement baissé. Garik Hayrapétian, vice-président du bureau de l’UNFPA en Arménie, fait ainsi remarquer que si « il y a sept ans, plus de trente femmes mouraient chaque année en mettant au monde un enfant, on ne compte actuellement que dix à douze cas ».

Le , l'agence de presse Azg a annoncé une hausse de la natalité en Arménie, avec 41 454 naissances en 2008, soit 1 135 de plus qu'en 2007[13].

Population de l'Arménie par groupe ethnique 1926–2011
Ethnic
group
Recensement 19261 Recensement 19392 Recensement 19593 Recensement 19704 Recensement 19795 Recensement 19896 Recensement 20017 Recensement 20118
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Arméniens 743,571 84.5 1,061,997 82.8 1,551,610 88.0 2,208,327 88.6 2,724,975 89.7 3,083,616 93.3 3,145,354 97.9 2,961,514 98.1
Yazidis 12,237 1.4 20,481 1.6 25,627 1.5 37,486 1.5 50,822 1.7 56,127 1.7 40,620 1.3 35,272 1.2
Kurdes 2,973 0.3 1,519 0.0 2,131 0.1
Russes 19,548 2.2 51,464 4.0 56,464 3.2 66,108 2.7 70,336 2.3 51,555 1.6 14,660 0.5 11,862 0.4
Assyriens 2,215 0.3 3,280 0.3 4,326 0.2 5,544 0.2 6,183 0.2 5,963 0.2 3,409 0.1 2,769 0.1
Ukrainiens 2,286 0.3 5,496 0.4 5,593 0.3 8,390 0.3 8,900 0.3 8,341 0.3 1,633 0.1 1,176 0.0
Grecs 2,980 0.3 4,181 0.3 4,976 0.3 5,690 0.2 5,653 0.2 4,650 0.1 1,176 0.0 900 0.0
Géorgiens 274 0.0 652 0.1 816 0.0 1,439 0.1 1,314 0.0 1,364 0.0 974 0.0
Azéris 76,870 8.7 130,896 10.2 107,748 6.1 148,189 5.9 160,841 5.3 84,860 2.6
Juifs 335 0.0 512 0.0 1,024 0.1 1,047 0.0 959 0.0 720 0.0
Autres 18,001 2.0 3,379 0.3 4,864 0.3 9,653 0.4 7,276 0.2 7,580 0.2 4,640 0.1 2,256 0.1
Total 880,464 1,282,338 1,763,048 2,491,873 3,037,259 3,304,776 3,213,011 3,018,854
1 Source: [1]. 2 Source: [2]. 3 Source: [3]. 4 Source: [4]. 5 Source: [5]. 6 Source: [6]. 7 Source: [7]. 8 Source: [8].
 
Évolution démographique de l'Arménie depuis 1949
Année Population

(au 1er janvier)

Naissances Taux de natalité (‰) Taux de fécondité

(enfants par femme)

Décès Taux de mortalité (‰) Taux de variation naturelle (‰) Solde migratoire Croissance démographique (‰)
2000 3 226 900 34 276 10,6 24 025 7,5 3,2 −21 851 - 3,6
2005 3 215 800 37 499 11,7 26 379 8,2 3,5 −7 686 1,1
2010 3 249 482 44 825 13,8 27 921 8,6 5,2 −3 736 4,0
2015 3 010 598 41 763 13,9 27 878 9,3 4,6 - 25 906 - 4,0
Source : Eurostat[14]

Population par pays de naissance en ArménieModifier

2011
Population Totale 3.018.854
  Arménie 2.821.026
  Azerbaïdjan 73.062
  Géorgie 49.322
  Russie 24.820
  Haut-Karabagh 20.436
  Iran 10.532
  Syrie 3.411
  Ukraine 3.190
  Grèce 1.322
  Ouzbékistan 1.280
  Liban 1.104
  Turkménistan 1.055
  Kazakhstan 1.024
  Allemagne 821
  Turquie 701
Autres 5.748

Source : http://armstat.am/en/?nid=517


Population par nationalité en ArménieModifier

2011
Population Totale 3.018.854
  Arménie 2.995.964
  Russie 13.351
  Géorgie 3.336
  Iran 1.527
  Ukraine 764
  États-Unis 546
Autres 2.970
Apatrides 396

Source : http://armstat.am/en/?nid=517

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  2. Le taux de variation de la population 2018 correspond à la somme du solde naturel 2018 et du solde migratoire 2018 divisée par la population au 1er janvier 2018.
  3. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  4. L'indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) pour 2018 est la somme des taux de fécondité par âge observés en 2018. Cet indicateur peut être interprété comme le nombre moyen d'enfants qu'aurait une génération fictive de femmes qui connaîtrait, tout au long de leur vie féconde, les taux de fécondité par âge observés en 2018. Il est exprimé en nombre d’enfants par femme. C’est un indicateur synthétique des taux de fécondité par âge de 2018.
  5. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  6. Le taux de natalité 2018 est le rapport du nombre de naissances vivantes en 2018 à la population totale moyenne de 2018.
  7. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  8. Le taux de mortalité 2018 est le rapport du nombre de décès, au cours de 2018, à la population moyenne de 2018.
  9. Indicateurs du World-Factbook publié par la CIA.
  10. Le taux de mortalité infantile est le rapport entre le nombre d'enfants décédés à moins d'un an et l'ensemble des enfants nés vivants.
  11. L'espérance de vie à la naissance en 2018 est égale à la durée de vie moyenne d'une génération fictive qui connaîtrait tout au long de son existence les conditions de mortalité par âge de 2018. C'est un indicateur synthétique des taux de mortalité par âge de 2018.
  12. L'âge médian est l'âge qui divise la population en deux groupes numériquement égaux, la moitié est plus jeune et l'autre moitié est plus âgée.
  13. (hy) « 2008-ԻՆ ԳՐԱՆՑՎԵԼ Է 41 ՀԱԶԱՐ 454 ԾՆՈՒՆԴ » (41 454 naissances enregistrées en 2008), 31 janvier 2009, [lire en ligne (page consultée le 4 février 2009)].
  14. « Évolution de la population - Bilan démographique et taux bruts au niveau national », sur appsso.eurostat.ec.europa.eu (consulté le )

Liens externesModifier