Loi d'Allarde

(Redirigé depuis Décret d'Allarde)
Loi d’Allarde

Présentation
Titre loi portant suppression de tous les droits d'aides, de toutes les maîtrises et jurandes et établissement des droits de patente
Pays Drapeau de la France France
Langue(s) officielle(s) français
Type Décret de l’Assemblée constituante
Branche Droit de la concurrence
Adoption et entrée en vigueur
Législature Assemblée constituante
Gouvernement Règne de Louis XVI
Adoption
Sanction
Abrogation Loi du (Belgique) qui remplace le décret d'Allarde par le Code de droit économique

La loi d’Allarde, souvent improprement appelée décret d'Allarde, est une loi ayant eu pour rapporteur Pierre d'Allarde et qui a été votée par l'Assemblée constituante les 2 et 17 mars 1791.

Avec les lois Le Chapelier des 14 et 17 juin 1791, abolissant pour leur part les corporations présentes sous l'Ancien Régime, ces dispositions législatives ont permis l'érection du principe de libre accès au commerce au sein de la société française.

Origine et voteModifier

La loi d'Allarde vise à renouveler l'édit de Turgot de 1776 supprimant les corporations, et libéralisant le commerce des grains. Cette mesure avait provoqué tellement d'émeutes populaires pour protester contre la baisse des salaires et l'augmentation du prix du pain, que le roi avait dû renvoyer Turgot le et rapporter sa loi.

La loi d'Allarde est d'abord votée sous la forme d'un décret, le 16 février 1791[1],[2]. C'est le baron Pierre d'Allarde qui le soutient, en affirmant que « la faculté de travailler est un des premiers droits de l'homme »[3].

DispositionsModifier

La loi des 2 et , en son article 7, énonce ainsi le principe de liberté du commerce et de l'industrie, qui est devenu l'un des principes généraux du droit français, fondé sur la liberté :

« Il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d'exercer telle profession, art ou métier qu'elle trouvera bon ; mais elle sera tenue de se pourvoir auparavant d'une patente, d'en acquitter le prix suivant les taux ci-après déterminés et de se conformer aux règlements de police qui sont ou pourront être faits. »

Cela implique que, sous réserve du respect de l'ordre public institué par la loi, l'exercice des professions est désormais libre. Il peut toutefois, dans certains cas, être soumis à déclaration.

La lois d'Allarde et la jurisprudence administrative[4] permettent de distinguer deux sous-principes :

  • la liberté d'entreprendre, c'est-à-dire de pouvoir créer librement une activité économique et d'exercer une profession ;
  • la libre concurrence, autrement dit le fait que les acteurs économiques doivent respecter une éthique qui ne fausse pas la concurrence. Cette liberté implique qu'en vertu du principe de neutralité économique de l'État, ce dernier ne vienne pas fausser la concurrence en exerçant lui-même des activités industrielles et commerciales d'une manière qui romprait l'égalité entre concurrents.

La loi d'Allarde ne s'oppose pas à ce qu'une personne publique exerce une activité économique lorsque ceci se justifie par la poursuite de l'intérêt général. La jurisprudence administrative actuelle impose à la personne publique souhaitant exercer une activité économique de justifier d'un intérêt public et de ne pas fausser les conditions de la libre concurrence[5].

PostéritéModifier

La loi d'Allarde est très marquée par les idées libéralisatrices de la Révolution français[6]. La loi est suivie, trois mois plus tard, de la loi Le Chapelier portant sur le même thème.

Le régime de Vichy tenta de revenir sur cette loi en rétablissant le corporatisme par la Charte du travail du 4 octobre 1941.

Notes et référencesModifier

  1. (fr) « Pierre Gilbert Leroi, baron d'Allarde » dans l'encyclopédie Larousse, consulté le 23 février 2009.
  2. Alain THILLAY, Le Faubourg Saint-Antoine et ses "faux ouvriers": La liberté du travail à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Champ Vallon, (ISBN 978-2-87673-773-0, lire en ligne)
  3. BOUVERESSE Jacques, Histoire des institutions de la vie politique et de la société françaises de 1789 à 1945, Presses universitaires de Rouen et du Havre, (ISBN 979-10-240-0000-8, lire en ligne)
  4. Conseil d'État, 6 mars 1914, Syndicat de la boucherie de la ville de Châteauroux, Req. n°48885.
  5. Le Conseil d'État, « Conseil d'État, Assemblée, 31 mai 2006, Ordre des avocats au barreau de Paris », sur Conseil d'État (consulté le )
  6. Collectif, Idées économiques sous la Révolution (1789-1794), Presses universitaires de Lyon, (ISBN 978-2-7297-1010-1, lire en ligne)

BibliographieModifier

  • Philippe Minard, « Le métier sans institution : les lois d'Allarde-Le Chapelier et leur impact au début du XIXe siècle », dans Steven Kaplan et Philippe Minard (dir.), La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, coll. « Socio-histoires », , 560 p. (ISBN 2-7011-3193-6), p. 81-97.
  • (en) Alain Plessis (dir.) (préf. Dominique Strauss-Kahn, avant-propos de Roger Martin, introduction de Christian Stoffaës), Naissance des libertés économiques : liberté du travail et liberté d'entreprendre : le décret d'Allarde et la loi Le Chapelier, leurs conséquences, 1791-fin XIXe siècle, Paris, Institut d'histoire de l'industrie, coll. « Histoire industrielle », , XXVII-450 p. (ISBN 2-909977-00-5).

Articles connexesModifier