Débroussaillement

action d'enlever les broussailles d'une parcelle de terrain

Le débroussaillement (ou débroussaillage) est l'action de réduire « les matières végétales de toute nature (herbe, branchage, feuilles…) ». Il vise généralement à faciliter certains accès, à favoriser certaines espèces (chêne-liège, fruitiers par exemple) et/ou à diminuer l'intensité, la gravité et la vitesse de propagation des incendies dans les régions concernées par des sécheresses. Dans le contexte de la prévention des incendies autour des habitations et infrastructures, « le débroussaillement n'est ni une coupe rase de la végétation, ni un défrichement complet : c'est une limitation du combustible et une mise à distance des strates de végétation entre elles »[1]. Il s'agit notamment de créer des discontinuités entre les taches de végétation au sol pour que le feu ait moins de combustible à brûler (ce qui le rendra moins puissant) et pour qu'il se propage moins facilement au sol[2].

Débroussaillement d'un espace à Abidjan, en Côte d'Ivoire.
Ici, des chèvres sont utilisées par l'US Army pour débroussailler la Base navale de Kitsap (Bangor), pour, notamment lutter contre des espèces invasives (elles apprécient par exemple la Renouée du Japon).
Débroussaillage avec broyage le long d'une voie ferrée.
Zone débroussaillée autour d'une maison entourée d'arbres (exemple fourni par le Natural resources conservation service, en Californie où la gravité des feux de forêts ne cesse de croître).

C'est une pratique courante en zone méditerranéennes pour prévenir le risque que des incendies de forêt se communiquent aux habitations ou zones urbanisées, mais avec des conséquences globalement négatives pour la biodiversité et la résilience forestière dans ces régions car, répété tous les 3 à 5 ans (voir annuellement dans certaines zones), il détruit plusieurs des strates naturelles des boisements, ce qui peut aggraver à la déshydratation des sols, et surtout entraver à long terme la régénération naturelle, car il élimine de manière récurrente les semis naturels. Dans le contexte émergent des mégafeux, le débroussaillage peut en outre ne pas avoir d'effet[3].

Avec des précautions particulières, il peut et doit être effectué le long des accotements d'infrastructures (routes, autoroutes, voies ferrées, aéroports, canaux, fossés, watringuesetc.). Des fauches ou pâturages extensifs répétés permettent d'éviter l'apparition du stade « broussaille ». En forêt, la gestion des résidus de débroussaillage peut être associée à celle des rémanents (broyage, compostage in situ… pour rendre la matière organique au sol et améliorer sa capacité de rétention d'eau).

Types de débroussaillages modifier

On distingue cinq grands types de débroussaillements[4],[5] :

  1. débroussaillement manuel : privilégié dans les situations topo-édaphiques difficiles et les sites sensibles (aire naturelle protégée…). Il permet notamment de sélectionner et conserver les espèces les moins combustibles ou rares, protégées, menacées, etc.
  2. débroussaillement mécanique : il est devenu le moyen plus courant. Il peut avoir une forte incidence sur le sol et la biodiversité, plus ou moins selon le contexte écologique et selon la période de fauche ou de girobroyage, la hauteur de coupe, la surface traitée ; il peut favoriser certaines espèces pionnières invasives et/ou rejetant de souche, éventuellement très combustibles ;
  3. débroussaillements chimiques, via des pesticides phytocides[6] ou des inhibiteurs de croissance (nanifiants)[7]. En raison de la toxicité des produits utilisés et de leurs impacts écologiques, il est de plus en plus réglementé, voire interdit ;
  4. sylvopastoralisme, écopastoralisme  : le sylvopastoralisme se montre très efficace selon l'INRA (1990)[8], mais n'est économiquement rentable que dans les parcelles où la végétation a une valeur nutritive suffisante, sinon les troupeaux préféreront écorcer les arbres pour se nourrir ;
  5. brûlage dirigé : éventuellement associé au pâturage (Legrand, 1992)[9], le brûlage dirigé doit être pratiqué avec précautions[10]. Pour les zones à risque de « mégafeux », Gavin M Jones et ses collègues ont, en 2016, suggéré d'en quelque sorte sacrifier par le feu des parcelles de forêts anciennes à enjeux moyens, pour sauver les zones écologiquement les plus importantes pour la conservation et reprodution des espèces clé et patrimoniales[11]. À noter que ce brûlage peut aussi être une source significative de gaz à effet de serre (et de pollution particulaire, notamment à partir des fumées de feux couvants au sol, bien plus polluées que celles du grand panache le plus visible[12].

Objectifs modifier

Il peut s'agir, par exemple, de simplement élaguer les arbres ou arbustes, de préparer des zone de plantation, de mettre en lumière des semis ou des arbres d'avenir, d'entretenir des passages ou d'éliminer des résidus de coupe (branchage, herbes) d'une parcelle de terrain, pour des raisons pratiques ou esthétiques.

De plus en plus souvent, il s'agit — autour de zones habitées ou de maisons isolées en forêt — de débroussaillages de précaution, visant à préventivement diminuer la vitesse de propagation des feux de broussaille ou de forêt en cas d'incendies. Certains pays, dont la France depuis les incendies de 2003, imposent des débroussaillages préventifs autour des habitations à risque, généralement à renouveler tous les 3 ou 4 ans selon Colin et al. (2001)[13], ou plus fréquents dans certaines zones, pour mieux pouvoir les protéger en cas d'incendies de forêts (outre le débroussaillage de couloirs pare-feux en forêt).

Efficacité modifier

Elle n'est pas facile à évaluer ou démontrer car d'une part, on ne peut éthiquement pas mettre le feu à des parcelles comparables, débroussaillée ou non, et d'autre part car d'autres facteurs de risques co-existent, et diffèrent selon le contexte biogéographique et d'anthropisation. Enfin, le réchauffement global de la planète aggrave les risques de feux de brousse, de landes, de garrigues et de forêt[14], et de mégafeux (définis[15] comme d'une superficie de plus de 10 000 ha )[11].

Les chercheurs et gestionnaires de risques utilisent donc des modèles mathématiques de propagation des flammes[16],[17] (notamment aux interfaces entre forêts et habitat humain)[18],[19], de dynamique de combustion des combustibles forestiers[20], et de comportement au feu, jugés être de plus en plus réalistes, avec pour certains des tentatives de modélisations à plus long terme[21]. Les modélisateurs travaillent notamment à mieux comprendre l'interface forêt-urbain (ou WUI pour les anglophones, pour Wildland–urban interface), c'est à dire la zones transition entre la nature sauvage (terres inexploitées) et les maisons isolées ou zones urbanisées, l'écotone semi-naturel séparant l'environnement bâti de l'environnement naturel, la zone de départ de la plupart des feux de forêt catastrophiques.

Certaines simulations (ex : Rodman & al. 2004) montrent que « la densité du combustible au sol est le facteur déterminant dans la vitesse de propagation globale d'un incendie, même quand l’étage supérieur est impliqué dans l’incendie »[22].

Dans l'état récent (2023) des modèles, la modélisation du débroussaillage fait conclure qu'il contribue à une atténuation globale de l'intensité et la propagation des incendies (ainsi que les dommages causés à la végétation ornementale). Cependant, signale l'INRAE (2023), la modélisation montre aussi que pour certaines combinaisons de vent et de topographie, le débroussaillage peut au contraire aggraver le risque.

Effets négatifs modifier

Remarque préalable : Le réchauffement climatique anthropique en cours fait que des observations faites en Espagne il y a 30 ans valent déjà parfois pour le centre de la France ; et que certaines conclusions faites 10 ou 20 ans plutôt peuvent avoir sous-estimé le risques à moyen ou long termes.

Selon Schaffers[23] en 2002, bien pratiqué et dans un contexte favorable, le débroussaillement peut être neutre, voire positif pour la diversité spécifique des plantes, par exemple pour les pollinisateurs avec une bonne gestion (fauches tardives) des bords de route selon Noordijk et al. (2009)[24].

Mais de nombreuses études lui ont aussi démontré des effets négatifs par exemple avec :

  • la mécanisation lourde et croissante du débroussaillement contre les incendies de forêt, dont en France en région méditerranéenne[25],[26], trop destructrice des sols[27],[28], et de la végétation comme l'a montré Piriou (1982) dans le massif des Maures[29],[30],[31], à propos des effets de la gestion des pare-feux dans la Provence calcaire[31], Tatoni en 1988 dans son bilan des réponses de la vegetation et du sol, 5 ans après un débroussaillement sur l'île de Porquerolles[32], Phamban en 1990 à propos des effets débroussaillement et des incendies sur les forêts sclérophylles [33], Loisel et ses collègues en 1985 à propos du débroussaillement lors des « travaux en forêt privée » (TPF)[34] ; Bonin et al., 1991). On a aussi étudié les effets du débrousaillement sur des espèces bioindicatrices comme les arthropodes frondicoles (c'est à dire, qui vivent sur les feuilles des plantes, incluant notamment les araignées et d'autres arthropodes en forte voie de régression dans le monde). Par exemple Bigot et al. dans les années 1980 ont étudié ces effets (immédiats, et différés) sur les arthropodes du chêne liège[35],[36]. Parmi les épiphytes le lierre a besoin de supports pour grimper et fructifier ; et certaines mousses et lichens, qui sont aussi des bioindicateurs, vivent surtout sur des troncs ou branches proches du sol ; Hébrard et Loisel ont en 1991 publié une première étude des effets du débroussaillement sur les mousses épiphytes de quelques formations arborescentes et arbustives dans le sud de la France (Bouches-du-Rhône)[37].
    Le débroussaillage, surtout quand il concerne des boisements plutôt denses, quand il est « non sélectif » et quand il est fait mécaniquement et/ou en période de nidification/reproduction, et/ou avec des engins lourds[27] et bruyants, a des effets négatifs sur la biodiversité, parfois difficile à mettre en balance avec le bénéfice de l'opération. Diverses études ont porté sur l'impact du débroussaillement sur la biodiversité floristique et sur la structure végétale, par exemple par Vieuville en 1985ref name=Vieuville1985>, Gomilla[5] en 1993, Diaz-Villa et al., en 2003 en Espagne[38] ou encore Perez Ramos et al.[39] en 2008 qui ont en Espagne étudié, durant 5 ans, dans 3 forêts (aux faciès contrastés), l'évolution de la diversité des herbacées du sous-étage de forêts de chêne-liège. Ces forêts cultivées sont traditionnellement débroussaillées tous les neuf ans, pour y accroître le rendement en liège en réduisant la concurrence par le reste de la végétation, et pour réduire le risque de feux. Les auteurs ont, dans chaque site, clôturé et suivi durant 5 ans une parcelle représentative (1 ha). Celle ci était défrichée pour moitié, l'autre moitié constituant un « peuplement témoin ». Comme lors d'autres études, ils ont observé une richesse spécifique (diversité α et γ) qui a augmenté avec le défrichement (expansion d'espèces de prairies ouvertes), tandis que la diversité β diminuait en raison de l'homogénéisation/banalisation associé à cette expansion[39].
  • Destruction de strates de végétation, et d'habitats (d'espèces parfois protégé ou menacéess) : l'élimination d'une part importante de la végétation, de la totalité de certaines strates de végétation (buissonnante typiquement) pour 3 à 5 ans, et l'élimination des cachettes (nécessaires à la survie de nombreuses espèces) prive ces espèces (animaux, plantes, champignons) de leur habitat naturel .
  • Frein à long ou moyen termes à la régénération naturelle des forêts et des garrigues : à long terme, la répétition des débrousaillages menace en effet tout le couvert arboré car, comme cela a été montré par exemple par Clark et Clark[40] en 1989 puis par Maranon et Bartolome[41] en 1993 : les propagules et semis naturels, notamment issus de la banque de graine du sol locale ou adjacente n'ont jamais le temps de produire des adultes avant que ceux-i soient à nouveau détruits[10]. La répétition des débrousaillage finit par épuiser la banque de graines persistante du sol ainsi et la capacité à rejeter des souches[5],[42],[43],[38]. En zone méditerranéenne notamment, les retours de débroussaillages tous les 3 à 5 ans ne permettent pas la résilience effective du milieu, ce qui a par exemple été montré dans le Var, par Vieuville[44], en 1985 ou encore dans la région de Valence (Espagne) par Delitti et al.[45] en 2005 ; ainsi, même après 6 ans, ni les garrigues, ni les peuplements bas d'un boisement peu dense de résineux n'ont eu le temps de se régénérer. Tout comme dans les zones incendiées[45], seules quelques espèces pionnières (ex chêne Kermès dans le sud de la France) en profitent, mais en prenant la place d'autres espèces, qui par exemple sont essentielles pour les pollinisateurs[10].
  • source de dérangement pour la faune sauvage (bruit, odeurs..), localement et à proximité, durant le temps des travaux ;
  • Fragmentation des populations : un débroussaillage excessif isole les populations d'espèces ayant besoin d'un couvert végétal important pour se cacher, se déplacer, se nourrir, se reproduire, réduisant leur diversité génétique, et augmentant leur risque d'extinction ; au détriment des capacités de résilience écologique du milieu.
  • dégradation de la chaîne alimentaire : La destruction de la végétation affecte également la chaîne alimentaire, en privant les animaux de sources de nourriture et de protection.
  • érosion et dégradation des sols (notamment en zone sèche et/ou sur les pentes) : le débroussaillage augmente brutalement le pourcentage de sol nu exposé au soleil, ce qui peut être critique dans le contexte du réchauffement (voir par ex étude Inra, chapitre 4.1.2. Dynamique post-débroussaillement du pourcentage de recouvrement par strate, p18). Il appauvrit souvent le milieu, en réduisant la production de litière par les strates supérieures et intermédiaires, plus encore si la biomasse coupée, ligneuses notamment est exportée. Il expose directement le sol à l'action de facteurs climatiques délétères (voir ci-dessous) au détriment de la qualité de l'eau et la qualité et fertilité du sol ;
  • modifications délétères des microclimats : par exemple le débroussaillage excessif d'une lisière forestière expose la forêt à un risque accru de déshydratation par le vent et le soleil. En simplifiant et appauvrissant la structure et stratification verticale du milieu et en ouvrant le milieu au vent et à la lumière le débroussaillement réduit le pouvoir tampon des strates basses et buissonnantes, tout en accroissant la radiation lumineuse et infra-rouge au sol (et donc sa température comme l'a montré Vieuville[44] dès en 1985. Le milieu est ainsi in fine réchauffé et rendu plus sec (xérique, tendant en zone méditerranéenne à évoluer vers une pelouse sèche peu productive) comme l'a montré Cristofari en 1982 dans le département des Bouches du Rhône[46]. La strate herbacée exposée au vent génère moins de rosée, et s'assèche plus vite et plus profondément[10] ;
  • Une partie de la flore mellifère naturelle étant détruite ou très réduite par le débroussaillage, le potentiel apicole du milieu (garrigues et peuplements de résineux clairs par exemple) peuvent être affectés (quantitativement et qualitativement) ; « La somme des indices de Braun-Blanquet des espèces structurantes, comme celle des espèces mellifères, diminue dans les zones débroussaillées »[10] du sud du pays, où le débroussaillage réduit la présence du Rosmarinus officinalis , et — surtout si effectué en saison de pollinisation — il affecte les abeilles sauvages et domestiques. Or les abeilles sont déjà, et depuis décennies, en Europe de l'Ouest, mais aussi sur tous les continents, en voie de raréfaction ainsi que d'autres pollinisateurs majeurs (papillons notamment)[47], avec des conséquences économiques déjà importantes[48].

Règlementation modifier

Elle concerne notamment la protection des habitations et constructions contre les incendies de forêt.

En France, la loi n'impose le débroussaillement qu'en présence d'habitations, de constructions, de voiries… dès lors qu'elles sont situées dans ou à proximité de la forêt, et « le préfet détermine les conditions de mise en œuvre du débroussaillage selon la nature des risques ». La tendance est au renforcement de la mise en œuvre des obligations légales de débroussaillement (OLD) qui vise à freiner la propagation des incendies vers les habitations en cas de feux, de manière à faciliter le travail des pompiers et protéger le patrimoine bâti.
Ces obligations incombent aux propriétaires de terrains, constructions, chantiers, installations de toute nature et aux gestionnaires d'infrastructures de transport, pour tout espace situés à moins de 200 mètres des bois, forêts, landes, maquis et garrigues identifiés à risque d'incendie. Ces obligations OLD concernent plusieurs millions de constructions privées ou publiques. L'ONF recommande de le pratiquer en automne ou en hiver, en évitant d'endommager le sol par des engins lourds.

Le propriétaire d'une habitation (ou d'une parcelle constructible) concernée doit, autour de celle-ci, débroussailler « sur une profondeur de 50 mètres autour de l'habitation (ou de 100 m dans certains cas). Le long des voies d'accès à son terrain (route, sentier, chemin privatif), le débroussaillement doit être fait autour de l'habitation sur une profondeur de 10 mètres de part et d'autre de la voie. Un arrêté municipal ou préfectoral peut modifier ces règles (…) Hors des territoires classés à risque d'incendie par la loi, une décision préfectorale peut imposer le débroussaillage sur son terrain jusqu'à 50 mètres autour de son habitation (même si cette obligation déborde sur le terrain des voisins !)[49]. »[50].

Techniques de débroussaillement modifier

Le débroussaillement peut être fait :

Autrefois, l'écobuage, et les techniques d'agriculture sur brûlés étaient des méthode de débroussaillement par brûlage était très utilisés, mais ils tendent à disparaitre pour des raisons écologique et de maitrise du risque d'incendie.

Débroussaillement préventif obligatoire en cas de risque de feu de forêt modifier

Dans certaines régions ou pays, un débroussaillement peut être rendu obligatoire (en France par arrêté municipal ou préfectoral), notamment dans les zones à fort risque de feu de forêt (Ex : en mars 2024, en France, un arrêté liste près d'un département français sur deux comme concerné par le risque d'incendie de forêt). Le débroussaillement préventif est régulièrement utilisé dans la prévention des feux de forêts. Son absence peut être un facteur de progression du feu, comme ce fut par exemple le cas lors des feux de forêt de 2022 en Gironde[51]. Concernant le rythme des opérations de débroussaillage, il est en France précisé comme suit par le Code forestier distingue

  • dans les zones classées à risque d'incendie élevé, le débroussaillage doit être réalisé tous les ans.
  • dans les zones classées à risque d'incendie moyen, le débroussaillage doit être réalisé tous les 2 ans.
  • dans les zones classées à risque d'incendie faible, le débroussaillage doit être réalisé tous les 3 ans.

Ces zonage peuvent varier dans l'espace et le temps en fonction du déficit pluviométrique d'une région par exemple. Ils sont précisés par des arrêtés préfectoraux.

Si le débroussaillement concourt dans ces cas à protéger les habitations contre le feu, il peut aussi contribuer à dégrader la santé des forêts et parfois détruire des espèces rares, menacées et/ou protégées. Dans une approche de gestion durable des forêts, les travaux de débroussaillement doivent donc être articulés avec les enjeux de protection de la biodiversité. Pour cette raison, en France, les préfets doivent prescrire les mesures suivantes dans les zones à débroussailler situées hors des espaces industriels et urbanisés : interdiction de réaliser des travaux de broyage de végétation dense au-delà d'un seuil de surface et durant une ou plusieurs périodes de l'année définis par les préfets ; réalisation des travaux de débroussaillement de manière progressive dans l'espace ; maintien d'îlots composés notamment d'herbacés, de semis d'arbres, d'arbres, de ligneux bas ou d'arbustes ; préservation d'arbres à cavité apparente, d'arbres taillés en têtards, ou morts sur pied ; absence d'intervention dans les ripisylves.

Gestion des déchets de débroussaillement modifier

Le brûlage à l'air libre des matières issues du débroussaillement est source d'émissions de CO2, de fumées, de pertes de nutriments pour le sol (par rapport à la dégradation in situ) et parfois de risque d'incendie. Depuis 2004, sous peine d'amende pouvant atteindre 30 000 €[52], il est en France interdit de brûler in situ et à l'air libre tout déchets et végétal (qu'ils soient secs ou humides), y compris avec un incinérateur de jardin[53]. En vertu de l'article L. 2212-2 du code général des collectivités territoriales (ou des articles L. 2542-3 et L. 2542-4 du même code dans les trois départements d'Alsace-Moselle), le maire peut édicter une mesure de police plus restrictive que celle du préfet de département si cela s'avère justifié au regard de circonstances locales particulières (CE, 18 avril 1902, Commune de Néris-les-Bains). Dans ce cas de figure, la mesure de police du maire doit être proportionnée au risque réel de trouble à l'ordre public à prévenir, notamment au regard de sa délimitation dans l'espace et dans le temps (CE, 19 mai 1933, Benjamin). Une mesure plus restrictive que le règlement sanitaire départemental édictée de manière générale et absolue par le maire sur le territoire de la commune peut se justifier lorsque l'ordre public ne peut pas être maintenu par une mesure moins contraignante, notamment au regard de la présence de zones particulièrement exposées au risque d'incendie ou d'un risque sanitaire avéré en matière de pollution de l'air. Des dérogations sont possibles, mais uniquement pour certains professionnels (des arrêtés préfectoraux peuvent fixer des dérogations possibles et les limiter dans le temps).

Les alternatives sont le compostage in situ, qui permettent également de ne pas de sortir les déchets de la parcelle. Le volume apparent des déchets, ainsi que la vitesse de biodégradation et d'incorporation de la matière organique au sol peuvent réduit grâce à un broyeur.

Un avis du Conseil d'État du 9 décembre 2022, rappelle qu'une dérogation à l'interdiction de destruction des espèces protégées est obligatoire si le risque que le projet comporte pour ces espèces est « suffisamment caractérisé ».

Références modifier

  1. « Débroussaillement obligatoire et Refuges - LPO (Ligue pour … », sur www.lpo.fr (consulté le ).
  2. « Feux de forêt : comment protéger sa maison avec les obligations légales de débroussaillement ? », sur Office national des forêts, (consulté le ).
  3. Zissis Maditinos et Christos Vassiliadis, « Mega fires: can they be managed effectively? », Disaster Prevention and Management: An International Journal, vol. 20, no 1,‎ , p. 41–52 (ISSN 0965-3562, DOI 10.1108/09653561111111072, lire en ligne, consulté le ).
  4. Espace Mont Blanc (2007) Méthodes de débroussaillage. Réalisation Edimontagne, Impression Musumeci, Italie, 20 p.
  5. a b et c Gomila H (1993) Incidences du débroussaillement sur la flore, la végétation et le sol, dans le sud-est de la France. Thèse, 195 p.
  6. Barbero M, Loisel R & Quézel P (1988) Perturbations et incendies en région méditerranéenne française. Inst. Estud. Pyrenaicos Jaca y Huesca, 12, p. 409-419.
  7. Delabraze P (1990) Phytocides et nanifiants pour l'entretien des coupures de combustibles et de pare-feu en région méditerranéenne. Revue Forestière Française, 42 n°spéciale "Espaces forestiers et incendies" : p. 135-139.
  8. NRA-Ecodéveloppement, CERPAM (1990) Espaces forestiers, élevage et incendies. Revue Forestière Française, 42 n°spéciale "Espaces forestiers et incendies" : voir p. 156-172.
  9. Legrand C. (1992) Régénération d'espèces arbustives méditerranéennes par rejet ou semis, après brûlage dirigé et pâturage. Conséquences sur la dynamique d'embroussaillement. Thèse en Sciences. Faculté des Sciences et Techniques de St-Jérôme, Aix-Marseille III. 92 p. + annexes
  10. a b c d et e Taïna Lemoine (2010). Étude prospective de l’impact des débroussaillements réglementaires sur la flore mellifère en Provence. Sciences de l’environnement. Université P. Cézanne - Aix-Marseille III / CEMAGREF ; Ehal-02593323
  11. a et b (en) Gavin M Jones, Rj Gutiérrez, Douglas J Tempel et Sheila A Whitmore, « Megafires: an emerging threat to old‐forest species », Frontiers in Ecology and the Environment, vol. 14, no 6,‎ , p. 300–306 (ISSN 1540-9295 et 1540-9309, DOI 10.1002/fee.1298, lire en ligne, consulté le ).
  12. (en) I. R. Burling, R. J. Yokelson, S. K. Akagi et S. P. Urbanski, « Airborne and ground-based measurements of the trace gases and particles emitted by prescribed fires in the United States », Atmospheric Chemistry and Physics, vol. 11, no 23,‎ , p. 12197–12216 (ISSN 1680-7324, DOI 10.5194/acp-11-12197-2011, lire en ligne, consulté le ).
  13. Colin J., Jappiot M., Mariel A., 2001. Protection des forêts contre l'incendie. Fiche technique pour les pays du bassin méditerranéen. Cahier FAO conservation, Cemagerf, 36, 149 p.
  14. D.M. Fox, N. Martin, P. Carrega et J. Andrieu, « Increases in fire risk due to warmer summer temperatures and wildland urban interface changes do not necessarily lead to more fires », Applied Geography, vol. 56,‎ , p. 1–12 (ISSN 0143-6228, DOI 10.1016/j.apgeog.2014.10.001, lire en ligne, consulté le ).
  15. Scott L Stephens, Neil Burrows, Alexander Buyantuyev et Robert W Gray, « Temperate and boreal forest mega‐fires: characteristics and challenges », Frontiers in Ecology and the Environment, vol. 12, no 2,‎ , p. 115–122 (ISSN 1540-9295 et 1540-9309, DOI 10.1890/120332, lire en ligne, consulté le ).
  16. Matthieu de Gennaro, Yann Billaud, Yannick Pizzo et Savitri Garivait, « Real-time wildland fire spread modeling using tabulated flame properties (Modélisation en temps réel de la propagation des feux de forêt à l'aide de tableaux des propriétés des flammes) », Fire Safety Journal, vol. 91,‎ , p. 872–881 (ISSN 0379-7112, DOI 10.1016/j.firesaf.2017.03.006, lire en ligne, consulté le ).
  17. J.-L. Dupuy, R. R. Linn, V. Konovalov et F. Pimont, « Exploring three-dimensional coupled fire–atmosphere interactions downwind of wind-driven surface fires and their influence on backfires using the HIGRAD-FIRETEC model », International Journal of Wildland Fire, vol. 20, no 6,‎ , p. 734 (ISSN 1049-8001, DOI 10.1071/wf10035, lire en ligne, consulté le ).
  18. William E. Mell, Samuel L. Manzello, Alexander Maranghides et David Butry, « The wildland - urban interface fire problem - current approaches and research needs », International Journal of Wildland Fire, vol. 19, no 2,‎ , p. 238 (ISSN 1049-8001, DOI 10.1071/wf07131, lire en ligne, consulté le ).
  19. Fernandez F, Guillaume B, Porterie B, Ganteaume A, Guerra F (2018) Modélisation de la propagation et des dommages du feu dans les interfaces forêt-ville. In « VIIIe Conférence internationale sur la recherche sur les feux de forêt », 12-16 novembre 2018, Coimbra, Portugal. (Ed. DX Viegas) pp. 818-825. (Univ Coimbra)
  20. M. El Houssami, J.C. Thomas, A. Lamorlette et D. Morvan, « Experimental and numerical studies characterizing the burning dynamics of wildland fuels », Combustion and Flame, vol. 168,‎ , p. 113–126 (ISSN 0010-2180, DOI 10.1016/j.combustflame.2016.04.004, lire en ligne, consulté le ).
  21. Mark A. Finney, Rob C. Seli, Charles W. McHugh et Alan A. Ager, « Simulation of long-term landscape-level fuel treatment effects on large wildfires », International Journal of Wildland Fire, vol. 16, no 6,‎ , p. 712 (ISSN 1049-8001, DOI 10.1071/wf06064, lire en ligne, consulté le ).
  22. (en) Rodman Linn, Judith Winterkamp, Jonah J. Colman et Carleton Edminster, « Modeling interactions between fire and atmosphere in discrete element fuel beds », International Journal of Wildland Fire, vol. 14, no 1,‎ , p. 37 (ISSN 1049-8001, DOI 10.1071/WF04043, lire en ligne, consulté le ).
  23. Schaffers A.P (2002) Soil , biomass, and management of semi-natural vegetation. Part II. Factors controlling species diversity. Plant Ecology. 158, p.247-268.
  24. Jinze Noordijk, Katrien Delille, André P. Schaffers et Karlè V. Sýkora, « Optimizing grassland management for flower-visiting insects in roadside verges », Biological Conservation, vol. 142, no 10,‎ , p. 2097–2103 (ISSN 0006-3207, DOI 10.1016/j.biocon.2009.04.009, lire en ligne, consulté le ).
  25. ETIENNE (Michel), « Aménagement de la forêt méditerranéenne contre les incendies et biodiversité. », Revue Forestière Française, no sp,‎ , p. 149 (ISSN 1951-6827 et 0035-2829, DOI 10.4267/2042/5287, lire en ligne, consulté le ).
  26. Maillet A., 1986. La mécanisation du débroussaillement contre les incendies de forêt en région méditerranéenne. BTMEA, n°hors série.
  27. a et b AFOCEL-ARMEF (1989) Les broyeurs-débroussailleurs forestiers lourds. Informations forêt, 365, 2, p. 73-10.
  28. CEMAGREF, 1989. Guide technique du forestier méditerranéen français. Protection des forêts contre l'incendie. Groupement d'Aix-en-Provence. DTFM
  29. Piriou C., 1982. Première contribution à l'étude de l'influence du débroussaillement sur le sol et la vegetation dans le Massif des Maures. Mémoire de DEA. Faculté des Sciences et Techniques de St-Jérôme, Aix-Marseille III.
  30. Piriou C., 1984. Influence du débroussaillement au niveau des TPF dans le massif des Maures (France méridionale). Thèse de 3ème cycle, Faculté des Sciences et Techniques de St-Jérôme, Aix-Marseille III, 142 p. et annexes
  31. a et b Khoury T (1984) Incidence du débroussaillement au niveau des tranchées pare-feu en Provence calcaire. Mémoire de DEA., Faculté des Sciences et Techniques de St-Jérôme, Aix-Marseille III
  32. Tatoni T., 1988. Bilan des réponses de la végétation et du sol cinq ans après débroussaillement sur l'île de Porquerolles. mémoire de DEA, Faculté des Sciences et Techniques de St-Jérôme. Aix-Marseille III.
  33. Phamban O., 1990. Incidences du débroussaillement et de l'incendie sur les forêts sclérophylles : analyses diachroniques et synchroniques. Mémoire de DEA, Faculté des Sciences et Techniques de St-Jérôme, Aix-Marseille III.
  34. Loisel R. Aubert G., Barbero M., Bonin G., Quézel P., 1985. Incidence du débroussaillement. Relations sol-végétation au niveau des TPF en France méridionale. In : GEHU J.M., Phytosociologie et foresterie. Colloques phytosociologiques (Nancy), 14, p. 483-506.
  35. Louis Bigot, Mhd. Maher Kabakibi et Roger Loisel, « Effet spécifique immédiat du débroussaillement sur le peuplement des arthropodes frondicoles d'une chênaie à chêne liège des Maures (Var) », Ecologia mediterranea, vol. 13, no 1,‎ , p. 23–28 (ISSN 0153-8756, DOI 10.3406/ecmed.1987.1608, lire en ligne, consulté le ).
  36. Louis Bigot, Mhd. Maher Kabakibi et Roger Loisel, « Effets différés du débroussaillement sur le peuplement frondicole des arthropodes du chêne liège des Maures (Var) », Ecologia mediterranea, vol. 14, no 1,‎ , p. 33–39 (ISSN 0153-8756, DOI 10.3406/ecmed.1988.1205, lire en ligne, consulté le ).
  37. Hébrard J.P., Loisel R., 1991. Contribution à l'étude de l'effet du débroussaillement sur le peuplement muscinal au niveau de quelques formations arborescentes et arbustives, dans les Bouches du Rhône (France méridionale). Cryptogamie, Bryologie Lichenologie, 12, 1, p. 1-29.
  38. a et b M.D Díaz-Villa, T. Marañón, J. Arroyo et B. Garrido, « Soil seed bank and floristic diversity in a forest-grassland mosaic in southern Spain », Journal of Vegetation Science, vol. 14, no 5,‎ , p. 701 (ISSN 1100-9233, DOI 10.1658/1100-9233(2003)014[0701:ssbafd]2.0.co;2, lire en ligne, consulté le ).
  39. a et b I.M. Pérez-Ramos, M.A. Zavala, T. Marañón et M.D. Díaz-Villa, « Dynamics of understorey herbaceous plant diversity following shrub clearing of cork oak forests: A five-year study », Forest Ecology and Management, vol. 255, nos 8-9,‎ , p. 3242–3253 (ISSN 0378-1127, DOI 10.1016/j.foreco.2008.01.069, lire en ligne, consulté le ).
  40. David B. Clark et Deborah A. Clark, « The Role of Physical Damage in the Seedling Mortality Regime of a Neotropical Rain Forest », Oikos, vol. 55, no 2,‎ , p. 225 (ISSN 0030-1299, DOI 10.2307/3565426, lire en ligne, consulté le ).
  41. T. Maranon et J. W. Bartolome, « Reciprocal Transplants of Herbaceous Communities Between Quercus Agrifolia Woodland and Adjacent Grassland », The Journal of Ecology, vol. 81, no 4,‎ , p. 673 (ISSN 0022-0477, DOI 10.2307/2261665, lire en ligne, consulté le ).
  42. Peter B. Reich, Peter Bakken, Daren Carlson et Lee E. Frelich, « Influence of Logging, Fire, and Forest Type on Biodiversity and Productivity in Southern Boreal Forests », Ecology, vol. 82, no 10,‎ , p. 2731 (ISSN 0012-9658, DOI 10.2307/2679957, lire en ligne, consulté le ).
  43. Martin Zobel, « The relative of species pools in determining plant species richness: an alternative explanation of species coexistence? », Trends in Ecology & Evolution, vol. 12, no 7,‎ , p. 266–269 (ISSN 0169-5347, DOI 10.1016/s0169-5347(97)01096-3, lire en ligne, consulté le ).
  44. a et b Vieuville B (1985) Impacts des opérations de débroussaillement : modifications floristiques, dynamiques et pondérales des principales formations végétales du centre Var (région méditerranéenne calcaire). Université d'Aix-Marseille I, Faculté des Sciences St Charles. 196p
  45. a et b Welington Delitti, Anna Ferran, Louis Trabaud et V. Ramon. Vallejo, « Effects of fire recurrence in Quercus coccifera L. shrublands of the Valencia Region (Spain): I. plant composition and productivity », Plant Ecology, vol. 177, no 1,‎ , p. 57–70 (ISSN 1385-0237 et 1573-5052, DOI 10.1007/s11258-005-2140-z, lire en ligne, consulté le ).
  46. Cristofari C (1982) Contribution à l’étude des effets du débroussaillement sur le sol et la végétation en Provence calcaire. Mémoire de DEA, Faculté des Sciences et Techniques de St-Jérôme, Aix-Marseille III
  47. J. C. Biesmeijer, S. P. M. Roberts, M. Reemer et R. Ohlemüller, « Parallel Declines in Pollinators and Insect-Pollinated Plants in Britain and the Netherlands », Science, vol. 313, no 5785,‎ , p. 351–354 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, DOI 10.1126/science.1127863, lire en ligne, consulté le ).
  48. Nicola Gallai, Jean-Michel Salles, Josef Settele et Bernard E. Vaissière, « Economic valuation of the vulnerability of world agriculture confronted with pollinator decline », Ecological Economics, vol. 68, no 3,‎ , p. 810–821 (ISSN 0921-8009, DOI 10.1016/j.ecolecon.2008.06.014, lire en ligne, consulté le ).
  49. Si l'opération de débroussaillage s'étend au-delà des limites de la propriété, le propriétaire doit « informer par tout moyen le propriétaire du terrain voisin que l'opération de débroussaillage va aussi concerner son terrain ». il faut alors « lui demander l'autorisation de pénétrer sur son terrain pour procéder à cette opération. L'autorisation doit être donnée dans le délai d'un mois » ; tant qu'il ne donne pas cette autorisation, cette opération de débroussaillage demeure à sa charge. L'autorisation d'accès est valable 3 ans. Le propriétaire du terrain voisin peut toutefois la révoquer. Dans ce cas, les obligations qui s'étendent à son terrain sont mises à sa charge.
  50. « Dans quel cas le débroussaillage est-il obligatoire ? », sur www.service-public.fr (consulté le ).
  51. « Incendies en Gironde : entretien de la forêt, coordination des secours, disponibilité des Canadair… les raisons d'un désastre », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  52. « Article R541-78 - Code de l'environnement - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  53. « Article L541-21-1 - Code de l'environnement - Légifrance » (consulté le ).

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier