Ouvrir le menu principal

Cyclisme à la Planche des Belles Filles

Planche des Belles Filles
Image illustrative de l’article Cyclisme à la Planche des Belles Filles
Arrivée à la Planche des Belles Filles lors de la cyclosportive des Trois Ballons en 2011.
Altitude 1 140[1] m
Massif Vosges
Coordonnées 47° 46′ 01″ nord, 6° 46′ 24″ est
PaysDrapeau de la France France
ValléeHaute vallée du Rahin
(ouest)
Ascension depuisPlancher-les-Mines
Déclivité moy.8,7[1] %
Déclivité max.24[1] %
Kilométrage7[1] km
AccèsRD 16

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

(Voir situation sur carte : Haute-Saône)
Cyclisme à la Planche des Belles Filles

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cyclisme à la Planche des Belles Filles

Le cyclisme à la Planche des Belles Filles, un sommet du massif des Vosges situé à cheval sur le Territoire de Belfort et la Haute-Saône, est pratiqué en compétition dès les années 1990, mais plus particulièrement à partir du début des années 2010, notamment dans le cadre du Tour de France. Cette ascension de 7 km de long et culminant à 1 140 mètres est réputée comme brève mais difficile en raison de ses fortes pentes comprises entre 8 et 24 %.

HistoireModifier

La montée est révélée aux professionnels par la cyclosportive Les Trois Ballons qui est pratiquée depuis les années 1990. En 2010, Yves Krattinger (Président du Conseil général et Sénateur de la Haute-Saône) rencontre Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, pour lui présenter l’ascension. Ce dernier lui garantit que la Planche verra l'arrivée d'une étape de la Grande Boucle. C'est finalement en 2012 qu'elle est rendue célèbre auprès du grand public par le Tour de Franche-Comté et surtout par le Tour de France. Ces deux mêmes compétitions reviendront sur le sommet saônois au bout de deux ans seulement. Alors que le Tour ne devait revenir que tous les 5 à 6 ans, l'équipe ASO explique avoir été emballée par les événements de 2012 qui se sont montrés décisifs pour tout le reste de la compétition[2].

Profil de la montéeModifier

Depuis Plancher-les-Mines, l'ascension est longue d’environ 6,5 km, mais on considère que la montée débute réellement au carrefour (533 m) de la D16 et de la montée de la Planche-des-Belles Filles[3], avec 5,9 km à 8,5 %. Cependant, le revêtement refait en 2012 pour le passage du Tour de France[4] a atténué légèrement la difficulté de cette ascension. La montée s'effectue en forêt avec des pourcentages difficiles qui mettent les cyclistes en prise constante. Le premier kilomètre est notamment rectiligne et comprend même un passage à 17 % presque à son bout[5]. Après cela, les cyclistes trouvent un court répit après 1,6 km[5] mais la pente se cabre à nouveau sur des pentes à 9-10 %. Un autre replat plus important dans le kilomètre qui précède l'ancienne arrivée sur le grand parking à 996 m d'altitude permet de récupérer mais il est aussitôt suivi d'une rupture de pente qui oblige à relancer. Arrivé sur le parking de la station, en faux-plat descendant, il est nécessaire de profiter de cet élan car avec les travaux de 2012 qui ont abouti à une arrivée à 1 035 m, les coureurs doivent franchir un mur final à 20 % pour parvenir sur la ligne d'arrivée[5].

Cette montée est considérée comme courte, mais difficile par la presse et par quelques coureurs locaux. Ceux-ci la comparent souvent à une version miniature de la montée de L'Alpe d'Huez ou du mont Ventoux[6],[7].

En 2014, quelques jours avant le passage du Tour de France, Jean-François Pescheux (directeur technique de l'organisateur du Tour de France) décrit cette montée comme « un beau col, une belle arrivée et une belle entrée en matière pour les coureurs ». Il considère aussi qu'elle « pourrait également constituer une belle dernière étape avant le retour à Paris. La Planche des Belles Filles fait partie des hauts-lieux des belles confrontations »[8].

En 2018, la route de l'ascension est prolongée par un surplus d'un kilomètre (soit 7 km au total) avec notamment un dernier mur à 24 % sur les 200 derniers mètres avant l'arrivée, matérialisée à 1 140 mètres d’altitude contre 1 035 mètres auparavant. La déclivité moyenne passe de 8,5 à 8,7 %[1],[9].

Épreuves sportivesModifier

Tour de FranceModifier

2012Modifier

La Planche des Belles Filles a vu l'arrivée de la 7e étape du Tour de France 2012, le 7 juillet[10]. La montée est classée en 1re catégorie. C'est le Britannique Christopher Froome qui remporte l'étape et Bradley Wiggins prend à Fabian Cancellara le maillot jaune qu'il ne quittera plus jusqu'à Paris[11]. Afin de permettre le déroulement de cet évènement le Conseil général de la Haute-Saône a engagé dès le 10 octobre 2011 un chantier d'aménagement du site[12], avec la construction de trois plates-formes et d'une route de six mètres de largeur. Le coût de ces travaux est de 500 000 euros[13].

Un mouvement d'opposition à ces travaux baptisé « les Indignés de la Planche » s'est organisé, notamment mené par la section départementale d'Europe Écologie[14], des associations sportives[15] ainsi que d’autres écologistes. Ceux-ci ont fait valoir que ces travaux ne furent l'objet d'aucune annonce préalable, ni d'aucune concertation et ont déposé une plainte devant le tribunal administratif de Besançon, au motif que le Conseil général n'aurait pas respecté la réglementation en matière d’urbanisme. De plus, ils évoquèrent que les travaux provoquaient la dégradation écologique et paysagère du site, celui-ci se trouvant dans le parc naturel régional des Ballons des Vosges, à proximité immédiate de la réserve naturelle nationale des Ballons Comtois et d'un espace classé en Natura 2000. À cela le Conseil général répondit que la société organisatrice du Tour de France exigeait la discrétion sur le parcours d’où l’annonce tardive du chantier et qu’une étude environnementale fut effectuée durant l’été précédent. Mais le recours en référé des écologistes fut rejeté par le tribunal une première fois car trop tardif par rapport à l'avancement des travaux, puis en mars 2012 en réfutant l’illégalité de travaux favorisant l’accueil de cette manifestation sportive, obligeant toutefois les aménagements du Conseil général à se conformer aux dispositions du code de la voirie routière[16].

2014Modifier

 
Le parc de l'organisation du Tour de France 2014.

La Planche des Belles Filles revoit le Tour de France deux ans après son premier passage[11],[17]. « La Grande Boucle » a vu Vincenzo Nibali l'emporter devant Thibaut Pinot, local de l'étape roulant devant son public[18]. Lors des deux apparitions de la montée dans le Tour de France, le coureur revêtant le maillot jaune à l'issue de l'étape a ensuite remporté la compétition. Cette étape, qui se termine par l'ascension vers la station, était « la plus dure étape de moyenne montagne de l'histoire » selon Christian Prudhomme et « très, très dure » d'après le vainqueur Vincenzo Nibali[6],[7].

En 2015, les habitants de Plancher-les-Mines regrettent le manque de retombées économiques du Tour de France malgré l’importance des travaux réalisés en 2011. Le maire du village, Michel Galmiche, dénonce un manque d'offre hôtelière et de restauration pour inciter les touristes à prolonger leur séjour dans le village qui a subi la fermeture des ses industries et de ses commerces de proximité[19].

2017Modifier

Une nouvelle arrivée d'étape a lieu lors de l'édition 2017 avec un départ de la ville vosgienne de Vittel[20].

2019Modifier

En prévision d'une nouvelle arrivée du Tour de France en 2019, le conseil départemental décide de réaliser de nouveaux travaux en , cette fois-ci au sommet, afin de prolonger d'un kilomètre l'arrivée avec une pente finale à 24 %. Ces travaux consistent à élargir à sept mètres un sentier de randonnée réservé l'été aux vététistes et piétons, servant l'hiver de piste verte pour les skieurs. Un enduit composé de bitume recouvert de gravillons a été appliqué sur les 200 derniers mètres de la piste. Ces travaux réalisés rapidement et discrètement provoquent une nouvelle polémique alors que le président du conseil départemental, Yves Krattinger, avait déclaré qu'il n'y aurait « pas de goudronnage », sous-entendu pas de couche d'enrobé bitumineux de plusieurs centimètres mais un enduit[21],[22],[23]. En octobre, plusieurs véhicules de chantier sont vandalisés et l'un d'eux est incendié[24].

RésuméModifier

Liste des épreuves
Édition Étape Départ Distance Vainqueur de l'étape   Maillot jaune Vainqueur de la compétition
2012 7e Tomblaine 199 km   Christopher Froome   Bradley Wiggins   Bradley Wiggins
2014 10e Mulhouse 161,5 km   Vincenzo Nibali   Vincenzo Nibali   Vincenzo Nibali
2017 5e Vittel 160 km   Fabio Aru   Christopher Froome   Christopher Froome
2019 6e Mulhouse 157 km   Dylan Teuns   Giulio Ciccone   Egan Bernal

Route de France féminineModifier

 
L'arrivée d'Elisa Longo Borghini à la Planche des Belles Filles.

La Route de France féminine est la plus grande course féminine par étapes se déroulant en France en 2012. Le 10 août de la même année, seulement un mois après le Tour de France masculin, l'arrivée de la 7e étape de la Route de France féminine 2012 a vu l'Américaine Evelyn Stevens, classée 5e cycliste mondiale en août 2012, passer première au sommet de la Planche des Belles Filles[25]. Elle prend par la même occasion le maillot orange de leader, qu'elle ne quittera plus jusqu'à l'arrivée finale de Munster, deux jours plus tard[26].

Sollicité à nouveau en 2014 pour cette compétition, le Conseil départemental de la Haute-Saône a souhaité attendre une année supplémentaire pour obtenir une étape 100 % haut-saônoise de cette épreuve féminine[27]. Le , Elisa Longo Borghini, déjà maillot orange de leader depuis deux jours et future gagnante de l'épreuve, s'impose en solitaire devant l'Américaine Amber Neben[28].

Liste des épreuves
Édition Étape Départ Distance Vainqueur de l'étape Vainqueur de la compétition
2012 7e Morteau 126,4 km   Evelyn Stevens   Evelyn Stevens[29]
2015 5e Vesoul 87,4 km   Elisa Longo Borghini   Elisa Longo Borghini[30]

Tours régionauxModifier

 
L'arrivée de Geoffrey Bouchard à la Planche des Belles Filles.

Peu de temps avant le Tour de France, la Planche des Belles Filles accueille l'arrivée de la 4e étape du 33e Tour de Franche-Comté le . Cette étape, d'une longueur de 133 km, commence à Luxeuil-les-Bains[31]. Elle est remportée par Warren Barguil qui réussit au dernier moment à se détacher des autres leaders. Le lauréat du tour sera néanmoins Stéphane Rossetto[32]. La Planche des Belles Filles revoit le Tour de Franche-Comté en 2014.

Une arrivée au sommet de la Planche des Belles Filles a également lieu pour l'édition 2017 du Tour Alsace[33],[34] puis un mois plus tard lors de la seconde édition de la Classique Bourgogne-Franche-Comté. Le Tour Alsace revient pour la deuxième fois dès 2018[35].

Liste des épreuves
Épreuve Date Édition Étape Départ Distance Vainqueur de l'étape Vainqueur de la compétition
Tour de Franche-Comté 33e 4e Luxeuil-les-Bains 133 km   Warren Barguil   Stéphane Rossetto
35e 4e Belfort 135,9 km   Jérôme Mainard   Clément Penven[36]
Tour Alsace 14e 1re Velleminfroy 148,7 km   Markus Hoelgaard[37]   Lucas Hamilton
Classique Bourgogne-Franche-Comté 2e unique Ray-sur-Saône 149,5 km   Pierre Idjouadiene   Pierre Idjouadiene[38]
Tour Alsace 15e 3e Vesoul 143,1 km   Geoffrey Bouchard[39]   Geoffrey Bouchard
16e 3e Vesoul   Thomas Pidcock[40]   Thomas Pidcock[41]

CyclosportModifier

Chaque année, au mois de juin, jusqu'en 2012, la Planche des Belles Filles constituait l'ascension finale de la cyclosportive « Les Trois Ballons », autant sur les moyen et grand parcours. Elle était également grimpée le lendemain en contre-la-montre, en option. C'est d'ailleurs cette cyclosportive qui a contribué à la renommée de cette ascension[42],[43]. À partir de 2015, l'épreuve cyclosportive « La Planche des Belles Filles Cyclo » prend le relais sur ce sommet avec deux parcours de 86 et 130 km partant de Champagney[44],[45].

La cyclosportive des Trois Ballons fait de nouveau étape à la Planche en 2017[46].

Manifestation de sensibilisationModifier

Le , le site est la dernière ascension d'une manifestation annuelle et internationale de cyclisme intitulée « Climbing for life » et organisée depuis la Belgique par Golazo Sports pour la lutte contre la mucoviscidose[47]. Il a réuni 2 500 participants[48].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Profil de l'ascension 2019 », sur medias.aso.fr.
  2. « Comment devenir une étape mythique du Tour de France », sur Les Échos.
  3. « La Planche des Belles Filles. La surprise du Tour 2012 », Le Cycle hors-série « spécial cols », avril 2013, p. 79.
  4. Alexandre Philippon, « Il y a encore un an, c’était granuleux », .
  5. a b et c Yves Blanc, « La Planche des Belles Filles. Le défi vosgien », Le Cycle n°451 , septembre 2014, p. 66-67.
  6. a et b « 10eme étape : Nibali reprend le pouvoir », sur Les Échos.
  7. a et b « La Planche-des-Belles-Filles ou le petit Alpe d'Huez », sur France 3 Franche-Comté.
  8. « Pescheux : « Le spectacle devrait être au rendez-vous » », .
  9. « Tour de France : la Planche des Belles Filles affiche une pente au sommet à 24% », sur L'Est républicain, .
  10. « Tour de France 2012: parcours et étapes », sur lexpress.fr, .
  11. a et b « Le tracé tour de France 2014 » (consulté le 23 octobre 2013).
  12. « TDF édition encadré - La Planche-des-Belles-Filles », sur Conseil général de la Haute-Saône.
  13. Donnée publiée par le Conseil général de la Haute-Saône.
  14. « Des-Belles-Filles défigurées ? », sur La Dépêche du Midi, .
  15. Jean Becker, « La Planche-des-Belles-Filles : des travaux titanesques et un sommet de mécontents », sur Le Pays, .
  16. « La Planche-les-Belles-Filles: le tribunal a rendu son jugement », sur Vosges Matin, .
  17. « Tour de Franche-Comté en haute altitude », sur L'Est républicain
  18. « Thibaul Pinot comme à la maison » (consulté le 18 juillet 2014).
  19. « Quatre ans après, la Planche des belles filles attend toujours les retombées du Tour », sur France Info, .
  20. « Cyclisme (Tour de France) la Planche des Belles Filles, Vesoul et une étape 100 % jurassienne en 2017 », sur Vosges Matin, .
  21. « Du goudron à la Planche des Belles Filles ! », sur France Bleu Besançon, .
  22. « La Planche-des-Belles-Filles : où en sont les travaux ? », sur L'Est républicain, .
  23. « Planche-des-Belles-Filles : le bitumage de la route pour le Tour de France fait grincer des dents » [vidéo], sur France 3 Franche-Comté, .
  24. « Engin incendié à La Planche : réactions », sur L'Est républicain, .
  25. [PDF]« Résultat 7e étape édition 2012 » (consulté le 23 octobre 2013).
  26. « Classement général de la Route de France féminine 2012 ».
  27. « La route de France féminine à Vesoul », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 16 août 2015).
  28. « Elisa Longo Borghini s'offre la Planche de Belles Filles », sur www.france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 16 août 2015).
  29. « Route de France Féminine 2012 - Classement général final ».
  30. « Route de France Féminine 2015 - Classement général final ».
  31. « Le parcours du Tour de Franche-Comté 2012 », sur http://blog.france3.fr/cyclisme-franche-comte/, .
  32. « Résumé du Tour de Franche-Comté 2012 », sur http://blog.france3.fr/cyclisme-franche-comte/, .
  33. Nicolas Gachet, « Tour Alsace : Les villes-étapes 2017 », sur directvelo.com, .
  34. Ch.L., « Tour d’Alsace : une étape 100 % haut-saônoise », sur L'Est républicain, .
  35. Alexia Jeanney, « Le tour d’Alsace en… Haute-Saône », sur L'Est républicain, .
  36. « Tour de Franche-Comté 2014 - Et. 5 : Classements ».
  37. « Markus Hoelgaard gagne à la Planche des Belles Filles ».
  38. « Classique Bourgogne-Franche-Comté : Classement ».
  39. « Tour d'Alsace - Bouchard gagne à La Planche des Belles Filles », sur cyclismactu.net.
  40. « Tour Alsace : le Britannique Pidcock au sommet », sur L'Alsace.
  41. « Tour Alsace : Thomas Pidcock gagne l'édition 2019 », sur DNA.
  42. « Planche des Belles Filles (985 m) », sur http://www.cyclosportif.fr/.
  43. « Tracé de la course Les Trois Ballons ».
  44. « La cyclopsortive Planche des Belles Filles », sur L'Est républicain.
  45. « La Planche des Belles Filles met se habits d'été », sur L'Est républicain.
  46. « Le retour des 3 ballons », sur L'Est républicain.
  47. « « Climbing for life » : en selle pour la bonne cause », sur L'Est républicain (consulté le 29 août 2015).
  48. « Dans l'enfer de la planche des Belles Filles », sur L'Est républicain (consulté le 30 août 2015).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier