Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mercier.

Cycles France Loire (ex Cycles Mercier)
Création 1919
Personnages clés Émile Mercier (fondateur)
Siège social Saint-Étienne
Drapeau de France France
Activité Équipementier de vélo
Produits Bicyclettes

Cycles Mercier France Loire est une entreprise française de fabrication de cycles. Sa chaîne de montage historique était située à Andrézieux-Bouthéon, à une dizaine de kilomètres de Saint-Étienne. Rachetée en 1991 par le groupe hollandais Atag, devenu Accell, sa production chute et ses ateliers sont transférés à Saint-Cyprien, tandis que la marque Mercier est vendue.

HistoireModifier

La marque des cycles Mercier fut fondée à Saint-Étienne par Émile Mercier (1899-1973).

En 1919, il s'associe aux frères Paret et à Ribaud, et se lance dans la fabrication d'axes et cuvettes de pédalier[1].

En 1924, rachetant les parts de ses associés, il se reconvertit dans la fabrication de cadres, puis dans le montage de cycles vers 1930.

La marque se dote d'une équipe cycliste professionnelle en 1933. Elle connaîtra son apogée dans les années 60, grâce à Raymond Poulidor.

De 1950 à 1959, Mercier a également fabriqué des vélomoteurs[2].

Le est immatriculée la société Nouvelle Cycles Mercier (330-674-359).

En 1985, la Société Nouvelle des cycles Mercier est reprise par les actionnaires de l'entreprise voisine et concurrente France Loire (qui avait déposé le bilan en ).

Mercier, qui était resté en compétition jusqu'en 1984 (avec Joop Zoetemelk), dépose le bilan en 1985. Les salariés reprennent alors l'entreprise Mercier - France Loire. C'est le renouveau qui s'appuie sur la grande distribution, délaissant les réseaux classiques des petits revendeurs.

En , Mercier France Loire (qui avait également racheté St Étienne Cycles), est racheté à son tour par le fabricant néerlandais Atag[2] qui deviendra plus tard Accell.

Le , la Société Nouvelle des Cycles Mercier est radiée[3].

En 2005, la production annuelle était d'environ 120 000 bicyclettes (également sous la marque Poulidor), dont 1 200 pour l'opération vélo'v.

La marque[4] a été vendue par le groupe Accell en 2008 et la société Cycles France Loire[5] continue sa production dans son usine de Saint Cyprien[6] sans utiliser la marque.

De 226 salariés en 1973, elle est passée à 27 en 2017. Elle travaille en sous traitance pour Lapierre pour le montage de VTT et en 2005 elle obtient le contrat Velib avec le publicitaire Decaux[7].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. André Vant, « L'industrie du cycle dans la région stéphanoise », Revue de géographie de Lyon, vol. 49, no 2,‎ , p. 155-184 (lire en ligne)
  2. a et b André Vant et Jacqueline Dupuis, « L'industrie stéphanoise du cycle ou la fin d'un système industriel localisé », Revue de géographie de Lyon, vol. 68, no 1 « Rhône Alpes, région industrielle »,‎ , p. 5-16 (lire en ligne)
  3. « SOCIETE NOUVELLE DES CYCLES MERCIER - à SAINT-ÉTIENNE (330674359), CA, bilan, KBIS - Infogreffe », sur infogreffe.fr (consulté le 12 décembre 2018)
  4. pas de trace à l'INPI consultation de la base de donnée du 22 mars 2019
  5. « CYCLES FRANCE LOIRE à SAINT CYPRIEN (42160), bilan gratuit 2017, sur SOCIETE.COM (408521847) », sur societe.com (consulté le 22 mars 2019)
  6. « CYCLES FRANCE LOIRE à SAINT-CYPRIEN (408521847), CA, bilan, KBIS - Infogreffe », sur infogreffe.fr (consulté le 12 décembre 2018)
  7. « FRANCE-LOIRE / CYCLES FRANCE-LOIRE », sur encycloduvelo.fr, (consulté le 12 décembre 2018)

Liens externesModifier