Ouvrir le menu principal

Crossrail (Londres)

Future ligne du métro de Londres
Ne pas confondre avec Crossrail (Suisse), opérateur ferroviaire de trafic marchandises, et sa filiale Crossrail Benelux.

Elizabeth Line (Crossrail)
Exploitant MTR Corporation
Conduite (système) Conducteur
Matériel utilisé Bombardier Aventra
Points d’arrêt 40
Longueur 118 km
Plan de la première ligne de Crossrail, la Elizabeth Line.

Le Crossrail est un réseau ferroviaire de type réseau express régional (RER) en travaux qui doit desservir le Grand Londres à partir de 2019. À terme le réseau comprendra trois lignes en forme de X dans le centre. Il s'agit du premier projet d'une ligne ferroviaire transversale complètement nouvelle dans le centre de Londres envisagé depuis la Seconde Guerre mondiale.

À son ouverture, le projet Crossrail sera renommé Elizabeth Line. Le chantier commence en 2013 et devait s'achever en 2018[1] mais l'ouverture est reportée à l'automne 2019[2], puis à fin 2020 ou début 2021 et le coût total, prévu en 2010 pour être de 14,8 milliards de livres, est désormais estimé à 18,7 milliards de livres[3].

Sommaire

HistoireModifier

La particularité de ce projet est la partie centrale de 21 kilomètres, construite en tunnel creusé sous le centre de Londres. Ce chantier est mis en place par deux entreprises françaises (Groupe NGE, via sa filiale ferroviaire TSO[4], et Alstom), et une entreprise anglaise: Costain. Ces 3 entreprises se sont regroupées au sein du groupement ATC. TSO intervient dans l’installation des voies, caténaires et services électromécaniques du Crossrail.

Les principaux challenges de ce chantier résident dans la mise en place de cinq types de voies ferroviaires différentes et des machines de chantiers élaborées. La filiale TSO a notamment reconditionné un train béton de 1500 tonnes[1]. Les coûts de ce projet s’élève à 14 milliard de livres sterling et concernent au total 50 gares[5]. Parmi ces cinquante gares, 10 seront créées[1], les autres étant rénovées.

La première ligne doit relier la gare de Reading, à l'Ouest de la capitale britannique, à la gare de Shenfield sur la rive gauche de la Tamise, d'une part, et à la gare d'Abbey Wood, sur la rive droite du fleuve. Sur son tracé, elle desservira onze stations du métro de Londres parmi lesquelles : Ealing Broadway, Paddington, Liverpool Street, Whitechapel, Stratford, Canary Wharf ou Custom House.

Un embranchement doit également desservir deux stations de l'Aéroport de Londres-Heathrow (Heathrow terminals 1, 2, 3 et Heathrow terminal 4).

La station Liverpool Street sera également connectée à Moorgate.

CaractéristiquesModifier

ExploitationModifier

ContratModifier

Offre de serviceModifier

Matériel roulantModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « A Londres, le chantier ferroviaire Crossrail trace sa voie », Le Moniteur, 8 juin 2016 (consulté le 28 octobre 2016).
  2. « A Londres, l'ouverture de la ligne de métro Elizabeth est retardée de près d'un an », lemoniteur.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018).
  3. Eric Albert, « Crossrail, le train du Grand Londres, accumule retards et surcoûts », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne).
  4. « Crossrail | NGE », sur www.nge.fr (consulté le 26 octobre 2017)
  5. « CONSTRUIRE L'IMPOSSIBLE : LONDRES:LE CHANTIER FERROVIAIRE DU SIECLE sur RMC Découverte », sur rmcdecouverte.bfmtv.com (consulté le 23 octobre 2017)

Voir aussiModifier