La croix de Cong (en irlandais : Cros Chonga, « le baculum jaune ») est une croix de procession chrétienne irlandaise ornementée du début du XIIe siècle, qui a été, comme l'indique une inscription, réalisée pour Tairrdelbach Ua Conchobair (décédé en 1156), roi du Connacht et haut roi d'Irlande pour faire un don à la cathédrale de l'époque qui était située à Tuam, dans le comté de Galway, en Irlande. La croix a ensuite été déplacée vers l'abbaye de Cong à Cong, dans le comté de Mayo, d'où elle tire son nom. Elle a été conçue pour être placée sur une hampe et est également un reliquaire, prévu pour contenir un prétendu fragment de la Vraie Croix. Cela lui a donné une importance supplémentaire en tant qu'objet de révérence et a sans aucun doute été la raison de la splendeur élaborée de l'objet.

Croix de Cong
Image illustrative de l’article Croix de Cong
Matériau variés (chêne, or, argent, niello, cuivre, bronze, laiton, émail,verre)
Période XIIe siècle
Culture
Lieu de découverte
Conservation National Museum of Ireland, Dublin

La croix est exposée au National Museum of Ireland de Dublin, après avoir été au Musée de la Royal Irish Academy de Dublin. Il est considéré comme l'un des plus beaux exemples de ferronnerie et d'art décoratif de son époque en Europe occidentale.

Description

modifier

La croix se compose d'une croix en chêne, recouverte d'or, d'argent, de niello, de cuivre, de bronze, de laiton, d'émail, de verre coloré et d'autres ornements[1]. En plus des caractéristiques de conception irlandaises traditionnelles de l'art insulaire, la croix présente également des influences vikings et romanes y compris une décoration de strapwork dans le style Urnes. Il a été suggéré que les éléments stylistiques insulaires plus anciens pourraient être un renouveau délibéré. La décoration comprend un minutieux travail en filigrane doré dans un motif entrelacé appelé à l'avant et à l'arrière. Les têtes des bêtes de base de chaque côté saisissent la croix dans leur bouche, c'est une caractéristique également trouvée dans les croix allemandes. La forme générale de la croix était considérée comme romane, mais des découvertes récentes ont montré des formes très similaires dans des pièces irlandaises beaucoup plus anciennes[2]. Certaines des pierres précieuses originales et des morceaux de verre qui ont été cloutés sur la croix sont maintenant manquants.

Il y a un grand morceau de cristal de roche poli au centre de la croix. Sous celui-ci se trouvait la relique (envoyée de Rome vers l'an 1123) de ce que l'on croyait à l'époque être la Vraie Croix. La relique est depuis perdue et n'était qu'un petit fragment de bois. Le cristal est semi-transparent, permettant à la relique d'être partiellement vue par le public.

 
Détail de notes sur la croix de Cong (Stokes 1895)

La croix mesure 76 cm de haut et les bras sont 48 cm de largeur[3].

En tant que croix de procession, elle était portée montée sur sa hampe à la tête d'une procession religieuse par l'un des membres du clergé officiant ou des servants d'autel. Souvent, ces croix ont ensuite été retirées de leurs mâts et placées sur l'autel pendant la cérémonie.

La réincarnation de techniques irlandaises de travail des métaux séculaires, telles que la juxtaposition d'émaux rouges et jaunes, est visible sur la Croix de Cong et le sanctuaire de Manchan[4].

Histoire

modifier

Selon les annales irlandaises, appuyées par les inscriptions sur la croix elle-même (qui font référence à des personnages historiques connus), la croix a été réalisée dans le comté de Roscommon. Dans les annales, la croix est parfois appelée dans la langue irlandaise un Bacall Buidhe, qui se traduit par « le bâton jaune » - une référence à sa couleur dorée.

 
Ruines de l'abbaye de Cong, comté de Mayo.

La croix a été commandée par le roi Tairrdelbach Ua Conchobair.

En l'an 1123, selon ce que prétend les annales irlandaises, un fragment de la Vraie Croix est arrivé en Irlande et a été consacré à Roscommon[n 1]. La croix semble alors s'être déplacée vers Tuam. À une date précoce, probablement au milieu du XIIe siècle, la croix a été déplacée de Tuam à l'abbaye de Cong, une abbaye fondée par les Augustins sur un site chrétien beaucoup plus ancien.

Au cours des siècles suivants, l'emplacement exact de la croix dans la région de Cong est incertain, mais elle semble avoir été cachée par les habitants et les ecclésiastiques dans leurs maisons en raison de la persécution religieuse contre les catholiques, qui a atteint son apogée en Irlande en vertu des lois pénales.

En 1680, Ruaidhrí Ó Flaithbheartaigh, l'historien du comté de Galway, a vu la croix (qu'il appelait « l'abbé de la croix de Cong ») et en a copié les inscriptions. Edward Lhuyd du Pays de Galles[n 2], ami de Ó Flaithbheartaigh, a enregistré ce fait dans son "Archaeologia Britannica", publié en 1707[5].

 
James MacCullagh (1809-1847).

Au XIXe siècle, George Petrie, l'antiquaire irlandais, savait que le livre de Lhuyd mentionnait la croix, bien qu'il ait mal interprété en partie les détails. En 1822, Petrie avait lui-même vu la croix en passant par Cong lors d'une visite qu'il avait faite de la province de Connacht[6]. Petrie a parlé à son ami, le professeur James MacCullagh (du Trinity College, Dublin), de la croix et de sa valeur historique[6]. MacCullagh, qui n'était pas un homme riche a utilisé son propre argent pour acheter la croix du curé de Cong au père Michael Waldron[n 3] qui avait succédé au Père Patrick Prendergast comme curé de Cong. Quand le père Prendergast décède en 1829, MacCullagh découvre la croix parmi ses biens. Le père Patrick Prendergast, un Augustin, était également considéré comme le dernier abbé de l'abbaye de Cong. Il avait découvert la croix cachée dans un vieux coffre en chêne conservé dans une maison du village, où elle aurait été conservée depuis le milieu du XVIIe siècle (à l'époque de la conquête cromwellienne de l'Irlande). Il a ensuite gardé la croix dans sa maison, appelée «Abbotstown», située dans une ferme du bourg de Ballymagibbon (ou Ballymacgibbon), qui est proche de Cong[7]. William Wilde, qui était originaire de cette partie de l'Irlande, avait vu la croix dans son enfance en possession du père Prendergast et a déclaré qu'à cette époque (au début du XIXe siècle), la croix était utilisée à la chapelle Cong lors des fêtes de Noël et de Pâques, lorsqu'elle était placée sur l'autel pendant la messe[8]. MacCullagh a présenté la croix en 1839 à la Royal Irish Academy, où elle a été pendant longtemps l'un de ses artefacts les plus précieux[9],[10].

Vers 1890, la croix a été transférée au Musée national des sciences et des arts de Dublin, récemment inauguré, qui a précédé le Musée national d'Irlande. Il est resté dans le même bâtiment lorsque le Musée national d'Irlande a été fondé en 1925. Aujourd'hui, la croix reste au National Museum of Ireland, bien qu'elle soit exposée au National Museum of Ireland - Country Life, à Turlough Park, Castlebar, depuis le 31 mars 2010 pendant un an, alors que le musée de Dublin était en cours de rénovation. C'était la première fois que la croix quittait Dublin depuis les années 1830.

Inscriptions

modifier

La croix comporte des inscriptions[1], qui sont toutes en langue irlandaise, à l'exception d'une qui est en latin.

L'inscription latine est répétée deux fois, une fois de chaque côté de la hampe, dans un cas, les lettres du sixième mot sont PAHUS et dans l'autre, PASUS ; on devrait lire PASSUS. Une gravure en fac-similé (obtenue à partir d'un frottement) d'une de ces inscriptions est présentée ci-dessous,

 

En latin moderne, cela se traduit par « Hāc cruce crux tegitur quā pas [s] us conditor orbis »[11], qui a été traduit par « Avec cette croix est recouverte la croix sur laquelle a souffert le Créateur du Monde »[1] ou, avec une signification similaire, comme « Dans cette croix est préservée [ou conservée] la croix sur laquelle le Fondateur du monde a souffert »[11].

irlandais

modifier
 
Réplique au musée d'Ulster

De plus, les inscriptions en langue irlandaise traduites se lisent comme suit :

« Une prière pour Tairrdelbach Ua Conchobair, pour le roi d'Irlande, pour qui ce reliquaire a été réalisé[12].

Priez pour Muireadhach Ua Dubhthaigh, l'aîné d'Erin.

Priez pour Domnall mac Flannacáin Ua Dubthaig, évêque de Connacht et Comarb [successeur] de [saints] Comman et Ciaran, sous la direction desquels ce reliquaire a été fait[13].

Priez pour Mael Isu mac Bratdan O Echan, qui a fait ce reliquaire[3]. »

Création

modifier

Les similitudes techniques et stylistiques avec la « Croix du groupe Cong[n 4] », confirme sans aucun doute que la Croix de Cong a été fabriquée dans un atelier actif « bien défini » et « original » de métal fin dans le comté de Roscommon du XIIe siècle[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20]. La croix a probablement été commandée par l’évêque Domnall mac Flannacain Ui Dubthaig, d’Elphin, l’un des plus riches siège épiscopal en Irlande médiévale[20], et créé par le maître orfèvre irlandais nommé: Mael Isu Bratain Ui Echach (Mailisa Macegan), dont O’Donovan dit qu’il était l’abbé de Cloncraff, dans le comté de Roscommon[21],[20], bien qu’il manque des preuves solides de cette identification[22]. Le fondateur et patron de cet atelier, aurait pu être Saint Assicus d’Elphin[23]. Ruaidrí Ua Conchobair était patron de la relique[24], mais c'est peut-être un monastère plutôt qu'un diocèse qui aurait commandé ces reliquaires métalliques[25].

Notes et références

modifier
  1. The Annals of Tigernach note the arrival of "Christ's Cross," from which Toirdhealbhach Ó Conchobhair requested a piece. Historians, however, almost universally dismiss such claims that pieces of the True Cross were ever found. Most Medieval relics are considered not to be genuine, though many Medieval chroniclers doubtless considered them to be so.
  2. (Petrie 1850) mistakenly calls him Humphrey Lloyd and incorrectly gives the publication date as 1709. Petrie stated that he thought that the cross must have been seen by Lloyd (meaning Lhuyd) on a tour he made of Connacht at the beginning of the 18th century. However, it appears that it was Ruaidhrí Ó Flaithbheartaigh who supplied Lhuyd with the details for his book by sending him copies of his own notes that he had made in 1680.
  3. He paid 100 guineas for it.
  4. The 'Cross of Cong', 'the Aghadoe crosier', ' shrine of the Book of Dimma' and the 'Shrine of Manchan' are grouped as originating at the same Roscommon workshop. The Smalls Sword (c. 1100), recently discovered in Wales, has similar Urnes ornamentation.

Références

modifier
  1. a b et c K&SEoIAS 1855, p. 417.
  2. Karkov, Farrell et Ryan 1997, p. 257.
  3. a et b Stokes 1887, p. 109.
  4. Harbison 2001.
  5. Lhuyd 1707, p. 432.
  6. a et b Petrie 1850, p. 574.
  7. Wilde 1867, p.174 (footnote).
  8. Wilde 1867, p. 195.
  9. Hall et Hall 1843, p. 368.
  10. Wilde 1867, p. 196.
  11. a et b Wilde 1867, p. 194.
  12. K&SEoIAS 1855, p. 418.
  13. Stokes 1887.
  14. (en) Marie De Paor, Aspects of Ireland 3, Early Irish Art, (ISBN 0906404037), p. 49-50
  15. (en) Raghnal Ó Floinn, In Ireland and Insular Art A.D. 500–1200, Royal Irish Academy, Ryan, Michael, (ISBN 9780901714541), p. 179-187
  16. (en) Griffin Murray, Lost and Found: The Eleventh Figure on St Manchan's Shrine, Londres, The Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland, (lire en ligne), p. 178
  17. (en) Colum Hourihane, The Cross of Cong, The Grove Encyclopedia of Medieval Art and Architecture, OUP USA, Volume 2,, (ISBN 9780195395365), p. 225
  18. (en) Nancy Edwards, The Archaeology of Early Medieval Ireland, Routledge, (ISBN 9781135951498), p. 147
  19. (en) Catherine E Karkov, The Insular Tradition, SUNY Press, Ryan, Michael, eds, (ISBN 978-0-7914-3455-0), p. 269
  20. a b et c (en) J. J. Kelly, The Catholic Encyclopedia (online) (Volume 5 ed., New York,, Robert Appleton Company New York, NY, (lire en ligne), p. 1
  21. (en) G.F. Mitchell, Treasures of Early Irish Art, 1500 B.C. to 1500 A.D., Dublin, The Collections of the National Museum of Ireland, Royal Irish Academy, Trinity College, Dublin, (ISBN 0870991647), p. 190
  22. (en) Griffin Murray, The Cross of Cong and some aspects of goldsmithing in pre-Norman Ireland, The Art of the Early Medieval Goldsmith ed, (lire en ligne), p. 53
  23. (en) J.J. Kelly, "St.Assicus" The Irish Ecclesiastical Record, Dublin, A monthly journal, under Episcopal Sanction, 4th, Browne & Nolan, Limited,, , XI: P.291-292 (lire en ligne)
  24. (en) John O'Donovan, Annála Rioghachta Éireann. Annals of the Kingdom of Ireland by the Four Masters... with a Translation and Copious Notes. 7 vols (2nd ed.), Dublin, Royal Irish Academy., ([https://celt.ucc.ie/publishd.html https://archive.org/details/annalsofkingdomo01ocleuoft/page/n6/mode/2up lire en ligne])
  25. (en) Peter Harbison, From Ireland Coming: Irish Art from the Early Christian to the Late Gothic Period and Its European Context, Department of Art and Archaeology, Princeton University Press, 4, (ISBN 069108825X)

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier