Cristoforo della Rovere

prélat catholique
Cristoforo della Rovere
Fonctions
Cardinal-prêtre (d)
Santi Vitale, Valeria, Gervasio e Protasio
-
Archevêque de Tarentaise
Diocèse de Tarentaise
-
Gouverneur
Château Saint-Ange
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Fratrie
Autres informations
Religion
Santa Maria del Popolo Domenico und Cristoforo della Rovere.jpg
Vue de la sépulture.

Cristoforo della Rovere (en français Christophe de La Rovère), né le à Turin, au Piémont et mort à Rome, le , est un cardinal italien de l'Église catholique.

BiographieModifier

Cristoforo della Rovere [1], à Turin. Il appartient à la famille piémontaie Della Rovere. Il a pour frère, le futur cardinal Domenico della Rovere. Ils sont les neveux du pape Sixte IV.

Cristoforo della Rovere étudie à l'université de Bologne. Le , il est nommé archevêque de Tarentaise[1],[2] et il est gouverneur du château Saint-Ange à Rome. Il ne fait son entrée que l'année suivante dans Moûtiers[2].

Il a le soutien de la régente du duché de Savoie, la duchesse Yolande de France[2].

La tradition ne retient de son épiscopat tarin qu'une hostilité à l'égard des Cordeliers[2].

Il est créé cardinal par le pape Sixte IV, au consistoire du [2].

Cristoforo della Rovere meurt le , à Rome[1],[2].

Pour lui succéder à la tête de l'archevêché, en 1479, les chanoines élisent Urbain de Chevron Villette, mais Rome impose pour lui succéder son frère, le cardinal Domenico della Rovere, qui ne visitera pas son archevêché[2],[3].

RéférencesModifier

  1. a b et c Notice sur catholic-hierarchy.org.
  2. a b c d e f et g Jacqueline Roubert, « La seigneurie des Archevêques Comtes de Tarentaise du Xe au XVIe siècle », Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie, impr. Chatelain (Chambéry), no 6, tome 5,‎ , p. 123 (lire en ligne).
  3. Jean-Rémy Palanque, Histoire des diocèses de France : (Volume 13), Editions Beauchesne, (ISSN 0336-0539), p. 58.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier