Crise frontalière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan de 2021-2022

conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan
Crise frontalière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan de 2021-2022
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte montrant l'emplacement des affrontements à la frontière arméno-azerbaïdjanaise.
Informations générales
Date en cours
(1 an, 4 mois et 14 jours)
Lieu

Frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Issue En cours.
Changements territoriaux L'Azerbaïdjan a occupé des parties des provinces de Syunik et de Gegharkunik adjacentes à la frontière arméno-azerbaïdjanaise[1],[2],[3], environ 41 kilomètres carrés de territoire arménien[4]
Belligérants
Drapeau de l'Azerbaïdjan AzerbaïdjanDrapeau de l'Arménie Arménie
Commandants
Flag of Azerbaijan.svg Ilham Aliyev
Flag of Azerbaijan.svg Ali Asadov
Flag of Azerbaijan.svg Zakir Hasanov
Flag of Azerbaijan.svg Karim Valiyev (en)
Flag of Azerbaijan.svg Karam Mustafayev (en)
Flag of Armenia.svg Nikol Pachinian
Flag of Armenia.svg Armen Sarkissian (jusqu'au 1er février)
Flag of Armenia.svg Vahagn Khatchatourian (à partir du 13 mars)
Flag of Armenia.svg Vagharchak Harutiunyan (jusqu'au 20 juillet)[5]
Flag of Armenia.svg Artak Davtyan (en)
Flag of Armenia.svg Souren Papikian (à partir du 16 novembre)
Pertes
89 tués[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13]
19 blessés[14],[15],[16],[17]
2 capturés[18] (plus tard libérés)
174 tués[19],[20],[21],[22],[23],[9],[24],[25],[26]
25 blessés[27],[28],[29],[30],[31],[32]
38 capturés[33],[34] (20 plus tard libérés)[35],[36]
Au moins 22 civils tués (International Crisis Group)[6]

Conflit frontalier au Haut-Karabagh

Batailles

Conflit frontalier au Haut-Karabagh

La crise frontalière arméno-azerbaïdjanaise de 2021-2022 est un conflit post-soviétique en cours entre les forces militaires arméniennes et azerbaïdjanaises. La crise débute le , lorsque des soldats azerbaïdjanais traversent plusieurs kilomètres en Arménie dans les provinces de Syunik et Gegharkunik, occupant environ 41 kilomètres carrés du territoire arménien[37],[1],[38],[39]. L'Azerbaïdjan ne retire pas ses troupes du territoire arménien internationalement reconnu malgré les appels émis du Parlement européen, des États-Unis et de la France – deux des trois coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE[40],[41].

La crise s'aggrave en , avec des affrontements à la frontière entre l'Arménie et le Nakhitchevan. Les affrontements se propagent ensuite dans les régions de Gegharkunik et Kalbajar, faisant des victimes des deux côtés. Dans une déclaration commune du , la présidente de la délégation de l'Union européenne pour les relations avec le Caucase du Sud, Marina Kaljurand, le rapporteur permanent du Parlement européen sur l'Arménie, Andrey Kovatchev, et la rapporteure permanente du Parlement européen sur l'Azerbaïdjan, Željana Zovko, qualifient l'opération militaire lancée par l'Azerbaïdjan le de pire violation à ce jour de l'accord de cessez-le-feu de 2020 sur le Haut-Karabakh[42].

Une brève escalade substantielle des combats se produit à compter de septembre 2022.

ContexteModifier

Avant la guerre du Haut-Karabakh de 2020, 4 districts d'Azerbaïdjan à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan étaient occupés par les forces ethniques de l'Artsakh. La question de la démarcation de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan se pose immédiatement après la défaite de l'Arménie lors de la guerre du Haut-Karabakh de 2020, notamment du fait que l'Azerbaïdjan reprend alors le contrôle de ces territoires. Avant la guerre de 2020, il n'y avait pas de frontière physique entre l'Arménie et les districts arméniens occupés d'Azerbaïdjan, et certains villages arméniens s'étendaient sur le territoire azerbaïdjanais, tandis que certaines sources d'eau et pâturages se trouvaient sur le sol azerbaïdjanais[43].

En outre, il existe d'autres problèmes liés aux frontières, car l'Arménie contrôle depuis les années 1990 plusieurs villages du district de Qazakh en Azerbaïdjan, dont trois enclaves azerbaïdjanaises, ainsi qu'un village en enclave de Karki dans la République autonome de Nakhitchevan, tandis que l'Azerbaïdjan contrôle le village arménien enclavé d'Artsvashen[44].

Le , le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev fait des revendications irrédentistes sur la capitale arménienne Erevan, Zangezur (Syunik) et Sevan (Gegharkunik), déclarant ces villes « terres historiques » de l'Azerbaïdjan[45],[46]. Dans une déclaration d', il déclare que si l'Arménie n'accepte pas de fournir un couloir du Nakhitchevan à l'ouest de l'Azerbaïdjan via la province arménienne de Syunik, alors l'Azerbaïdjan l'établira par le recours à la force[47],[48],[49],[50].

Une déclaration conjointe de la présidente du Parlement européen de la délégation pour les relations avec le Caucase du Sud, Marina Kaljurand, et des rapporteurs permanents sur l'Arménie, Andrey Kovatchev, et l'Azerbaïdjan, Željana Zovko a, entre autres, condamné les déclarations faites par la partie azerbaïdjanaise : « Pour désamorcer la situation, il est de la plus haute importance que la rhétorique incendiaire cesse immédiatement. Dans ce contexte, nous condamnons en particulier les récentes déclarations des représentants azerbaïdjanais concernant ce que l'on appelle le « Zangezour occidental » et faisant référence au territoire de la République d'Arménie comme à la « terre ancestrale » azerbaïdjanaise. De telles déclarations sont hautement irresponsables et menacent de saper davantage la sécurité régionale »[51].

ChronologieModifier

Mai 2021Modifier

Des rapports émergent concernant le passage de soldats azerbaïdjanais sur le territoire arménien le , dans deux zones le long de la frontière arméno-azerbaïdjanaise ; la zone autour du lac Sev, située à l'est du village d'Ishkhanasar et de la montagne Mets Ishkhanasar, et au nord de la ville de Goris et des villages de Verishen et Akner dans la province de Syunik, ainsi qu'à proximité des villages de Verin Shorzha et Kut dans la province de Gegharkunik. Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian déclare que les informations concernant l'avancée azerbaïdjanaise sur le lac Sev sont correctes, que des négociations sont en cours pour un retrait azerbaïdjanais et que les forces arméniennes ont arrêté l'avancée sans qu'aucune escarmouche n'ait eu lieu[1],[2],[3].

 
Le lac Sev vu du sommet de la montagne Mets Ishkhanasar en Arménie.

La partie arménienne déclare que selon les cartes soviétiques, la plus grande partie du lac se trouve en Arménie et la plus petite partie en Azerbaïdjan. L'agence de presse Armenpress publie la carte de l'état-major général des forces armées de l'URSS numérotée J-38-21, à l'échelle 1:100 000 montrant le lac Sev avec ses rives est, ouest et sud situées sur le territoire de la RSS d'Arménie et seule une petite section de la rive nord du lac couvrant près de 10% de celui-ci situé dans la RSS d'Azerbaïdjan, et le plus petit lac situé à l'est du lac Sev entièrement sur le territoire arménien[52]. La partie azerbaïdjanaise partage quant à elle une carte avec la totalité du lac appartenant à l'Azerbaïdjan tout en refusant de quitter le territoire[43].

Le , Nikol Pachinian fait officiellement appel à l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC, dirigée par la Russie) afin qu'elle vienne tenir des consultations concernant l'incursion azerbaïdjanaise en Arménie[53],[54]. Le même jour, Nikol Pachinian demande au président russe Vladimir Poutine un soutien militaire[55],[56]. Des responsables militaires arméniens et azerbaïdjanais se réunissent à la frontière avec des représentants de l'armée russe déployés dans la province de Syunik pour plusieurs heures de négociations, sans qu'aucun accord immédiat ne soit annoncé par la suite[53].

Le , le ministère arménien de la Défense déclare que la situation concernant l'incursion azerbaïdjanaise des 12 et 13 mai n'est toujours pas résolue, tandis que l'armée azerbaïdjanaise se retire de certaines positions en raison des mouvements de troupes arméniens, et que les négociations visant à parvenir à un règlement pacifique de la crise doivent se poursuivre dans la journée[57].

Le , le service de presse du ministère azerbaïdjanais des affaires étrangères rejette les informations faisant état d'une incursion azerbaïdjanaise en Arménie, déclarant que l'Azerbaïdjan ne fait que faire respecter les frontières de l'Azerbaïdjan sur la base de cartes définissant la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, critiquant des déclarations comme « provocatrices » et « inadéquates » ; le ministère ajoute que les autorités arméniennes utilisent la situation à des fins de politique intérieure pré-électorale, et que l'Azerbaïdjan est en train de mener des négociations avec l'Arménie au sujet de la normalisation de la frontière arméno-azerbaïdjanaise[58],[59],[60].

Lors d'un appel avec le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev, le président azerbaïdjanais Aliyev décrit la décision de l'Arménie (devant faire appel à l'OTSC) comme une tentative « d'internationaliser la question »[61].

Le , le Premier ministre par intérim Nikol Pachinian confirme que l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont proches d'un accord sur la création d'une commission mixte pour délimiter la frontière entre les deux pays, la Russie agissant en tant que médiateur, et chaque pays nommant des délégués au commission avant le [62].

Dans la matinée du , un groupe de militaires azerbaïdjanais traversent la frontière près du village de Khoznavar dans la région de Goris, marchant 1,5 km en territoire arménien. Ils sont forcés de retourner à leurs positions d'origine par les forces arméniennes, mais ils tentent ensuite une deuxième fois de traverser la frontière dans la soirée, ce qui entraîne une bagarre entre militaires arméniens et azerbaïdjanais. Le bureau du procureur général d'Arménie signale que onze soldats arméniens sont blessés puis hospitalisés, comptant également des blessés du côté azerbaïdjanais. Des vidéos de l'incident sont mises en ligne sur les réseaux sociaux, sur lesquelles on peut voir des militaires azerbaïdjanais attaquant et battant des soldats arméniens et, le lendemain, une autre vidéo montrant les forces armées arméniennes expulsant des militaires azerbaïdjanais de leur territoire.

Le , après l'augmentation des tensions et la capture de six soldats arméniens par les forces azerbaïdjanaises tôt dans la matinée, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian appelle au déploiement d'observateurs internationaux le long de certaines parties de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. « Si la situation n'est pas résolue, cette provocation pourrait inévitablement conduire à un affrontement à grande échelle », déclare-t-il lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité arménien tenue dans la soirée, suggérant à l'Arménie et à l'Azerbaïdjan de retirer leurs troupes des zones frontalières et laisser la Russie et/ou les États-Unis et la France, les deux autres coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE, y déployer leurs observateurs. Le désengagement des troupes et le lancement de la mission d'observation, devra être suivis d'un processus de « vérification des points frontaliers » supervisé par la communauté internationale, déclare le Premier ministre[33].

Le , le porte-parole de l'Union européenne, Peter Stano, appelle à une désescalade immédiate et exhorte les deux parties à ramener leurs forces aux positions qu'elles occupaient avant le et à engager des négociations sur la délimitation et la démarcation des frontières, saluant les propositions d'une éventuelle mission d'observation internationale et se déclarant prêt à fournir son expertise et son aide en matière de délimitation et de démarcation des frontières. L'UE continue d'appeler l'Azerbaïdjan à libérer sans délai tous les prisonniers de guerre et détenus et salue tous les efforts visant à réduire les tensions[63].

Juillet 2021Modifier

 
Positions militaires des forces arméniennes dans la direction nord-est de l'Arménie, attaquées par les forces azerbaïdjanaises le , selon le ministère de la Défense arménien.

Après un incident survenu le dans le district d'Agdam, les forces arméniennes et azerbaïdjanaises s'affrontent de nouveau du côté des districts azerbaïdjanais de Tovuz, Gadabay, Nakhitchevan et Shusha du 7 au [64],[65]. Le , le ministère arménien de la Défense déclare que les ingénieurs azerbaïdjanais tentent de faire avancer leurs positions militaires près de Yeraskh dans la section Nakhitchevan de la frontière arméno-azerbaïdjanaise, et que des affrontements ont éclaté. D'après le ministère, la partie azerbaïdjanaise avait bombardé Yeraskh à l'aide de mortiers et de lance-grenades, tuant un soldat arménien[66],[20] et blessant le chef de la communauté de Yeraskh. Le ministère azerbaïdjanais de la Défense déclare qu'un soldat azerbaïdjanais stationné près de Heydarabad a été blessé lors des affrontements[15], et ajoute : « la responsabilité de la création de tensions le long de la frontière d'État des deux pays incombe entièrement à l'Arménie »[67]. Plus tard le même jour, d'après le ministère azerbaïdjanais de la Défense, les forces arméniennes font feu sur les positions azerbaïdjanaises près d'Istisu à Kalbajar et d'Aghdam à Tovuz[68]. Le , la partie arménienne signale de nouveaux affrontements près de Yeraskh[69].

Le , le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev émet une nouvelle revendication irrédentiste sur la province arménienne de Syunik (également connue sous le nom de Zangezur), affirmant qu'il s'agit de « notre propre territoire » :

« De passage à Erevan, Charles Michel a appelé les territoires frontaliers avec l'Arménie contestés. Pour être honnête, je ne suis pas d'accord avec cette affirmation. Parce que nous croyons que ce sont nos territoires. Je crois que c'est le territoire de Zangezur. Et Zangezur est la terre de nos ancêtres, et nous sommes sur notre territoire[pas clair]. »

— Ilham Aliev[70]

Le , le ministère de la Défense azerbaïdjanais annonce qu'un de ses soldats a été tué par des tirs de tireurs d'élite arméniens dans le district de Kalbajar, près de la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Pendant ce temps, selon le ministère de la Défense arménien, trois militaires arméniens ont été blessés lorsque les forces azerbaïdjanaises ont ouvert le feu sur des positions arméniennes situées dans la zone de Gegharkunik[71].

Le , le défenseur arménien des droits de l'homme signale des tirs intensifs provenant du côté azerbaïdjanais entre h 30 et h 40 visant des bâtiments civils dans les villages de Verin Shorzha et Saradeghy dans la province de Gegharkunik[72]. Le même jour, trois soldats arméniens sont tués lors de nouveaux affrontements avec les forces azerbaïdjanaises dans le district de Kalbajar et la province de Gegharkunik, et quatre autres blessés. L'Arménie accuse l'Azerbaïdjan « d'occuper le territoire souverain de l'Arménie » alors que la partie azerbaïdjanaise impute l'incident aux forces arméniennes, déclarant qu'elles avaient ouvert le feu en premier. L'Azerbaïdjan dénombre également 2 soldats blessés lors de l'escarmouche[16].

Le , d'après le ministère de la Défense azerbaïdjanais, les forces arméniennes brisent le cessez-le-feu dans la matinée, en utilisant des fusils automatiques et des lance-grenades[73]. Les autorités arméniennes accusent la partie azerbaïdjanaise d'être à l'origine de la violation du cessez-le-feu[74], ce que l'Azerbaïdjan dément[75]. Un soldat arménien est blessé dans la fusillade[31].

Le , les forces azerbaïdjanaises font feu sur un véhicule de soutien logistique livrant de la nourriture aux positions militaires arméniennes à Yeraskh. En conséquence, le véhicule est « gravement endommagé »[76].

Août 2021Modifier

Le , l'Arménie et l'Azerbaïdjan signalent des bombardements à la frontière. Le ministère de la Défense arménien déclare que les unités azerbaïdjanaises ont alors ouvert le feu avec des armes à feu de divers calibres sur les positions arméniennes dans la section de Gegharkunik. L'Azerbaïdjan accuse quant à elle l'Arménie d'être à l'origine des tirs en direction des districts de Kalbajar et Gadabay[77].

Le , deux autres soldats arméniens sont tués par les forces azerbaïdjanaises[22]. Vahan Tatosyan est tué par un tir de sniper à h 50 à Yeraskh, tandis qu'Arman Hakobyan est tué à Gegharkunik à 18 h 10[78],[79].

Le , le ministère de la Défense arménien annonce qu'un autre soldat arménien a été blessé à la suite d'un bombardement depuis l'Azerbaïdjan[80].

Le , les troupes azerbaïdjanaises prennent pour cible le village de Kut : « Des personnes âgées et des enfants se trouvaient dans la cour au moment des tirs. Le 27 août, vers 22 heures, les forces armées azerbaïdjanaises firent feu de manière intensive sur des maisons civiles dans le village de Kut, dans la région de Gegharkunik, ciblant directement la population civile », rapporte le défenseur des droits humains arménien Arman Tatoyan[81],[82].

Septembre 2021Modifier

Le , un autre soldat arménien est tué par les forces azerbaïdjanaises[23]. Gegham Sahakyan décède des suites d'un tir de sniper à 11 h 10 à Yeraskh[83].

Octobre 2021Modifier

Le , le ministère de la Défense arménien signale qu'un militaire arménien, Misak Khachatryan, est blessé par un tir depuis la frontière avec l'Azerbaïdjan dans la province d'Ararat[84].

Le , un civil arménien du nom d'Aram Tepnants est abattu par des tireurs d'élite azerbaïdjanais dans la ville de Martakert. Le ministère russe de la Défense confirme l'incident et lance une enquête impliquant les deux parties par les casques bleus russes[85].

Le , un soldat azerbaïdjanais est tué par des tirs de tireurs d'élite arméniens[86].

Les 15 et , selon les médias arméniens, les forces azerbaïdjanaises bombardent le village de Yeraskh, provoquant des incendies endommageant les cultures[87],[88].

Novembre 2021Modifier

Le , un civil arménien est tué et trois blessés lorsque les troupes azerbaïdjanaises ouvrent le feu sur des Arméniens réparant une conduite d'alimentation en eau près de Chouchi. Le ministère russe de la Défense confirme une nouvelle fois l'incident et lance une enquête impliquant les deux parties par les casques bleus russes[89]. Le Bureau des affaires européennes et eurasiennes du Département d'État des États-Unis condamne le meurtre d'un civil arménien sur sa page Twitter[90],[91].

Le , des affrontements entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie éclatent dans les régions de Syunik-Gegharkunik/Kalbajar-Lachin. Sept soldats azerbaïdjanais et six soldats arméniens sont alors tués[9], tandis que 32 soldats arméniens sont capturés[34]. Selon le commandant militaire et homme politique arménien Samvel Babayan (en), l'Azerbaïdjan tente d'atteindre deux objectifs : établir un corridor vers le Nakhitchevan et imposer un traité de paix par la reconnaissance de l'intégrité territoriale[92]. Les affrontements s'achèvent à 18 h 30 (heure locale), après un cessez-le-feu négocié par la Russie[93]. Le , Nikol Pachinian annonce que 41 kilomètres carrés de l'Arménie sont occupés par les forces azerbaïdjanaises. Ce nombre est utilisé depuis mai, suggérant qu'aucune nouvelle terre n'a été occupée lors de cette nouvelle série de combats, mais cette annonce contredit le rapport du minsitère de la Défense arménien, selon lequel l'Arménie perd deux positions militaires le [4].

Le , un soldat arménien est tué par les forces azerbaïdjanaises près du village de Norabak dans la province de Gegharkunik[24].

Décembre 2021Modifier

Le , un civil de 65 ans, Seyran Sargsyan, du village de Chartar du district de Martun est capturé et assassiné par l'armée azerbaïdjanaise. Les casques bleus russes ouvrent une nouvelle enquête sur l'affaire impliquant les deux parties[94],[95].

Le , l'Azerbaïdjan libère 10 soldats arméniens capturés lors des affrontements du en échange de cartes détaillant l'emplacement des mines terrestres dans le Haut-Karabakh ; l'accord est conclu avec la médiation russe[96].

Le , le ministère de la Défense azerbaïdjanais annonce qu'un soldat azerbaïdjanais est mort lors d'une escarmouche avec les forces arméniennes à la frontière azéro-arménienne[10].

Le , un soldat arménien est tué après des affrontements avec les forces azerbaïdjanaises dans la zone de Gegharkunik à la frontière arméno-azerbaïdjanaise[25].

Le , deux militaires azerbaïdjanais sont capturés par les forces arméniennes près de Lachin ; les soldats sont ensuite libérés.

Janvier 2022Modifier

Le , un soldat azerbaïdjanais et trois soldats arméniens sont tués lors d'une fusillade dans la région de Verin Shorzha, dans la province arménienne de Gegharkunik[97],[98],[99].

Mars 2022Modifier

Le 8 mars, le seul gazoduc reliant l'Arménie à l'enclave arménienne d'Artsakh est endommagé, alors que la tension monte dans la région après le lancement de l'invasion russe de l'Ukraine. L'approvisionnement en énergie aurait de nouveau été interrompu dans la soirée du 21 mars. Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian et les autorités de l'Artsakh ont accusé le gouvernement azerbaïdjanais de créer délibérément des problèmes humanitaires supplémentaires pour la population de la région[100],[101].

Le , selon le gouvernement d'Artsakh, des soldats azerbaïdjanais ont franchi la ligne de contact et pris le contrôle du village de Farukh, les femmes et les enfants étant évacués du village voisin de Khramort. Des casques bleus russes auraient négocié avec l'Azerbaïdjan[102]. Le 27 mars 2022, le ministère russe de la Défense signale que les forces azerbaïdjanaises se sont retirées du village[103],[104]. Cette déclaration est cependant démentie par le ministère azerbaïdjanais de la Défense[105]. Le 30 mars 2022, selon les autorités d'Artsakh, les forces azerbaïdjanaises occupent toujours les hauteurs stratégiquement importantes de Karaglukh[106].

Avril 2022Modifier

Le 6 avril, le Premier ministre Nikol Pachinian et le président Ilham Aliyev se rencontrent à Bruxelles pour des pourparlers de paix négociés par le président du Conseil européen Charles Michel[107],[108]. Le même jour, le gouvernement azerbaïdjanais annonce que les forces arméniennes ont bombardé des positions militaires azerbaïdjanaises déployées à la frontière nord-est de la République d'Arménie. Cette affirmation est réfuté par le ministère arménien de la Défense[109].

Le 15 avril, les forces azerbaïdjanaises ont franchi la ligne de contact près du village de Seysulan (en). Plus tard dans la journée, ils auraient accepté de se replier[110].

Août 2022Modifier

Des affrontements ont de nouveau éclaté fin juillet et début août 2022. Le 1er août, l'armée de défense d'Artsakh signale que l'Azerbaïdjan a tenté de franchir la ligne de contact dans le nord du Haut-Karabagh, blessant un soldat. Le ministère azerbaïdjanais de la Défense nia ces affirmations et le ministère russe de la Défense ne signala aucune violation du cessez-le-feu ce jour-là[111].

Au cours des deux jours suivants, des affrontements ont de nouveau éclaté, tuant un soldat azerbaïdjanais, deux soldats de l'armée de défense d'Artsakh et en blessant 14 autres. La communauté internationale réagit rapidement, la Russie accuse l'Azerbaïdjan de rompre le fragile cessez-le-feu et l'Union européenne appelle à une cessation immédiate des hostilités[112].

Selon le ministère azerbaïdjanais de la Défense, des soldats d'Artsakhi ont attaqué des postes de l'armée azerbaïdjanaise dans la région de Lachin, tuant un conscrit. En réponse, l'armée azerbaïdjanaise déclare avoir mené une opération appelée « Vengeance » et pris le contrôle de plusieurs hauteurs stratégiques au Karabakh. L'armée de défense d'Artsakh accuse l'Azerbaïdjan de violer le cessez-le-feu et déclare une mobilisation partielle. À la suite de la montée des tensions, l'Arménie exhorte la communauté internationale à aider à mettre un terme aux « actions agressives » de l'Azerbaïdjan[112].

Le 26 août, les forces armées azerbaïdjanaises ont pris le contrôle total de la zone du corridor de Latchine, y compris Latchine et les villages de Zabukh et Sus dans le cadre de l'accord de cessez-le-feu de 2020.

Septembre 2022Modifier

Une maison d'habitation endommagée à Djermouk (province de Vayots Dzor, Arménie) à la suite de l'attaque de la ville par les forces armées azerbaïdjanaises.

Dans la soirée du , l'Arménie et l'Azérbaïdjan s'engagent dans des combats d'envergure tout le long de la frontière. D'après le ministère azerbaïdjanais de la Défense, les forces arméniennes ont organisé des « actes subversifs à grande échelle » et tiré sur des positions azerbaïdjanaises près des districts frontaliers de Dachkesan, Kelbadjar et Latchine[113],[114]. Le ministère arménien de la Défense déclare que les forces azerbaïdjanaises ont attaqué les positions arméniennes près des villes de Vardenis, Goris, Sotk et Djermouk avec de l'artillerie et des armes lourdes[115],[116]. Au moins 105 soldats arméniens et 71 militaires azerbaïdjanais ont été tués[117],[118].

Le 14 septembre 2022, l'Azerbaïdjan utilise de l'artillerie, des mortiers, des drones d'attaque et des armes légères lors d'attaques le long de la frontière arméno-azerbaïdjanaise annonce le ministère arménien de la Défense[119],[120]. Le même jour, des unités de l'armée azerbaïdjanaise essuient des tirs arméniens dans les raïons de Kelbadjar et de Latchine[121],[122]. Le 15 septembre 2022 à 0 h 20, le secrétaire du Conseil de sécurité arménien Armen Grigorian annonce qu'un accord de cessez-le-feu a été conclu entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, information non confirmée par la partie azerbaïdjanaise[123].

AnalyseModifier

PlansModifier

D'après le Nœud Caucasien, qui a interviewé trois experts russes ayant convenu le défi de déterminer la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sur la base de cartes de l'ère soviétique. Le professeur de géographie Alexey Gunya déclare que 80 % du lac Sev se trouve sur le territoire arménien sur la base de cartes topographiques à l'échelle 1/100 000 plus grandes, préférées aux cartes plus petites à l'échelle 1/1 000 000 montrant le lac sur le territoire azerbaïdjanais sur lequel la partie azerbaïdjanaise s'appuie. Le spécialiste des études caucasiennes, Alexander Skakov, estime qu'il existe de nombreuses cartes différentes, que leurs détails sont contradictoires et que chaque partie utilise la carte qui lui est la plus avantageuse[124].

Le rôle de la RussieModifier

Le journaliste et écrivain britannique du Caucase Thomas de Waal (en) écrit : « Ce que nous voyons, c'est que le conflit prolongé se poursuit. Pourquoi l'Azerbaïdjan fait-il cela ? La réponse courte est parce que c'est possible. Qui peut arrêter ça ? Probablement uniquement la Russie, mais si cela correspond à l'agenda plus large de la Russie »[125].

« Frontiérisation » de l'ArménieModifier

Selon Laurence Broers, directrice du programme du Caucase du Sud à l'organisation de consolidation de la paix basée à Londres, Conciliation Resources (en), l'Azerbaïdjan continue de maintenir une pression maximale sur l'Arménie pour obtenir des concessions, telles que les cartes des champs de mines, le corridor de Syunik, ajoutant que des frontières jamais délimitées permetteront de convertir des cartographies datées ou ambiguës en de meilleures positions. Cette « frontiérisation », selon Broers, fait également pression sur la Russie en montrant que les garanties de sécurité russes à l'Arménie sont traitables par rapport à d'autres questions ; tester les garanties de sécurité collective de l'OTSC et tester la capacité de courtage de la Russie[125]. Broers développe davantage le thème de la « frontiérisation » de l'Arménie par l'Azerbaïdjan dans sa revue publiée par Chatham House[126]. La tactique appliquée par l'Azerbaïdjan envers l'Arménie après la guerre de 2020 est décrite comme une tactique de « frontiérisation » dans un article publié dans le Georgetown Journal of International Affairs le [127]. Une déclaration conjointe du de la présidente de la délégation pour les relations avec le Caucase du Sud, Marina Kaljurand, du rapporteur permanent du Parlement européen sur l'Arménie Andrey Kovatchev et de la rapporteure permanente du Parlement européen sur l'Azerbaïdjan, Željana Zovko, qualifie l'opération militaire lancée par l'Azerbaïdjan le , comme la pire violation à ce jour depuis l'accord de cessez-le-feu, condamnant toute tentative de « frontiérisation », telle qu'observée depuis l'incursion des troupes azerbaïdjanaises sur le territoire arménien le [42].

« Empiétement rampant » de l'AzerbaïdjanModifier

Le magazine Foreign Policy qualifie les actions de l'Azerbaïdjan depuis le début de la crise d'« empiétement rampant », par lequel des civils et des prisonniers de guerre arméniens sont retenus en otage afin de faire pression sur l'Arménie pour qu'elle remette des cartes des champs de mines et concède des pertes territoriales supplémentaires[128].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Joshua Kucera, « Armenia and Azerbaijan in new border crisis » [archive du ], sur Eurasianet, (consulté le )
  2. a et b (en) « Azerbaijanis cross Armenia's state border near Kut village as well » [archive du ], sur news.am, (consulté le )
  3. a et b (en) « Residents of Verishen and Akner villages can no longer use pastures and raise livestock due to the presence of Azerbaijani armed servicemen » [archive du ], sur panorama.am, (consulté le )
  4. a et b (en) « As Azerbaijan pushes advantage against Armenia, Russia's role again under scrutiny | Eurasianet », sur eurasianet.org
  5. (en) « Armenian Defense Minister Resigns » [archive du ], sur Hetq, (consulté le )
  6. (en) « The Nagorno-Karabakh Conflict: A Visual Explainer » [archive du ], sur Crisis Group, (consulté le )
  7. (en) « Azerbaijan says solder killed by Armenian sniper across border » [archive du ], sur Reuters, (consulté le )
  8. (en) « Azerbaijani soldier killed by Armenian sniper in Karabakh region », sur Daily Sabah,
  9. a b et c (en) « Armenia Says Six Of Its Soldiers Killed In Latest Clashes With Azerbaijan », Radio Free Europe/Radio Liberty, (consulté le )
  10. a et b (en) « Azerbaijan says soldier killed in clashes with Armenia », sur Arab News,
  11. "50 Azerbaijani soldiers killed in ‘provocations’ by Armenia". Anadolu Agency. Retrieved 14 September 2022.
  12. « 71 Azeri soldiers killed in clashes with Armenia this week -Azeri Defence Ministry », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. "Azerbaycan duyurdu: Ermenistan ile çatışmalarda 71 asker hayatını kaybetti". HaberTürk. Retrieved 15 September 2022.
  14. (tr) « Azerbaycan Savunma Bakanlığı: 7 askerimiz şehit oldu », TRT Haber,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. a et b (az) « Naxçıvanda yenidən atışma oldu, Ordumuzun baş leytenantı yaralandı » [archive du ], sur Marja.az, (consulté le )
  16. a et b (en) « Armenia says 3 soldiers killed in gun battle with Azeri forces », (consulté le )
  17. (en) « MoD: Two Azerbaijani servicemen wounded on border with Armenia », sur Azernews,
  18. (en) « Armenia hands over two Azerbaijani soldiers captured in border with Azerbaijan Armenia hands over two Azerbaijani soldiers captured in border with Azerbaijan » [archive du ], (consulté le )
  19. « Armenia Says Soldier Killed In Shoot-Out With Azerbaijani Forces », RFE/RL's Armenian Service, Radio Free Europe/Radio Liberty,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  20. a et b (en) « Azerbaijanis Kill Another Armenian Soldier » [archive du ], sur Asbarez, (consulté le )
  21. « Three Armenian servicemen killed in ongoing Azerbaijani attacks », Armenpress,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  22. a et b (en) « Two Armenian Troops Killed In Latest Shoot-Out Along Azerbaijani Border », (consulté le )
  23. a et b (en) « Armenian soldier killed by Azeri sniper fire on border – TASS » [archive du ], sur Reuters, (consulté le )
  24. a et b Siranush Ghazanchyan, « Armenian soldier killed in Azerbaijani shooting – MoD », Public Radio of Armenia,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  25. a et b (en) « One Armenian soldier killed in shootout at Azerbaijani border: Armenian Defense Ministry », sur ANI News,
  26. « Armenia Seeks Distracted Russia's Aid in Renewed Azerbaijan Clashes » [archive du ], sur The Moscow Times, (consulté le )
  27. (en) « Eleven Armenian soldiers injured in a fight with Azerbaijani soldiers » [archive du 250-05-2021] (consulté le )
  28. (en) Siranush Ghazanchyan, « Three soldiers wounded as Azerbaijan fires at Armenian positions in Gegharkunik », Public Radio of Armenia,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  29. (ru) « Минобороны Армении: "У армянской стороны трое погибших, двое военнослужащих ранены" » [archive du ], sur Armenpress,‎ (consulté le )
  30. (ru) « Минобороны: "Четверо военнослужащих получили ранения в направлении Гегаркуника" » [archive du ], sur Armenian Report,‎ (consulté le )
  31. a et b (en) « Armenian serviceman wounded in Azerbaijani shooting » [archive du ], sur Armenpress, (consulté le )
  32. (en) « Four Armenian soldiers confirmed wounded in fresh Azerbaijani attack – Defense Ministry », sur Panorama.am,
  33. a et b (en) « Yerevan Wants International Observers Deployed on Armenian-Azeri Border » [archive du ] (consulté le )
  34. a et b (en) « Armenia and Azerbaijan agree to create commission to demarcate border », (consulté le )
  35. « Azerbaijan hands over 10 more captured soldiers to Armenia », sur Yahoo News,  : « In a statement, Azerbaijan's State Security Service said it had handed over 10 Armenian soldiers who were detained on Nov. 16. It also released 10 soldiers earlier in December. On that occasion, Russia played the mediation role. »
  36. (en) Siranush Ghazanchyan, « Third Armenian soldier confirmed dead as a result of Azerbaijani provocation », Public Radio of Armenia,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. (en) « As Azerbaijan pushes advantage against Armenia, Russia's role again under scrutiny », sur eurasianet.org,
  38. (en) « European Parliament resolution on prisoners of war in the aftermath of the most recent conflict between Armenia and Azerbaijan (2021/2693(RSP)) » [archive du ], sur European Parliament, (consulté le ) : « On 12 May 2021, troops from Azerbaijan temporarily entered the territory of Armenia, which amounts to a violation of the territorial integrity of Armenia and of international law »
  39. (en) « Macron: Azerbaijani armed forces have crossed into Armenian territory. They must withdraw immediately. I say again to the Armenian people: France stands with you in solidarity and will continue to do so » [archive du ] (consulté le )
  40. (en) « Department Press Briefing – May 14, 2021 » [archive du ] (consulté le )
  41. (en) « Macron: Azerbaijani armed forces have crossed into Armenian territory. They must withdraw immediately. I say again to the Armenian people: France stands with you in solidarity and will continue to do so. » [archive du ] (consulté le )
  42. a et b (en) « Joint statement on the escalation on the border between Armenia and Azerbaijan and the Nagorno-Karabakh conflict | Communiqués | Documents | DSCA | Delegations », sur europarl.europa.eu
  43. a et b (ru) « Пашинян заявил о решимости разобраться с Карабахом », Московский Комсомолец,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  44. (en) Joshua Kucera, « Border issues multiplying between Armenia and Azerbaijan », Eurasianet,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. (en) « Aliyev lays claim to 'historical lands' in Armenia. Moscow, Yerevan react » [archive du ], sur JAM News, (consulté le )
  46. (en) Broers, « Augmented Azerbaijan? The return of Azerbaijani irredentism » [archive du ], sur Eurasianet, (consulté le )
  47. (en) « What's the future of Azerbaijan's "ancestral lands" in Armenia? » [archive du ], sur eurasianet.org (consulté le )
  48. (ru) « Никол Пашинян ищет обходные пути »,‎ (consulté le )
  49. « Azerbaijan will return to Zangezur 101 years later – Ilham Aliyev », (consulté le )
  50. (en) « Ilham Aliyev's interview with Azerbaijan Television » [archive du ], sur en.president.az, (consulté le )
  51. (en) Marina Kaljurand, Andrey Kovatchev et Željana Zovko, « Joint Statement by DSCA Chair and EP Standing Rapporteurs on Armenia and Azerbaijan on the deadly clashes between Armenia and Azerbaijan » [archive du ], sur europarl.europa.eu, (consulté le )
  52. (en) « Soviet military map proves eastern, western and southern shores of Sev Lake unequivocally belong to Armenia », (consulté le )
  53. a et b (en) « Armenia Turns To Russian-Led CSTO Amid Border Standoff With Azerbaijan » [archive du ], sur RFE/RL, (consulté le )
  54. (en) « Armenia turns to Russia-led bloc after Azerbaijan 'infiltration' » [archive du ], sur France24, (consulté le )
  55. (en) « Armenian PM Pashinyan asks Russia's Putin for military support -Ifax » [archive du ], sur Reuters, (consulté le )
  56. (en) « Armenia says Azerbaijan fails to fully withdraw after border incident » [archive du ], sur Reuters, (consulté le )
  57. (en) « Armenia says Azerbaijani forces remain in Syunik, demands their withdrawal » [archive du ], sur TASS, (consulté le )
  58. (en) « Armenia accuses Azerbaijan of failing to withdraw from its territory » [archive du ], sur Deutsche Welle, (consulté le )
  59. (en) « No:165/21, Information of the Press Service Department of the Ministry of Foreign Affairs of the Republic of Azerbaijan » [archive du ], sur mfa.gov.az (consulté le )
  60. (az) « Azərbaycan XİN: Ermənistanın siyasi-hərbi dairələrinə əsassız olaraq bölgədə vəziyyəti gərginləşdirməməyi tövsiyə edirik » [archive du ], sur azertag.az (consulté le )
  61. (az) « Azərbaycan Prezidentinin Rəsmi internet səhifəsi – XƏBƏRLƏR » Mətbuat xidmətinin məlumatı » [archive du ], sur president.az (consulté le )
  62. (en) Ani Mejlumyan, « Armenia close to new agreement with Azerbaijan », (consulté le )
  63. « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  64. (en) « Tensions Escalate Again in Armenian-Azerbaijani Relations » [archive du ], sur Jamestown Foundation, (consulté le )
  65. (az) « Ermənistanın Naxçıvanla sərhədində yenə "atışma olub", Ağdamda yeni hərbi hissə, Almaniyada sel 80-dən çox adamın həyatı » [archive du ], sur BBC Azərbaycanca, (consulté le )
  66. (en) « Using Mortars, Azerbaijani Forces Shell Yeraskh » [archive du ], sur Asbarez, (consulté le )
  67. (az) « Ermənistan yenə atəşkəsi pozdu, cavab atəşi açıldı » [archive du ], sur Axar.az, (consulté le )
  68. (az) « Azərbaycan dövlət sərhədi atəşə tutulub » [archive du ], sur TRT Azərbaycanca, (consulté le )
  69. (en) « Azerbaijani forces open fire at Yeraskh section of the border » [archive du ], sur Armenian Radio, (consulté le )
  70. (ru) « Ильхам Алиев: «Это наши территории. Зангезур – земля наших предков, и мы находимся на своей территории» – сенсационное заявление президента Азербайджана, все еще актуально » [archive du ], sur haqqin.az (consulté le )
  71. (en) « Three soldiers wounded as Azerbaijan fires at Armenian positions in Gegharkunik » [archive du ], sur en.armradio.am, (consulté le )
  72. (en-US) « Azerbaijani forces firing at villages in Gegharkunik – Ombudsman » [archive du ], sur Public Radio of Armenia (consulté le )
  73. (az) « Ermənistan atəşkəsi pozaraq Kəlbəcər istiqamətindəki mövqelərimizi yenidən atəşə tutub » [archive du ], sur Report Information Agency, (consulté le )
  74. (en) « Azerbaijan again violates ceasefire, opens fire at Armenian positions in Gegharkunik section of border » [archive du ], sur Armenpress, (consulté le )
  75. (az) « MN: "Azərbaycan Ordusu Kəlbəcər istiqamətində atəşkəsə riayət edir" » [archive du ], sur Report Information Agency, (consulté le )
  76. (ru) « ВС Азербайджана обстреляли армянские позиции (фото) » [archive du ],‎ (consulté le )
  77. (en) « Armenia claims shelling in direction of Gegarkunik » [archive du ], sur kavkaz-uzel.eu, (consulté le )
  78. (en) « Armenian serviceman killed by Azerbaijani sniper fire » [archive du ], sur en.armradio.am, (consulté le )
  79. (en) « Armenian soldier killed in fresh Azerbaijani provocation » [archive du ], sur en.armradio.am, (consulté le )
  80. (ru) Узел, « Armenian soldier wounded in a shootout at border with Azerbaijan » [archive du ], sur Caucasian Knot (consulté le )
  81. (en) « Azerbaijani Troops Fire on Civilians in Gegharkunik's Kut Village » [archive du ], sur Hetq.am (consulté le )
  82. (en) « Shelling from Azerbaijan damaged wall of one of residential buildings in Kut village » [archive du ], sur news.am (consulté le )
  83. (en-US) « Armenian contract serviceman killed in Azerbaijani shooting in Yeraskh direction » [archive du ], sur Public Radio of Armenia (consulté le )
  84. (en) « Armenian soldier injured in Azerbaijan's provocation », sur panarmenian.net, (consulté le )
  85. (en) « Nagorno-Karabakh civilian shot dead in apparent ceasefire violation », sur oc-media.org,
  86. (en) « Azeri MoD announces serviceman's death », sur Caucasian Knot,
  87. (en) « Armenia ombudsman: Azerbaijanis opened fire at Yeraskh village (VIDEO) », sur news.am
  88. (en-US) « Azerbaijani units fire at Armenian positions in Yeraskh », sur Public Radio of Armenia (consulté le )
  89. (en) « Russian peacekeeping mission confirms the killing of Armenian civilian by Azerbaijani armed forces », sur newsinfo.am (consulté le )
  90. (en) « U.S. Department of State Bureau of European and Eurasian Affairs condemns killing of Armenian civilian by Azeri military », sur armenpress.am (consulté le )
  91. (en) DoS Europe and Eurasia, « We condemn the violence that caused the death of an Armenian civilian. We urge Armenia and Azerbaijan to intensify their engagement including through the Minsk Group Co-Chairs to resolve all outstanding issues related to or resulting from the N-K conflict. », sur Twitter, (consulté le )
  92. (hy) « Թշնամին փորձում է երկու խնդիր լուծել. Սամվել Բաբայանը իրավիճակի լուծման բանալին է ցույց տալիս »,‎ (consulté le )
  93. (en) « Russia Mediates Ceasefire Between Armenia and Azerbaijan », sur MassisPost, (consulté le )
  94. (en-US) « Murderer of Artsakh civilian identified », sur Public Radio of Armenia (consulté le )
  95. (en) « Azerbaijani Troops Capture and Murder 65-Year-Old Artsakh Villager », sur Hetq.am (consulté le )
  96. (en) « Azerbaijan hands over 10 captured soldiers to Armenia », sur Reuters, (consulté le )
  97. (en) « Azerbaijan says soldier killed after Armenian 'provocation' », sur english.alaraby.co.uk,
  98. (en) « Armenia, Azerbaijan Trade Blame For Deadly Shooting Along Border », sur rferl.org
  99. (en) « Third Armenian soldier confirmed dead as a result of Azerbaijani provocation », sur Public Radio of Armenia, (consulté le )
  100. (en) « Nagorno-Karabakh 'On The Verge Of A Humanitarian Disaster' » [archive du ], sur Azatutyun, (consulté le )
  101. (en) « Karabakh accuses Azerbaijan of again cutting off gas supplies » [archive du ], sur Eurasianet, (consulté le )
  102. (en-US) « Tensions rise again as Azerbaijani forces cross line of contact - report », sur The Jerusalem Post | JPost.com (consulté le )
  103. « Azerbaijan withdraws forces from Artsakh's Parukh » [archive du ], sur Public Radio of Armenia, (consulté le )
  104. (ru) « Информационный бюллетень Министерства обороны Российской Федерации о деятельности российского миротворческого контингента в зоне нагорно-карабахского конфликта (на 27 марта 2022 г.) » [archive du ], Ministry of Defence of the Russian Federation,‎ (consulté le )
  105. (en) « Tensions mount in Karabakh as parties exchange blame » [archive du ], sur GlobalVoices, (consulté le )
  106. (en) « Artsakh: Azerbaijani Troops Remain Entrenched on Karaglukh Heights » [archive du ], sur Hetq, (consulté le )
  107. « Armenia, Azerbaijan to launch peace talks » [archive du ], sur Hürriyet Daily News, (consulté le )
  108. « Pashinyan, Aliyev Stressed Desire for "Rapid Peace Agreement", Says EC President Charles Michel » [archive du ], sur Hetq, (consulté le )
  109. « Azerbaijani accusations on April 6 shelling are false – Armenian Defense Ministry » [archive du ], sur Armenpress, (consulté le )
  110. « Azerbaijani forces entirely withdrawn to initial positions near Seysulan, Artsakh » [archive du ], sur Armenpress, (consulté le )
  111. (en-US) « Tensions flare in Nagorno-Karabakh » [archive du ], sur OC Media, (consulté le )
  112. a et b (en) « New tensions explode over Karabakh, 3 soldiers killed » [archive du ], sur RFI, (consulté le )
  113. Ivan Nechepurenko et Cora Engelbrecht, « Clashes Erupt Between Armenia and Azerbaijan, Raising Fears of Another War », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  114. « Armenia, Russia agree 'joint steps to stabilise' border »
  115. « Armenia, Azerbaijan report deadly border clashes » [archive du ], (consulté le )
  116. « Clashes break out on Azerbaijani-Armenian border – report » [archive du ] (consulté le )
  117. (en) « 71 Azeri soldiers killed in clashes with Armenia this week -Azeri Defence Ministry », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  118. « Armenia raises death toll to 105, confirms territorial losses », sur PanARMENIAN.Net, (consulté le )
  119. (en) « Statement of the Ministry of Defence of the Republic of Armenia », sur www.mil.am (consulté le )
  120. (en) « Statement of the Ministry of Defence of the Republic of Armenia », sur www.mil.am (consulté le )
  121. (en) « Azerbaijan Army positions in the Kalbajar direction are being subjected to artillery fire », sur MINISTRY OF DEFENSE OF THE REPUBLIC OF AZERBAIJAN (consulté le )
  122. (en) « Azerbaijan Army positions in Lachin are being subjected to fire by the use of artillery pieces and mortars », sur MINISTRY OF DEFENSE OF THE REPUBLIC OF AZERBAIJAN (consulté le )
  123. (en) Reuters, « Armenia reports new round of clashes with Azerbaijan », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  124. (ru) Caucasian Knot, « Кавказоведы рассказали о проблемах установления границы в районе Сюника » [archive du ],‎ (consulté le )
  125. a et b (en) What is going on at the border between Azerbaijan and Armenia and why? (Что и почему происходит на границе Азербайджана и Армении?), BBC,‎
  126. (en) « New Armenian-Azerbaijani border crisis unfolds » [archive du ], (consulté le )
  127. (en) « The Forty-Day War and the "Russian Peace" in Nagorno-Karabakh »,
  128. (en) Paylan, « The U.N. Must Investigate Nagorno-Karabakh War Crimes », (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier