Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crime et Châtiment (homonymie).
Crime et Châtiment
Réalisation Pierre Chenal
Scénario Marcel Aymé
Pierre Chenal
Christian Stengel
Vladimir Strizhevsky
(d'après le roman éponyme de Fiodor Dostoïevski)
Acteurs principaux
Sociétés de production Général Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 107 minutes
Sortie 1935

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Crime et Châtiment est un film français réalisé par Pierre Chenal, sorti en 1935.

C'est une des adaptations du célèbre roman de Fiodor Dostoïevski.

Sommaire

SynopsisModifier

Rodion Raskolnikov (Pierre Blanchar) est un jeune étudiant de vingt-trois ans qui a dû interrompre ses études par manque d'argent. Après avoir dû mettre la montre de son père en gage chez l’usurière Aliona Ivanovna, il décide de mettre ses théories en application en l’assassinant pour débarrasser l’humanité de sa présence. À peine a-t-il mis son projet à exécution qu’il doit également exécuter la demi-sœur d’Aliona qui vient d’arriver et de découvrir le cadavre de sa sœur. Rodion se rend très bientôt compte qu’il y a loin de la théorie à la pratique et il a du mal à vivre avec l’idée de son crime, d’autant plus que le juge Porphyre (Harry Baur) paraît savoir intuitivement qu’il est l’auteur du crime et que Sonia Semionovna, une jeune fille forcée de se prostituer pour soutenir les besoins de son père alcoolique et dont il est tombé amoureux, agit comme sa conscience vivante. Petit à petit, Rodion se rend compte qu’il n’a pas d’autre choix que d’avouer son crime.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

  • Une autre adaptation de cette œuvre a été tournée la même année par Josef von Sternberg : Crime et Châtiment, mais Von Sternberg, qui avait tourné ce film parce qu’un contrat l’y obligeait, ne l’aimait pas. Il écrivit par la suite qu’il « n’avait pas plus de rapport avec le texte authentique du roman que le coin de Sunset Boulevard et Gower n’en avaient avec l’environnement russe[1] ».

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier