Ouvrir le menu principal

Crash du Lockheed C-130 Hercules 7T-WHM algérien

Crash du Lockheed C-130 Hercules de l'armée de l'air algérienne
Un Lockheed C-130 similaire à celui impliqué dans l'accident
Un Lockheed C-130 similaire à celui impliqué dans l'accident
Caractéristiques de l'accident
Date
TypeMauvaises conditions météorologiques
SitePrès de Aïn Kercha, Wilaya d'Oum El Bouaghi, Algérie
Coordonnées 36° 00′ 43″ nord, 6° 41′ 10″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilLockheed C-130 Hercules
CompagnieArmée de l'air algérienne
No  d'identificationoaci/7T-WHM
PhaseApproche
Passagers74
Équipage4
Morts77[1]
Blessés1
Survivants1

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Crash du Lockheed C-130 Hercules de l'armée de l'air algérienne

Le crash du Lockheed C-130 Hercules de l'armée de l'air algérienne a eu lieu le 11 février 2014. L'avion qui relie la ville de Tamanrasset à celle de Constantine, s'écrase sur le mont Fortas dans la Wilaya d'Oum El Bouaghi aux environs de 11h00 (TU), causant la mort de 77 personnes et faisant un blessé grave.

L'appareil qui avait à son bord 74 passagers et 4 membres de l'équipage, transportait des militaires et des familles de militaires. Selon les spécialistes, les conditions météorologiques très critiques ainsi que les chutes de neige seraient à l'origine de l'accident.

Sommaire

Déroulement des faitsModifier

À h 0, un Lockheed C-130 Hercules immatriculé 7T-WHM, décolle de l’aéroport de Tamanrasset, en Algérie. L’avion de transport militaire transporte à son bord, 103 personnes, principalement des officiers accompagné d'élèves officiers, d'instructeurs, d'appelés et de membres des familles de militaires. La plupart d’entre eux sont de nouveaux militaires qui viennent de terminer leur formation à l’école d’infanterie d’In M’guel.

À h 0, la neige fait son apparition dans la région de Constantine.

À h 45, l’avion qui a fait escale, comme le prévoit l’itinéraire classique, à Ouargla, redécolle pour Constantine. Des passagers descendent et ils ne sont plus que 78 personnes à bord de l'appareil pour repartir.

À 11 h 30, la météo du côté de Constantine s’améliore. Le Metar (Meteorogical Aerodrome Report), qui mesure les conditions atmosphériques au-dessus de l’aérodrome, indique, à 11h30 et 12h, des vents de 34 km/h et une visibilité horizontale de 8000 m.

Un peu avant midi, la tour de contrôle de l’aéroport de Constantine perd le contact avec l’avion. Le mont Fertas culmine à 1258 m mais l’appareil vole 800 m trop bas. Alors qu’il amorce sa descente, l'avion de transport militaire percute l’arête d’une clairière au sommet du Djebel Fertas, vers la Wilaya d'Oum El Bouaghi. Des témoins affirment que la montagne était enveloppée d’un épais brouillard au moment de l'accident[2].

Le commandant de bord a tenté un atterrissage d'urgence vers la base aérienne d'Oum El Bouaghi en vain. Le commandant a pu entrer en contact avec la tour de contrôle peu avant l'accident, pour demander de se poser en urgence mais l'appareil s'est tout de même écrasé[3].

77 personnes ont péri et une autre a été grièvement blessée dans le crash. Le survivant, transporté à l'aéroport militaire de Constantine souffre d'un traumatisme crânien[4]. C'est le pire accident aérien sur sol le algérien depuis le crash du vol 6289 Air Algérie en 2003.

EnquêteModifier

La boîte noire a été rapidement retrouvé en « bon état » sur le site du crash de l'appareil, au lendemain de la catastrophe. 76 corps, dont 4 femmes, ont été récupérés par les secouristes[5].

Selon une source proche de l'enquête, l'avion de transport militaire, pris dans des vents violents et victime d'une mauvaise visibilité dû aux conditions météorologiques difficiles, est tombé « nez en avant ». Le ministère de la Défense ajoute que « les conditions météorologiques très défavorables avec un orage accompagné de chutes de neige seraient à l'origine de ce crash». L’enquête reste toujours en cours[6].

RéactionModifier

Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de 3 jours. « Les soldats qui ont péri dans le crash sont des martyrs du devoir.» Le vendredi sera consacré « au recueillement à leur mémoire » dans tout le pays et dans toutes les mosquées a-t-il annoncé[7].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Accident description », sur aviation-safety, (consulté le 25 janvier 2015)
  2. « Le film de la catastrophe », sur elwatan, (consulté le 25 janvier 2015)
  3. « VIDEOS. Crash en Algérie : la boîte noire retrouvée en «bon état» », sur Le Parisien, (consulté le 25 janvier 2015)
  4. « Algérie: intenses recherches pour élucider les circonstances du crash », sur L'Express, (consulté le 25 janvier 2015)
  5. « Algérie: trois jours de deuil national après le crash d'un avion », BFM TV,‎ (lire en ligne)
  6. « VIDEOS. Crash en Algérie : la boîte noire retrouvée en «bon état» », sur Le Parisien, (consulté le 30 avril 2015)
  7. « Algérie: trois jours de deuil national après le crash d'un avion », BFM TV,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier