Coyah (ou Coya, Koyah, Quoyah) est une ville de la République de Guinée, située à environ cinquante kilomètres de la capitale Conakry. C'est le chef-lieu de la préfecture homonyme.

Coyah
Madinagbe village, Coyah.jpg
Le village de Madinagbe à Coyah
Géographie
Pays
Région
Préfecture
Sous-préfecture
Coyah (d)
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : Guinée
(Voir situation sur carte : Guinée)
Point carte.svg

ToponymieModifier

« Coyah » serait une déformation du patronyme du fondateur de la localité, Mangué Koyo, qui, vers la fin du XVIIIe siècle, guidait des migrants Soussou à la recherche de terres agricoles et de nouveaux territoires de chasse[1]. Cependant une autre origine est également avancée : Coyah signifierait « lieu du sel » en soussou[2].

GéographieModifier

 
Habitantes de Coyah.

ReliefModifier

À une altitude d'environ 95 m, Coyah est située au pied du mont Kakoulima qui culmine à 1 107 m[3].

ClimatModifier

La localité possède un climat de savane de type Aw selon la classification de Köppen, avec une température annuelle moyenne de 27,3 °C et des précipitations d'environ 1 429,8 mm par an, beaucoup plus importantes en été qu'en hiver[4].

PopulationModifier

Lors du recensement de 1983 on y a dénombré 14 254 habitants[5].

À partir d'une extrapolation du recensement de 2014 (RGPH3), la population de Coyah Centre a été estimée à 53 019 personnes[6].

Les Soussou y sont largement majoritaires[7].

ÉconomieModifier

Malgré la proximité de la capitale Conakry et Dubréka, une ville plus industrialisée, c'est une bourgade plutôt pauvre, confrontée à un chômage massif. Elle reste une zone de production de sel – quoique concurrencée par le sel importé – et d'une eau minérale qui porte le nom de la commune[8].

TransportsModifier

Depuis l'achèvement d'une route nationale à 2x2 voies la reliant à la capitale, Coyah fait figure de grande banlieue de Conakry, mais au sortir de la presqu'île de Kaloum à la circulation très dense, elle marque en direction de Kindia et du nord-est le début de la « brousse[9] ».

D'importants travaux se poursuivent en 2020 pour reconstruire la route nationale N1 qui doit relier Coyah à Mamou et Dabola[10].

Personnalités nées à CoyahModifier

Notes et référencesModifier

  1. Diagnostic local de sécurité 2016. Communes urbaines de Coyah et Dubréka, Coginta, 2016, p. 3
  2. Olivier Weller, Alexa Dufraisse, Pierre Pétrequin, Sel, eau et forêt d'hier à aujourd'hui, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 77 (ISBN 9782848672304)
  3. (en) Mohamed Saliou Camara, Thomas O'Toole, Janice E. Baker, « Mount Kakoulima », in Historical Dictionary of Guinea, Scarecrow Press, 2013 (5e éd. rév.), p. 220 (ISBN 9780810879690)
  4. « Météo et climat à Coyah », planificateur.a-contresens.net [1]
  5. Diagnostic local de sécurité 2016. Communes urbaines de Coyah et Dubréka, op. cit., p. 4
  6. République de Guinée, Institut national de la statistique, Annuaire statistique 2016, p. 53 [2]
  7. Diagnostic local de sécurité 2016. Communes urbaines de Coyah et Dubréka, op. cit., p. 77
  8. Diagnostic local de sécurité 2016. Communes urbaines de Coyah et Dubréka, op. cit., p. 6
  9. Guinée. Country Guide, coll. Petit Futé, 2019, p. 130
  10. « Route nationale N°1 Coyah-Mamou-Dabola : des perturbations de la circulation annoncées… », africaguinee.com, 20 janvier 2020 [3]

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier