Cowansville

ville du Québec, Canada

Cowansville est une ville de la région administrative de l'Estrie, au Québec, au Canada. Elle est le chef-lieu de la municipalité régionale de comté de Brome-Missisquoi, sur les rives de la rivière Yamaska[2].

Cowansville
Cowansville
La maison Nesbitt sur la rue du Sud à Cowansville
Blason de Cowansville
Fortitudo et decor (Vitalité et beauté)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Estrie
Subdivision régionale Brome-Missisquoi
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Sylvie Beauregard
2017 - 2021
Code postal J2K
Constitution
Démographie
Gentilé Cowansvillois, oise
Population 13 670 hab.[1] (2018)
Densité 297 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ nord, 72° 45′ ouest
Superficie 4 609 ha = 46,09 km2
Divers
Indicatif +1 450
Code géographique 2446080
Devise Fortitudo et decor (Vitalité et beauté)
Localisation
Dans la MRC : Brome-Missisquoi.
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Le recensement de 2016 y dénombre 13 656 habitants[3].

GéographieModifier

Située au cœur de la MRC de Brome-Missisquoi, Cowansville est bordée de montagnes (Bromont, Sutton) à l'est et de plaines à l'ouest (région de Farnham). À moins d'une heure de route de deux villes-centres, Montréal et Sherbrooke, elle est aussi située près de la frontière américaine, à environ une trentaine de minutes en voiture. Dans la MRC de Brome-Missisquoi, elle est elle-même une ville-centre, située à l’intersection des routes provinciales 104/139 et 202, ce qui en fait le carrefour routier le plus achalandé de cette région et lui vaut l'appellation de « Carrefour de Brome-Missisquoi ».

Municipalités limitrophesModifier

  Brigham,
East Farnham
 
Farnham N Lac-Brome
O    Cowansville    E
S
Dunham Sutton

HistoireModifier

 
Le pont de Freeport construit en 1870.

Le premier à s'installer sur le site de la municipalité est Jacob Ruiter. En 1800, il fait bâtir un moulin à farine et un moulin à scie. En 1805, Ruiter baptise la petite agglomération naissante « Nelsonville », en l'honneur de l'amiral britannique, Lord Horatio Nelson, tué lors de la bataille navale de Trafalgar[4].

Cowansville doit son nom à Peter Cowan, marchand montréalais, installé dans la région en 1836 et devenu maître de poste en 1841. Pour éviter que le courrier ne soit envoyé par mégarde à Nelsonville, près d'Hamilton au Haut-Canada, il décide de renommer la ville[5], le changement de nom officiel ne se fera qu'en 1876[4].

Au cours des années 1870, la construction de la ligne de chemin de fer de la South Eastern Railway reliant Montréal à Cowansville, la construction du pont de Freeport reliant le secteur du même nom à la ville et l'ouverture d'une première succursale bancaire, celle de la Eastern Townships Bank, contribuent à l'expansion de la municipalité. Le commerce s'y développe. Détachée du canton de Dunham, la nouvelle municipalité est incorporée le , devenant officiellement le village de Cowansville. Après une forte croissance industrielle durant le XXe siècle, le village devient une ville le et s'accroît par diverses annexions pendant l'après-guerre dont celle de Sweetsburg en 1964[4].

DémographieModifier

Évolution démographique de Rexton depuis 1981
1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016
11 64311 98612 05112 03212 18212 48913 656
(Sources : [6],[7])

La municipalité compte aujourd'hui plus de 13 000 habitants[8]. En 2016, 82,4 % de la population de Cowansville utilisait le français comme langue parlée[9], contrairement à l'époque où l'anglais l'était presque majoritairement. La part de l'anglais comme langue d'usage a diminué de 24,1 % entre 1996 et 2001. Par ailleurs, la part des langues autres que le français ou l'anglais comme langue d'usage demeure faible (1,77 %). L'âge médian de la population y est plus élevé que dans l'ensemble de la province (45,5 ans contre 41,9 ans dans le reste de la province)[10]. La proportion de la population ayant complété des études post-secondaires y est beaucoup plus faible que dans l'ensemble de la province (44,2 % contre 59,8 % dans le reste de la province)[11].

AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers.[12]

Cowansville
Maires depuis 2002
Élection Maire Qualité Résultat
2002 Arthur Fauteux Maire depuis 1998
Conseiller municipal (1986-1994)
Voir
2005 Voir
2009 Voir
2013 Voir
2017 Sylvie Beauregard Conseillère municipale (2009-2017) Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

ÉconomieModifier

 
Cheminée de l'ancienne usine Vilas (démolie en 2007)

On trouve à Cowansville plusieurs commerces, l'hôpital Brome-Missisquoi-Perkins, un palais de justice, un bureau de poste qui offre aussi des services du gouvernement fédéral, une école secondaire régionale et bilingue (Massey-Vanier), un centre d'interprétation de la nature et une plage situés près du lac Davignon, ainsi qu'un CLSC.

Durant les années 1990 et au début des années 2000, plusieurs grandes bannières s'installent à Cowansville. En 1991, le Canadian Tire qui était situé dans un petit local du centre-ville s'installe au carrefour de la rue du Sud et de la route 139. En 1996, c'est au tour du supermarché IGA de venir s'installer dans ce secteur. L'ancien local du IGA au centre-ville sera occupé par une pharmacie Jean Coutu en août 1996. Puis, en 1999, se joignent Burger King et Tim Hortons, ouverts tous les deux sur la rue du Sud également, à quelques jours d'intervalle. En janvier 2002, le supermarché Provigo est transféré dans un tout nouveau marché Loblaws, sur la rue Sud au coin de la rue Miner, puis en février de la même année c'est la bannière Super C qui ouvre ses portes à Cowansville, sur le coin des routes 104/139 et 202. La SAQ de Cowansville en profite la même année pour aller s'installer dans de nouveaux locaux à proximité du Super C. Les deux commerces utilisent le même stationnement. En janvier 2004, Walmart ouvre ses portes à Cowansville, en face de Super C, aussi sur la rue du Sud. À la fin des années 2000, plusieurs concessionnaires automobiles se sont installés à proximité du carrefour commercial de la ville. Le 10 décembre 2008, la 100e rôtisserie St-Hubert a ouvert ses portes à Cowansville, dans ce même secteur.

En 2009 s'implante le Marché de solidarité régionale de Cowansville, un projet d'économie sociale des Amies de la Terre de Brome Missisquoi qui favorise l’achat de proximité, l’accès à des produits sains, de qualité et écologiques et soutient les producteurs locaux. La même année, la boulangerie artisanale La Mie Bretonne ouvre ses portes en face du Jean Coutu sur la rue Sud.

En 2012, la succursale de la Banque nationale du Canada qui était située au centre-ville est déménagée dans un tout nouvel édifice, qui possède le même stationnement que le Super C et la SAQ. La Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi a également ouvert des bureaux avec un service de guichet automatique dans le quartier, sans toutefois fermer son siège social du centre-ville.

En 2012 également, le restaurant PFK qui avait pignon sur rue au 1533 rue du Sud depuis 1975, a fermé ses portes. C'est le magasin Chaussures Pop qui prit possession de la bâtisse et qui y déménagea sa succursale du Domaine du Parc à l'hiver 2015.

La banque CIBC, qui occupait un local du Domaine du parc depuis 1979, au centre-ville, a déménagé dans un tout nouveau local sur la rue du Sud en juillet 2015.

Le marché public a lieu les jeudis de la fin juin à mi-octobre.

CultureModifier

 
Fontaine au coin de la rue du Sud et de la Rivière

La ville possède divers établissements culturels en plus des activités qui y sont organisées. On y retrouve notamment le musée Bruck qui abrite également la société d'histoire de Cowansville. Depuis 1920, la ville a également une salle de spectacle aujourd'hui utilisée comme cinéma, le cinéma Princesse[13]. Sur la scène Davignon diffuse divers spectacles en salle, notamment à l'église Emmanuel[14] et à l'auditorium de la polyvalente Massey-Vanier, une série de concerts classiques ont lieu au musée Bruck en plus d'une programmation estivale au parc Davignon.

La ville accueillait auparavant le festival Musique en Vue et le festival BD migratoires[15]. Depuis 2017, le Rendez-vous Fest a lieu à la fin août au parc Davignon.

De plus, en 2014, la MRC Brome-Missisquoi a lancé le site Carrément Culture, qui répertorie les événements culturels de la région et qui offre un répertoire culturel, où les artistes peuvent s'inscrire gratuitement[16].

La ruche d'art est un atelier d'art ouvert à tous situé sur la rue Principale.

Personnalités liéesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation, « Décret de population 2018 », sur mamh.gouv.qc.ca, (consulté le )
  2. Gouvernement du Québec, « Cowansville », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation
  3. Recensement 2016 : Cowansville
  4. a b et c Société d'histoire de Cowansville, « Nos prédécesseurs » (consulté le )
  5. Toponymie : Cowansville
  6. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Cowansville, V » (consulté le )
  7. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Cowansville, V » (consulté le )
  8. Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation, « Cowansville - Répertoire des municipalités » (consulté le )
  9. Gouvernement du Canada, Statistique Canada, « Profil du recensement, Recensement de 2016 - Cowansville, Ville [Subdivision de recensement], Québec et Brome-Missisquoi, Municipalité régionale de comté [Division de recensement], Québec », sur www12.statcan.gc.ca (consulté le )
  10. Statistiques Canada, « Profil du recensement » (consulté le )
  11. Statistiques Canada, « Série « Perspective géographique » de l'ENM – Cowansville » (consulté le )
  12. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux
  13. Stéphane Champagne, « La renaissance du cinéma Princesse », La Voix de l'Est,‎ (lire en ligne)
  14. « Sur La Scène Davignon », sur Réseau centre (consulté le )
  15. Marie-Ève Lambert, « Festival des BD migratoires de Cowansville : un nouveau nom, un même événement », La Voix de l'Est,‎ (lire en ligne)
  16. Rémi Jacques, « CarrémentCulture.ca - Une adresse unique pour la culture dans Brome-Missisquoi », brome-missisquoi.ca,‎ (lire en ligne)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier