Coustouges

commune française du département des Pyrénées-Orientales

Coustouges Écouter est une commune française située dans le sud-est du département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Vallespir, ancienne vicomté (englobée au Moyen Âge dans la vicomté de Castelnou), rattachée à la France par le traité des Pyrénées (1659) et correspondant approximativement à la vallée du Tech, de sa source jusqu'à Céret.

Coustouges
Coustouges
Vue de l'est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Vallespir
Maire
Mandat
Michel Anrigo
2020-2026
Code postal 66260
Code commune 66061
Démographie
Gentilé Coustougiens, Coustougiennes
Population
municipale
93 hab. (2019 en diminution de 13,89 % par rapport à 2013)
Densité 5,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 22′ 07″ nord, 2° 39′ 02″ est
Altitude Min. 411 m
Max. 1 120 m
Superficie 16,86 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Canigou
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Coustouges
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Coustouges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coustouges
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coustouges

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par la rivière de Saint-Laurent et par deux autres cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé de deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Coustouges est une commune rurale qui compte 93 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 600 habitants en 1846. Ses habitants sont appelés les Coustougiens ou Coustougiennes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune de Coustouges se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie et est frontalière avec l'Espagne (Catalogne)[1].

Elle se situe à 42 km à vol d'oiseau de Perpignan[2], préfecture du département, à 16 km de Céret[3], sous-préfecture, et à 12 km d'Amélie-les-Bains-Palalda[4], bureau centralisateur du canton du Canigou dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie d'Amélie-les-Bains-Palalda[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[5] : Saint-Laurent-de-Cerdans (3,6 km), Serralongue (8,4 km), Le Tech (9,9 km), Arles-sur-Tech (10,0 km), Montferrer (10,3 km), Lamanère (10,7 km), Amélie-les-Bains-Palalda (12,1 km), Corsavy (12,4 km).

Sur le plan historique et culturel, Coustouges fait partie du Vallespir, ancienne vicomté (englobée au Moyen Âge dans la vicomté de Castelnou), rattachée à la France par le traité des Pyrénées (1659) et correspondant approximativement à la vallée du Tech, de sa source jusqu'à Céret[6].

 
Situation de la commune.

Géologie et reliefModifier

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[9].

 
Situation géographique.
 
Situation géographique.

HydrographieModifier

La Muga sépare le sud de la commune de l'Espagne[10].

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s'agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[11].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 11,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 5,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 14,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 850 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Serralongue », sur la commune de Serralongue, mise en service en 1985[16] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[17],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12,5 °C et la hauteur de précipitations de 1 033,8 mm pour la période 1981-2010[18]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Perpignan », sur la commune de Perpignan, mise en service en 1924 et à 42 km[19], la température moyenne annuelle évolue de 15,4 °C pour la période 1971-2000[20], à 15,7 °C pour 1981-2010[21], puis à 16,1 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 5] est recensée sur la commune[23] : le « bassin de Coustouges » (804 ha)[24] et une ZNIEFF de type 2[Note 6],[23] : « le Vallespir » (47 344 ha), couvrant 18 communes du département[25].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Coustouges est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[26],[27],[28]. La commune est en outre hors attraction des villes[29],[30].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (95,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (94,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (84,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,3 %), prairies (4,3 %)[31].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transportsModifier

La ligne 532 du réseau régional liO relie la commune à la gare de Perpignan.

Risques majeursModifier

Le territoire de la commune de Coustouges est vulnérable à différents aléas naturels : inondations, climatiques (grand froid ou canicule), feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité moyenne). Il est également exposé à un risque particulier, le risque radon[32],[33].

Risques naturelsModifier

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par crue torrentielle de cours d'eau du bassin du Tech[34].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont soit des mouvements liés au retrait-gonflement des argiles, soit des glissements de terrains, soit des chutes de blocs, soit des effondrements liés à des cavités souterraines[35]. Une cartographie nationale de l'aléa retrait-gonflement des argiles permet de connaître les sols argileux ou marneux susceptibles vis-à-vis de ce phénomène[36]. L'inventaire national des cavités souterraines permet par ailleurs de localiser celles situées sur la commune[37].

Ces risques naturels sont pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais d'un plan de prévention des risques inondations et mouvements de terrains[38].

Risque particulierModifier

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Coustouges est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[39].

ToponymieModifier

Formes du nom

Coustouges est mentionnée pour la première fois en 936 sous le nom de Costogia. On rencontre par la suite les formes Custuja et Costoja au Xe siècle, Custodia et Custoja aux XIe siècle et XIIe siècle, Cellera de Costoja en 1200 et Costoia en 1339[10]. Les formes Costoga, Costoia et Custodia ont cours durant les XIVe siècle et XVe siècle. Au XVIIe siècle, on utilise Costuja et Costoja. Le s final, marquant un faux pluriel, n'apparaît que tardivement lors de la francisation du nom, au XIXe siècle, où l'on trouve alors les formes Costoges et Coustouges[40].

En catalan moderne, le nom de la commune est Costoja[41]. La graphie traditionnelle de Custoja reste toutefois préférable[40].

Étymologie

Le nom de Coustouges provient du latin Custodia, qui désignait soit un poste de garde, soit une mission de surveillance. Un lieu-dit proche se nomme La Guarda. La position stratégique du village confirme cette étymologie[40].

HistoireModifier

 
Caveau d'une ancienne famille COSTA.

La commune de Villeroge est créée en 1790 mais rattachée à la commune de Coustouges dès l'an II[42].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[43]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Dauglade    
1792 1793 Antoine Fons    
1793 ? Barthélémy Dabozy    
? 1809 Joseph Deutaner    
1809 1812 Joseph Baus    
1812 1815 Taja    
1815 1820 Jacques Llobet    
1820 15 août 1830 Jean Dagas    
1830 1843 Jean Taja    
1843 1846 Joseph Dagas    
1846 1848 Damien Berdaguer    
1848 1848 Abdon Coste    
1848 1855 Jean Taja    
1855 1865 Damien Berdaguer    
1865 1871 Gabriel Berdaguer    
1871 1874 Jean Baux    
1874 1885 Gabriel Berdaguer    
1885 1886 Jacques Baux    
1886 1904 Gabriel Berdaguer    
1904 1915 Michel Guitard    
1915 1918 Jules Serre    
1918 1925 Michel Guitard    
1925 1927 André Gélis    
1927 1945 Jacques Baux    
1945 1947 Joseph Berdaguer    
1947 1951 Jean Molins    
1951 1965 Sauveur Cufi    
1965 1971 Jean Malirach    
1971 1977 Jacques Serrat    
1977 1991 Étienne Cufi DVG  
1991 mai 2011 Jean-Marie Malignon DVG  
mai 2011 mars 2014 Jean-Claude Barbaud    
mars 2014 En cours Michel Anrigo[44]    

Population et sociétéModifier

Démographie ancienneModifier

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1378 1515 1553 1643 1709 1720 1730 1767 1774
21 f3 f5 f26 f38 f18 f55 f100 H20 f
1789 1790 - - - - - - -
50 f571 H-------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Note : 1553 : pour Coustouges et Villeroge.

Démographie contemporaineModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[45]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[46].

En 2019, la commune comptait 93 habitants[Note 8], en diminution de 13,89 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +3,73 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
60457409517550566568600587
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
551547543530565476480519502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
532522531423415363288303285
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
233207171163119134118113108
2018 2019 - - - - - - -
9393-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2006[48].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[49] 1975[49] 1982[49] 1990[49] 1999[49] 2006[50] 2009[51] 2013[52]
Rang de la commune dans le département 139 160 147 160 161 168 173 181
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

EnseignementModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Fête patronale : 15 et 16 août[53] ;
  • Fête champêtre de la saint-Michel : dernier dimanche de septembre[53].

SantéModifier

SportsModifier

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 078 [54].

EmploiModifier

Entreprises et commercesModifier

 
Vue d'ensemble

Culture locale et patrimoineModifier

Monuments et lieux touristiquesModifier

 
Vue de l'église depuis la place.

On trouve dans le village plusieurs plaques bilingues aux noms fantaisistes indiquant les noms des rues et des places.

L'église Sainte-Marie (  Classé MH (1840))[55] est d'époque romane. Elle est en bon état de conservation malgré le fait que son portail a la particularité d'avoir été taillé dans la pierre tendre, et non dans le marbre comme celui de la plupart des édifices.

Le hameau de Villeroge possède sa propre église, dédiée à Saint-Michel.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Alain Reynaud, « Coustouges : « Nous voulons rester libres » », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, Pyrénées, t. 49,‎ , p. 544-547 (DOI https://doi.org/10.3406/rgpso.1978.3576).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[13].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Coustouges », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Coustouges et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Coustouges et Céret », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Coustouges et Amélie-les-Bains-Palalda », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches de Coustouges », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 227-228.
  7. Carte IGN sous Géoportail
  8. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le ).
  9. « Plan séisme » (consulté le ).
  10. a et b Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014).
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  13. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  16. « Station Météo-France Serralongue - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Orthodromie entre Coustouges et Serralongue », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France Serralongue - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  19. « Orthodromie entre Coustouges et Perpignan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  22. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  23. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Coustouges », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF le « bassin de Coustouges » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF « le Vallespir » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  31. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  32. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), chapitre 1 - Liste des risques par commune.
  33. « Les risques près de chez moi - commune de Coustouges », sur Géorisques (consulté le )
  34. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  35. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  36. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  37. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Coustouges », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  38. « Plans de Préventions des Risques naturels - Base de données actualisée à septembre 2020 », sur georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  39. « cartographie des risques d'inondations du tri de perpignan/saint-cyprien », (consulté le )
  40. a b et c Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p., p. 422, 423.
  41. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  42. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  43. Liste des maires de Coustouges sur MairesGenWeb
  44. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  45. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  46. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  47. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  49. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  50. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  51. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  52. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  53. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  54. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  55. « Eglise Sainte-Marie », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  56. « Shakira, une star mondiale se cache en Haut-Vallespir », L'Écho du Roussillon, no 29,‎ , p. 11.