Course mécanique sur route

Riverside International Raceway était un exemple de parcours routier

La course mécanique sur route est une forme de course de sport automobile qui se déroule sur une route. Les courses peuvent avoir lieu soit sur un circuit fermé, soit sur un circuit de rue utilisant des routes publiques temporairement fermées. À l'origine, ces courses se déroulaient presque entièrement sur la voie publique, mais des problèmes de sécurité pour le public conduisirent le transfert de la plupart de ces épreuves sur des circuits de compétition conçus spécialement.

L'origine de ces courses sur route se situe en Europe occidentale et en Grande-Bretagne ou les véhicules à moteur sont devenus plus courants au début du XXe siècle. Après la Seconde Guerre mondiale les courses de voitures sur route ont été organisées en épreuves appelées championnat du monde de Formule 1 sous l'autorité de la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA) tandis que les courses de motos sur route le furent dans le cadre de courses de motos Grand Prix maintenant appelées MotoGP sous l'autorité de la Fédération Internationale de Motocyclisme (FIM)[1]. Le succès et la popularité des courses sur route ont permis à ces sports de se diffuser à travers le monde, des courses de Grand Prix sur route s'étant déroulées sur six continents[2]. Il existe d'autres variantes de ces course sur route qui comprennent les courses de voitures de sport, de tourisme, de superbikes, de camions, de karts et des courses d'endurance.

Histoire des courses sur routeModifier

Les premières courses sur routeModifier

 
Automobiles participant au Grand Prix de France en 1906

La première course automobile organisée a eu lieu en France le 22 juillet 1894 entre Paris et Rouen[1],[3],[4]. La première course aux États-Unis était une compétition de 54 milles entre Chicago et Evanston, Illinois, aller-retour, le 27 novembre 1895 [5]. En 1905, la Coupe Gordon Bennett, organisée par l'Automobile Club de France, était considérée comme la course la plus importante au monde [6]. En 1904, l' Association Internationale des Automobiles Clubs Reconnus fut formée par plusieurs clubs automobiles européens[7]. En 1904, la FIM créa la coupe internationale des motos[8],[9]. La première course internationale de moto sur route eu lieu en 1905 à Dourdan, en France . En 1906 à la suite d'un désaccord avec les organisateurs de la Coupe Bennett sur une réglementation limitant le nombre de participants, les constructeurs automobiles français réagirent en organisant la première course du Grand Prix de France au Mans [10]. La première course d'endurance des 24 Heures du Mans eu lieu en 1923[11].

Évolution du parcoursModifier

La grande majorité des courses sur route se déroulaient sur de longs circuits de routes publiques fermées, et non sur des circuits de course spécialement conçus[12]. Ce fut le cas pour

Les exceptions étaient le circuit ovale fortement incliné de Brooklands en Angleterre, achevé en 1906, l'Indianapolis Motor Speedway, et les tracés ovales inclinées construits en Europe de Monza (1922) et Montlhéry (1924)[16],[17],[18],[19].

Les courses sur route sur la voie publique furent interdites en Grande-Bretagne en 1925 lorsqu'un spectateur fut blessé lors du Kop Hill Climb. Le Royal Automobile Club (RAC) et l'Auto-Cycle Union (ACU) cessèrent de délivrer des permis pour les courses sur la voie publique, une politique qui n'a pas changé à ce jour[12]. Donington Park fut le premier circuit fermé permanent au Royaume-Uni ou la première course de moto se tient en 1931[20]. À mesure que les technologies automobile et moto s'amélioraient, les coureurs commencèrent à atteindre des vitesses de plus en plus élevées, provoquant un nombre croissant d'accidents sur des routes non conçues pour des véhicules motorisés[1],[21]. Au fil des ans les préoccupations en matière de sécurité publique ont finalement fait baisser le nombre d'événements de course sur routes publiques en Europe. Les Mille Miglia était une exception notable qui a pu se poursuivre jusqu'en 1957 [22].

À la fin de la Première Guerre mondiale, les compétitions sur route pour auto et moto prirent des directions différentes en Europe et en Amérique du Nord[1],[23]. Aux États-Unis, les course automobiles se déroulaient généralement sur des pistes ovales comme l'Indianapolis Motor Speedway ou le Milwaukee Mile. Les courses de motos américaines d'avant-guerre se déroulaient principalement sur des pistes de terre, utilisant des hipodromes de courses de chevaux largement disponibles . D'autres types de courses aux États-Unis se sont également développées comme le stock-car et les courses de dragsters.

 
Une section du Nürburgring

Les traditionnelles courses sur route en Europe, en Amérique du Sud, en Grande-Bretagne et dans les pays du Commonwealth britannique se développèrent autour de courses organisées sur des routes publiques asphaltées comme le circuit de la Sarthe près du Mans, en France, le circuit de Spa-Francorchamps en Belgique et le circuit du Mont Panorama en Australie[23] .Certains circuits européens étaient situés dans des régions montagneuses où la topographie impliquait de nombreuses courbes et changements d'altitude, permettant la création de tracés sinueux et vallonnés tels que le Nürburgring dans les montagnes de l'Eifel en Allemagne et le Circuit de Charade dans la Chaîne des Puys du Massif Central en France[24]. Ces circuits présentaient un tel défi qu'ils étaient à la fois redoutés et respectés par les compétiteurs. Les 20,8 km (13 mi) du tracés du Nürburgring avec plus de 300 m (984 pi) de dénivelé entre ses points les plus bas et les plus hauts, a été surnommé "L'enfer vert" par Jackie Stewart, en raison de sa nature difficile[25]. Le tracé sinueux du circuit de Charade a poussé certains pilotes comme Jochen Rindt lors du Grand Prix de France 1969 à se plaindre du mal des transports et à porter des casques ouverts pour pévenir des nausées.

L'après-guerreModifier

En 1949, la FIM débuta le championnat du monde de course de motos Grand Prix avec le Touris Trophy de l'île de Man comme événement inaugural[14],[26]. À l'exception du circuit de Monza, toutes les courses de Grand Prix se déroulaient sur des tracés de rue. L'Association Internationale des Automobiles Clubs Reconnus fut rebaptisée Fédération Internationale de l'Automobile en 1946 et des plans furent élaborés pour un championnat du monde de course sur route. En 1950, la FIA créa le championnat du monde de Formule 1, une compétition de sept manches qui comprenait les 500 Miles d'Indianapolis [27],[28]. Le championnat des constructeurs de Formule 1 débuta en 1955. Les courses automobiles furent temporairement interdite dans plusieurs pays après le drame survenu lors de l'édition des 24 Heures du Mans 1955[29]. La tragédie a souligné la nécessité d'améliorer les normes de sécurité pour les pilotes comme pour les spectateurs. Toutefois la sécurité demeurera un réel problème tout au long des années 1960 et 1970.

Le succès de pilotes américains tels que Phil Hill et Dan Gurney en Formule 1 à la fin des années 1950 suscitèrent un regain d'intérêt pour les courses sur route aux États-Unis et conduisit à la construction de nouveaux circuits sur route tels que le Riverside International Raceway, Road America et Laguna Seca[23]. Le Grand Prix moto des États-Unis 1964 eu lieu au Daytona International Speedway et conduisit à une visibilité internationale accrue pour la Daytona 200 culminant en 1974 avec la victoire du champion du monde Giacomo Agostini à 15 reprises [30].

Risques en course et sécuritéModifier

Le championnat de Formule 1 connu une de ses pires tragédies lors du Grand Prix d'Italie 1961 à Monza, lorsque le pilote Wolfgang von Trips perdit le contrôle de sa Ferrari et s'écrasa dans un stand plein de spectateurs, tuant 15 personnes et perdant lui-même la vie[27],[31]. En 1970, Jochen Rindt remporta le championnat des pilotes de Formule 1 à titre posthume, le seul homme dans l'histoire de la compétition, soulignant les risques persistants associés aux courses sur route.

Lorsque le pilote de moto Gilberto Parlotti fut tué alors qu'il participait au TT de l'île de Man 1972, cela déclencha le boycott du multiple champion du monde, Giacomo Agostini, ami proche de Parlotti. Cette compétition, la plus prestigieuse de l'année, fut dès lors de plus en plus boycotté par les meilleurs pilotes. En 1976, le Tourist Trophy face à la pression d'une demande de sécurité accrue dans les épreuves de course, perdit son statut de course du championnat du monde en étant révoqué par la FIM.

 
Les motards participent à une course sur route en 1969 sur le circuit de Riccione en Italie

Un autre incident de course se produisit à Monza lors du Grand Prix d'Italie moto de 1973, lorsqu'un accident de course coûta la vie aux champions du monde Jarno Saarinen et Renzo Pasolini. Après l'accident de von Trips en 1961, le circuit de Monza fut bordé de barrières en acier sur la demande des coureurs automobiles. La plupart des coureurs automobiles pensaient que les barrières en acier amélioreraient la sécurité des pilotes et des spectateurs, mais elles eurent l'effet inverse pour les motards et s'avérèrent fatales pour Saarinen et Pasolini [32].

Les dangers des circuits sur route ont été exposés davantage lors du Grand Prix d'Espagne 1975 organisé sur le circuit sinueux et bordé d'arbres de Montjuich à Barcelone[33]. Les pilotes constatèrent que les barrières de sécurité du circuit avaient été mal installées et menacèrent d'une grève si les barrières n'étaient pas mises aux normes. Sous la pression des organisateurs, la course commença avant d'être arrêtée après 29 tours lorsqu'une voiture fonça dans la foule, tuant quatre spectateurs.

Améliorations de la sécuritéModifier

À la fin des années 1970, la popularité des courses de Grand Prix sur route attira des sponsors commerciaux et des contrats de télévision lucratifs qui conduisirent à un niveau de professionnalisme accru[27],[34]. Les pilotes sur route s'organisèrent pour exiger que des réglementations de sécurité plus strictes soient adoptées par les organismes de tutelle en ce qui concernait la sécurité des pistes et plus d'exigences sur les organisateurs de courses . Les circuits qui étaient à l'origine des voies publiques furent modifiés pour inclure des chicanes et des zones de dégagement tandis que certains circuits furent raccourcis pour réduire la quantité de personnel de sécurité nécessaire à l'évènement. Ces changements entraînèrent une diminution spectaculaire des accidents et des décès [35].

Course sur route moderne sur la voie publiqueModifier

Dans les années 1980, les Grand Prix moto et les courses de Formule 1 se déroulaient sur des circuits de course spécialement conçus, à l'exception du Grand Prix de Monaco organisé dans les rues de la ville de Monaco. Les circuits en ville tels que le circuit de Montjuïc et celui d'Opatija avec leurs nombreux obstacles inamovibles, tels que des arbres, des murs en pierre, des lampadaires et des bâtiments, furent progressivement retirés du calendrier des compétitions du championnat du monde. [27],[35].

Bien que les événements organisés sur des routes publiques fermées comme le Tourist Trophy de l'île de Man aient perdu leur statut au championnat du monde en raison de leur risque considérable pour la sécurité, leur popularité continua de prospérer, donnant une branche de la course sur route connue sous le nom de Traditional Road Racing[36]. Les courses sur route traditionnelles sur des voies publiques fermées restent populaires au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande et dans certaines parties de l'Europe. Le Duke Road Racing Rankings fut créé en 2002 pour établir un classement des pilotes dans les épreuves traditionnelles de course sur route comme la North West 200 et le Grand Prix d'Ulster.

En Formule 1, les circuits en ville ont fait leur grand retour avec le circuit du Grand Prix de Melbourne et le circuit de Bakou, rejoignant celui de Monaco dans le cadre du championnat du monde. Aucun circuit de rue n'est utilisé dans les courses de MotoGP. [ citation nécessaire ]

Prolifération des courses sur routeModifier

 
Des voitures de sport négocient des courbes lors d'une course sur route
 
Karts participant à une course sur route

La popularité de la Formule 1 et des courses de Grand Prix moto a conduit à la formation de championnats du monde de course sur route pour d'autres types de véhicules. En 1953, la FIA sanctionna un championnat du monde de course de voitures de sport qui combinait les 24 Heures du Mans, les Mille Miglia, les 12 Heures de Sebring, les 24 Heures de Spa et les 1000 km du Nurburgring[37]. La NASCAR tint sa première course sur route en 1957 sur le circuit Watkins Glen International avec Buddy Baker comme vainqueur[38]. La FIA a lancé le Championnat d'Europe des voitures de tourisme en 1963[39].

La FIA a créé la Commission Internationale de Karting (CIK) en 1962 et, en 1964, le premier Championnat du Monde de Karting CIK a été remporté par Guido Sala[40],[41]. Le karting est devenu une étape importante dans le développement des pilotes sur route, dont les champions du monde de Formule 1 Ayrton Senna, Alain Prost ou Lewis Hamilton. Le Championnat d'Europe de courses de camions a été fondé en 1985 [42]. Un Championnat du Monde Superbike pour motos de production sur route a été créé en 1988[43].

Au fur et à mesure que la course sur route gagnait en popularité, elle finit par s'étendre à travers le monde avec des courses sur route pour des Grand Prix sur six continents[44]. L'expansion des séries de Formule 1 et de MotoGP entraîna la construction de circuits dédiés au Qatar au Moyen-Orient, à Sepang en Malaisie et à Shanghai en Chine .

Course sur route en Amérique du NordModifier

 
Road America, un parcours routier

Il existait une longue tradition de course sur route dans de vraies rues en Amérique du Nord. La définition du terme a cependant changé avec le temps, avec la domination croissante des courses sur ovales. Désormais, le terme parcours routier est souvent utilisé comme une notion englobant tout circuit qui n'est pas un ovale, avec même des circuits combinés (ou Rovals comme on peut parfois les appeller) tels que les 24 heures de Daytona pour les voitures de sport. Les tracés routiers américains contemporains les plus célèbres sont construits à cet effet. Certains ont fait évolué leur tracé traditionnel original comme le Riverside International Raceway à Riverside, Californie (fermé depuis 1989), Watkins Glen International à Watkins Glen, New York, Road America à Elkhart Lake, Wisconsin et le Sonoma Raceway à Sonoma, Californie. Aux États-Unis, un circuit sur route permanent et spécialement conçu (pas spécifiquement un circuit de rue) est parfois défini comme un parcours sur route «naturel» ou «spécifique».

En 1933 après quelques décennies d'événements sportifs, trois fils de Barron Collier (Barron, Miles et Samuel) fondèrent l'Automobile Racing Club of America. En 1944 cette organisation est devenue le Sports Car Club of America. Tout au long de son histoire, des pilotes américains de voitures de course tels que Briggs Cunningham, Lake Underwood, Carroll Shelby et Mark Donohue participèrent à ces épreuves de course sur route.

Le Road Racing Drivers Club fut formé et invitait les membres sur simple nomination. Ses présidents furent Walt Hansgen, Dolph Vilardi, John Gorden Benett, Robert Grossman, Lake Underwood, Mark Donohue, Bob Sharp, Skip Barber, Dave Ammen, Bob Akin, Brian Redman et Bobby Rahal[45].

Les parcours routiers spécialement conçus aux États-Unis comprennent :

 
Circuit en ville à Long Beach

La course sur les voies publiques ayant fait leur grand retour, la course de ce genre la plus célèbre actuellement organisée est le Grand Prix de Long Beach, se disputant chaque année à Long Beach, Californie. D'autres circuits en ville célèbres en Amérique du Nord comprennent des événements organisés à Saint-Pétersbourg, en Floride, à Montréal au Québec, à Détroit, Michigan et à Toronto, Ontario .

Les pistes d'aéroport figurent dans plusieurs parcours routiers à temps partiel en Amérique du Nord. L'aéroport de Burke Lakefront à Cleveland, Ohio accueillait une course de Champ Car jusqu'en 2007, le parcours de Saint-Pétersbourg utilise la piste de l'aéroport Albert Whitted comme ligne droite principale. Le Sebring International Raceway, qui accueille la prestigieuse course de 12 heures en mars, utilise une partie du complexe de pistes de l'ancien aérodrome militaire de Sebring en Floride, bien que l'aéroport civil actuel se trouve en dehors de la piste, en travers de l'ancien aérodrome. Plus récemment, l'Edmonton Indy eu lieu sur les pistes de l' aéroport d'Edmonton City Centre à Edmonton en Alberta.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d « Automobile Racing », britannica.com (consulté le 10 décembre 2018)
  2. « The History of Motorcycle Racing », hondaracingcorporation.com (consulté le 16 août 2018)
  3. Rémi Paolozzi, « The cradle of motorsport », Welcome to Who? What? Where? When? Why? on the World Wide Web, Forix, Autosport, 8W,
  4. « Dawn of Automobile Racing », grandprixhistory.org (consulté le 17 septembre 2018)
  5. « America's First Automobile Race, 1895 », eyewitnesstohistory.com (consulté le 17 septembre 2018)
  6. « James Gordon Bennett Cup », firstsuperspeedway.com (consulté le 17 septembre 2018)
  7. « About FIA », fia.com (consulté le 17 septembre 2018)
  8. « Motorcycle Racing », britannica.com (consulté le 10 décembre 2018)
  9. « The history about motorcycle racing », rideumba.com (consulté le 17 septembre 2018)
  10. « The First French Grand Prix », firstsuperspeedway.com (consulté le 16 août 2018)
  11. « Le Mans History », silhouet.com (consulté le 17 septembre 2018)
  12. a et b « The Sprint Events of the 1920s », motorsportmagazine.com (consulté le 27 août 2018)
  13. « Targa Florio », grandprixhistory.org (consulté le 16 août 2018)
  14. a et b « History of the Isle of Man TT », iomtt.com (consulté le 16 août 2018)
  15. « History of the Isle of Man TT Races », ttwebsite.com (consulté le 16 août 2018)
  16. « Brooklands History », brooklandsmuseum.com (consulté le 16 août 2018).
  17. « First Indianapolis 500 held », history.com (consulté le 16 août 2018).
  18. « Circuit History », racingcircuits.info (consulté le 17 septembre 2018).
  19. « Montlhéry's motor-racing track », montlhery.com (consulté le 17 septembre 2018).
  20. « Donington Park Trophy », kolumbus.fi (consulté le 20 septembre 2018)
  21. « A Short History of Endurance », fim-live.com (consulté le 16 septembre 2018)
  22. « Mille Miglia », grandprixhistory.org (consulté le 16 août 2018)
  23. a b et c DeWitt, Norman L., Grand Prix Motorcycle Racers: The American Heroes, Books.Google.com, (lire en ligne)
  24. « The Volcanic Rush of Clermont Ferrand », speedhunters.com (consulté le 25 août 2018)
  25. « Hidden Glory at the Green Hell », roadandtrack.com (consulté le 25 août 2018)
  26. « MotoGP History », motogp.com (consulté le 16 août 2018)
  27. a b c et d « A Brief History of Formula One », espn.co.uk (consulté le 16 août 2018)
  28. World Championship of Drivers, 1974 FIA Yearbook, Grey section, pages 118 & 119
  29. Spurgeon, « On Auto Racing's Deadliest Day », The New York Times Company, Inc., (consulté le 19 août 2018)
  30. (en-US) « Daytona 200 celebrates 75th running of once-prestigious race », sur The Seattle Times, (consulté le 18 avril 2020)
  31. (en) Collantine, « 50 years ago today: F1’s worst tragedy at Monza », www.f1fanatic.co.uk, (consulté le 19 août 2018)
  32. « Monza history » [archive du ], monzanet.it (consulté le 4 mai 2017)
  33. « Protests in the Park », espn.co.uk, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 20 août 2018)
  34. Dennis Noyes et Michael Scott, Motocourse: 50 Years Of Moto Grand Prix, Hazleton Publishing Ltd, (ISBN 1-874557-83-7)
  35. a et b « Safety Improvements in Formula One Since 1963 », atlasf1.com (consulté le 20 août 2018)
  36. « Historical perspective of the Isle of Man TT », cycleworld.com (consulté le 19 août 2018)
  37. « History of WEC », wec-magazin.com (consulté le 16 septembre 2018)
  38. « Watkins Glen Track History », theglen.com (consulté le 16 septembre 2018)
  39. « History of Touring Car Racing 1952-1993 », touringcarracing.net (consulté le 16 septembre 2018)
  40. « 1962 », cikfia.com (consulté le 16 septembre 2018)
  41. « 1964 », cikfia.com (consulté le 16 septembre 2018)
  42. « European Truck Racing Championship », fia.com (consulté le 16 septembre 2018)
  43. « Superbike World Champions », worldsbk.com (consulté le 16 septembre 2018)
  44. « This Is How You Ship An F1 Car Across The Globe In 36 Hours », wired.com (consulté le 20 août 2018)
  45. « Road Racing Drivers Club - list of presidents », Rrdc.org (consulté le 8 août 2011)