Ouvrir le menu principal

Course en ligne masculine de cyclisme sur route aux Jeux olympiques d'été de 2008

Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Article général Pour un article plus général, voir Cyclisme aux Jeux olympiques d'été de 2008.
Cyclisme sur route aux Jeux olympiques d'été de 2008
Description de l'image 2008 Olympic cycling road race men.JPG.
Généralités
Sport Cyclisme sur route
Organisateur(s) UCI et le CIO
Lieu(x) Drapeau : République populaire de Chine Pékin, Chine
Date
Participants 143
Site(s) Vélodrome urbain sur route

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Espagne Samuel Sánchez
Deuxième Drapeau : Suisse Fabian Cancellara
Troisième Drapeau : Russie Aleksandr Kolobnev

Navigation

La course en ligne masculine de cyclisme sur route, épreuve de cyclisme des Jeux olympiques d'été de 2008, a lieu le sur le Vélodrome urbain sur route de Pékin (l'un des huit sites temporaires prévus pour ces Jeux). La course démarre à 11 heures du matin heure chinoise (UTC+8), avec une arrivée prévue au plus tard à 17 heures 30. Le parcours de la course, d'une longueur totale de 245,4 kilomètres (152,5 miles), s'étend au cœur de la métropole chinoise, et passe à proximité de lieux historiques de la ville tels que le Temple du ciel, le Palais de l'Assemblée du Peuple, la place Tian'anmen et le Stade national de Pékin. Après avoir roulé sur un terrain relativement plat de 78,8 km (49,0 mi) au nord du centre-ville de Pékin, les coureurs rejoignent ensuite une boucle de 23,8 km (14,8 mi). Ce circuit, à parcourir sept fois, contient des côtes avec des pourcentages allant jusqu'à 10 %, à proximité de la Grande Muraille[1].

La course est remportée par le coureur espagnol Samuel Sánchez en h 23 min 49 s au sprint devant cinq autres coureurs échappés. L'Italien Davide Rebellin et le Suisse Fabian Cancellara prennent respectivement la deuxième et la troisième place et reçoivent les médailles d'argent et de bronze. En , Rebellin est déclassé en raison d'un contrôle antidopage positif à l'EPO CERA à l'issue de l'épreuve. Après l'analyse de l'échantillon B qui confirme les résultats initiaux, il doit rendre sa médaille et rembourser l'argent gagné. Les médailles d'argent et de bronze sont attribuées à Cancellara et Alexandr Kolobnev. Le climat chaud et humide durant la course contraste fortement avec la forte et dense pluie du lendemain lors de la course féminine[2].

L'évènement a lieu le premier jour des Jeux olympiques de 2008[3]. Des craintes ont été exprimées avant les Jeux olympiques sur les menaces de pollution et leurs conséquences dans les sports d'endurance, mais aucun problème majeur ne se ressent au cours de la course[4].

Sommaire

QualificationModifier

Le nombre de participants pour la course se limite à cinq athlètes maximum par Comité national olympique (CNO). De plus, les athlètes doivent être classés par l'Union cycliste internationale (UCI), avec le classement UCI ProTour considéré comme supérieur aux circuits continentaux de cyclisme.

Courses sur route  
Course sur route hommes femmes
Contre-la-montre hommes femmes
Courses sur piste  
Vitesse individuelle hommes femmes
Vitesse par équipes hommes  
Keirin hommes  
Poursuite individuelle hommes femmes
Poursuite par équipes hommes  
Course aux points hommes femmes
Américaine hommes  
VTT  
Cross-country hommes femmes
BMX  
BMX hommes femmes

Le nombre de places de qualification allouées varie entre les différents circuits UCI, qui possèdent chacun leur propre système de classement. Tous les CNO qui ne sont pas en mesure de remplir leur quota d'athlètes grâce aux coureurs ProTour, peuvent sélectionner des cyclistes de l'un des circuits continentaux, et si cela n'est toujours pas suffisant, à partir des derniers championnats du monde UCI Élite B. Finalement, le nombre de places attribuées à chaque circuit est (dans l'ordre décroissant) : 70 coureurs pour l'UCI ProTour, 38 pour l'UCI Europe Tour, 15 pour l'UCI America Tour, 9 pour l'UCI Asia Tour, 5 pour l'UCI Africa Tour, et 3 pour l'UCI Oceania Tour. Cinq autres coureurs se sont qualifiés par le biais des Championnats du monde UCI « Élite B »[5].

Le nombre final de concurrents est fixé à 145, mais seulement 143 athlètes commencent la course. En effet, quatre cyclistes doivent, pour diverses raisons, annuler leur participation. C'est le cas de l'Italien Damiano Cunego remplacé par Vincenzo Nibali car insuffisamment remis de ses blessures contractées lors du dernier Tour de France[6]. Le Russe Vladimir Gusev est également remplacé par Denis Menchov, pour avoir manqué un contrôle anti-dopage avec son équipe Astana[7]. Le vice-champion olympique portugais Sérgio Paulinho (problèmes de santé)[8] et le Suisse Michael Albasini (clavicule cassée)[9] déclarent forfait mais ne sont pas remplacés.

ContexteModifier

Problèmes liés à la pollutionModifier

Avant l'ouverture des Jeux, le Comité international olympique tient à minimiser le risque de la pollution pour les athlètes, tout en se réservant la possibilité de changer le programme des épreuves d'endurance, comme le cyclisme sur route, si le niveau de pollution est trop élevé[10]. Les athlètes participants à ces évènements peuvent consommer jusqu'à vingt fois plus que la quantité d'oxygène d'une personne normale. Un niveau élevé de pollution dans l'air peut nuire à la performance, il peut également endommager ou irriter les poumons d'un athlète, voire aggraver certains problèmes respiratoires comme l'asthme[11].

Des sources indépendantes montrent que le niveau de pollution est au-dessus de la limite jugée sûre par l'Organisation mondiale de la santé[12],[13]. Toutefois, la course cycliste a bien lieu, comme prévu, sans aucune objection de la part des athlètes. Sur les 143 cyclistes engagés, 53 abandonnent durant la course. Par comparaison, en 2004 plus de la moitié des coureurs abandonnent à Athènes. Après la course, plusieurs cyclistes se plaignent de la chaleur (26 °C) et de l'humidité (90 %), qui sont beaucoup plus élevées qu'en Europe, où a lieu la majorité des courses de l'UCI ProTour. La pollution n'est pas citée comme un problème majeur à l'exception de l'Allemand Stefan Schumacher qui déclare que la pollution joue un rôle dans son abandon[14].

Nations participantes et favorisModifier

 
Paolo Bettini (gauche) et Kim Kirchen (droite), deux favoris de la course.

Parmi les favoris désignés avant la course, on retrouve les coureurs de l'effectif espagnol[15]. Celui-ci inclut deux lauréats de grands tours, Alberto Contador et Carlos Sastre, accompagnés d'Alejandro Valverde, futur vainqueur du ProTour, de Samuel Sánchez, vainqueur de trois étapes sur le Tour d'Espagne 2007 et du sprinteur trois fois champion du monde Óscar Freire, également lauréat du maillot vert sur le dernier Tour de France. Valverde reste considéré comme le plus apte à remporter la course sur ce genre de parcours[16], notamment après ses récentes victoires lors de Liège-Bastogne-Liège et de la Classique de Saint-Sébastien, sept jours plus tôt. Les autres candidats aux médailles sont l'Italien tenant du titre Paolo Bettini[17], l'Allemand Stefan Schumacher et l'Australien Cadel Evans (deuxième des deux derniers Tours de France). Les équipes allemande et luxembourgeoise peuvent peser sur la course et prétendre à la victoire. La sélection allemande, en outre de Schumacher, peut compter sur Jens Voigt, tandis que les Luxembourgeois envisagent une bonne course des frères Andy et Fränk Schleck, ainsi que de Kim Kirchen, porteur du maillot jaune sur le Tour de France 2008[18],[19].

ParcoursModifier

Le Vélodrome urbain sur route (l'un des huit sites temporaires de ces Jeux) est d'une longueur de 102,6 km, tandis que le parcours mesurant 245,4 km au total, constitue la plus longue course de l'histoire olympique[20]. La ligne de départ se trouve vers le Yongdingmen Gate, un vestige de la vieille ville de Pékin, qui est une partie du district de Chongwen situé au nord de Pékin. L'épreuve se termine sur le Juyong Pass, dans le District de Changping.

 
Le Temple de Yonghe.

La route passe sur un total de huit districts : Chongwen, Xuanwu, Dongcheng, Xicheng, Chaoyang, Haidian, Changping, et Yanqing. Le décor de la course est décrit comme « majestueux »[21], le paysage incluant le Temple du ciel, le Palais de l'Assemblée du Peuple, la place Tian'anmen, le Temple de Yonghe et la Grande Muraille de Chine. On peut également apercevoir les œuvres architecturales construites spécialement pour ces J.O. telles que le Stade national de Pékin et le Centre national de natation (familièrement appelé le « Cube d'eau »).

Le parcours de la course masculine diffère sensiblement de celui de la course féminine qui est deux fois plus court. La course messieurs débute dans le centre de Pékin et, par conséquent, la route est relativement plate. Aux environs du kilomètre 78,8, les coureurs atteignent la section de Badaling de la Grande Muraille, pour commencer leur première des sept boucles de 23,8 km. Les cyclistes rencontrent une première augmentation du pourcentage de la pente lors du passage du col de Badaling. Ils gagnent ainsi 338,2 mètres d'altitude, sur une distance de 12,4 km entre le début du circuit et le point culminant de l'ascension. À partir de là, les coureurs roulent sur un faux plat, avant de descendre sur une autoroute en direction du Juyongguan. Les derniers 350 m de la course constituent une montée quelque peu raide, qui doit assurer une course intéressante jusqu'au bout[22].

En raison des règles de sécurité mises en place par les organisateurs, aucun spectateur ne peut assister à la course au bord de la route. Cette décision est très controversée : plusieurs personnalités du cyclisme, y compris le président de l'UCI Pat McQuaid et les participants australiens Stuart O'Grady[23] et Cadel Evans[24], critiquent cette position. Ils estiment que l'absence de personnes le long du parcours prive la course d'une atmosphère comparable aux autres épreuves cyclistes. Malgré ces protestations, la course se déroule sans spectateur[25].

Récit de la courseModifier

 
Samuel Sánchez, le champion olympique.

La course en ligne masculine débute à 11 h 00 heure locale (UTC+8). Dès les trois premiers kilomètres, Horacio Gallardo (Bolivie) et Patricio Almonacid (Chili) forment une échappée. Le duo compte jusqu'à quinze minutes d'avance, sans être considéré comme une menace par le peloton. Après 60 km, comme aucune équipe ne prend vraiment ses responsabilités, un groupe formé de vingt-six coureurs s'échappe. Parmi eux, on retrouve Carlos Sastre (Espagne), Kim Kirchen (Luxembourg), Jens Voigt (Allemagne), Roman Kreuziger (République tchèque) ou Simon Gerrans (Australie). Peu de temps après, les deux hommes de tête franchissent la ligne d'arrivée pour entamer la première des sept boucles de 23,8 km au programme.

 
Davide Rebellin, médaillé d'argent avant d'être déclassé pour dopage.

Le Chilien Almonacid en profite pour lâcher son compagnon d'échappé Gallardo. L'unique représentant chilien présent sur l'épreuve se fait rejoindre par le groupe de poursuivants qui compte désormais vingt-quatre cyclistes. Il aura mené la course durant plus d'une heure et demie.

Sous l'impulsion de Sastre et Kreuziger en particulier, le groupe de tête construit petit à petit une avance atteignant les six minutes à la mi-parcours, soit après quatre des sept tours. À partir de ce moment-là, les Italiens prennent les choses en main pour revenir sur ce groupe jugé dangereux pour la victoire. Aliaksandr Kuschynski (Biélorussie) et Ruslan Pidgornyy (Ukraine) parviennent à s'échapper du premier groupe et à gagner un avantage d'une minute et quarante secondes sur le groupe de Sastre et de deux minutes quarante-cinq secondes sur le peloton, au début du cinquième tour du circuit. Le peloton à 60 km de l'arrivée absorbe le groupe Sastre, ne laissant que Kuschynski et Pidgornyy devant. Peu de temps après, juste avant le terme du cinquième tour, Marcus Ljungqvist (Suède), Rigoberto Urán (Colombie) et Johan Vansummeren (Belgique) tentent leur chance et quittent le peloton pour revenir sur Kuschynski et Pidgornyy. Les cinq coureurs sont finalement repris.

 
Fabian Cancellara, médaillé d'argent après le déclassement de Rebellin.

C'est ensuite l'Autrichien Christian Pfannberger qui sort du peloton. Son attaque vers la fin du sixième tour ne lui permet pas de dépasser la minute d'avance. Il voit le peloton revenir sur lui à 20 km de l'arrivée, soit dans le septième et dernier tour. Dans les cinq minutes qui suivent ce regroupement, les attaques se succèdent et un groupe de vingt coureurs se projette à l'avant. Il comprend entre autres Cadel Evans (Australie), Levi Leipheimer (États-Unis), Santiago Botero (Colombie), et Jérôme Pineau (France).

Cinq coureurs, Samuel Sánchez (Espagne), Michael Rogers (Australie), Davide Rebellin (Italie), Andy Schleck (Luxembourg), et Alexandr Kolobnev (Russie), rejoignent le groupe de tête qui ne se compose plus qu'alors de treize coureurs. En raison des attaques répétées de Schleck, les trois coureurs Sánchez, Rebellin et Schleck atteignent le sommet du col de Badaling, à 12,7 km de l'arrivée, avec dix secondes d'avance sur Rogers et Kolobnev et vingt-six sur le groupe Evans. Bettini, Valverde et Fabian Cancellara (Suisse) sortent à leur tour du peloton principal et rejoignent le groupe d'Evans vers le sommet de la montée.

 
Alexandr Kolobnev, récupère lui la médaille de bronze.

À 10 km de la ligne d'arrivée, le groupe de tête (Sánchez, Rebellin et Schleck) possède désormais un avantage de quinze secondes sur les deux poursuivants (Rogers et Kolobnev).

Dans les cinq derniers kilomètres, Cancellara s'échappe du groupe Evans pour rapidement revenir sur le groupe de chasse et combler l'écart avec les trois hommes de tête. La jonction se fait sous la flamme rouge et la victoire se joue donc à six. Sánchez s'adjuge la médaille d'or en remportant le sprint. Rebellin obtient la médaille d'argent et Cancellara celle de bronze.

Allégation de dopageModifier

En , le CIO annonce que six athlètes ont été testés positifs durant les Jeux olympiques 2008, sans toutefois mentionner les sports concernés. Plus tard, des rumeurs mentionnent que deux des athlètes sont des cyclistes, dont l'un d'eux est médaillé[26]. Le Comité olympique national italien (CONI) confirme rapidement qu'un athlète masculin a été testé positif à la CERA durant l'épreuve sur route mais ne donne aucun nom. Le , le CONI annonce que le cycliste italien Davide Rebellin est un des athlètes impliqués[27]. L'agent de ce dernier envoie aussitôt une demande pour une analyse de l'échantillon B[28].

Le même jour, le CIO révèle que l'Allemand Stefan Schumacher a lui aussi été contrôlé positif lors de l'épreuve[29]. Il a fait l'objet d'un contrôle positif au même produit lors du Tour de France 2008. Le 7 juillet 2009, l'analyse de leur échantillon B révèle qu'ils se sont bien dopés à la CERA. Rebellin perd sa médaille d'argent[30]. Cancellara récupère la médaille d'argent et Kolobnev la médaille de bronze.

Classement finalModifier

Source : Résultats officiels[31]

Rang Cycliste Pays Temps Écart
  Samuel Sánchez   Espagne 6 h 23 min 49 s 38,262 km/h
de moyenne
  Fabian Cancellara   Suisse 6 h 23 min 49 s m.t.
  Alexandr Kolobnev   Russie 6 h 23 min 49 s m.t.
4 Andy Schleck   Luxembourg 6 h 23 min 49 s m.t.
5 Michael Rogers   Australie 6 h 23 min 49 s m.t.
6 Santiago Botero   Colombie 6 h 24 min 01 s + 12 s
7 Mario Aerts   Belgique 6 h 24 min 01 s m.t.
8 Michael Barry   Canada 6 h 24 min 05 s + 16 s
9 Robert Gesink   Pays-Bas 6 h 24 min 07 s + 18 s
10 Levi Leipheimer   États-Unis 6 h 24 min 09 s + 20 s
11 Chris Anker Sørensen   Danemark 6 h 24 min 11 s + 22 s
12 Alejandro Valverde   Espagne 6 h 24 min 11 s m.t.
13 Jérôme Pineau   France 6 h 24 min 11 s m.t.
14 Cadel Evans   Australie 6 h 24 min 11 s m.t.
15 Przemysław Niemiec   Pologne 6 h 24 min 11 s m.t.
16 Christian Vande Velde   États-Unis 6 h 24 min 19 s + 30 s
17 Paolo Bettini   Italie 6 h 24 min 24 s + 35 s
18 Vladimir Karpets   Russie 6 h 24 min 59 s + 1 min 10 s
19 Murilo Fischer   Brésil 6 h 26 min 17 s + 1 min 28 s
20 Fabian Wegmann   Allemagne 6 h 26 min 17 s m.t.
21 Erik Hoffmann   Namibie 6 h 26 min 17 s m.t.
22 Christian Pfannberger   Autriche 6 h 26 min 17 s m.t.
23 Gustav Larsson   Suède 6 h 26 min 17 s m.t.
24 Nicki Sørensen   Danemark 6 h 26 min 17 s m.t.
25 Radoslav Rogina   Croatie 6 h 26 min 17 s m.t.
26 John-Lee Augustyn   Afrique du Sud 6 h 26 min 17 s m.t.
27 Nuno Ribeiro   Portugal 6 h 26 min 17 s m.t.
28 Ignatas Konovalovas   Lituanie 6 h 26 min 17 s m.t.
29 Jackson Rodríguez   Venezuela 6 h 26 min 17 s m.t.
30 Matthew Lloyd   Australie 6 h 26 min 17 s m.t.
31 Kurt Asle Arvesen   Norvège 6 h 26 min 17 s m.t.
32 Kanstantsin Siutsou   Biélorussie 6 h 26 min 17 s m.t.
33 Rémi Pauriol   France 6 h 26 min 17 s m.t.
34 Tadej Valjavec   Slovénie 6 h 26 min 17 s m.t.
35 Yaroslav Popovych   Ukraine 6 h 26 min 17 s m.t.
36 Simon Gerrans   Australie 6 h 26 min 17 s m.t.
37 Thomas Lövkvist   Suède 6 h 26 min 25 s + 1 min 36s
38 Thomas Rohregger   Autriche 6 h 26 min 25 s m.t.
39 George Hincapie   États-Unis 6 h 26 min 25 s m.t.
40 José Serpa   Colombie 6 h 26 min 27 s + 1 min 38s
41 Johan Vansummeren   Belgique 6 h 26 min 27 s m.t.
42 Fränk Schleck   Luxembourg 6 h 26 min 27 s m.t.
43 Andrey Mizourov   Kazakhstan 6 h 26 min 27 s m.t.
44 Roman Kreuziger   République tchèque 6 h 26 min 35 s + 1 min 46 s
Rang Cycliste Pays Temps Écart
45 Kim Kirchen   Luxembourg 6 h 26 min 40 s + 1 min 51 s
46 Moisés Aldape   Mexique 6 h 28 min 08 s + 4 min 19 s
47 Rein Taaramäe   Estonie 6 h 30 min 49 s + 7 min 00 s
48 Carlos Sastre   Espagne 6 h 31 min 06 s + 7 min 17 s
49 Franco Pellizotti   Italie 6 h 31 min 06 s m.t.
50 Sergueï Lagoutine   Ouzbékistan 6 h 31 min 06 s m.t.
51 Hossein Askari   Iran 6 h 34 min 22 s + 10 min 33 s
52 Ruslan Pidgornyy   Ukraine 6 h 34 min 22 s m.t.
53 Julian Dean   Nouvelle-Zélande 6 h 34 min 26 s + 10 min 35 s
54 Jacek Morajko   Pologne 6 h 34 min 26 s m.t.
55 Ryder Hesjedal   Canada 6 h 34 min 26 s m.t.
56 Matija Kvasina   Croatie 6 h 34 min 26 s m.t.
57 Marcus Ljungqvist   Suède 6 h 34 min 26 s m.t.
58 Svein Tuft   Canada 6 h 34 min 26 s m.t.
59 Denis Menchov   Russie 6 h 34 min 26 s m.t.
60 Jure Golčer   Slovénie 6 h 34 min 26 s m.t.
61 Ján Valach   Slovaquie 6 h 34 min 26 s m.t.
62 Marzio Bruseghin   Italie 6 h 34 min 26 s m.t.
63 Nicolas Roche   Irlande 6 h 34 min 26 s m.t.
64 Laurens ten Dam   Pays-Bas 6 h 34 min 26 s m.t.
65 Péter Kusztor   Hongrie 6 h 35 min 44 s + 11 min 55 s
66 Ivan Stević   Serbie 6 h 35 min 44 s m.t.
67 Gatis Smukulis   Lettonie 6 h 36 min 48 s + 12 min 59 s
68 Tanel Kangert   Estonie 6 h 36 min 48 s m.t.
6 Gonzalo Garrido   Chili 6 h 36 min 48 s m.t.
70 Edvald Boasson Hagen   Norvège 6 h 36 min 48 s m.t.
71 André Cardoso   Portugal 6 h 39 min 42 s + 15 min 53 s
72 Aliaksandr Kuschynski   Biélorussie 6 h 39 min 42 s m.t.
73 Dainius Kairelis   Lituanie 6 h 39 min 42 s m.t.
74 Petr Benčík   République tchèque 6 h 39 min 42 s m.t.
75 Alexandr Pliuschin   Moldavie 6 h 39 min 42 s m.t.
76 Denys Kostyuk   Ukraine 6 h 39 min 42 s m.t.
77 Sergueï Ivanov   Russie 6 h 39 min 42 s m.t.
78 Ghader Mizbani   Iran 6 h 39 min 42 s m.t.
79 David George   Afrique du Sud 6 h 39 min 42 s m.t.
80 Philip Deignan   Irlande 6 h 39 min 42 s m.t.
81 Glen Chadwick   Nouvelle-Zélande 6 h 39 min 42 s m.t.
82 Alexandre Usov   Biélorussie 6 h 49 min 59 s + 26 min 10 s
83 Tomasz Marczyński   Pologne 6 h 49 min 59 s m.t.
84 Nebojša Jovanović   Serbie 6 h 49 min 59 s m.t.
85 Takashi Miyazawa   Japon 6 h 55 min 24 s + 31 min 35 s
86 Rafaâ Chtioui   Tunisie 7 h 03 min 04 s + 29 min 45 s
87 Park Sung-Baek   Corée du Sud 7 h 03 min 04 s m.t.
88 Kin San Wu   Hong Kong 7 h 05 min 57 s + 32 min 08 s
89 Luciano Pagliarini   Brésil 7 h 08 min 27 s + 34 min 38 s

AbandonsModifier

Beaucoup de coureurs n'ont pas terminé cette course, certains ont décidé d'abandonner après avoir travaillé pour leur équipe (donc leur pays). D'autres ont voulu conserver leurs forces en vue de l'épreuve du contre-la-montre qui a lieu 4 jours plus tard. Par ailleurs, les cyclistes ayant perdu un tour sur les leaders de la course sont automatiquement disqualifiés.

Au total, il y a eu 53 retraits dans cette course listés ici chronologiquement :

  1. David Zabriskie (États-Unis (préparation pour le contre-la-montre)[32]
  2. Robert Hunter (Afrique du Sud (à 1 tour, disqualifié)[31]
  3. Alejandro Borrajo (Argentine) (à 1 tour, disqualifié)[31]
  4. Niki Terpstra (Pays-Bas) (problème mécanique, fatigue)[33]
  5. Matías Médici (Argentine)
  6. Daniel Petrov (Bulgarie) (à 1 tour, disqualifié)[31]
  7. László Bodrogi (Hongrie) (préparation pour le contre-la-montre)[34]
  8. Horacio Gallardo (Bolivie)
  9. Jonathan Bellis (Grande-Bretagne) (problèmes respiratoires)[4]
  10. Raivis Belohvoščiks (Lettonie)
  11. Gerald Ciolek (Allemagne) (température et fatigue)[35]
  12. Ahmed Belgasem (Libye)
  13. Liang Zhang (Chine) (à 1 tour, disqualifié)[31]
  14. Juan José Haedo (Argentine) (problèmes respiratoires)
  15. Hichem Chaabane (Algérie) (à 1 tour, disqualifié)[31]
  16. Roman Broniš (Slovaquie)
  17. Matej Jurčo (Slovaquie) (température et fatigue)[33]
  18. Maxime Monfort (Belgique)
  19. Steve Cummings (Grande-Bretagne) (fatigue)[36]
  20. Óscar Freire (Espagne) (problème à l'estomac)[37]
  21. Karsten Kroon (Pays-Bas) (température et fatigue)[38]
  22. Roger Hammond (Grande-Bretagne)
  23. Jason McCartney (États-Unis) (fatigue)[39]
  24. Vladimir Efimkin (Russie)
  25. Andriy Grivko (Ukraine) (température et fatigue)[33]
  26. Mario Wilfredo Contreras (Salvador)
  1. Mahdi Sohrabi (Iran) (à 1 tour, disqualifié)[31]
  2. Henry Raabe (Costa Rica) (à 1 tour, disqualifié)[31]
  3. Fumiyuki Beppu (Japon)
  4. Gabriel Rasch (Norvège)
  5. Maxim Iglinskiy (Kazakhstan)
  6. Stuart O'Grady (Australie (maux de tête)[40]
  7. Borut Božič (Slovénie)
  8. Evgeni Gerganov (Bulgarie)
  9. Patricio Almonacid (Chili)
  10. Timothy Gudsell (Nouvelle-Zélande) (fatigue)[41]
  11. Jurgen Van den Broeck (Belgique)
  12. Brian Vandborg (Danemark)
  13. Stefan Schumacher (Allemagne) (pollution et fatigue)
  14. Christophe Brandt (Belgique)
  15. Vladimir Miholjević (Croatie) (chute avec Špilak)[34]
  16. Lars Petter Nordhaug (Norvège)
  17. Vincenzo Nibali (Italie)
  18. Bert Grabsch (Allemagne)
  19. Stef Clement (Pays-Bas)
  20. Ben Swift (Grande-Bretagne) (fatigue)[36]
  21. Rigoberto Urán (Colombie)
  22. Pierre Rolland (France)
  23. Cyril Dessel (France)
  24. Pierrick Fédrigo (France)
  25. Jens Voigt (Allemagne) (pollution et fatigue)[42]
  26. Simon Špilak (Slovénie) (chute avec Miholjević)[34]
  27. Alberto Contador (Espagne) (fatigue) [43]

Liste des engagésModifier

  • Source : Cyclingnews.com[44]
Sommaire

Afrique du Sud • Algérie • Allemagne • Argentine • Australie • Autriche • Belgique • Biélorussie • Bolivie • Brésil • Bulgarie • Canada • Chili • Chine • Colombie • Corée du Sud • Costa Rica • Croatie • Danemark • Espagne • Estonie • États-Unis • France • Grande-Bretagne • Hong Kong • Hongrie • Iran • Irlande • Italie • Japon • Kazakhstan • Lettonie • Libye • Lituanie • Luxembourg • Mexique • Moldavie • Namibie • Norvège • Nouvelle-Zélande • Ouzbékistan • Pays-Bas • Pologne • Portugal • République tchèque • Russie • Salvador • Serbie • Slovaquie • Slovénie • Suède • Suisse • Tunisie • Ukraine • Venezuela

  Italie 
  Espagne 
  Allemagne 
  Belgique 
  France 
  Australie 
  République tchèque 
  Luxembourg 
  Pays-Bas 
  Russie 
  États-Unis 
  Suisse 
  Colombie 
  Suède 
  Norvège 
  Slovénie 
  Pologne 
  Afrique du Sud 
  Iran 
  Ukraine 
  Portugal 
  Japon 
  Venezuela 
  Argentine 
  Grande-Bretagne 
  Nouvelle-Zélande 
  Danemark 
  Canada 
  Autriche 
  Croatie 
  Irlande 
  Mexique 
  Tunisie 
  Ouzbékistan 
  Bulgarie 
  Estonie 
  Slovaquie 
  Lettonie 
  Serbie 
  Algérie 
  Costa Rica 
  Lituanie 
  Hongrie 
  Brésil 
  Chine 
  Kazakhstan 
  Moldavie 
  Biélorussie 
  • 129. Liang Zhang
  Bolivie 
  Libye 
  Hong Kong 
  Corée du Sud 
  • 137. Ahmed Belgasem
  Chili 
  Namibie 
  Salvador 

Notes et référencesModifier

  1. Site officiel des Jeux olympiques de Pékin de 2008. Accédé le 6 décembre 2008.
  2. Nicole Cooke a remporté la médaille d'or de la course sur route. Accédé le 1er mars 2009.
  3. Calendrier des épreuves, Site officiel des Jeux olympiques de Pékin de 2008. Accédé le 6 décembre 2008.
  4. a et b Greg Bishop, « Humidity Is the Problem in a Race of Attrition », sur NY Times, (consulté le 26 mai 2009)
  5. Cyclisme sur route : système de qualification Le site officiel des Jeux olympiques de Pékin
  6. Cunego forfait pour Pékin Sport.fr
  7. Menchov remplace Gusev Sport24.com
  8. Paulinho forfait Eurosport.fr
  9. Paulinho Albasini Eurosport.fr
  10. Jeux olympiques à Pékin : la pollution va leur jouer un tour ! Ecologie.caradisiac.com
  11. JO : la question est dans l’air Radio86.fr
  12. (en) Air Pollution in Beijing The Wall Street Journal.
  13. En images : la pollution à Pékin BBC News
  14. JO : le cycliste espagnol Samuel Sanchez s'impose avec panache Boursier.com
  15. JO : l'armada cycliste espagnole est sûre de sa force Lepoint.fr
  16. JO Pékin 2008 : cyclisme sur route : la course en ligne hommes ! Sport-tv.org
  17. Bettini pour un doublé inédit Dhnet.be
  18. Tour de France 2008 : tableau d'honneur après la 9e étape
  19. Tour de France 2008 : tableau d'honneur la 15e étape
  20. (en) Men's Road Race: Sanchez outsprints Rebellin for gold Beijing2008.cn
  21. JO - Cyclisme : Samuel Sanchez, champion Lesoir.be
  22. Samuel Sanchez gagne l'épreuve sur route aux Jeux olympiques à Pékin Paris.thover.com
  23. (en) Cycling race "was silent murder", Associated Press.
  24. (en) "Ghost course" haunts cyclists Stuart O'Grady and Cadel Evans, The Australian.
  25. (en) Leo Schlink (2008-08-13). China ignores pleas for better access to the cycling route, FOX Sports.
  26. Six athlètes contrôlés positifs à l'EPO Cera, annonce le CIO Leparisien.fr
  27. Le Comité Olympique italien confirme le cas positif de Rebellin Dhnet.be
  28. Davide Rebellin demande une contre-expertise 7sur7.be
  29. sports.fr, « Dopage : Schumacher positif comme Rebellin », sur france-info.com, (consulté le 30 avril 2009)
  30. « Dopage : Les échantillons B positifs », sur lefigaro.fr, (consulté le 9 juillet 2009)
  31. a b c d e f g et h (en) The Official Website of the Beijing 2008 Olympic Games, « Cycling - Men's Road Race Final Results »,
  32. (en) Slipstream Sports admin, « Olympic road race: Vande Velde 17th », sur Slipstream Sports, (consulté le 20 mai 2009)
  33. a b et c (en) « MILRAM pros gave out », sur Team Milram, (consulté le 26 mai 2009)
  34. a b et c (en) Gregor Brown & Greg Johnson, « August 9: Men's Road Race, Complete live report », sur Cycling News, (consulté le 26 mai 2009)
  35. « Pékin 2008 - Course en ligne (M) », sur Yahoo! Sport, (consulté le 26 mai 2009)
  36. a et b (en) Jeremy Whittle, « Spanish rider claims men's road race », The Times, (consulté le 11 août 2008)
  37. (es) « Juegos Olímpicos de Pekín 2008 en MARCA.com », MARCA.COM, (consulté le 8 août 2008)
  38. (en) Michael C. Lewis, « Former Rowland Hall student finishes 11th in Olympic race », The Salt Lake Tribune, (consulté le 11 août 2008)
  39. (en) Tim Reynolds, « US cyclists can't break through in men's road race », Associated Press, (consulté le 11 août 2008)
  40. (en) Mat Mackay, « Cycling race 'was silent murder' », Associated Press, (consulté le 11 août 2008)
  41. (en) Jane Marshall, « Road race a hill too far for Dean », Fairfax Media, (consulté le 11 août 2008)
  42. (en) Laura Robinson, « 2008 Beijing Olympic Games - Men’s RR Report, Full Results, Photos », Pedal - Canada's Cycling Magazine, (consulté le 11 août 2008)
  43. (en) Cathy Mehl, « contador helps win gold for spain », Astana Cycling Team, (consulté le 11 août 2008)
  44. (en) Liste des engagés sur Cyclingnews.com

Liens externesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 13 juillet 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 13 juillet 2009 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.