Ouvrir le menu principal

Coupe du monde féminine de rugby à XV

compétition internationale de rugby féminin
Cet article concerne la coupe du monde féminine. Pour la coupe masculine, voir Coupe du monde masculine de rugby à XV.
Coupe du monde féminine de rugby à XV
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de la compétition depuis 2019.
Généralités
Sport Rugby à XVVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 1991
Organisateur(s) International Rugby Board
Éditions 8
Périodicité 4 ans
Nations douze depuis 2006
Participants douze sélections nationaless
Épreuves trente matchs
Site web officiel www.rwcwomens.com

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Vainqueur Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Plus titré(s) Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (5)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition à venir voir :
Coupe du monde féminine de rugby à XV 2021

La Coupe du monde féminine de rugby à XV, officiellement appelée Coupe du monde de rugby, est une compétition internationale de rugby à XV. Depuis 1991, elle réunit tous les quatre ans les douze meilleures sélections nationales mais il y en a seize en 1998 et en 2002.

HistoriqueModifier

Championnes :   États-Unis

  • 1994 : la Coupe du monde de 1994 se déroule à Édimbourg, en Écosse. Une sélection d’étudiantes écossaises est invitée à participer à la compétition pour pallier le forfait de l'équipe d'Espagne et obtenir le nombre de douze formations.

Championnes :   Angleterre

Championnes :   Nouvelle-Zélande

Championnes :   Nouvelle-Zélande

Championnes :   Nouvelle-Zélande

Championnes :   Nouvelle-Zélande

Championnes :   Angleterre

Championnes :   Nouvelle-Zélande

  • 2019 : World Rugby annonce la parité dans l'appellation des Coupes du monde masculine et féminine ; les deux compétitions sont alors désignées en tant que Coupe du monde de rugby, sans évoquer la catégorie dans leur intitulé[1].

Palmarès par éditionModifier

Résultats des finales et des matchs pour la troisième place des Coupes du monde féminines depuis 1991

Édition Nombre d'équipes Nation hôte Finale Match pour la troisième place
  Championnes Score   Finalistes   Troisièmes Score Quatrièmes
1991 12  
Pays de Galles
 
États-Unis
19 − 6  
Angleterre
 
France
3e place partagée[2]  
Nouvelle-Zélande
1994 12  
Écosse
 
Angleterre
38 – 23  
États-Unis
 
France
27 − 0  
Pays de Galles
1998 16  
Pays-Bas
 
Nouvelle-Zélande
44 – 12  
États-Unis
 
Angleterre
31 – 15  
Canada
2002 16  
Espagne
 
Nouvelle-Zélande
19 − 9  
Angleterre
 
France
41 − 7  
Canada
2006 12  
Canada
 
Nouvelle-Zélande
25 – 17  
Angleterre
 
France
17 − 8  
Canada
2010 12  
Angleterre
 
Nouvelle-Zélande
13 – 10  
Angleterre
 
Australie
22 − 8  
France
2014 12  
France
 
Angleterre
21 − 9  
Canada
 
France
25 − 18  
Irlande
2017 12  
Irlande
 
Nouvelle-Zélande
41 – 32  
Angleterre
 
France
31 – 23  
États-Unis

Bilan par nationModifier

Classement de toutes les formations ayant pris part à une des éditions de la Coupe du monde féminin

  • Les sept premières de l'édition 2017 sont qualifiées d'office (Q) pour l'édition suivante de 2021.
Sélections Nombre de participations 1991 1994 1998 2002 2006 2010 2014 2017 2021
Nombre de participants à chaque édition 12 12 16 16 12 12 12 12 12
  Nouvelle-Zélande 7 3e   1re 1re 1re 1re 5e 1re Q
  Angleterre 8 2e 1re 3e 2e 2e 2e 1re 2e Q
  États-Unis 8 1er 2es 2es 7es 5es 5es 6es 4es Q
  France 8 3e 3e 8e 3e 3e 4e 3e 3e Q
  Canada 8 2e de poule 6e 4e 4e 4e 6e 2e 5e Q
  Australie 6     5e 5e 7e 3e 7e 6e Q
  Galles 7 3e de poule 4e 11e 10e   9e 8e 7e Q
  Irlande 7   7e 10e 13e 8e 7e 4e 8e
  Écosse 5   5e 6e 6e 6e 8e    
  Espagne 6 2e de poule   7e 8e 9e   9e 10e
  Afrique du Sud 3         12e 10e 10e   Q
  Kazakhstan 6   9e 9e 11e 11e 11e 12e  
  Suède 4 2e de poule 10e 15e     12e    
  Samoa 3       9e 10e   11e  
  Italie 4 3e de poule   12e 12e       9e
  Japon 4 3e de poule 8e   14e       11e
  Pays-Bas 3 2e de poule   13e 15e        
  Allemagne 2     14e 16e        
  URSS /   Russie[3] 3 3e de poule 11e 16e          
  Étudiantes écossaises 1   12e            
  Hong Kong 1               12e
1991 1994 1998 2002 2006 2010 2014 2017 2021

Seules quatre sélections féminines ont participé à toutes les éditions de la Coupe du monde :

Quatre équipes nationales féminines sont parvenues en finale d'une Coupe du monde :

StatistiquesModifier

Quelques statistiques relatives à la Coupe du monde rugby féminin 2017[4] :

  • En trente matchs, 1 549 points ont été marqués qui se ventilent en 247 essais, 127 transformations et 20 pénalités.
  • La Nouvelle-Zélande a inscrit le plus de points, 299 et Hong Kong le moins, 27.
  • De même, 49 essais au crédit des Black Ferns et quatre à celui des Hongkongaises.
  • L'Angleterre a passé le plus de buts de pénalité, quatre, tandis que le Japon est le seul a en avoir inscrit aucun.
  • Les sélections d'Angleterre et du Japon sont les seules à ne pas avoir reçu de carton jaune.
  • En finale de Coupe du monde, l'affiche Angleterre contre Nouvelle-Zélande est la plus commune (quatre fois en huit éditions), et a toujours été remportée par cette dernière (en 2002, 2006, 2010 et donc en 2017).
  • Onze essais sont inscrits dans cette dernière finale, plus que lors des trois finales précédentes entre les deux nations (dix essais).
  • Huit essais marqués en moyenne par match.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en + fr + es) « World Rugby annonce une parité dans l'appellation des Coupes du Monde de Rugby », sur www.rwcwomens.com, (consulté le 2 octobre 2019).
  2. La troisième place est officiellement partagée par les deux pays. Cependant, un match qui n'était pas au programme du tournoi et qui n'a pas été enregistré officiellement a eu lieu le . Les Françaises l'ont emporté 3 à 0 ; c'est pourquoi la France est placée dans cette colonne du tableau.
  3. L'équipe d'URSS a participé à l'édition 1991, l'équipe de Russie lui succédant pour les éditions 1994 et 1998.
  4. World Rugby, « Les chiffres-clés de la WRWC 2017 », sur www.rwcwomens.com (consulté le 2 mars 2018)