Coupe de France de rugby à XIII 1934-1935

Coupe de France de rugby à XIII 1935
Généralités
Sport rugby à XIII
Organisateur(s) Fédération française de rugby à XIII
Éditions 1re
Lieu(x) Drapeau de la France France
Nations 8 participants
Participants Professionnelles et amateurs
Site web officiel Site de la fédération française

Palmarès
Vainqueur Lyon-Villeurbanne
Finaliste XIII Catalan

Navigation

La Coupe de France de rugby à XIII 1935 est organisée durant la saison 1934-1935. La compétition à élimination directe met aux prises huit clubs français occupant alors les huit meilleurs places du Championnat de France 1935.. L'édition est remportée par Lyon-Villeurbanne. Ainsi Côte basque XIII et Béziers, forfaits, ne prennent pas part à cette édition[1].

Tableau finalModifier

Quarts de finale Demi-finales Finale
5 mai 1935
 à Lyon      le à Bordeaux      Stade Jacques-Thomas à Toulouse
 Lyon-Villeurbanne  13[2]
 Roanne  0  
 Lyon-Villeurbanne  14
 à Toulouse
   Villeneuve-sur-Lot  13  
 Villeneuve-sur-Lot  19
 Bordeaux  7  
 Lyon-Villeurbanne  22
 
   XIII Catalan  7
 XIII Catalan  18
 le à Toulouse
 Albi  8  
 XIII Catalan  22
 à Bordeaux
   Paris  15  
 Paris  7
 Pau  3  

Finale - 5 mai 1935Modifier

 
Ouverture du joueur perpignanais Martin Serres, à droite Joseph Griffard.
Feuille de match
Lyon-Villeurbanne 22 – 7 XIII Catalan

(mt : 7 - 7)

le à 15h au Stade Jacques-Thomas de Toulouse

Points marqués :

Arbitre : M. Dupouy (Bordeaux)

Spectateurs : 4 000

Evolution du score : 0-2, 0-5, 0-7, 5-7, 7-7 (m.t.), 12-7, 17-7, 22-7.

Composition des équipes :

La rencontre se déroule dans des conditions atmosphériques déplorables avec un déluge de pluie devant un public très nombreux[3]. Sous ce déluge, Perpignan multiplie les attaques et ouvre le score par un drop de Roger Ramis à la 5e minute. Installé dans le camp adverse, Perpignan redouble d'efforts et marque un essai par Azaïs après un débordement sur le Lyonnais Laurent Lambert suivi d'une pénalité de François Noguères pour mener 7-0[4]. C'est à ce moment précis que Lyon par l'intermédiaire de Robert Samatan charge la révolte dans un sprint de 50 mètres qui avec un relais avec Barnoud transmet à Charles Mathon qui inscrit le premier essai lyonnais suivi d'un drop de Marty ramenant les équipes à égalité 7-7[4].

À la reprise de la seconde période, Lyon prend la partie en main et profite des défaillances catalanes pour lancer des attaques et contre-attaques qui mettent en valeur ses joueurs offensifs. De plus, Perpignan voit Noguères et Aimé Bardes se blessaient laissant des espaces dans leur défense. Il n'en faut pas plus pour que Lyon convertisse ses attaques en essais inscrits par Laurent Lambert, Samatan et Barnoud et de conclure le score de cette finale à 22-7[4].

Cela permet à Lyon de soulever la première Coupe de France de l'histoire avec un trophée offert par Lord Derby[5] et affronte la semaine suivante le le vainqueur de la Coupe d'Angleterre Castleford que ce dernier remporte 24-21 au stade Buffalo[5].

Notes et référencesModifier

  1. Denis Arcas, « Rugby à XIII : Il était une fois ... Le rugby de Liberté », 2019, (ISBN 9782312065854), page 157.
  2. Score à l mi-temps, Roanne refusa de reprendre le jeu en raison de griefs contre l'arbitrage.
  3. Denis Arcas, « Rugby à XIII : Il était une fois ... Le rugby de Liberté », 2019, (ISBN 9782312065854), page 169-170.
  4. a b et c Battant les Catalans par 22 points à 7, les Lyonnais enlèvent la Coupe de France, J.J. Pouech, L'Auto, le 6 mai 1935
  5. a et b Castleford a éprouvé une peine infinie à vaincre l'US Lyon-Villeurbanne, D. Philippoff, L'Auto, le 13 mai 1935

BibliographieModifier

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence. Ceux utilisés pour la rédaction de cet article sont suivis du symbole  .

Ouvrages généraux
  • Denis Arcas, Rugby à XIII : Il était une fois ... Le rugby de Liberté, Les Editions du Net, (ISBN 9782312065854)