Ouvrir le menu principal
Coupe Davis 2015
Description de l'image Logo Coupe Davis.svg.
Généralités
Sport TennisVoir et modifier les données sur Wikidata
Organisateur(s) ITF
Édition 104e
Lieu(x) Plusieurs lieux
Finale : Drapeau : Belgique Gand
Date Finale : du 27 au
Nations 119
Participants 16 équipes (groupe mondial)
Site web officiel Site officiel

Palmarès
Vainqueur Drapeau de Grande-Bretagne Grande-Bretagne
Finaliste Drapeau de Belgique Belgique

Navigation

Article principal : Coupe Davis.

La Coupe Davis 2015 correspond à la 104e édition de ce tournoi de tennis professionnel masculin par nations. Elle est remportée par la Grande-Bretagne, le pays qui a inventé le tennis, 79 ans 4 mois et 1 jour après son dernier titre. La Grande-Bretagne bat la Belgique à Gand par trois victoires à une. Cette compétition est marquée par la performance d'un homme : Andy Murray qui rapporte onze points à lui seul sur la campagne, huit simples et trois doubles. Il termine invaincu. Il est à noter que Kyle Edmund gagne la coupe Davis avec son équipe en jouant un seul match, en finale, qu'il perd face à David Goffin.

ContexteModifier

L'édition 2015 de la Coupe Davis dans le Groupe Mondial met aux prises 16 équipes sélectionnées en fonction de leurs résultats l'année précédente. Les équipes numérotées sont têtes de série : elles ne s'affrontent donc pas au premier tour. Les deux premières têtes de série sont les deux finalistes de l'édition 2014. Grâce à son classement ITF, la France devance la Suisse, pourtant lauréate l'année précédente.

Groupe Mondial
  France (1)   Suisse (2)   République tchèque (3)   Serbie (4)   Argentine (5)   Italie (6)   États-Unis (7)   Canada (8)
  Kazakhstan   Grande-Bretagne   Japon   Allemagne   Croatie   Australie   Belgique   Brésil

Le tournoi se déroule en parallèle dans les groupes inférieurs, avec chaque fois pour enjeu d'accéder au groupe supérieur.

Déroulement du tournoiModifier

Huitièmes de finaleModifier

Le 1er tour de l'édition 2015 de la Coupe Davis se déroule du 6 au 8 mars. Dans la première rencontre du Groupe Mondial, la France, tête de série no 1 malgré sa défaite en finale l'année précédente contre la Suisse, s'impose en Allemagne dès samedi. Après une entame compliquée, où Gilles Simon, pourtant 14e mondial, a besoin de cinq sets pour prendre le dessus sur le modeste Jan-Lennard Struff classé quelque soixante places derrière lui, l'équipe du capitaine Arnaud Clément remporte deux victoires plus faciles, puisque Gaël Monfils (no 19) puis la paire formée par Julien Benneteau et le nouvel arrivant Nicolas Mahut[1] (no 7 et 18 en double) font respecter la logique du classement en battant Philipp Kohlschreiber et le duo Benjamin Becker - Andre Begemann, chaque fois en trois sets. De son côté, la Grande-Bretagne élimine à domicile les États-Unis à l'issue d'une rencontre marquée par deux victoires du 5e mondial Andy Murray sur Donald Young et John Isner, d'un double difficilement remporté par les frères Bryan face à Dominic Inglot et Jamie Murray, et peut-être surtout de l'exploit de James Ward, classé no 111, qui réussit à remonter un handicap de deux sets face au 20e mondial John Isner pour le faire finalement chuter en 4h56. C'est son deuxième succès sur un top 20 après celui contre Stanislas Wawrinka au tournoi du Queen's, en 2011.

 
Le ČEZ Aréna, théâtre de la défaite des Tchèques au 1er tour.

En République tchèque, sans Radek Štěpánek (victime d'une blessure au dos contractée en demi-finales l'année d'avant contre la France[2]) ni Tomáš Berdych, le nouveau capitaine de l'Australie Wally Masur poursuit la tactique de son prédécesseur Patrick Rafter en redonnant une chance dès le premier match au jeune Thanasi Kokkinakis, pourtant classé au-delà du top 100. Le choix s'avère payant puisqu'il s'impose en cinq sets contre Lukáš Rosol, 31e mondial. Deux victoires de Bernard Tomic face à Rosol et au néophyte en Coupe Davis Jiří Veselý complètent le tableau, et les Australiens se qualifient sur le score de 3-2. L'Italie chute en revanche au Kazakhstan, après deux simples remportés par Mikhail Kukushkin sur Simone Bolelli et Andreas Seppi, des joueurs pourtant mieux classés que lui, et un troisième où l'étonnant Aleksandr Nedovyesov, 130e mondial, défait le no 22 Fabio Fognini après cinq sets accrochés[3].

Dans la partie basse du tableau, le derby entre l'Argentine et le Brésil se solde par une victoire difficile des premiers, chez eux à Buenos Aires (3-2). Dans cette rencontre entre spécialistes de la terre battue, c'est bien le Brésilien João Souza qui se fait le plus remarquer, avec dix sets passés sur le court, pour une victoire sur Carlos Berlocq puis une défaite contre Leonardo Mayer. Ce dernier match devient, avec 6h43 et 15-13 dans la dernière manche, le plus long de l'histoire de la Coupe Davis[4], et le dernier qui dépasse 6-6 sans tie-break, puisque celui-ci se généralisera à tous les sets à partir de 2016, selon la volonté du nouveau président de l'ITF David Haggerty (en). Si le double est remporté sans difficulté par Marcelo Melo et Bruno Soares, respectivement 3e et 12e de la discipline, c'est finalement Federico Delbonis qui donne le dernier point aux Argentins en battant Thomaz Bellucci, en quatre sets. Dans un autre derby, la Serbie accueille la Croatie pour une rencontre à risques, mais le choc tourne court en l'absence du no 10 Marin Čilić pour contrer Novak Djokovic et Viktor Troicki, no 1 et 41 en simple, et Nenad Zimonjić, no 4 en double.

À Vancouver, les leaders canadien et japonais Milos Raonic et Kei Nishikori, respectivement 6e et 4e mondiaux, renvoient leurs équipes dos-à-dos après des victoires aisées sur les bien moins capés Tatsuma Ito et Vasek Pospisil. S'ensuivent deux matches très accrochés, le premier en double où les expérimentés Pospisil (no 15 de la spécialité) et Daniel Nestor (no 5) ont fort à faire contre un duo Go Soeda - Yasutaka Uchiyama pourtant nettement moins prestigieux, et le second plus attendu avec le choc entre Nishikori et Raonic, soldé par une victoire du premier en cinq sets après 3h04 de jeu. C'est finalement Pospisil qui départage les deux nations en prenant le dessus sur Go Soeda en trois sets. Tenante du titre mais privée de ses piliers Roger Federer et Stanislas Wawrinka (no 2 et 7 mondiaux), la Suisse s'incline quant à elle d'entrée en Belgique. Le surprenant Henri Laaksonen, 344e mondial remporte ses deux matches en cinq sets contre Ruben Bemelmans et Steve Darcis, respectivement 132e et 102e, mais les victoires faciles du même Darcis sur Michael Lammer (no 576, et qui n'avait plus joué de simple en trois sets gagnants depuis 2007), puis du jusqu'ici préservé David Goffin contre Adrien Bossel (no 321) s'ajoutent au point du double pour permettre aux Belges d'accéder au tour suivant[3].

Quarts de finaleModifier

En quarts de finale, du 17 au 19 juillet, la France est à son tour victime de la Grande-Bretagne d'Andy Murray. À Londres, le désormais no 3 mondial remporte ses deux simples contre Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon no 12 et 11, ainsi que le double avec son frère Jamie face à Tsonga et Nicolas Mahut. De son côté, l'Australie remporte à domicile son duel contre le Kazakhstan, malgré un démarrage difficile avec les défaites des espoirs Thanasi Kokkinakis et Nick Kyrgios contre Mikhail Kukushkin et l'insaisissable Aleksandr Nedovyesov. Ce sont leurs aînés Sam Groth et Lleyton Hewitt, ancien no 1 retombé à la 279e place mondiale, qui reprennent les choses en main en remportant les trois matches suivants à eux-deux, offrant aux Australiens leur première place en demi-finales depuis 2006. C'est aussi la première fois depuis 1939 qu'on les voit remonter un retard de 0-2 en Coupe Davis.

Novak Djokovic absent, la Serbie tombe dès samedi sur la terre battue de Buenos Aires. Leonardo Mayer remporte aisément son simple contre Filip Krajinović puis le double avec Carlos Berlocq face à Viktor Troicki et Nenad Zimonjić, tandis qu'il faut cinq sets à Federico Delbonis pour venir à bout de Viktor Troicki après avoir été mené deux manches à rien. À l'arrivée, l'Argentine s'impose 4-1 et accède à sa dixième demi-finale en treize ans. De son côté le Canada, privé du 8e mondial Milos Raonic, ne peut rien faire contre la Belgique emmenée par un David Goffin classé maintenant 14e, qui s'impose sans difficulté 5-0 et accède à sa première demi-finale depuis 1999[5].

Demi-finalesModifier

Les demi-finales se tiennent du 18 et 20 septembre et comme aux tours précédents, la Grande-Bretagne l'emporte à domicile principalement grâce à l'apport d'Andy Murray. Il défait facilement Thanasi Kokkinakis puis Bernard Tomic, et remporte un double accroché avec son frère contre les expérimentés Lleyton Hewitt et Sam Groth. Malgré deux victoires en simple contre Daniel Evans (dont une sans enjeu), l'Australie chute 3-2, et laisse son adversaire atteindre sa première finale depuis 1978[6].

Dans l'autre rencontre, la Belgique, qui a pris soin d'élire une surface dure pour accueillir l'Argentine, parvient à s'imposer au terme d'un duel serré. David Goffin remporte logiquement ses deux matches contre Federico Delbonis et Diego Schwartzman sans rencontrer de difficulté, mais Leonardo Mayer sauve encore son équipe en battant Steve Darcis, puis le même associé à Ruben Bemelmans dans son double avec Carlos Berlocq. Darcis donne finalement le point de la victoire à son pays en triomphant de Delbonis en 3h06 de jeu. Les Belges accèdent à leur première finale de Coupe Davis depuis sa quatrième édition en 1904, à une époque où seules six nations s'affrontaient[7].

FinaleModifier

 
L'entrée du Flanders Expo à Gand, où se déroule la finale.

La finale se déroule du 27 au 29 novembre et pour son premier match à l'extérieur cette saison, la Grande-Bretagne se déplace à Gand pour affronter la Belgique sur terre battue indoor. Les Britanniques, qui visent un dixième titre de Coupe Davis, s'en remettent une fois de plus à Andy et Jamie Murray, passés respectivement no 2 mondial en simple et no 7 en double. Le premier remporte encore ses deux simples contre Ruben Bemelmans et surtout David Goffin, en trois sets à chaque fois, puis avec son frère bat de nouveau le leader belge associé à Steve Darcis dans le double. La rencontre est en outre marquée par un premier match où Goffin est poussé en cinq sets par le jeune Kyle Edmund, 100e mondial et qui vit là sa toute première sélection. Le novice anglais rejoint ainsi le petit nombre de joueurs ayant débuté en Coupe Davis lors d'une finale, les deux derniers en date étant Feliciano López en 2003 et Paul-Henri Mathieu en 2001.

Les Belges échouent donc pour la deuxième fois en finale après 1904, où ils s'étaient déjà inclinés face aux Britanniques, à Londres. Ces derniers, qui restaient sur une finale perdue en 1978 face aux États-Unis, remportent ainsi leur 10e Saladier d'Argent, 79 ans après leur précédente victoire en 1936. Avec onze matches remportés sur autant de joués (il n'était pas aligné dans le double du premier tour), Andy Murray s'affiche sans conteste comme l'artisan principal de ce succès. C'est également le troisième joueur à remporter les huit simples possibles dans une campagne après John McEnroe en 1982 et Mats Wilander l'année suivante[8].

RésultatsModifier

Tableau du groupe mondialModifier

Les nations vaincues au 1er tour jouent leur maintient pour le groupe mondial lors du tour de barrage.

  Huitièmes de finale
6-8 mars
  Quarts de finale
17-19 juillet
  Demi-finales
18-20 septembre
  Finale
27-29 novembre
                             
  Francfort-sur-le-Main, Allemagne     Londres, Royaume-Uni     Glasgow, Royaume-Uni     Gand, Belgique
 
    France (1) 3
 
    Allemagne 2  
    France (1) 1
  Glasgow, Royaume-Uni
      Grande-Bretagne 3  
    États-Unis (7) 2
  Darwin, Australie
    Grande-Bretagne 3  
    Grande-Bretagne 3
  Ostrava, République tchèque
      Australie 2  
    République tchèque (3) 2
  Bruxelles, Belgique
    Australie 3  
    Australie 3
  Astana, Kazakhstan
      Kazakhstan 2  
    Italie (6) 2
  Buenos Aires, Argentine
    Kazakhstan 3  
    Grande-Bretagne 3
  Buenos Aires, Argentine
      Belgique 1
    Brésil 2
   
    Argentine (5) 3  
    Argentine (5) 4
  Kraljevo, Serbie
      Serbie (4) 1  
    Croatie 0
  Ostende, Belgique
    Serbie (4) 5  
    Argentine (5) 2
  Vancouver, Canada
      Belgique 3  
    Japon 2
   
    Canada (8) 3  
    Canada (8) 0
  Liège, Belgique
      Belgique 5  
    Belgique 3
   
    Suisse (2) 2  
 

Matchs détaillésModifier

Huitièmes de finaleModifier

  Grande-Bretagne 3 - 2 États-Unis  
Emirates Arena, Glasgow, Royaume-Uni
du 6 au sur dur (int.)
1   Andy Murray 6 6 4 6
  Donald Young 1 1 6 2
2   James Ward 64 5 6 7 15
  John Isner 7 7 3 63 13
3   Dominic Inglot - Jamie Murray 3 2 6 7 7
  Bob Bryan - Mike Bryan 6 6 3 68 9
4   Andy Murray 7 6 7
  John Isner 64 3 64
5   James Ward 7 0 ab.
  Donald Young 5 1

  Rép. tchèque 2 - 3 Australie  
ČEZ Aréna, Ostrava, République tchèque
du 6 au sur dur (int.)
1   Lukáš Rosol 6 6 5 5 3
  Thanasi Kokkinakis 4 2 7 7 6
2   Jiří Veselý 4 3 65
  Bernard Tomic 6 6 7
3   Adam Pavlásek - Jiří Veselý 1 7 3 7 6
  Sam Groth - Lleyton Hewitt 6 62 6 64 2
4   Lukáš Rosol 64 3 65
  Bernard Tomic 7 6 7
5   Jan Mertl 6 6
  Sam Groth 3 2
  Kazakhstan 3 - 2 Italie  
National Tennis Centre, Astana, Kazakhstan
du 6 au sur dur (int.)
1   Mikhail Kukushkin 7 6 6
  Simone Bolelli 66 1 2
2   Andrey Golubev 3 3 7 2
  Andreas Seppi 6 6 65 6
3   A. Golubev - A. Nedovyesov 64 3 7 4
  Simone Bolelli - Fabio Fognini 7 6 613 6
4   Mikhail Kukushkin 7 6 6
  Andreas Seppi 68 0 4
5   Aleksandr Nedovyesov 7 3 4 6 7
  Fabio Fognini 65 6 6 3 5

  Argentine 3 - 2 Brésil  
Tecnópolis, Buenos Aires, Argentine
du 6 au sur terre (ext.)[N 1]
1   Carlos Berlocq 4 6 7 3 2
  João Souza 6 3 5 6 6
2   Leonardo Mayer 6 6 1 6
  Thomaz Bellucci 4 3 6 3
3   C. Berlocq - D. Schwartzman 5 3 4
  Marcelo Melo - Bruno Soares 7 6 6
4   Leonardo Mayer 7 7 5 5 15
  João Souza 64 65 7 7 13
5   Federico Delbonis 6 3 6 7
  Thomaz Bellucci 3 6 2 5
  Serbie 5 - 0 Croatie  
Kraljevo Sports Hall, Kraljevo, Serbie
du 6 au sur dur (int.)
1   Novak Djokovic 6 6 6
  Mate Delić 3 2 4
2   Viktor Troicki 4 1 6 6 6
  Borna Ćorić 6 6 3 2 1
3   N. Djokovic - N. Zimonjić 6 6 6
  Franko Škugor - Marin Draganja 3 4 1
4   Filip Krajinović 6 6
  Franko Škugor 4 2
5   Viktor Troicki 6 6
  Mate Delić 4 3

  Canada 3 - 2 Japon  
Thunderbird Sports Centre, Vancouver, Canada
du 6 au sur dur (int.)
1   Milos Raonic 6 6 6
  Tatsuma Ito 2 1 2
2   Vasek Pospisil 4 65 3
  Kei Nishikori 6 7 6
3   Daniel Nestor - Vasek Pospisil 7 2 6 3 6
  Go Soeda - Yasutaka Uchiyama 5 6 3 6 3
4   Milos Raonic 6 3 4 6 4
  Kei Nishikori 3 6 6 2 6
5   Vasek Pospisil 7 6 6
  Go Soeda 5 3 4

Quarts de finaleModifier

  Australie 3 - 2 Kazakhstan  
Marrara Sports Complex, Darwin, Australie
du 17 au sur gazon (ext.)
1   Thanasi Kokkinakis 4 3 3
  Mikhail Kukushkin 6 6 6
2   Nick Kyrgios 65 7 65 4
  Aleksandr Nedovyesov 7 62 7 6
3   Sam Groth - Lleyton Hewitt 6 7 6
  Andrey Golubev - A. Nedovyesov 4 64 2
4   Sam Groth 6 7 4 7
  Mikhail Kukushkin 3 66 6 66
5   Lleyton Hewitt 7 6 6
  Aleksandr Nedovyesov 62 2 3

  Belgique 5 - 0 Canada  
Sportpark Krokodiel, Ostende, Belgique
du 17 au sur terre (ext.)
1   Steve Darcis 3 6 7 6
  Frank Dancevic 6 1 5 3
2   David Goffin 6 6 6
  Filip Peliwo 4 4 2
3   R. Bemelmans - K. Coppejans 7 3 6 6
  Daniel Nestor - Adil Shamasdin 5 6 4 3
4   Kimmer Coppejans 2 6 6
  Frank Dancevic 6 2 3
5   Steve Darcis 6 6
  Filip Peliwo 4 3

Demi-finalesModifier

  Grande-Bretagne 3 - 2 Australie  
Emirates Arena, Glasgow, Grande-Bretagne
du 18 au sur dur (int.)
1   Andy Murray 6 6 6
  Thanasi Kokkinakis 3 0 3
2   Daniel Evans 3 62 7 4
  Bernard Tomic 6 7 64 6
3   Andy Murray - Jamie Murray 4 6 6 66 6
  Sam Groth - Lleyton Hewitt 6 3 4 7 4
4   Andy Murray 7 6 6
  Bernard Tomic 5 3 2
5   Daniel Evans 5 4
  Thanasi Kokkinakis 7 6

FinaleModifier

La finale de la Coupe Davis 2015 se joue entre la Belgique et Grande-Bretagne[9].

BarragesModifier

Article détaillé : Barrages de la Coupe Davis 2015.

Les barrages voient s'affronter les nations ayant perdu au 1er tour du "Groupe Mondial" (GM) et les vainqueurs des "Groupe I" de façon aléatoire. Les nations victorieuses sont qualifiées pour le groupe mondial 2016. Les nations vaincues participent au Groupe I de leur zone géographique. Les barrages se déroulent en même temps que les demi-finales : du 18 au 20 septembre 2015.

Résumé du tour de barrage
Lieu Surface Hôtes Score Visiteurs
New Delhi dur (ext.)   Inde 1 - 3   République tchèque (GM)
Genève dur (int.)   Suisse (GM) 4 - 1   Pays-Bas
Irkoutsk dur (int.)   Russie 1 - 4   Italie (GM)
Tachkent terre (ext.)   Ouzbékistan 1 - 3   États-Unis (GM)
Pereira terre (ext.)   Colombie 2 - 3   Japon (GM)
Saint-Domingue dur (ext.)   République dominicaine 1 - 4   Allemagne (GM)
Florianópolis terre (ext.)   Brésil (GM) 1 - 3   Croatie (GM)
Gdynia dur (int.)   Pologne 3 - 2   Slovaquie

Notes et référencesModifier

  1. Initialement prévue du 6 au 8 mars, la rencontre entre l'Argentine et le Brésil se jouant en extérieur a dû se prolonger jusqu'au lundi 9 mars.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

NavigationModifier