Coulommes-la-Montagne

commune française du département de la Marne

Coulommes-la-Montagne
Coulommes-la-Montagne
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Reims
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Reims
Maire
Mandat
Julien Lepitre
2020-2026
Code postal 51390
Code commune 51177
Démographie
Gentilé Coulommois, Coulommoises
Population
municipale
206 hab. (2018 en diminution de 10,82 % par rapport à 2013)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 35″ nord, 3° 54′ 41″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 242 m
Superficie 2,7 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fismes-Montagne de Reims
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Coulommes-la-Montagne
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Coulommes-la-Montagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coulommes-la-Montagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coulommes-la-Montagne

Coulommes-la-Montagne est une commune française située dans le département de la Marne, en région Grand Est.

GéographieModifier

SituationModifier

Coulommes-la-Montagne se trouve à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Reims.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Coulommes-la-Montagne
Méry-Prémecy Vrigny
  Ormes
Saint-Euphraise-et-Clairizet Pargny-lès-Reims

HydrographieModifier

Il n'existe aucun réseau hydrographique de surface[1].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Coulommes-la-Montagne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (82,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43,9 %), cultures permanentes (38,9 %), forêts (17,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

ToponymieModifier

À la Révolution française, la commune s'appelait Coulommes, qu’elle changea en Coulommes-en-la-Montagne (avant 1800), puis en son nom actuel en 1898[9].

HistoireModifier

 
Le village au début du XXe siècle.

Le nom apparaît dans les textes lors d'une donation de Manassès Ier de Rethel en 974 au chapitre de Reims. Ensuite, ledit chapitre en fait donation à l'abbaye Saint-Remi. L'abbaye reçoit en 1176 une donation de la part d'Hugues de Chaumuzy et, en 1240, Gaucher III de Nanteuil fait de même. En 1286, puis en 1306 et 1502, un moulin, route de Pargny est cité. Le village souffre de la chevauchée vers Reims de 1359. En 1565, Simon II acquiert une maison, des vignes et un jardin. La famille Coquebert, sise à Reims, fait ériger, le , la terre de Bel-Eau-Court en seigneurie qui prête hommage à la même abbaye. En 1644, André agrandit le colombier. Le village est en partie incendié en 1650 par les troupes du général Reinhold de Rosen sous les ordres du maréchal de Praslin parti soumettre Turenne. En 1652, les loups entrent au village, tuent une fille et attaquent une femme. la peste sévit au même moment. En 1683, l'abbaye finance la réfection de l'église et, de nouveau en 1742, pour 1 700 livres. En 1848, la garde bourgeoise du village se réunit pour repousser les révolutionnaires.

DistinctionsModifier

  Croix de guerre 1914-1918 : 30 mai 1921

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1876   du Pin[10]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 juin 2020 Luc Bzdak UDF puis NC[11] Président de la CC Champagne Vesle ( ? → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[12],[13]
juin 2020 En cours Julien Lepitre    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2018, la commune comptait 206 habitants[Note 3], en diminution de 10,82 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
516266270240252257244254256
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
233230205205205200185204181
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205218224151167128127133119
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
137144165206228222204227211
2018 - - - - - - - -
206--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

La commune de Vrigny est située dans la zone de production de l'AOC champagne (1er cru), au sein du vignoble de la Montagne de Reims. On y trouve la coopérative vinicole de Coulommes-la-Montagne-Vrigny.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Les familles Cauchon et Coquebert furent seigneurs de Coulommes.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Coulommes-la-Montagne », sur Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie) (consulté en juin 2020).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. EHESS, notice de la commune sur le site Cassini, consultée le 21 janvier 2009
  10. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1877, p183.
  11. Cédric Chevalier, « Luc Bzdak », Comité départemental, Nouveau centre - Reims, (consulté le 15 août 2015).
  12. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  13. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 16 août 2015).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « Église paroissiale », notice no PA00078677, base Mérimée, ministère français de la Culture.