Corvol-d'Embernard

commune française du département de la Nièvre

Corvol-d'Embernard
Corvol-d'Embernard
La fontaine de Saint-Gengoult (1894).
Blason de Corvol-d'Embernard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Intercommunalité Communauté de communes Tannay-Brinon-Corbigny
Maire
Mandat
Stéphane Delesmillières
2014-2020
Code postal 58210
Code commune 58084
Démographie
Population
municipale
87 hab. (2017 en diminution de 11,22 % par rapport à 2012)
Densité 8,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 42″ nord, 3° 23′ 55″ est
Altitude Min. 223 m
Max. 384 m
Superficie 9,86 km2
Élections
Départementales Canton de Corbigny
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corvol-d'Embernard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corvol-d'Embernard

Corvol-d'Embernard (nivernais Courvou) est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

La commune de Corvol-d’Embernard, d’une superficie de 986 hectares, a une altitude allant de 223 à 384 mètres. La forêt communale de Corvol s'étend sur 273 ha.

Elle est adossée à la colline de partage des eaux de la Loire et de la Seine.

Elle est située à 10 km du chef-lieu de canton, Brinon-sur-Beuvron.

Elle est une des 58 communes qui composent la communauté de communes Tannay-Brinon-Corbigny, elle-même intégrée dans le pays Nivernais-Morvan.

Communes limitrophesModifier

  Marcy  
Champlemy N Chevannes-Changy
O    Corvol-d'Embernard    E
S
Chazeuil

HistoireModifier

On retrouve des traces écrites de la paroisse depuis le XIe siècle mais on ne sait rien sur ses commencements.

Au cours du temps le nom du lieu a subi des transformations[1] :

  • Corvolium, 1287 (reg. de l'év. de Nevers).
  • Corvolium-Domipni-Bernardi, 1331 (censier du chap. de Nevers).
  • Courvol-le-Dampbernard, vers 1420 (A. N.).
  • Corvol-en-Damp-Bernard, 1500 (A. N.).
  • Corvolle-Dampbernard, 1507 (procès-verbal de la coutume d'Auxerre).
  • Corvol Dambernard, 1564 (A. N.).
  • Corvole d'Embernard, 1778 (A. N.).

L'histoire de Corvol d'Embernard est très liée à celle de la Maison de Corvol (ou Courvol)[2] laquelle porte pour armes « De gueules à la croix ancrée d’or, cantonnée en chef de deux étoiles d’argent », et dont les armoiries figurent en tête de la "Généalogie de la Maison de Courvol"[2]

Hugues de Courvol, qui vivait vers la fin du XIe siècle, peut être regardé comme le fondateur de la Maison de Courvol. On apprend d'un titre de l'an 1088 du prieuré de la Charité sur Loire, qu'il tenait le fief de Courvol (de Corvolio) de Robert des Ouches, lequel en donna la mouvance à ce monastère du consentement d'Agnès sa femme[2].

Corvol d'Embernard (Courvol Dam Bernard) est sorti de la Maison de Courvol le 22 avril 1380 lorsque Jeanne d'Artois, veuve de Simon de Thouars, comte de Dreux, en rendit hommage[3]. Elle en jouissait à titre de douaire.

En 1463 et 1466 des arrêts du Parlement de Paris contre les comtes de Nevers (Charles et Jean de Bourgogne) attestent que la seigneurie appartenait alors à Perette de la Rivière, dame de la Rocheguyon. Elle passa depuis successivement à différentes familles. Le comte de Jaucourt à qui Armande-Marguerite de Certaines la porta en mariage, la vendit vers 1708 à M. Fremin, président au Bureau de Paris[2].

Les noms de plusieurs seigneurs sont connus :

  • Jean de Courvol en 1285, Gaucher de Corvol en 1301
  • Antoine de Chabannes en 1485, Jean de Chabannes[4],, comte de Dammartin vers 1501
  • Jean de la Rivière en 1505, François de La Rivière[5] en 1512, François de La Rivière le jeune en 1544, Jacques de La Rivière[6] en 1630
  • Pierre de Certaines en 1663, Charles de Certaines en 1666
  • Jean Louis de Jaucourt, marquis de Jaucourt seigneur de Vaux (époux d’Armande-Marguerite de Certaines) de 1704 à 1708
  • Michel Frémin[7], ancien président du Bureau des Finances à Paris, en 1713 et 1720
  • Antoine Ridois de Sancé en 1747
  • Étienne Boulard[8] en 1752
  • Jean-Baptiste de Lardemelle (1731-1794), probablement le dernier seigneur de Corvol en tant que tel.

Il est à noter que plusieurs des seigneurs connus (La Rivière, Lardemelle) se font appeler barons de Corvol d'Embernard.

L’église actuelle a été construite au point le plus haut, sur le site d’un ancien château disparu. Au XIVe siècle, un autre petit château a été construit au pied de la colline, près de la source du Canard, remplacé au fil des siècles par d’autres constructions jusqu’à la contemporaine datant du XIXe siècle.

ArmorialModifier

Ci-dessous les blasons des principales familles ayant possédé et géré le fief de Corvol-d'Embernard :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Jean-Michel Sévin   Journaliste indépendant
mars 2014 En cours Stéphane Délesmillières DvG Employé
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2017, la commune comptait 87 habitants[Note 1], en diminution de 11,22 % par rapport à 2012 (Nièvre : -4,43 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456496547520541479541531506
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
504457471432452412397382371
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
330296269215212206190174185
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
19213211210610111210910188
2017 - - - - - - - -
87--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13]. |recens-prem=.)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

 
Église Saint-Gengoult.

Lors d’une promenade dans le village, on peut voir la grille et les deux pavillons d’entrée du château du XIXe siècle. L’ancienne ferme accolée au château est aujourd’hui transformée en chambres d’hôtes (4 épis) et salle d’exposition d’art contemporain de 180 m2. Son pigeonnier en bordure de route porte la date de 1812.

Corvol-d’Embernard est un joli village aux maisons étagées sur les collines. On y trouve quatre fontaines, de nombreux puits - dont certains possèdent une margelle taillée dans un seul bloc de pierre -, trois lavoirs - dont deux couverts -, trois croix de mission. Le village est traversé par le ruisseau du Canard qui autrefois animait le moulin aujourd’hui disparu.

  • Le lavoir du Pétat : Le lavoir se trouve en bordure d'un chemin qui est l’ancienne route de Nevers (direction de Chazeuil). Ce lavoir à ciel ouvert trouve son originalité par sa profondeur de 3 m que l'on atteint par une série de marches.
 
Le lavoir du Canard.
  • La source du Canard et son lavoir[14] : On voit sortir le Canard de la colline d’un lac souterrain découvert en 1837 ; la galerie qui mène à ce lac est longue de 725 m. Les parois formées d’énormes pierres sont comme disposées par la main de l’homme d’où son premier nom de « canal ». Dans le lavoir qui date de 1824, de magnifiques dalles de pierre permettent de passer au-dessus de la source qui le traverse. De chaque côté du bassin, le long des murs, se trouvent des poutres en bois qui servaient à égoutter le linge.
  • Le lavoir du Courtil : Ce lavoir de dimensions plus modestes est intéressant par le dessin très curieux de sa charpente, qui prend la forme d’un parapluie à partir d’un axe central. Ces deux lavoirs ont été récemment restaurés.
  • La grange avec séchoir du XIXe siècle : Le séchoir était utilisé pour la récolte du chanvre, culture très pratiquée dans le canton et qui, selon l’étude d’un employé des domaines en 1843, « réussit bien dans toutes les localités ». Les draps, les torchons, les chemises étaient tissés en toile de chanvre. Devenu ruine, il a été racheté par un particulier qui le restaure en maison d'habitation et conserve ses caractéristiques originales.
  • La bascule municipale : Il existe au milieu du village l’antique bascule municipale abritée par un petit cabanon de briques enduites et couvertes d’ardoises. Elle évoque un passé tout proche où les villageois et les habitants des communes alentour venaient peser bêtes et grains. Une restauration est envisagée afin de la préserver du temps qui passe.
  • La maison curiale : Antérieure à 1798, elle fut rachetée puis restaurée en 1840 par la commune. Aujourd’hui, elle abrite la mairie et un logement communal.
  • La fontaine sacrée de Saint-Gengoult : saint patron de la commune – fêté le 11 mai. Derrière le cimetière, la fontaine sacrée devait exister de tout temps. Elle a été consacrée lors de la campagne de mission en 1894, qui la dota d’un retable en pierre taillée. On y accède par un escalier en pierre.
  • L'église de Saint-Gengoult : Dédiée elle aussi au saint patron de la commune dont deux représentations sont proposées à l'intérieur. L'une par une statue qui le montre en costume romain, l'autre par un vitrail contemporain sur lequel il est en armure moyenâgeuse. Une peinture à l'huile du XIIIe représentant le Christ en croix, inscrit à ISMH, a été entièrement restaurée en 2013.
  • Sculpture contemporaine : Equilibre est le nom de la sculpture réalisée par Florentin Tanas dans le cadre du symposium de sculpture international en 2011 auquel s'est associée la municipalité. Cette sculpture a été acquise avec l'aide financière de plusieurs particuliers. Elle est installée à l'entrée Sud de la commune.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Romain Baron et sa femme dans les années 1960.
  • Romain Baron (1898-1985), professeur de lettres et historien régionaliste, avait une maison de campagne et des terres dans la commune de Corvol-d'Embernard. Il y est enterré en compagnie de sa femme. Romain Baron est l'auteur de plusieurs études consacrées à l'histoire locale nivernaise, dont une Histoire de Corvol-d'Embernard (voir la bibliographie ci-dessous). Le cimetière de la commune porte son nom depuis 2013.
  • Colonel E. Chambon (1897-1978), ancien directeur adjoint de la gendarmerie nationale pendant la Seconde Guerre mondiale. Né à Corvol d'Embernard, il habitait la commune, depuis sa retraite, dans la maison familiale. Il est enterré dans l'ancien cimetière en compagnie de son épouse.
  • Pierre de Certaines, dit Pierre Certaines de Fricambault (1620-1666), chef d'escadre de la marine de Louis XIV. Né en 1620 au château de Villemolin dans la Nièvre, il sert au sein de la Marine royale, à la fin du règne de Louis XIII et au début de celui de Louis XIV, pendant la guerre de Trente Ans et la guerre franco-espagnole. Ses « excellents services dans la flotte » lui valent d'être promu au rang de chef d'escadre par Louis XIV, un rang qu'il occupe du 20 mai 1654 à sa mort. Il acquiert en 1660 de François de la Rivière la seigneurie de Corvol-Dam-Bernard (sic) et la terre de Saint-Martin-de-Vaux (cf. Mémoires de la Société Académique du Nivernais). Il meurt de la "fièvre pourprée" (probablement le typhus) à bord du "Saint-Louis", le 4 juin 1666 au large de Lagos (Andalousie). Il est enterré à Lagos avec les honneurs rendus par toute l'escadre. L'acquisition de Corvol est soldée par sa veuve en 1677 grâce au produit de la vente de quelques fiefs en Puisaye.
  • L’un de ses fils, Charles de Certaines, dit "Chevalier de Courvol-Fricambault", hérite de la seigneurie de Corvol au décès de son père. Il est mineur (de 25 ans) à l’occasion d'un compte rendu de succession fait vers 1687 par sa mère, « dame Antoinette (Le Maistre de Grandchamp), demeurant en son château de Corvol ». Officier de marine lui aussi, il meurt sans descendance sur le pont de l'Intrépide, comme lieutenant de vaisseau dans l’escadre du comte de Toulouse, le 24 août 1704 durant la bataille navale de Velez-Malaga.
  • Jean-Baptiste de Lardemelle (1731-1794), dernier seigneur de Corvol, fut condamné à mort et guillotiné le 15 mars 1794 sur la place de la Révolution à Paris (actuelle place de la Concorde)[15].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Dictionnaire topographique de la France édité par le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CHTS)
  2. a b c et d Généalogie de la maison de Courvol en Nivernais, dressée sur titres originaux et sur des jugements d'intendants rendus lors de la recherche de la noblesse du royaume en 1666. 1753. Sur Gallica.bnf.fr.
  3. Titres de la Chambre des Comptes de Nevers
  4. Inventaire des Titres de Nevers de l'Abbé Marolles, suivi d'extraits des Titres de Bourgogne et de Nivernois - « BNF 634 E2 », sur le site de la BNF (consulté le 20 janvier 2014)
  5. Jean Née de la Rochelle, Pierre Gillet, Jean-François Née de la Rochelle. Jean Bureau, dans Mémoires pour servir à l'histoire, politique et littéraire, à la géographie... du département de la Nièvre, 1827.
  6. Dictionnaire de la noblesse, M. de La Chenaye-Desbois, 1778
  7. Pour être seigneur, il n'était pas nécessaire d'être noble, il suffisait de posséder une seigneurie.
  8. Même remarque que pour Michel Frémin.
  9. Armorial de l'ancien duché de Nivernais, Georges de Soultrait, 1852
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  14. Lavoir de la source du Canard
  15. Une Victime de la Terreur, Jean-Baptiste de Lardemelle, seigneur de Corvol-d'Embernard, Romain Baron, Bulletin de la Société scientifique et artistique de Clamecy, 78e année, 3e série, no 29, 1954, p. 79-85

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • M. de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, 1778.
  • Titres de la Chambre des Comptes de Nevers
  • Romain Baron, « Un épisode pré-révolutionnaire, l'affaire des moulins de Corvol », Nivernais-Morvan, nouv. sér., no 137, 1959, p. 2.
  • Inventaire des Titres de Nevers de l'Abbé Marolles, suivi d'extraits des Titres de Bourgogne et de Nivernois, BNF 634 E.
  • Généalogie de la maison de Courvol en Nivernais, dressée sur titres originaux et sur des jugements d'intendants rendus lors de la recherche de la noblesse du royaume en 1666.
  • Romain Baron, « Une victime de la Terreur, Jean-Baptiste de Lardemelle, seigneur de Corvol-d'Embernard », Bulletin de la Société scientifique et artistique de Clamecy, 78e année, 3e série, no 29, 1954, p. 79-85.
  • Romain Baron, « Histoire de Corvol-d'Embernard », Bulletin de la Société scientifique et artistique de Clamecy, 96e année, 3e série, no 47, 1973, p. 66-76.
  • Carré, « Notice historique sur Corvol-d’Embernard », Mémoires de la Société académique du Nivernais, 2e série, tome II, 1er fascicule, 1909

Liens internesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :