Corruption politique

détournement de l'utilisation du pouvoir public dans le but d'en retirer des avantages illégaux

La corruption politique est un détournement de l'utilisation du pouvoir public dans le but d'en retirer des avantages illégaux, cela intéresse le monde politique (hommes politiques, partis politiques, élus, membres du gouvernement)[1].

Corruption politique

DescriptionModifier

Le pacte de corruption a lieu entre une personnalité politique et un intervenant achetant une décision politique (marché public, autorisation administrative concernant un marché à l'exportation, une autorisation de sortie du territoire, une décoration, une autorisation de transfert de siège social, une nouvelle loi avantageuse, etc.). L'abus de pouvoir est aussi une manifestation de telles pratiques (favoriser le recrutement d'un individu, emploi fictif, sur-rémunération, licenciement de complaisance, etc.).

Les formes de corruption varient allant des plus communes telles que le patronage, l'extorsion, le trafic d'influence, la fraude, aux plus complexes.

Ce qui constitue la corruption diffère selon les pays et les législations. Certaines pratiques politiques sont légales dans un pays et sont illégales dans un autre.

Par paysModifier

ChineModifier

FranceModifier

GrèceModifier

Le , Pávlos Haïkális, un député du parti Grecs indépendants a annoncé avoir été approché par Giorgos Apostolopoulos[2], un conseiller de plusieurs personnes politiques et de banquiers[3], qui lui aurait proposé de 2 à 3 millions d'euros et divers autres avantages pour voter en faveur de Stavros Dimas[4] lors de l'élection présidentielle. En effet, l'élection de Stavros Dimas au 3e tour tiendrait à 1 voix[5],[6],[2].

SuisseModifier

Le 22 février 2021, le célèbre politicien de Genève Pierre Maudet est reconnu coupable d'avoir accepté des avantages illégaux d'Abou Dabi (un voyage de luxe à Abou Dabi avec sa famille en 2015) et condamné avec sursis à 300 jours-amende. Après avoir reconnu coupable d'accepter les avantages financiers du bac[Quoi ?] de Mohammed ben Zayed, Maudet a également perdu son offre d'élections au gouvernement cantonal de Genève. [7]

Le 19 mai 2021, Pierre Maudet est soumis à une enquête pour aider son ami d'ami à obtenir la citoyenneté suisse qui nécessite normalement 18 mois et son ami a une procédure judiciaire à Abou Dhabi[8].

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier