Correspondance littéraire secrète

hebdomadaire

Correspondance littéraire secrète
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Langue Français
Périodicité hebdomadaire
Genre Littérature et politique
Date de fondation janvier 1775
Date du dernier numéro mars 1793
Ville d’édition Paris

Directeur de la rédaction Louis-François Metra

La Correspondance littéraire secrète dite de Metra est un hebdomadaire clandestin imprimé édité par Louis-François Metra à Neuwied[1] (Allemagne) du [2] au .

Comparable à la Correspondance littéraire, philosophique et critique, la Correspondance littéraire secrète prenait comme elle la forme d’une lettre adressée à un lecteur étranger. Publiée à l’étranger, elle échappait à la censure ; sa franchise parfois un peu crue rencontrait un certain succès. C’est une source d’information importante sur le dernier quart du XVIIIe siècle français.

Certaines parties de ce journal furent reprises entre 1787 et 1790 dans la Correspondance secrète, politique et littéraire. Mais il ne faut pas confondre cet ouvrage, d’une extrême rareté, avec la Correspondance secrète, politique et littéraire assez commune.

Collaborateurs modifier

Guillaume Imbert envoyait de Paris les matériaux. Grimod de La Reynière y a coopéré en 1787 et 1788. Alexandre Robineau y a collaboré également.

Notes et références modifier

  1. Metra avait dû quitter la France pour de mauvaises affaires. Neuwied était une ville indépendante, connue pour sa tolérance, en particulier en matière religieuse.
  2. Description du premier volume.

Bibliographie modifier