Corps mécanisé

Un corps mécanisé (en russe : механизированный корпус, abrégé en мк) est une grande unité de l'Armée rouge, regroupant des unités blindées épaulées par des unités d'infanterie motorisée. Les premiers corps ont été mis sur pied dans les années 1930, atteignant un total de 29 corps mécanisés en juin 1941, juste avant le début de la Grande Guerre patriotique : ils furent presque tous détruits par les forces armées allemandes lors des combats de l'été et de l'automne 1941.

Des chars T-34/76, accompagnés d'infanterie, sont engagés en contre-attaque : le , lors de la bataille de Koursk, le 5e corps mécanisé de la Garde est sacrifié autour de Prokhorovka pour arrêter l'offensive allemande.

Les corps mécanisés sont recréés en 1942-1943 dans un format plus modeste, au nombre de 13 (puis 14 en 1945), soit en plus petit nombre que les 25 corps blindés (ou « corps de tanks ») soviétiques, avant d'être progressivement transformés en divisions mécanisées à partir de juin 1945. Neuf d'entre eux ont obtenu le titre honorifique de corps mécanisé de la Garde (en russe : гвардейский механизированный корпус, abrégé en гв.мк).

D'autres États ont mis sur pied des formations équivalentes, tels que la République française (le « corps de cavalerie » en 1939-1940) et le royaume d'Italie (le Corpo d'Armata Celere en 1941 et le Corpo d'Armata Motocorazzato en 1943) ; les corps blindés (les Panzerkorps allemands, les танковый корпус soviétiques et l'Armored Corps américains) sont des unités un peu différentes.

Première formationModifier

 
Les premières unités blindées soviétiques sont équipées du char léger MS-1 (alias T-18), inspiré du Renault FT.

Les premiers chars soviétiques sont quatre Renault FT capturés en 1919 pendant la guerre soviéto-polonaise ; les premiers chars « autochtones », du modèle MS-1, ont été construits à partir de décembre 1920. En 1929, est fondé la Direction centrale de la mécanisation et de la motorisation de l'Armée rouge des ouvriers et paysans. Une école allemande de combat blindé (Panzerschule Kama) est installée de 1929 à 1933 à Kazan en Tartarie, tandis que les théoriciens de l'art opératif (notamment Triandafillov et Toukhatchevski) recommande de regrouper les chars en grandes unités pour mener des opérations en profondeur, en s'enfonçant le plus loin possible en territoire adverse, pour déstructurer tout le système ennemi. La première brigade mécanisée est créée en 1930, comprenant un régiment de 110 tanks MS-1.

La formation des deux premiers corps mécanisés est ordonnée le  : le 11e corps mécanisé dans le district militaire de Léningrad (par transformation de la 11e division de fusiliers) et le 45e corps mécanisé dans le district ukrainien (ex 45e division de fusiliers). Le corps mécanisé modèle 1932 est composé de deux brigades mécanisées et une brigade de fusiliers. Toujours en 1932 est fondée l'Académie militaire des troupes mécanisées et motorisées ; en 1936, l'Armée rouge possède quatre corps mécanisés (5e, 7e, 11e et 45e). En août 1938, changement de nom : les corps mécanisés deviennent des corps de tanks (traduisibles aussi par « corps blindés », nos 10, 15, 20 et 25)[1]. Mais les retours d'expérience des engagements des chars soviétiques lors de la guerre d'Espagne et des embouteillages lors de la campagne de Pologne sont si négatifs que le commissaire du peuple à la Défense Kliment Vorochilov (l'ennemi de Toukhatchevski) obtient de Joseph Staline l'ordre de disperser les unités blindées le et de faire disparaître les corps de tanks, ces derniers transformées en 15 divisions mécanisées.

En mai 1940, Vorochilov est remplacé par Semion Timochenko ; l'analyse des réussites allemandes en Belgique et en France entraîne un revirement. Le , le haut-commandement de l'Armée rouge ordonne la recréation de neuf corps mécanisés, puis rajoute en février-mars 1941 vingt autres corps[2]. Leur composition initiale est de deux divisions de tanks, d'une division mécanisée, d'un régiment de motocyclistes, d'un régiment d'artillerie motorisé et d'un bataillon du génie motorisé. Chaque corps mécanisé devait théoriquement aligner 36 000 hommes, 126 chars lourds KV-1 et KV-2, 420 chars moyens T-34/76 et 479 chars légers (T-26, BT-5 et BT-7)[3]. Les chars lourds et moyens étant en cours de fabrication, la dotation était loin d'être atteinte en juin 1941.

Liste des corps mécanisésModifier

Ordre de bataille de l'Armée rouge le face à l'invasion allemande[4],[5] :

  • district militaire de Léningrad (qui devient le front du Nord) de Markian Popov, face au golfe de Finlande, à Hanko, en Carélie et dans la péninsule de Kola :
    • 10e corps mécanisé du major-général Ivan G. Lazarev (affecté à la 23e armée) : 21e et 24e divisions blindées et 198e division mécanisée ;
    • 1er corps mécanisé du major-général Mikhail L. Chernyavskiy (en réserve du front) : 1re[6] et 3e divisions blindées, 163e division mécanisée ;
  • district militaire spécial de la Baltique (qui devient le front du Nord-Ouest) de Fiodor Kouznetsov, en Lituanie et Lettonie ;
    • 12e corps mécanisé du major-général Nikolaï M. Shestopalov (8e armée) : 23e, 28e divisions blindées, 202e division mécanisée ;
    • 3e corps mécanisé du major-général Alexeï V. Kurkin (11e armée) : 2e et 5e divisions blindées, 84e division mécanisée ;
    • 21e corps mécanisé du major-général Dimitri D. Leluyshenko (en provenance du district militaire de Moscou) : 42e et 46e divisions blindées, 185e division mécanisée ;
  • district militaire spécial de l'Ouest (qui devient le front de l'Ouest) de Dmitri Pavlov, en Biélorussie :
    • 11e corps mécanisé du major-général Dimitri K. Mostovenko (3e armée) : 29e et 33e divisions blindées, 204e division mécanisée ;
    • 14e corps mécanisé du major-général Stepan I. Oborin (4e armée) : 22e et 30e divisions blindées, 205e division mécanisée ;
    • 6e corps mécanisé du major-général Mikhail G. Khatskilevich (10e armée) : 4e et 7e divisions blindées, 29e division mécanisée ;
    • 13e corps mécanisé du major-général P. N. Akhyustan (10e armée) : 25e et 31e divisions blindées, 208e division mécanisée ;
    • 17e corps mécanisé du major-général M. P. Petrov (13e armée) : 27e et 36e divisions blindées, 209e division mécanisée ;
    • 20e corps mécanisé du major-général Andreï G. Nikiti (13e armée) : 26e et 38e divisions blindées, 210e division mécanisée ;
  • district militaire spécial de Kiev (qui devient le front du Sud-Ouest) de Mikhaïl Kirponos, dans la moitié nord de l'Ukraine :
    • 9e corps mécanisé du major-général Constantin Rokossovski (5e armée) : 20e et 35e divisions blindées, 131e division mécanisée ;
    • 22e corps mécanisé du major-général Semion M. Kondrusev (5e armée) : 19e et 41e divisions blindées, 215e division mécanisée ;
    • 15e corps mécanisé du major-général Ignat I. Karpezo (6e armée) : 10e et 37e divisions blindées, 212e division mécanisée ;
    • 4e corps mécanisé du major-général Andreï Vlassov (6e armée) : 8e et 32e divisions blindées, 81e division mécanisée ;
    • 16e corps mécanisé du brigadier-général[Quoi ?] Alexei D. Sokolov (12e armée) : 15e et 39e divisions blindées, 204e division mécanisée ;
    • 8e corps mécanisé du lieutenant-général Dimitri I. Ryabyshev (26e armée) : 12e et 34e divisions blindées, 7e division mécanisée ;
    • 19e corps mécanisé du major-général Nikolaï V. Feklenko (réserve du front) : 40e et 43e divisions blindées, 213e division mécanisée ;
    • 24e corps mécanisé du major-général Vladimir I. Chistyakov (réserve du front) : 45e et 49e divisions blindées, 216e division mécanisée ;
  • district militaire d'Odessa (qui devient le front du Sud) de Yakov Tcherevitchenko, en Bessarabie, dans le Sud de l'Ukraine et en Crimée :
    • 2e corps mécanisé du lieutenant-général Youri V. Novoselskiy (9e armée) : 11e et 16e divisions blindées, 15e division mécanisée ;
    • 18e corps mécanisé du major-général Petr V. Volokh (9e armée) : 44e et 47e divisions blindées, 218e division mécanisée.

Autres districts[7],[8] :

  • 5e corps mécanisé du major-général Ilia P. Alekseyenko (16e armée, district militaire transbaïkal) : 13e et 17e divisions blindées, 109e division mécanisée ;
  • 7e corps mécanisé du général-major Vassili I. Vinogradov (20e armée, district militaire de Moscou) : 14e et 18e divisions blindées, 1re division de fusiliers motorisés de Moscou ;
  • 23e corps mécanisé du major-général M. A. Myasnikov (19e armée, district militaire d'Orel) : 48e et 51e divisions blindées, 220e division mécanisée ;
  • 25e corps mécanisé du major-général Semen M. Krivoshein (21e armée, district militaire de la Volga) : 50e et 55e divisions blindées, 219e division mécanisée ;
  • 26e corps mécanisé du major-général Nikolai Y. Kirichenko (district militaire du Nord Caucase) : 52e et 56e divisions blindées, 103e division mécanisée ;
  • 27e corps mécanisé du major-général Ivan I. Petrov (district militaire d'Asie centrale) : 9e et 53e divisions blindées, 221e division mécanisée ;
  • 28e corps mécanisé du major-général V. V. Novikov (district militaire transcaucasien) : 6e et 54e divisions blindées, 236e division mécanisée ;
  • 30e corps mécanisé du lieutenant-général V. S. Golubovskiy (1re armée, district militaire d'Extrême-Orient) : 58e et 60e divisions blindées, 239e division mécanisée.

Destruction par les AllemandsModifier

 
Un char lourd KV-1 soviétique déchenillé puis capturé par les Allemands près de Kovno en juin 1941.

Face à l'attaque allemande qui débute le , les corps mécanisés semblent se dissoudre à cause des coups portés par les bombardiers, les anti-chars et les blindés allemands, mais aussi à cause de l'inexpérience des officiers, des nombreuses pannes mécaniques (la maintenance est déficiente, une partie des chars est non-opérationnelle au moment de l'attaque allemande), le manque de carburant comme de munitions, la faiblesse des transmissions et la mauvaise coordination interarme. Par exemple, le 8e corps mécanisé a, en juin 1941, huit types de chars, utilisant quatre carburants et tirant cinq obus différents, pas assez de camions, très peu de radios et il lui manque 20 % de ses officiers[9], le tout alors que l'aviation allemande a la suprématie aérienne.

Les corps mécanisés soviétiques subissent des pertes énormes, non sans porter des coups sévères aux unités allemandes. C'est sur ordre du chef d'État-Major général Gueorgui Joukov qu'est lancée une série de contre-attaques qui sont des missions de sacrifice, mais qui usent considérablement les unités allemandes (avec un ratio d'un char allemand éliminé pour dix soviétiques en 1941)[10] : à Doubno–Brony du 26 au contre les flancs du Panzergruppe 1 du général von Kleist[12], à Lepel du 6 au contre le flanc du Panzergruppe 3 du général Hoth ; à Jlobine le 13 contre le Panzergruppe 2 du général Guderian ; en Ukraine du 10 au 14 (opération Novohrad-Volynsky) ; près de Pskov du 14 au 18 contre le corps motorisé du général Manstein (opération SoltsyDno)[13]. Par exemple à Rovno, les 8e et 10e divisions blindées ont 24 de leurs 106 KV détruits, 62 autres tombant en panne et sont abandonnés[14].

À cause notamment du manque d'état-major (les officiers qualifiés ayant été amplement fauchés par les Grandes Purges de 1937-1938, ainsi que dans les chaudrons de l'été 1941), tous les corps d'armée (corps de fusiliers et corps mécanisés) de l'Armée rouge sont théoriquement supprimés par la circulaire de la Stavka du  : les divisions sont désormais directement gérées par l'état-major de l'armée à laquelle elles sont affectées[15]. Même les divisions blindées survivantes sont dissoutes, le principal échelon des troupes blindées devenant la brigade de tanks.

Seconde formationModifier

En 1942-1943, l'industrie soviétique, déménagée massivement vers l'est, commence à fournir en nombre des chars de combat et des canons automoteurs ; plusieurs unités de cavalerie sont transformées en unités mécanisées ; l'expérience augmente chez les officiers d'état-major : il devient possible de réorganiser les forces blindées et mécanisées de l'Armée rouge. Bénéficiant progressivement d'un meilleur équipement, encadrement et recrutement que les autres unités, elles forment l'élite des troupes soviétiques. En conséquence, à partir de l'automne 1942, sont mis sur pied deux types de grandes unités, les corps blindés et les corps mécanisés, dont la structure n'est arrêtée qu'à la fin de 1943[16]. Cette réforme est pilotée à la Direction principale des blindées (Главного автобронетанкового управления) du lieutenant-général Iakov Fedorenko (ru). Ces corps sont systématiquement en sous-effectif (manquant tout particulièrement d'infanterie) en 1943-1944 : un corps mécanisé soviétique correspond à peu près à une division blindée allemande (une Panzerdivision). Treize corps mécanisés, théoriquement de 16 314 hommes, 183 chars et 21 (puis jusqu'à 63) canons automoteurs, sont mis sur pied et engagés contre l'Armée allemande et ses alliés européens (Roumains, Italiens, Hongrois et Finlandais), dont neuf obtiennent le titre honorifique « de la Garde » ; la création d'un corps mécanisé supplémentaire est ordonné en juin 1945 pour servir lors de l'invasion soviétique de la Mandchourie.

 
Débarquement des chars T-34/76 du 4e corps mécanisé de la Garde, en août 1944 sur le front roumain. La logistique soviétique dépend essentiellement du transport ferroviaire sur les longues distances du front de l'Est.

Un corps mécanisé est composé théoriquement de trois brigades d'infanterie mécanisée (à trois bataillons motorisés, au mieux montés sur camions, soutenus par un bataillon d'artillerie et un autre de mortiers), d'une brigade de chars (à trois bataillons de chacun 21 chars T-34/85, le tout accompagné d'un bataillon de mitrailleurs), d'un bataillon ou d'un régiment blindé de réserve (31 ou 41 T-34), d'un régiment d'artillerie automotrice (canons automoteurs SU-76, SU-85, SU-122 ou SU-152), d'un régiment de mortiers (24 tubes de 82 et de 120 mm), d'un régiment antichar (24 canons de 45 ou de 76 mm), d'un régiment antiaérien (18 canons de 37 mm), d'un bataillon de lance-roquettes (huit katiouchas), d'un groupe de reconnaissance (motocycliste), d'un bataillon du génie et d'un bataillon de transmission[17]. À la fin de la guerre, les canons automoteurs sont renforcés (jusqu'à trois régiments pour certains corps) et se rajoutent un bataillon médical, une compagnie du train et une compagnie de réparation (pour la maintenance)[18].

Pour comparaison, un corps blindé soviétique est composé de trois brigades blindés (207 T-34), d'une brigade d'infanterie motorisée, de deux régiments d'artillerie automotrice (21 SU-76 et 21 SU-85 ou SU-122), d'un régiment antichar, d'un régiment antiaérien, d'un régiment de mortiers, d'un bataillon de lance-roquettes, d'un régiment de chars lourds (21 IS-2 à partir de 1944), d'un bataillon (puis une brigade) du génie, d'un bataillon de reconnaissance et d'un bataillon de transmission. Soit un total théorique en 1945 de 228 chars, 42 canons automoteurs, 182 pièces d'artillerie et 11 788 hommes[19].

Liste des corps mécanisésModifier

 
L'étendard du 9e corps mécanisé de la Garde.
  • 1er corps mécanisé, recréé le  ;
  • 2e corps mécanisé, recréé le , transformé le en 7e corps mécanisé de la Garde ;
  • 3e corps mécanisé, recréé le , transformé le en 8e corps mécanisé de la Garde ;
  • 1er corps mécanisé de la Garde, créé le à partir de la 1re division de fusiliers de la Garde ;
  • 2e corps mécanisé de la Garde, créé le à partir de la 22e division de fusiliers de la Garde ;
  • 4e corps mécanisé, recréé le , transformé le en 3e corps mécanisé de la Garde ;
  • 5e corps mécanisé, recréé le , transformé le en 9e corps mécanisé de la Garde ;
  • 6e corps mécanisé, recréé le , transformé le en 5e corps mécanisé de la Garde ;
  • 4e corps mécanisé de la Garde, créé le à partir du 13e corps blindé ;
  • 6e corps mécanisé de la Garde, créé le à partir de la 3e division de fusiliers motorisés ;
  • 7e corps mécanisé, recréé le  ;
  • 8e corps mécanisé, recréé le  ;
  • 9e corps mécanisé, recréé le  ;
  • 10e corps mécanisé, recréé le [20].

ÉvolutionModifier

 
Une voiture blindée М3A1 (de fabrication américaine) du 1er corps mécanisé de la Garde, dans les rues de Vienne en avril 1945.

Rapidement, plusieurs corps sont regroupés pour former un groupe d'exploitation opérationnel, notamment un corps mécanisé avec un corps de cavalerie, pour former un « groupe mécanisé de cavalerie » (par exemple le groupe Pliev pendant l'opération Bagration). À partir de 1943, six (puis sept en 1945) corps mécanisés et huit corps blindés sont regroupés pour former six armées blindées (traduit aussi par « armées de tanks »), qui sont de puissants regroupements correspondant à peu près à un corps blindé allemand (un Panzerkorps). Ces armées sont majoritairement composées de deux corps blindés et d'un corps mécanisé par armée :

Les corps mécanisés offrent un bon compromis entre la mobilité, la capacité offensive et celle défensive (cette dernière manquant aux corps blindés) : un corps peut se déployer pour contrer une contre-attaque blindée allemande, couvrant son front de mines, enterrant son infanterie, pilonnant les concentrations adverses avec ses katiouchas, les accueillant avec ses canons antichars et ses automoteurs[21]. Un des principaux problèmes des corps mécanisés et des corps blindés soviétiques de la Grande Guerre patriotique est le manque de véhicules de transport de troupe et de camions (il en faut 400 par brigade mécanisée)[22]. L'infanterie mécanisée (théoriquement montée sur véhicules blindés, comprenant des véhicules de combat d'infanterie, des BMP en russe[23]) soviétique n'est, au mieux, qu'une infanterie motorisée (sur camions) et dans le pire des cas une infanterie à pied qui monte sur les chars pour se déplacer.

Les 1er (à partir de mars 1945), 5e et 9e corps (dès la fin 1943) mécanisés, ainsi que les 1re (à partir de janvier 1945), 3e (dès le début 1944), 8e et 9e corps mécanisés de la Garde sont équipés avec des chars M4A2 (surnommés tovarichtch Emcha : « camarade M4 ») de fabrication américaine, arrivés via les convois de l'Arctique dans le cadre du programme Prêt-Bail (Lend-Lease)[24]. Ces chars, mécaniquement plus fiables et un peu plus confortables que ceux soviétiques, sont complétés par des camions Studebaker, des jeeps Willys, des voitures blindées, des autochenilles (notamment les SU-57), des tracteurs (pour remorquer les chars), des locomotives et des wagons plats (pour le transport ferroviaire), des radios, des munitions, du carburants, des pneumatiques, du tissu, des bottes et des boîtes de corned-beef[25].

Par ordre du , les corps mécanisés sont transformés en divisions mécanisées (en russe : механизированных дивизий, abrégé en мехд), tandis que les corps blindés le sont en divisions blindées et les armées blindées en armées mécanisées (l'application de la réorganisation se fait jusqu'en 1946). Il faut attendre les années 1950 pour que ces grandes unités commencent à devenir vraiment « mécanisées », quand l'infanterie est enfin portée par des BTR-40 et BTR-50, puis les années 1960 pour être épaulée par des BMP-1.

Notes et référencesModifier

  1. Drig 2005, p. 12.
  2. (en) David M. Glantz, Stumbling Colossus : the Red Army on the eve of World War, Lawrence, University Press of Kansas, , 378 p. (ISBN 0-7006-0879-6), p. 116–117.
  3. Vincent Gouysse, Contre-offensive idéologique, Lulu.com, , 302 p. (ISBN 978-1-326-06214-9, lire en ligne), p. 58, //books.google.com/books?id=a340DwAAQBAJ .
  4. « Ordre de bataille de l'Armée rouge ».
  5. « Ordre de bataille le 22 juin 1941 – Front du Nord », sur http://barbarossa.pagesperso-orange.fr/.
  6. La 1re division blindée est détachée auprès de la 14e armée.
  7. (ru) « Боевой состав Советской Армии на 1 июля 1941 г. », sur www.teatrskazka.com.
  8. (en) Maximino Argüelles Martinez, Soviet Army Order of Battle in WWII June to December 1941, Lulu Enterprises Incorporated, , 408 p. (ISBN 978-1-4461-9180-4), p. 7-8.
  9. Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri, Joukov : L'homme qui a vaincu Hitler, Paris, Perrin, coll. « Tempus » (no 700), (1re éd. 2013), 927 p. (ISBN 978-2-262-07267-4, présentation en ligne), p. 330.
  10. Jean Lopez (dir.), Nicolas Aubin et Vincent Bernard (ill. Nicolas Guillerat), Infographie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, , 191 p. (ISBN 978-2-262-06825-7), p. 99.
  11. Lopez et Otkhmezuri 2017, p. 867.
  12. Directive no 3 de la Stavka : « Les armées du front du Sud-Ouest doivent [...] par des coups concentriques dans la direction générale de Lublin, avec les forces des 5e et 6e armées incluant pas moins de cinq corps mécanisés et toute l'aviation du front, encercler la concentration ennemie et, au 26 juin, avoir pris Lublin[11]. »
  13. Lopez et Otkhmezuri 2017, p. 351.
  14. Gouysse 2014, p. 60.
  15. David M. Glantz et Jonathan House, When Titans Clashed, Lawrence, University Press of Kansas, (ISBN 0-7006-0899-0), p. 65.
  16. Jean Lopez, Berlin : Les offensives géantes de l'Armée Rouge, Vistule-Oder-Elbe (12 janvier-9 mai 1945), Paris, Economica, coll. « Campagnes & stratégies » (no 80), , 644 p. (ISBN 978-2-7178-5783-2), p. 99.
  17. Andrew Mollo (dir.) (trad. François Vauviller), Les forces armées de la Dernière Guerre : uniformes, insignes et organisation, vol. 9, Paris, éditions Atlas, , p. 163-165.
  18. Lopez 2010, p. 101.
  19. Lopez 2010, p. 100.
  20. « Unité – Corps Mécanisé », sur https://www.armee-rouge.fr/.
  21. Lopez 2018, p. 59.
  22. Lopez 2018, p. 58.
  23. БМП (BMP) : Боевая машина пехоты (véhicule de combat d'infanterie).
  24. (en) Claude Gillono et Leife Hulbert (ill. Dennis Oliver), Comrade Emcha : Red Army Shermans of WW2, Keiraville, The Oliver Publishing Group, coll. « Firefly collection », (ISBN 978-0-9806593-7-5), p. 23.
  25. Henri Dunajewski, « Le lend-lease américain pour l'Union soviétique », Revue d'études comparatives Est-Ouest, nos 15-3,‎ , p. 40-46 (lire en ligne).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (ru) Ievgueni Drig, Механизированные корпуса РККА в бою : История автобронетанковых войск Красной Армии в 1940—1941 годах [« Les corps mécanisés de l'Armée rouge au combat : l'histoire des forces blindées de l'Armée rouge 1940–1941 »], Moscou, Transkniga,‎ (ISBN 5-17-024760-5).
  • (ru) Igor Grigorevich Drogovoz, Железный кулак РККА : Танковые и механизированные корпуса Красной Армии 1932-1941 гг [« Le poing d'acier de l'Armée rouge : corps blindés et mécanisés de l'Armée rouge 1932–1941 »], Moscou, Tekhnika Molodezhi,‎ , 80 p. (LCCN 00332322).
  • (en) Jacob Kip, et al., Historical Analysis of the Use of Mobile Forces by Russia and the USSR, College Station, Center for Strategic Technology, .

Liens externesModifier

Articles connexesModifier