Corps Saxo-Borussia Heidelberg

Corps Saxo-Borussia Heidelberg
Corps Saxo-Borussia Heidelberg

Armes
Zirkel (logo) de Corps Saxo-Borussia Heidelberg

Zirkel
Cadre
Nom Corps Saxo-Borussia Heidelberg
Kürzel B!
Devise « Virtus sola bonorum corona »
Faîtière Kösener Senioren-Convents-Verband
Langue allemand
Hautes écoles Université de Heidelberg
Histoire
Création
Statut active
Identité
Couleurs blanc-vert-noir-blanc
Casquette blanche
Genre réservée aux hommes
Religion aconfessionnelle
Duel combattante

Le Corps Saxo-Borussia Heidelberg est une association étudiante combattante portant couleur (de) dans la convention des seniors de Heidelberg (de). Le corps de Kösen rassemble des étudiants et anciens élèves de l'Université Robert-Charles de Heidelberg. Les membres du corps sont appelés Knaxen.

Couleur et armoiriesModifier

Les Saxon-Prussiens portent les couleurs blanc-vert-noir-blanc avec des percussions argentées. Une casquette étudiante (de) blanche est portée pour cela. Comme tous les Corps d'Heidelberg, le Saxo-Borussia n'a pas de Band de Fux : ce derniers ne portent que la casquette. De temps en temps, il est d'usage à Saxo-Borussia de porter un tonneau avec une garniture en fourrure (de) comme couvre-chef.

La devise est Virtus sola bonorum corona ![A 1].

Le blason de la société est écartelé et recouvert d'un écu central. Il montre (héraldique) juste au- dessus des armoiries saxonnes avec une bague en diamant, en haut à gauche l'aigle prussien, croisé la chauve-souris en bas à droite dans la couronne de laurier et la première lettre du prix des armes GUN Gladius ultor Noster. De plus, les 11 membres fondateurs (XI) et la date de fondation sont donnés. Les couleurs du corps dans le champ en trois parties en bas à gauche. Le bouclier du milieu montre le Zirkel de la société.

HistoireModifier

Le Corps Saxo-Borussia est fondé le [1] par des étudiants de l'Université Robert-Charles de Heidelberg. Il est suspendu du semestre d'hiver 1827/28 au et du au . Le Saxo-Borussia participe à l'Assemblée adjointe des couvents des aînés Jenenser et le avec les autres corps d'Heidelberg pour fonder le Kösener Senioren-Convents-Verband. Du au , il est suspendu par l'université[2].

Au temps du national-socialisme, la Saxo-Borussia est suspendu par le SC à cause du repas d'asperges d'Heidelberg le , et par l'université le . Le senior Henning von Quast est arrêté. Le , le corps cesse ses activités. La suspension par le CS est annulée par arbitrage le [2].

Après la Seconde Guerre mondiale, après quelques difficultés, la Saxo-Borussia a pu se reconstituer le après quelques difficultés[2] Comme en 1910, c'est le corps de banlieue qui préside en 1998 ; il fournit le président de l'oKC. Lors de la commémoration du 150e anniversaire du KSCV à Bad Kösen, Hans Christoph von Rohr (de) prononce le discours largement acclamé sur la réunification allemande.

ImportanceModifier

Le Corps Saxo-Borussia se caractérise par la forte proportion de membres issus de familles aristocratiques allemandes et internationales. Il en va de même pour Constantin Ier, roi de Grèce, les princes Guillaume et Oscar de Prusse et le dernier chancelier impérial, le prince Max de Bade. Néanmoins, des personnalités importantes de la vie culturelle et politique figurent également parmi les membres, comme l'homme politique libéral Maximilian von Schwerin-Putzar ou le compositeur Robert Schumann. À l'époque impériale et sous la République de Weimar, le Saxo-Borussia est considérée comme le « corps le plus distingué de la chrétienté »[A 2]. De nombreux membres ont atteint des postes élevés dans l'administration prussienne et dans le service extérieur du Reich allemand.

Mark Twain passe plusieurs mois à Heidelberg au cours de l'été 1878 et accorde une grande attention au corps là-bas. Pendant un certain temps, il fait partie d'une fraternité qu'il appelle corps du bonnet blanc ou corps prussien. Cela désigne clairement les Saxons-Prussiens avec leurs « grévistes » blancs[3].

La position sociale éminente du Saxo-Borussia signifie que le corps est souvent utilisé comme cible pour le ridicule et la satire dans la littérature. Dans cette optique, l'écrivain Wilhelm Meyer-Förster (de) écrit également en 1885 un début littéraire, une satire intitulée Die Saxo-Saxonen, qui se joue dans la "Ville universitaire de H.". Harry Domela, qui se fait passer pour le « Prince de Liven », est l'invité du Corps pendant plusieurs semaines à l'automne 1926. Il décrit très négativement ses expériences avec les Saxons-Prussiens dans son best-seller Le Faux Prince. Vie et aventure de Harry Domela. Kurt Tucholsky dédie le poème Saxo-Borussen au Corps, dans lequel il fait référence à Domela[4]..

Maison du corpsModifier

 
La pierre géante de Saxo-Borussia

Le maison du Corps Saxo-Borussia est situé sur le versant nord du Gaisberg (de). Il est construit en 1802 et appartient au Corps depuis 1874. Il est nommé Riesenstein sur proposition du président de l'AVS Harald von Siebert[5] Son prédécesseur Franz-Adalbert baron von Rosenberg a son nom gravé dans le grès rouge au-dessus de l'entrée de la maison[6]. Cela remonte peut-être au terme médiéval "géant" comme synonyme de "toboggan". Au Moyen Âge les pierres de carrière provenaient d'une carrière de la vallée « alésée »[7].

Relations extérieuresModifier

Dans les cartels avec le Borussia Bonn et la Saxonia Göttingen, la Saxo-Borussia appartient au cercle blanc. Le cartel avec le Corps Starkenburgia (de) est l'un des plus anciens du KSCV et fait ses preuves lors de la reconstitution de la Saxo-Borussia dans les années d'après-guerre. À partir des années 1840, il y a un cartel avec la Königsberger Corpslandmannschaft Lithuania. Quatre Littauer et six Silber-Litthauer deviennent Saxe-Prusse[A 3]. Le cartel est dissous en 1866 avec la suspension des Silber-Litthauer[8]. La Saxo-Borussia a 18 frères de corps en commun avec le Corps Marchia Halle (de).

Membres éminentsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. „La vertu seule est la couronne du bien.“
  2. Une référence au 1er régiment à pied de la Garde.
  3. B. Kaeswurm, v. Deutsch, Theodor Kaeswurm (de), v. Bötticher und K. v. Saucken (in den KKL 1910 bei Saxo-Borussia nicht geführt), Siegfried, v. Glasow, v. Staegen, v. Sperber und E. v. Saucken.

RéférencesModifier

  1. Ernst Hans Eberhard: Handbuch des studentischen Verbindungswesens. Leipzig, 1924/25, S. 66.
  2. a b et c Paulgerhard Gladen: Saxo-Borussia Heidelberg, in: Die Kösener und Weinheimer Corps. Ihre Darstellung in Einzelchroniken. WJK-Verlag, Hilden 2007, (ISBN 978-3-933892-24-9), S. 145.
  3. Mark Twain: Un vagabond à l'étranger (en). Erstausgabe London 1880 (dt. Bummel durch Europa).
  4. Kurt Tucholsky, Gesammelte Werke in zehn Bänden, Bd. 5. Reinbek 1975, S. 303–304, 323–324 .
  5. Eckhard Oberdörfer: Der Heidelberger Karzer, Köln 2005, S. 159.
  6. Eberhardt Kühne, Robert von Lucius: Zur Geschichte des Riesensteins, in: Robert von Lucius (2008), S. 189–195.
  7. Rhein-Neckar-Zeitung (de): Woher stammt der Name Riesenstein? (1957/58).
  8. John Koch (de): Zur Geschichte der Silberlitthauer. Deutsche Corpszeitung, 42. Jahrgang, mai 1925, S. 78–84.

BibliographieModifier

  • Gerhart Berger, Detlev Aurand: ... Weiland Bursch zu Heidelberg... Eine Festschrift der Heidelberger Korporationen zur 600-Jahr-Feier der Ruperto Carola. Heidelberg 1986, S. 102–106.
  • Heinz-Adolf von Brand und Maxtheodor Reichmann (Hrsg.): Beiträge zur Geschichte der Saxo-Borussia zu Heidelberg, Bd. 1: 1820–1935. Heidelberg 1958.
  • Robert von Lucius (de) (Hrsg.): Weiß-Grün-Schwarz-Weiß. Beiträge zur Geschichte des Corps Saxo-Borussia zu Heidelberg. Bd. 2: 1934–2008. Heidelberg 2008.
  • Robert von Lucius: „Als wär’s ein Stück von mir“ – Das Corps Saxo-Borussia in der Literatur. Einst und Jetzt, Jahrbuch des Vereins für corpsstudentische Geschichtsforschung, Bd. 55 (2010), S. 125–142.
  • Wulf D. von Lucius (de), Uwe Johannes Lützen, Michael Stolleis (Hrsg.): Saxo-Borussia, Dir gehör' ich! 200 Jahre Corps Saxo-Borussia zu Heidelberg 1820–2020. Heidelberg 2020, (ISBN 978-3-00-065031-4).

Liens externesModifier