Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir West.
Cornel West
Cornel West by DW Nance 5 (cropped).jpg
Cornel West en 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
TulsaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Cornel Ronald WestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Professeur d'Université, essayiste, acteur occasionnel
Autres informations
A travaillé pour
Religions
Parti politique
Membre de
Influencé par
Site web
Distinctions
Prix des quatre libertés de Roosevelt
American Book Awards ()
Lannan Cultural Freedom Prize (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Cornel Ronald West, né le à Tulsa (Oklahoma), est un philosophe américain et l'un contributeurs majeurs des African-American studies.

Après avoir enseigné à l'université Harvard, il est professeur de religion et d'histoire des Afro-Américains à l'université de Princeton. Son apport au champ de la philosophie s'appuie sur le baptisme afroaméricain, sur le marxisme, le pragmatisme et le transcendantalisme[note 1].

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Cornel Ronald West[2] est le petit-fils du révérend Clifton L. West, Sr. pasteur baptiste de Tulsa[3], et le fils de d'Irene Bias West, une institutrice et de Clifton L. West, Jr., un cadre civil de l'United States Air Force[4].

Sa famille emménage à Sacramento dans l'État de Californie, où il suit ses études secondaires au John F. Kennedy High School (en)[5].

Durant son adolescence, sa famille l’amène à participer à diverses manifestations contre les lois racistes et pour l'égalité des droits civiques. À côté de Martin Luther King Jr., dans un de ses livres, The Cornel West Reader, il affirme admirer « le militantisme sincère de Malcolm X, la rage provocatrice du Black Panther Party et la théologie de la libération noire de James H. Cone »[note 2],[7],[3].

Après ses études secondaires, il est admis à l'université Harvard, en 1973, il y obtient un baccalauréat universitaire (licence) en langues et littérature du Proche-Orient, afin de comprendre les origines du christianisme[8] avec la mention magna cum laude[1], il y suit les cours de Robert Nozick et de Stanley Cavell[5].

Par la suite, il entre à l'université de Princeton, où il soutient successivement sa Maîtrise universitaire ès lettres en 1975, puis son doctorat en 1980[9].

Parmi ses influences intellectuelles, il cite le philosophe pragmatiste Richard Rorty[10].

Il publie sa thèse, achevée en 1980 et éditée plus tard en 1991, sous le titre de The Ethical Dimensions of Marxist Thought[11].

CarrièreModifier

Vers 25 ans, il retourne à Harvard comme chargé de cours, avant de devenir professeur assistant à l'Union Theological Seminary à New York[12].

En 1984, l'école professionnelle Divinity School de l'université Yale l'engage pour enseigner l'histoire américaine[12]. Alors qu'il enseigne dans cette université, il manifeste sur le campus contre l'Apartheid en Afrique du Sud, ce qui lui vaut d'être emprisonné. L'administration annule ses cours pendant le printemps 1987, ce qui l'oblige à modifier ses projets et à aller enseigner dans une université parisienne qui lui avait fait une offre[12].

Par après, il retourne à l'Union Theological Seminary avant de se retrouver à Princeton, où il devient professeur de religion et directeur du programme d'études sur les Noirs américains. En collaboration avec différents partenaires, notamment l'écrivaine afro-américaine Toni Morrison[13],[14], il revitalise ce programme.

Il publie la collection d'essais Race Matters en 1993, laquelle fait fureur aux États-Unis. La même année, il quitte Princeton pour se joindre au département des African-American studies de Harvard[15]. Bien que son livre soit un succès, son prestige n'est pas universel. Quelques critiques, dont Leon Wieseltier (en), éditeur littéraire de la revue The New Republic, l'accusent d'opportunisme, d'avoir le sens de la mise en scène et de manquer de rigueur académique[16].

À côté de ce best-seller, il publie, toujours en 1993, Keeping Faith: Philosophy and Race in America une compilation plus académiques d'essais où il commence par se définir en revendiquant plusieurs étiquettes, et dans laquelle il cherche à résoudre les contradictions affectant les Afro-américains dans de nombreux domaines (la philosophie, la politique avec le libéralisme et le mouvement des études juridiques critiques (en)etc.). Il tente d'y trouver une solution de synthèse, qui se révèle être une « critique prophétique », ou encore un « pragmatisme prophétique », lequel passe par une théologie de la libération[17],[18].

En 1998, il est finalement nommé au prestigieux poste de University Professor (les titulaires de ce poste, peu nombreux, rendent directement compte de leurs travaux au président d'Harvard).

En 2001, Cornel West est au centre d'une polémique avec le nouveau président d'Harvard, Lawrence Summers[19],[20], ce dernier l'accuse de trop s'occuper de politique et pas assez d'activités académiques, car West a créé un disque de hip-hop intitulé Sketches of my Culture[21],[22]. À la suite de ces disputes, en 2002, il quitte Harvard[23] pour retourner à Princeton[24].

En 2004, il apparaît comme l'un des conseillers dans la trilogie Matrix[25],[26]. Dans le coffret DVD Matrix, il enregistre des commentaires sur la philosophie.

« Référence intellectuelle noire » selon Le Monde, il se définit comme « socialiste non marxiste »[27]. Il se réclame chrétien et surtout baptiste, dit avoir prêché sur demande sans avoir les qualités pour le faire[28].

Vie privéeModifier

En 1977, il épouse Hilda Holloman, le couple a un fils Clifton Louis West. En 1981, après son divorce, il épouse Ramona Santiago, une catholique d'origine porto-ricaine, de 10 ans sa cadette. Lorsqu'il est nommé à Harvard, celle-ci refuse de le suivre, ne souhaitant pas quitter le Bronx, et leurs relations se distendent, jusqu'au divorce[29],[1], puis il épouse en troisièmes noces Elleni Gebre Amlak, une Éthiopienne orthodoxe[29],[30].

Œuvres (sélection)Modifier

  • (en) Prophesy Deliverance !, Westminster John Knox Press, (réimpr. 2002), 188 p. (ISBN 0664223435)
  • (en) The American Evasion of Philosophy: A Genealogy of Pragmatism, University of Wisconsin Press, , 292 p. (ISBN 0299119645)
  • (en) The Ethical Dimensions of Marxist Thought, Monthly Review Press, , 220 p. (ISBN 0853458189)
  • (en) Prophetic Reflections: Notes on Race and Power in America, Common Courage Press, (réimpr. 2008) (ISBN 156751006X)
  • (en) Race Matters, Random House, , 159 p. (ISBN 0679749861)
  • (en) Keeping Faith: Philosophy and Race in America, Routledge, (réimpr. 1994), 344 p. (ISBN 0415910285)
  • (en) Restoring Hope: Conversations on the Future of Black America, Beacon Press, (réimpr. 1999), 248 p. (ISBN 0807009431)
  • (en) Roots of Violence, Basic Books, , 256 p. (ISBN 0465070833)
  • (en) The Cornel West Reader, Civitas Books, (réimpr. 2000), 624 p. (ISBN 0465091105)
  • (en) Democracy Matters: Winning the Fight Against Imperialism, Penguin Books, (réimpr. 2005), 218 p. (ISBN 0143035835)
  • (en) Hope on a Tightrope: Words and Wisdom, Hay House, , 248 p. (ISBN 1401921868)
  • (en) co rédigé avec David Ritz, Brother West: Living and Loving Out Loud, A Memoir, SmileyBooks, , 288 p. (ISBN 1401921892)
  • (en) co-rédigé avec Christa Buschendorf, Black Prophetic Fire, Beacon Press, , 248 p. (ISBN 0807003522)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « West’s contribution to the field of philosophy is grounded in the African American Baptist church, pragmatism, transcendentalism and Marxism. » [1]
  2. « the sincere black militancy of Malcolm X, the defiant rage of the Black Panther Party, and the livid black theology of James H. Cone »[6]

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) W.Gabriel Selassie, « Cornel Ronald West », sur Black Past.
  2. (en) « Cornel West | American philosopher and political activist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 14 novembre 2019).
  3. a et b (en) « Cornel West », sur www.encyclopedia.com (consulté le 14 novembre 2019).
  4. (en) « Cornel West », sur Biography (consulté le 14 novembre 2019).
  5. a et b (en) « Cornel West - Biography and Facts », sur FAMOUS AFRICAN AMERICANS (consulté le 14 novembre 2019).
  6. Cornel West, The Cornel West reader, Basic Civitas Books, (ISBN 0465091091, 9780465091096 et 0465091105, OCLC 42706265, lire en ligne).
  7. (en) « Discover the Networks | Cornel West », sur www.discoverthenetworks.org (consulté le 14 novembre 2019).
  8. (en) « Undercover Black Man: A conversation with Cornel West, 1993 (pt. 2) », sur Undercover Black Man, (consulté le 14 novembre 2019).
  9. (en) « Cornel West Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le 14 novembre 2019).
  10. (en) Cornel West, « The Professor and the Prophet: », Transition, No. 52,‎ (lire en ligne).
  11. (en) Leslie A. Muray, « Reviewed Work: The Ethical Dimensions of Marxist Thought by Cornel West », American Journal of Theology & Philosophy, vol. 16, no 2,‎ , p. 221-225 (lire en ligne).
  12. a b et c « Cornel R. West | Dean of the Faculty », sur dof.princeton.edu (consulté le 14 novembre 2019).
  13. (en) Toni Morrison et Cornel West, « ‘We Better Do Something’: Toni Morrison and Cornel West in Conversation », The Nation,‎ (ISSN 0027-8378, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  14. (en) « Toni Morrison & Cornel West: A Historic Discussion on the State of the World, the 50th Anniversary of the Brown Decision and Condoleezza Rice », sur Democracy Now! (consulté le 14 novembre 2019).
  15. (en) « Cornel R. West | Department of African and African American Studies », sur aaas.fas.harvard.edu (consulté le 14 novembre 2019).
  16. Leon Wieseltier, « All and Nothing at All », The New Republic,‎ (ISSN 0028-6583, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  17. (en) Brad Elliott Stone, « Prophetic Pragmatism and the Practices of Freedom: On Cornel West's Foucauldian Methodology », Foucault Studies, no 11,‎ , p. 92-105
  18. (en) Richard H. King, « Cornel West, Keeping Faith: Philosophy and Race in America (New York and London: Routledge, 1993, n.p.). Pp. 308. (ISBN 0 415 90486 2). », Journal of American Studies, vol. 29, no 1,‎ , p. 126–127 (ISSN 1469-5154 et 0021-8758, DOI 10.1017/S0021875800026384, lire en ligne, consulté le 18 novembre 2019)
  19. (en) Amanda Terkel, « Larry Summers Clashed With African-American Scholars At Harvard », sur HuffPost, (consulté le 14 novembre 2019).
  20. (en) Pam Belluck With Jacques Steinberg, « Defector Indignant at President of Harvard », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  21. (en) Eric Konigsberg, « Cornel West Busts a Rhyme », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  22. (en) Jacques Steinberg, « At Odds With Harvard President, Black-Studies Stars Eye Princeton », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  23. (en) Cornel West, « Why I Left Harvard University », The Journal of Blacks in Higher Education, No. 47,‎ , p. 64-68 (lire en ligne).
  24. (en) Katharine Q. Seelye, « Cornel West Will Return to Teach at Harvard », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).
  25. (en + langue non reconnue : carney + langue non reconnue : smith) Encyclopedia of African American Popular Culture, États-Unis, ABC-CLIO, , p. 1484.
  26. (en) « Cornel R. West », sur hds.harvard.edu (consulté le 14 novembre 2019).
  27. « Ta-Nehisi Coates, la relève contestée », cahier du Monde n°22774, dimanche 1er / lundi 2 / mardi 3 avril 2018, p. 8.
  28. (en) Cara Bucley, « Called Far and Wide to Touch Minds », sur nytimes.com, .
  29. a et b Cornel West et David Ritz, Brother West: Living and Loving Out Loud, a Memoir, RHYW, , p. 158-185 ; 223.
  30. (en) Jervis Anderson, « THE PUBLIC INTELLECTUAL », Thr New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 14 novembre 2019).

BibliographieModifier

Anglophone (articles issus de revues américaines)Modifier

  • (en) Anders Stephanson, « Interview with Cornel West », Social Text, no 21,‎ , p. 269-286 (lire en ligne)
  • (en) Rickard Donovan, « Cornel West's New Pragmatism », CrossCurrents, vol. 41, no 1,‎ , p. 98-106 (lire en ligne)
  • (en) William Hart, « Cornel West : Between Rorty's Rock and Hauerwas's Place's », American Journal of Theology & Philosophy, vol. 19, no 2,‎ , p. 151-172 (lire en ligne)
  • (en) Clarence Sholé Johnson, « Review: Cornel West on Social Justice », The Journal of African American History, vol. 89, no 1,‎ , p. 75-79 (lire en ligne)
  • (en) « The Singular Attraction of Professor Cornel West », The Journal of Blacks in Higher Education, no 43,‎ , p. 12-13 (lire en ligne)
  • (en) Clarence Sholé Johnson, « Review: Cornel West on Social Justice », The Journal of African American History,, vol. 89, no 1,‎ , p. 75-79 (lire en ligne)
  • (en) Gary Dorrien, « IMAGINING SOCIAL JUSTICE: Cornel West's Prophetic Public Intellectualism », CrossCurrents,, vol. 58, no 1,‎ , p. 6-42 (lire en ligne)
  • (en) Thomas Dumm et David Lenson, « A Conversation with Cornel West », The Massachusetts Review, vol. 50, nos 1/2,‎ , p. 55-67 (lire en ligne)
  • (en) Jane Duran, « Gender and the Thought of Cornel West », Philosophia Africana: Analysis of Philosophy and Issues in Africa and the Black Diaspora, vol. 13, no 1,‎ , p. 23-33 (lire en ligne)
  • (en) Miriam Strube, « Pragmatism's Tragicomic Jazzman: A Talk with Cornel West », Amerikastudien / American Studies,, vol. 58, no 2,‎ , p. 291-301 (lire en ligne)
  • (en) Eduardo Mendieta, « “What it means to be human!”: A Conversation with Cornel West », Critical Philosophy of Race, vol. 5, no 2,‎ , p. 137-170 (lire en ligne)

FrancophoneModifier

  • Fred Poché, Une éthique du vivre-ensemble : La philosophie sociale de Cornel West, Lyon, Chronique Sociale, .
  • Mahamadou Lamine Sagna, Violences, racisme & religions en Amérique : Cornel West, une pensée rebelle, Karan, .

Liens externesModifier