Corne de gazelle (pâtisserie algérienne)

pâtisserie algérienne

Corne de gazelle 
Image illustrative de l’article Corne de gazelle (pâtisserie algérienne)
Tcharak msaker.

Autre(s) nom(s) Tcharek
Lieu d’origine Algérois (Algérie)

Les cornes de gazelles (de l'arabe qarn eghzel, قرن الغزال[1]), ou tcharek ou tcharak[2] (de l'arabe algérien تشاراك qui signifie « croissant »), sont des pâtisseries d'Algérie en forme de croissants[3],[4] à base d'amandes.

Origine et étymologieModifier

Cette pâtisserie trouve son origine dans les remparts de la ville d'Alger. Son nom vient du turc çeyrek signifiant un quart[5] c'est la contraction de çeyrek ay, « quart de lune (croissant) ».

VariétésModifier

L'Algérie possède plusieurs variétés de cornes de gazelle, dont les plus connues :

  • tcharak msaker[6] (signifie en arabe algérien « tcharak saupoudré de sucre »), spécialité qui est confectionnée principalement avec de la pâte d'amandes, parfumée à l'eau de fleur d'oranger et, comme son nom l'indique, saupoudrée au tamis avec du sucre glace ;
  • tcharak el ariane[7] (signifie en arabe algérien « tcharak dénudé »), spécialité sablée n'étant pas décorée comme les autres tcharak et ayant une forme particulière en croissant de viennoiserie. Cependant, cette variété est souvent décorée d'amandes concassées ou effilées, de pistaches et rarement de noix de coco ;
  • tcharek glacé, spécialité qui reste proche des autres tcharak, mais la décoration est plus esthétique. Après cuisson, cette corne de gazelle reçoit immédiatement un glaçage coloré et fruité. On découvre parfois des décorations et des glaçages très originaux de toutes couleurs, formes ou motifs (fleurs, paillettes, rubans…) ;
  • tcharek maasel (signifie en arabe algérien « tcharak de miel »), comme son nom l'indique, cette variété est plongée en fin de cuisson dans un sirop de miel parfumé à l'eau de fleur d'oranger et d'agrumes. Elle se distingue par sa forme torsadée ;
  • tcharek nakache (signifie en arabe algérien « tcharak pincé »), spécialité qui est très souvent préparée à base de pâte de datte en guise de farce, puis décoré avec une pince à pâte lui donnant aspect décoratif « pincé ».
 
Tcharek el ʿāryān garni de fruits secs concassés.
 
Tcharak b eṭṭalyā glacé.

ConsommationModifier

Le tcharak est très consommé durant la fête religieuse de l'Aïd el-Fitr, mais aussi dans les fêtes telles que les circoncisions, les mariages, la naissance d'un enfant[8].

Notes et référencesModifier

  1. 3 حلويات جزائرية.. لكل المناسبات (Asharq al-Awsat, 25 août 2012)
  2. Annie PERRIER-ROBERT, Dictionnaire de la gourmandise, Groupe Robert Laffont, (ISBN 978-2-221-13403-0, lire en ligne)
  3. Malek Chebel, Dictionnaire amoureux de l'Algérie, Paris, edi8, , 501 p. (ISBN 978-2-259-21779-8, lire en ligne).
  4. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Alger 2012-2013 (avec cartes, photos + avis des lecteurs), Paris, Petit Futé, (ISBN 978-2-7469-6377-1, lire en ligne).
  5. Sir James William Redhouse, Grammaire raisonnée de la langue ottomane…, Gide et cie, (lire en ligne).
  6. « Tcharek msaker, gâteau algérien »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur bonoise-recettes.com, .
  7. « Tcharek el ariane gateaux algerien », sur lesfoodies.com (consulté le ).
  8. Éric Michel, Algérie ! Algérie ! : roman, Paris, Presses de la Renaissance, , 489 p. (ISBN 978-2-7509-0319-0, lire en ligne).