Ouvrir le menu principal

Corleone

commune italienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corleone (homonymie).

Corleone
Corleone
Corleone
Nom sicilien Cunigghiuni
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Sicile Sicile 
Province Palerme 
Code postal 90034
Code ISTAT 082034
Code cadastral D009
Préfixe tel. 091
Démographie
Gentilé corleonesi
Population 11 131 hab. (30-10-2017[1])
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 49′ nord, 13° 18′ est
Altitude Min. 600 m
Max. 600 m
Superficie 22 900 ha = 229 km2
Divers
Fête patronale 2 mars

Géolocalisation sur la carte : Sicile

Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Corleone

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Corleone

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Corleone
Liens
Site web corleone.it

Corleone (Cunigghiuni en sicilien) est une commune italienne de la province de Palerme en Sicile, notamment célèbre pour avoir donné son nom au Parrain du roman de Mario Puzo et à son adaptation cinématographique par Francis Ford Coppola, et pour être le lieu natal de plusieurs chefs mafieux, dont Toto Riina, patron du clan des Corleonesi qui a ensanglanté la Sicile dans les années 1980 et 1990, ainsi que celui de son successeur Bernardo Provenzano.

Géographie physiqueModifier

TerritoireModifier

La municipalité a une superficie de 22 912 hectares pour une densité de population de 49 habitants par kilomètre carré. Elle est à 542 m au-dessus du niveau de la mer.

La ville se situe sur une zone de montagne interne, dans la vallée entre la « rocca ri maschi », les châteaux de Soprano et Sottano.

Elle est classée en zone 2 (sismicité moyenne-haute) pour le risque sismique[2].

AlentoursModifier

On trouve aux alentours deux sites d'intérêt naturel : la « source du dragon » près du bois de Ficuzza et la « chute d'eau des deux forteresses ».

Gorge du DragonModifier

 
Gorge du dragon.

Sur la route de Ficuzza à Corleone, en suivant la ligne de chemin de fer ancienne de Palerme à San Carlo (Chiusa Sclafani) (devenue piste cyclable), on arrive à un vieux pont traversé par le flux du torrent Frattina qui se jette dans les falaises de calcaire jusqu'à être presque englouti. Près du lit du cours d'eau, grâce à l'action érosive de l'eau au fil du temps, la roche forme des gouffres, des bobines et de petites chutes d'eau où l'eau abondante auparavant disparaît puis réapparaît parmi les rochers et la végétation. De taille considérable, les « marmitte dei Giganti », des trous cylindriques et profonds ont été creusés là où l'eau prend une allure tourbillonnante. Les restes d'un mur fermé de la rivière guident l'eau acheminée pour alimenter un moulin. Vieux mûriers, orangers, grenadiers et figuiers témoignent de l'existence du logement qui se trouvait ici pour gérer l'usine.

Dans la partie où le courant est atténué, des piscines à l'eau claire se sont formées naturellement parmi les fougères, les capillaires, les saules et les ormes et en compagnie de quelquestortues, poissons, et libellules colorées. Les murs qui ferment le côté sont recouverts de plantes rupestres de grand intérêt botanique telles que l'euphorbe ligneuse, l'enfer de la montagne, l'œillet, les câpriers... Parmi les ravins rocheux trouvent refuge pigeons, choucas et oiseaux de proie comme le faucon crécerelle et le faucon pèlerin. En excursion, l'accès est possible jusqu'à la piscine principale et l'ombre des grands saules et des peupliers. De là, la rivière Frattina descend vers le Belize et révèle une tendance moins torrentielle, pour alimenter en eau la végétation riveraine typique.

Chute d'eau des deux forteressesModifier

Sur le territoire de Corleone, à quelques pas du centre historique de la ville se trouve le « parc naturel des chutes d'eau des deux forteresses ». Après avoir traversé une série de rues étroites dans le quartier de San Giuliano, on arrive à une petite église dédiée à la « Vierge des deux forteresses ». À gauche de cette église, « un chemin entre peupliers, saules et ormes mène aux chutes. Les murs sont les vestiges d'un ancien aqueduc. Au point le plus en amont de la rivière, le long des parois rocheuses apparaît le canyon[3]. »

MonumentsModifier

Quelques édifices religieux dans la ville aux cent églises :

  • Église de Santa Rosalia du XVIIe siècle.
  • Église de San Andrea qui, selon la tradition, a été bâtie sur les ruines d’une ancienne mosquée.
  • Église Matrice di San Martino, très riche en œuvres d’art.
  • Ruines de la Tour Saracena, appelée "Castello Soprano".
  • Château Sottano reconverti en couvent franciscain.

AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
28 mai 2002 29 mai 2007 Nicolò Nicolosi centre droit  
29 mai 2007 En cours Antonino Iannazzo centre droit  
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

  • Ficuzza

Communes limitrophesModifier

Bisacquino, Campofelice di Fitalia, Campofiorito, Chiusa Sclafani, Contessa Entellina, Godrano, Mezzojuso, Monreale, Palazzo Adriano, Prizzi, Roccamena

Évolution démographiqueModifier

Habitants recensés

 


Personnalités liées à la communeModifier

 
Cimetière de Corleone.

Personnalités nées à CorleoneModifier

AutresModifier

Victimes de la mafiaModifier

ReligieuxModifier

 
San Leoluca de Corleone.

Corleone et la mafiaModifier

Corleone est un fief de la mafia sicilienne, dont la présence remonte au XIXe siècle, à une époque où les grands propriétaires terriens laissaient l'administration de leurs terres à des hommes de main violents et cruels. Il est aussi le berceau de nombreux parrains, dont Toto Riina, Luciano Liggio, Bernardo Provenzano, Vito Ciancimino (ce dernier devenant aussi maire de Palerme). Il était aussi le lieu de recrutement de tueurs violents réputés pour le compte de la mafia américaine. La ville abrite un centre sur la mafia et la lutte contre la mafia. La mafia a ainsi fait assassiner en 1915 le maire socialiste de la ville, Bernardino Verro, qui luttait contre elle. La statue qui commémore sa mémoire est fréquemment l'objet de vandalisme de la part des mafieux[5].

Dans la culture populaireModifier

Dans le roman de Mario Puzo et dans la trilogie cinématographique de Francis Ford Coppola, le Parrain (the Godfather) de la famille mafieuse new-yorkaise a pour nom Vito Corleone. Il s'appelle en fait Vito Andolini, mais à son arrivée enfant aux États-Unis au début du XXe siècle, portant un pancarte où est écrit le nom de sa ville natale, l'agent de l'immigration fait un confusion et inscrit « Corleone » lorsque Vito passe les contrôles sur Ellis Island.

Une partie du Parrain 2, se passe dans la ville sicilienne, racontant les jeunes années de Vito interprété par Robert de Niro, l'assassinat de son père, de son frère et de sa mère par les hommes du parrain local Don Ciccio, sa fuite, et son retour adulte où il se venge en éventrant le responsable de la mort de sa famille. Le premier film de la trilogie de Coppola présente également son fils Michael Corleone réfugié quelques mois à Corleone pour s'éloigner de New York où il a tué un chef mafieux rival et un responsable véreux de la police.

Le film de Francis Ford Coppola a eu un très fort impact sur l'imaginaire collectif qui fait qu'aujourd'hui le nom de la ville est souvent associé à l'histoire de la mafia sicilienne, à tel point que le commerce de souvenirs autour du film est florissant.

La série italienne Corleone retrace l'ascension de Salvatore Riina, alias « Toto » Riina, un mafioso de Corleone en Sicile à la tête de Cosa nostra.

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. D'après l'ordonnance n° PCM 3274 du 20 mars 2003 ; voir : Classification sismique des municipalités italiennes.
  3. De Corleone SottoSopra .
  4. Placido Rizzotto, Istituto Poligrafico Europeo
  5. Bernhard Pfletschinger, Une histoire de la mafia, épisode 2, docu TV Arte, 55 min, 2010.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier